AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (event, hermione) when hope has shattered into pieces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Dim 13 Avr - 10:39

I GUESS YOU'RE SEEKING SALVATION, NOTHING BUT DAMNATION LEFT FOR YOU IF YOU CHOOSE THE WRONG DIRECTION. IT'S A BRAND NEW FEELING, SACRIFICIAL HEALING, LIKE A U-TURN OUT OF THE BLUE ONCE YOU'RE STRONG ENOUGH TO FACE IT.
Je sortis du magasin, les bras chargés d'une boîte remplie de cupcakes. J'avais craqué sur leur glaçage fort joli, tellement joli que j'aurais quand même des scrupules à les dévorer. Le pire, c'était sans doute que je n'avais pas faim, en fait, il s'agissait ni plus ni moins que de la gourmandise puisqu'il n'y avait aucun événement particulier à célébrer. Je n'avais jamais été très sucreries mais ces jours-ci je ressentais le besoin urgent d'en manger, comme si je cherchais à rattraper toutes ces années où j'avais su m'en passer. Après tout, on se fait plaisir comme on peut. Quand la joie et les rires venaient à manquer, la bouffe, il n'y avait que ça de vrai. Elle ne nous trahira pas, elle. l'alcool, lui, était bien plus vicelard, bien plus traître. Je me passerais volontiers des gueules de bois propres aux lendemains de cuite. Enfin, gueule de bois ou pas, j'avais néanmoins une sale tronche, cela se voyait que je ne dormais pas beaucoup, mes nuits étant entrecoupées de longs épisodes d'insomnie. Se cogner la tête contre les murs n'était pas la solution, d'une part, cela ne ferait que amplifier les migraines qui me matraquaient le cerveau par intermittence et d'autre part cela me rendrait encore plus abrutie que je ne l'étais déjà. Heureusement donc que le chocolat existait et le maquillage aussi d'ailleurs, ne serait-ce que pour se donner meilleure allure. D'un pas pressé, je rentrais chez moi ne serait-ce que pour dévorer mes gâteaux.  Je serrais mon précieux paquet dans mes bras. Tout était joli, de l'emballage jusqu'au ruban qui maintenant la boîte fermée en passant par les décorations de la pâtisserie. Je tournai finalement à l'angle d'une rue, m'enfonçant dans une ruelle un peu plus sombre, l'effet se retrouvant accentué par la brume qui planait en permanence sur Londres, donnant à la capitale une aura lugubre. Je ne savais pas si j'avais bien fait puisque bientôt, j'avais l'impression que quelqu'un me suivait. Je me retournai. Il n'y avait personne. Il n'y avait que moi entre ces murs, et pourtant, je sentais la claustrophobie me gagner, je voyais les murs se rapprocher dangereusement pour m'emmurer vivante. « Il y a quelqu'un ? » demandai-je d'une voix blanche, tandis qu'un frisson d'angoisse me parcourait l'échine. Les murs, eux, continuaient à danser sous mes yeux. Je me retournai une nouvelle fois, prête à poursuivre mon chemin. Je dépassai bientôt une personne, qui arrivait en sens inverse. Cette personne...ça ne pouvait être qu'elle. « Hermione ? » bredouillai-je, plutôt confuse tandis que j'attrapais son bras pour l'arrêter. Je n'étais même pas sûre que ce soit vraiment elle puisqu'elle s'était faite plutôt discrète depuis la victoire de Lord Voldemort, qui a précipité le monde magique dans les ténèbres. Je me doutais bien qu'avec la promulgation des lois Bloodstream elle n'allait pas non plus parader, si elle était l'un des derniers espoirs du monde magique de venir à bout du lord noir, elle n'allait sûrement pas les anéantir en faisant preuve d'imprudence. Enfin, qui sait, depuis la mort d'Harry Potter, son très cher ami, elle n'avait peut-être plus envie de prendre part à la bataille ce qui serait compréhensible, après tout. « Tu m'as flanqué une de ces frousses. » chuchotai-je d'une voix fébrile, comme pour m'assurer que personne d'autres que nous n'entende cette conversation ce qui était sans doute débile vu qu'à part elle et moi il n'y avait personne d'autre dans cette ruelle. On n'était jamais trop prudents, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Dim 13 Avr - 12:27

En plein coeur de Londres, la victoire de Voldemort se faisait plus sentir que jamais : depuis le temps qu’elle avait abandonné sa lecture de la Gazette du Sorcier, Hermione n’était pas vraiment au courant de tout ce qui se jouait dans la capitale, que ce soit du côté moldu, ou du côté sorcier auquel elle appartenait. Contrairement à ce que les soit-disant nouvelles lois - dont la Loi Bloodstream - déclaraient, elle était bel et bien un membre de la communauté magique, et elle comptait bien récupérer son rang parmi les siens. Et ses parents ; puisque de la fin de cette guerre, dépendait tout le sort de sa famille. Car contrairement à ce que des gens croyaient, la bataille n’était pas finie : Hermione ne s’était pas avouée vaincue, quand bien même Harry était mort, et Ron l’avait abandonnée à son sort. En errant dans les rues de Londres, elle avait même commis l’imprudence de mener son chemin jusqu’au Chaudron Baveur : elle avait appris là-bas, dans le brouhaha des discussions, que Poudlard fermait ses portes. Un amer sentiment l’avait traversée à ce moment-là, malgré l’ambiance de fête qui régnait autour d’elle. Les célébrations de fin d’année étaient l’occasion pour que des moldus se pointent plus que d’accoutumée au sein du pub, ainsi, elle était passée totalement inaperçu. C’était à croire que le gouvernement, récemment séparé de son allié la Russie, avait d’autres chats à fouetter que les fugitifs. Pour avoir longuement parcouru la Russie, elle savait que ce pays n’était pas le maître pour répandre joie et bonne humeur, tant et si bien que même la brume qui planait sur Londres ne lui semblait pas si horrible que ça. Dans cette ruelle, au loin, elle entendait une musique résonner d’une artère principale ; pressant l’allure, Hermione s’apprêtait à rejoindre le Chaudron Baveur, encore une fois : elle avait besoin de rejoindre le Chemin de Traverse, quand bien même c’était fou et imprudent. A cette heure-ci, il y avait de grandes chances que le Chaudron Baveur soit vide, personne ne venait boire de l’alcool si tôt dans la soirée, et si tel était le cas, ça devait être des gens si assommés par la cuite qu’ils ne la remarqueraient même pas. Bien vite, alors qu’elle ne perdait pas son objectif de tête, Hermione sentit une main lui attraper le bras : pour une seconde, le monde dansa tout autour d’elle, avant que ses yeux ne se posent sur un visage familier. « Tracey ? » Bredouilla-t-elle, incrédule, ses sourcils se fronçant dans une expression grave. Très vite, elle observa tout ce qui faisait le décor : le sachet que la sorcière tenait, les rubans qui en sortaient - visiblement, Tracey avait fait un détour sucrerie, ou quelque chose dans le genre. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Demanda-t-elle avec un naturel qui était presque effrayant, c’était comme si elles se croisaient en sortant de chez Zonko où elles auraient acheté une poignée de chocolats et de gâteaux. Mais Hermione était une fugitive, à cause de son sang ; d’aussi loin qu’elle s’en souvienne pourtant, Tracey était également censée en être, pour s’être mêlée aux batailles de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Lun 14 Avr - 10:46

Revoir d'anciens camarades de la résistance provoquait un feu d'artifice d'émotions confuses et indescriptibles. C'était un savant mélange de colère et de culpabilité, mais aussi d'amertume. De toute évidence, j'aurais préféré que l'on se retrouve dans d'autres circonstances, comme par exemple lors d'une fête réunissant les anciens élèves de notre promotion, ou tout autre événement du même genre. De toute évidence, l'ambiance n'était pas propice aux rires et à la joie, bien au contraire. Pour un peu, le passage à la nouvelle année serait passé complètement inaperçu. Il fallait dire que les sorciers avaient très certainement d'autres chats à fouetter qu'ouvrir une bouteille de champagne hors de prix ou de se gaver de sucreries. Le monde magique semblait au bord du précipice. Maintenant que Poudlard avait fermé ses portes, qu'allait-il advenir des jeunes générations de sorciers ? Comment allaient-ils parfaire leur éducation magique ? Parfois, je me demandais si les abrutis qui gouvernaient notre monde réfléchissaient avant de prendre des décisions aussi drastiques. La Russie, en les larguant avait sans doute compris le truc : mieux valait cesser de collaborer avec des imbéciles assoiffés de sang et de pouvoir. Hermione était sans aucun doute la dernière personne que je m'attendais à croiser, surtout en des temps aussi sombres. Si elle n'avait pas été là, sous mes yeux, j'aurais sans doute fini par oublier son existence. Elle n'avait été qu'un visage que je croisais parmi tant d'autres, parfois à la bibliothèque, parfois ailleurs. D'ailleurs, cela m'étonnait qu'elle se souvenait de mon prénom. J'étais plutôt l'étudiante qui rasait les murs et que personne ne remarquait, potentiellement raillée et méprisée par ses pairs parce que je ne correspondais pas aux standards posés par les autres Serpentard quant à la pureté du sang. Tout ceci me paraissait tellement loin à présent, à mille lieues de ce que j'étais à présent. La guerre m'avait flinguée, j'étais bien trop abîmée pour pouvoir vivre à nouveau normalement. Hermione jeta finalement un regard perplexe à mon précieux paquet. Certes, c'était un objet qui pouvait paraître insolite, mais quand même, je n'avais pas l'impression d'être à côté de la plaque en entretenant mes envies de chocolat et de sucreries. « Je... » commençai-je, légèrement confuse, comme pour répondre à sa question. « Je m'apprêtais simplement à rentrer chez moi. Tout du moins, à ce qui tient lieu de chez-moi. » Je me sentis soudainement mal à l'aise. Depuis la victoire de Lord Voldemort, beaucoup d'anciens compagnons d'armes avaient tout simplement pris la fuite pour ne pas se faire attraper, les exécutions massives devant Gringotts avaient été un sordide exemple du sort qui leur était réservé. Personnellement, après un détour par la case prison, j'avais accepté d'être marquée pour qu'on me laisse tranquille, je ne voulais plus jamais être une fugitive. Peut-être que pour la Gryffondor ça allait être une preuve de ma lâcheté, mais étant une ancienne Serpentard, le courage n'avait jamais fait partie de mes qualités. J'étais même plutôt douée pour faire l'autruche, à n'en pas douter. « Je crois que je devrais arrêter de prendre des raccourcis, j'ai l'impression de voir le mal partout lorsque je m'aventure dans ces passages. » Je haussai les épaules avec fatalité. En dépit de tout ce que j'avais fait pour pouvoir mener une vie normale, mon passé ne cessait de se rappeler à moi, comme pour me narguer. Ces temps-ci, je multipliais tellement les mauvaises rencontre que même pendant l'espace d'un instant, je m'étais demandée si Hermione n'était pas elle-même un leurre destinée à me piéger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Mar 22 Avr - 12:08

Poudlard avait beau avoir fermé ses portes, être une aventure bien loin d’Hermione désormais, la jeune fille attentive et déterminée qu’elle avait toujours été, avait toujours eu à coeur de retenir tous les gens qu’elle avait côtoyés pendant toutes ces années. Dans le décor, Tracey Davis avait toujours particulièrement juré - elle n’était pas une Serpentard comme d’autres, c’était ce qui faisait sans doute que la jeune née-moldue l’avait retenue plus que d’autres. Plus que nécessaire également, au fond Tracey n’avait jamais rien fait pour qu’Hermione la garde spécialement en mémoire, mais il fallait croire que la jeune femme avait une façon bien à elle de célébrer les années qu’elle avait passées dans cette école. Si elle n’avait pas su apprécier les fêtes et autres blagues que ses camarades avaient tant affectionné, Hermione gardait en mémoire de nombreuses choses sur Poudlard, des aventures que des générations futures connaîtraient, elle s’en faisait la promesse. Ce n’était pas parce que Voldemort avait décidé que l’école fermerait ses portes, qu’elle était condamnée pour toujours : malgré la mort de Harry, la victoire apparente de Voldemort, Hermione ne lâchait pas l’affaire. Ne lâcherait jamais l’affaire. Si elle venait à jeter l’éponge comme beaucoup d’autres l’avaient fait, elle serait vite envoyée à Azkaban, puis rejetée du monde magique par la loi Bloodstream, ou Marquée au fer rouge comme une bête. Elle ne savait pas à quoi Tracey s’était pliée pour se retrouver ici, à avoir un chez elle en plein coeur de Londres : sans doute que c’était plus paisible de vivre ainsi, à acheter des sucreries enrobées de beaux rubans et délicieux glaçages, plutôt que dans une tente au fin fond du pays, à manger des trucs volés, ou achetés sous Polynectar, ou données par Abelforth. Hermione n’était pas la plus à plaindre cependant, elle avait déjà croisé des gens qui en avaient plus bavé qu’elle, et quelque part, le projet Live Bait n’augurait rien de bon pour d’autres, elle espérait au moins que Ron passe à travers les filets - et par la même occasion, que Tracey y ait échappé également. « Eh bien, honnêtement, je pense que je devrais être celle qui devrait faire plus attention. » Elle lâcha un léger rire nerveux à cette idée ; Tracey aurait très bien pu être un Mangemort, quand bien même ceux-ci passaient rarement de temps dans le monde moldu, en théorie - encore plus en période de fête comme en ce moment, où la musique résonnait à tout va dans les rues, et les cotillons gisaient sur tous les pavés. Les moldus ignoraient tout ce qui s’était joué ces derniers temps dans le monde : ça faisait déjà plusieurs années que le Mage Noir était de retour, à croire qu’ils ne remarquaient rien, ces gens - en tout cas, la jeune femme était contente de savoir ses parents encore en sécurité ; sa famille sauve, c’était au fond, tout ce qui lui restait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Jeu 24 Avr - 10:31

Quelques mois plus tôt, je m'étais surprise à rêver que nous aurions quelque événement à célébrer. J'y avais cru dur comme fer, sans doute était-ce pour cela que je m'étais jetée corps et âme dans la guerre, bien que n'ayant pas participé à la bataille de Poudlard. J'aurais pu, il est vrai, mais j'étais déjà loin. On pouvait me prendre pour une déserteuse, je répondrai que je ne faisais que sauver mes fesses. À la seconde près où j'ai su que tout était perdu, je n'avais pas jugé bon d'en avertir les autres, de toute façon, c'était trop tard puisque les Mangemorts marchaient déjà sur Poudlard, prêts à en découdre. Certaine de la défaite d'Harry Potter, j'avais foutu le camp. C'était à Douvres que les rafleurs m'avaient attrapée alors que je m'apprêtais à passer la frontière pour rejoindre la France. À l'époque, je ne regrettais rien, pour rien au monde je n'aurais renié mes convictions. Qu'en était-il aujourd'hui ? Certes, j'avais accepté de me soumettre à la Marque, j'avais consenti à travailler pour elle, mais je n'approuvais pas le nouveau régime pour autant. Mon énergie combative s'était dissoute dans le néant, je ne voulais simplement plus me mêler de ces histoires. Hermione ne semblait pas me juger quant à mes choix. Certes, je me baladais avec une boîte de gâteaux entre les mains mais cela ne prouvait rien du tout. La guerre avait beau avoir tout détruit sur son passage, il restait quand même des plaisirs simples comme les sucreries par exemple. Tout à coup, cela me révulsa. Je n'en avais plus du tout envie. Je n'étais même pas sûre de  mériter ces cupcakes . Tout ce glaçage me parut écoeurant et les décorations m'apparurent monstrueuses. Je toisai légèrement l'ancienne Gryffondor lorsqu'elle fit remarquer qu'elle devrait faire preuve d'un peu plus de prudence. « Tu n'as rien à craindre. » dis-je avec un certain aplomb, mon paquet de gâteaux serrée contre ma poitrine. « Aucune chance, je ne suis pas des leurs. » Je n'étais pas encore suffisamment dérangée pour retourner ma veste de la sorte, de toute façon, je n'y trouverais aucun avantage, pas même l'illusion d'une sécurité. En effet, depuis la victoire de Lord Voldemort, je n'étais ni plus ni moins qu'une paria, une traîtresse au nouveau régime et je devais être traitée comme telle : un larbin dont la tête pouvait être mise à prix à tout moment tant j'étais insignifiante. La seule chose qui était susceptible de me sauver était mon don de voyance, et encore, je risquais surtout d'être exploitée à mauvais escient. Je n'avais pas eu d'autre choix à part collaborer, on m'avait bien fait comprendre que les personnes que j'aimais étaient en danger si je ne me pliais pas à leur volonté. Je jetai un coup d'oeil à l'emballage que je tenais, avant de la tendre à l'ancienne Gryffondor. « Tu en as plus besoin que moi. » dis-je finalement. « Considère qu'il s'agit là d'un gage de ma bonne foi. Je peux comprendre que tu ne me fasses pas entièrement confiance et rien ne t'oblige à les accepter mais...c'est toujours mieux que rien, en temps de guerre, mieux vaut ne pas jouer les fines bouches. » Moi aussi je savais ce que c'était de ne pas manger à sa faim, de ne pas avoir la certitude d'avoir un toit où s'abriter pour la nuit. Certes, ce n'était pas grand-chose, ça ne remplacerait jamais un plat bien consistant, mais ça pouvait couper la faim pour quelques instants et un peu de sucre ne faisait jamais de mal à personne. « Ils ne sont pas empoisonnés. » ajoutai-je avec un semblant d'ironie. « je viens tout juste de les acheter. » Bon, certes, j'avais déjà eu l'occasion d'empoisonner la nourriture que je donnais à certaines personnes mais la situation était différente et elle n'était pas obligée de le savoir. Si certains préféraient user et abuser de l'avada-kedavra ou autres sortilèges impardonnables, j'avais fait des poisons ma spécialité. Puisque j'avais été plutôt douée pour les potions, à défaut d'être douée pour autre chose, le rapprochement était vite fait. Cela étant, comment aurais-je pu savoir qu'Hermione allait passer par là ? Ça n'avait aucun sens. Qu'elle ait donc l'esprit tranquille, je ne faisais pas partie d'un quelconque complot destiné à l'anéantir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Dim 11 Mai - 3:41

La dernière fois qu’Hermione avait pu goûter à des sucreries et autres pâtisseries, ç’avait été au mariage de Fleur et Bill, au Terrier. Avec Harry. Avec Ron. Maintenant, beaucoup de choses avaient changé, et la jeune sorcière pouvait plus aisément prétendre connaître le goût du sang à ses lèvres que celui du chocolat ou de quelque boisson agréable qui avait fait son quotidien lors des festins de Poudlard. Elle avait découvert bien des spécialités du monde sorcier dès qu’elle était entrée dans le collège magique, partageant des banquets tous plus originaux les uns que les autres selon les événements et les célébrations. Sans conteste, le plus extravagant de tous avait été le bal de Noël en quatrième année, avec cette musique entêtante, cette façon dont elle avait dansé jusqu’à en avoir mal aux pieds, l’ambiance brûlante qu’il y avait eu pendant toute la soirée. Tout ceci semblait bien loin, tout comme les amis de la jeune sorcière. Voldemort avait tué Harry, Voldemort avait gagné. Et Ron avait choisi sa famille en ces temps si désespérés, plutôt que le souvenir de son meilleur ami, cette cause perdue après laquelle ils avaient couru toute une année durant, pour mieux échouer. Si elle s’était rendue, Hermione avait toujours su que ce n’était pas seulement un bannissement du monde moldu ou la Marque qui l’aurait attendue, mais bel et bien une exécution publique comme celles auxquelles elle avait pu assister, de loin : elle avait été l’alliée, envers et contre tout, de Harry Potter, alors la tuer devant Gringotts aurait été hautement symbolique. Elle n’aurait jamais mérité la «clémence» de la loi Bloodstream, et jamais elle n’aurait pu rester inactive en voyant tout ce qui se passait dans ce pays. Aussitôt qu’elle aurait vu le visage d’Ombrage se dessiner en première page, sous l’annonce du projet Fronde, elle n’aurait pu s’empêcher de se soulever, de se révolter avec le peu d’armes qu’elle aurait eu avec elle ; elle lutterait toujours, quoiqu’il arrive. Tracey semblait s’être adaptée mieux qu’elle en de telles circonstances : au fond, pouvait-elle juger les gens parce qu’ils cherchaient à survivre dans un monde pareil ? Elle n’avait certainement pas envie de finir à Azkaban, ou victime du tout nouveau projet Live Bait sur lequel la jeune Granger comptait bien faire de nombreuses recherches, pour savoir de quoi il en retournait. Elle n’avait aucune raison de se méfier de Tracey Davis et de ses cupcakes dans leur emballage, elle le savait, mais rien que l’idée de sentir du sucre glace ou tout autre nappage sucré à ses lèvres lui semblait insupportable, à même de lui donner envie de vomir. Elle réprima difficilement une grimace, offrant un sourire poli à son amie. « Garde-les. Je-je ne peux pas accepter. A vrai dire, je boirais plus volontiers de la sangria que je ne mangerais de gâteau en ce moment... » L’envie de se prendre une cuite atteