AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 An unexpected meeting. (Hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: An unexpected meeting. (Hermione)   Ven 18 Avr - 21:40

J'étais là, le regard perdu à l'horizon, bloquée derrière ces hauts barreaux de fer qui empêchaient d'atteindre l'école qui pourtant depuis des centaines d'années laissait porte ouverte aux jeunes sorciers. Oui, j'étais là à regarder ce qui avait été abandonné, comme pour chercher pourquoi, comme pour obtenir réponses à mes questions. Mais il n'y avait rien. Plus rien. Plus aucune rentrée ne serait célébrée, plus aucun chapeaux pointus ne seraient lancés dans les air sous les bougies flottantes de la grande salle. Plus de banquets ni autres festins, plus de fête ni même quelconque événements à accueillir. Je n'avais pas tant de souvenirs ici, excepté bien-sûr ces quelques mois durant lesquels Poudlard m'avait accueilli pour le tournoi des trois sorciers, mais je partageais l'angoisse de tous les sorciers anglais qui venaient de perdre une partie de leur histoire. Ou plutôt, je les soutenais dans leur lute du pourquoi. Bien-sûr, nous savions que tout changerait après la victoire du Seigneur des ténèbres, mais sûrement ne nous doutions nous pas de ça. Sûrement n'avions nous même jamais imaginé que tout cela prendrait une telle ampleur. Jamais. Et alors que mon regard était toujours perdu à l'horizon, fixé sur ces hautes tours, je me disais que l'idée que Poudlard ne pourrait plus prendre de l'âge n'était pas si dramatique. Et sûrement était-ce cela le plus terrible dans l'histoire. Que des événements de cette ampleur paraissent si minime. Que le monde des sorciers aille si mal que tout vienne presque à paraître normal.

Rien n'avait changé et la pierre restait silencieuse, comme pour montrer qu'elle acceptait son sort. Pourtant, nul besoin de banderole pour comprendre que cet édifice allait mourir à petit-feu. S'éteindre, simplement. Sans rires, sans joie, en silence, comme si rien ne s'était déroulé entre ces murs. Oui, les murs resteront silencieux et pourtant, je savais que beaucoup de personnes allaient pleurer cet abandon. Cette école, dans laquelle ils s'étaient fait tant d'amis, avaient vécus tant d'amusements. Et je pensais à Bill. Il n'avait pas semblé ébranlé par la nouvelle, du moins en apparence puisque dans ses yeux j'avais su voir la peine, l'angoisse. La fermeture d'une école n'était qu'un infime sacrifice en ces temps, mais laissait présager tant d'autres. Et c'est pour cette raison que l'angoisse était présente. Indéniablement.

Sûrement n'aurais-je pas dû venir ici. Du moins pas seule, mais je m'en fichais. Après tout, avais-je besoin de quelqu'un pour me défendre ? Non. Voilà des mois que je me battais seule. Des mois que je prouvais au monde que je n'avais besoin de personne. Pas même de Bill. Pas même de ma famille. Personne. Toutefois, à quoi bon rester ici à regarder un édifice qui dans peu de temps tomberait en ruine ? Je lui tournais alors le dos et entamais une marche rapide vers Pré-Au-Lard. Impassible, silencieuse et pourtant déçue, énervée. Contrariée de n'avoir rien trouvé. M'attendais-je réellement à une réponse ? La vérité était que non.

Je ne mis que peu de temps à arriver dans le village et me dirigeais alors rapidement vers la tête de Sanglier, seul endroit encore sûr et non corrompu à mes yeux. Seul endroit où je me permettais de toujours entrer sans anxiété. Seul endroit où je n'avais pas peur d'être empoisonnée en commandant une boisson, C'est donc ce que j'entreprenais de faire, avant que mon regard ne soit attiré par le roux d'une longue chevelure. Une chevelure connue. Bien trop connue pour que je ne m'aperçoive pas de sa présence. Alors, avant même de m'être approchée du comptoir, mes pas me menaient en direction de celle de qui visiblement je ne pouvais faire abstraction. « Hermione Granger. » Laissais-je simplement échapper d'entre mes lèvres, un léger brin de mépris dans la voix. « Alors tu oses finalement te montrer. J'avais fini par te penser morte depuis le temps que tu te caches derrière ta lâcheté ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: An unexpected meeting. (Hermione)   Mar 22 Avr - 12:07

Jamais Hermione n’avait cru que la fermeture de Poudlard pourrait la rendre si heureuse : paradoxalement, c’était le cas ce soir, alors que ses yeux parcouraient inlassablement la Gazette qu’elle avait réussi à obtenir. Avec l’école fermant ses portes, ses recherches pour la Pierre de Résurrection seraient, sans aucun doute, largement simplifiées : la jeune femme ne voulait pas - ne pouvait pas - croire que la fin de Poudlard était une chose définitive. Les rires et la joie, les élèves portant des chapeaux pointus et faisant des blagues à tout va pour faire rager Rusard, reviendront tôt ou tard. Si la mort de Harry ne pouvait être inversée, la victoire de Voldemort n’était qu’un fait temporaire : Hermione était prête à donner sa vie pour que le sacrifice de son meilleur ami ne soit pas pour rien. En Russie, la jeune femme avait trouvé de nombreux ouvrages susceptibles de l’aider, mais elle aurait besoin d’années pour apprendre à parler et lire le russe, chose qui deviendrait plus compliquée depuis la rupture entre l’Angleterre et la Russie qui plus est, et temps infini dont elle ne disposait pas. Elle devait trouver quelqu’un ici, en Angleterre, qui pourrait l’aider : irrémédiablement, ses premières pensées étaient allées vers Pré-Au-Lard ; s’y rendre était risqué, mais là-bas au moins, il y avait la Tête-de-Sanglier, et Abelforth Dumbledore qui, bougon comme à son habitude, se contentait de la laisser être là, seule dans cet endroit, sans rien dire. Peut-être pourrait-il l’aider, lui. Ou connaissait-il quelqu’un. Après tout, Dumbledore avait été ami avec Gregorovitch, il n’y avait donc pas à douter qu’il connaissait quelques choses en matière de russe. Se tourner vers Ron serait inutile, tout autant que dangereux et fou : il avait fait son choix, il avait décidé de rester pour soutenir sa famille et Hermione l’avait détesté pour ça. Puis avait compris. Et maintenant, préférait le savoir sauf plutôt que de le mettre en danger. Elle espérait en tout cas que le projet Live Bait ne ferait pas de lui une victime : elle, c’était évident qu’elle y passerait s’ils venaient à lui mettre la main dessus, tout autant qu’elle serait sans doute condamnée à Azkaban, qu’elle se verrait proposée la Marque avant de voir sa baguette détruite à cause du projet Bloodstream : irrémédiablement, à chaque fois qu’elle pensait à ça, Hermione imaginait le sourire satisfait sur le visage de crapaud d’Ombrage, ce qui lui faisait presque monter la bile à la gorge. Jamais elle ne lâcherait l’affaire. Aussitôt qu’elle était arrivée, Abelforth lui avait amené un verre de Whisky Pur Feu - elle ne savait pas pourquoi il faisait ça, à chaque fois, comme pour l’inciter à plonger dans l’alcool plutôt que dans l’espoir et les bouquins. Rien que par fierté, elle n’avait jamais touché à la boisson - ça n’avait pas empêché le tenancier de refaire la même chose, à chaque fois. Elle avait encore un verre devant elle aujourd’hui, qu’elle ignorait hautement ; sur elle, elle sentait le regard passant de Abelforth, tandis qu’elle avait déjà tiré plusieurs livres. La porte claqua, Hermione sursauta, attrapant aussitôt sa baguette posée juste là. Fleur ? Elle reconnut la chevelure blonde, l’air véloce et fin, sa silhouette de vélane qu’elle avait tant détesté pendant leur quatrième année. Ron n’avait eu d’yeux que pour elle, et... Et peu importe. Que pouvait-elle faire là ? La blonde arriva pour déverser un flot de paroles agressives, qui firent bien vite froncer les sourcils à la sorcière : était-ce la même jeune femme qui avait célébré son mariage comme un véritable événement, sourire aux lèvres et toute son attention tournée sur les invitations, la décoration et le gâteau. Elle, une lâche ? Rien que par fierté, Hermione aurait pu avoir un rire acerbe à cette parole : Fleurk et elle n’avaient jamais été de grandes amies mais il y avait des limites à la stupidité de la française, aurait-elle cru. « De quoi tu parles ? » L’interrompit-elle sans cérémonie, lui adressant un air sombre : si elle était tant épuisée, si elle avait passé tous ces mois à parcourir l’Europe et plus encore, ce n’était certainement pas par lâcheté - si elle voulait se cacher, elle n’était pas stupide au point de le faire ici, au pays. « Bien entendu, mon meilleur ami est mort et tout ce que je trouve à faire c’est... me plonger dans une tonne de livres pour essayer d’arranger la situation. » Elle ne pouvait s’empêcher de repenser à sa dernière dispute avec Ron - si quelqu’un devait être considéré comme un lâche, c’était lui - et vite, face à cette rancoeur, répondait tout l’attachement que la jeune Granger avait toujours eu pour la famille Weasley ; elle n’avait pas le droit de les juger, tout comme Fleur n’avait pas le droit de la juger.
Revenir en haut Aller en bas
 

An unexpected meeting. (Hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Paris, 1er mai, des militants du PS agressent des familles revenant du meeting de Marine Le Pen
» Meeting Tuning
» Rochefort fête l'Hermione 6 - 7 - 8 juillet 2012
» Grand meeting aérien à Châteauroux-Déols le 17 mai
» L'Hermione
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: troisième saison :: sujet abandonnés
-
Sauter vers: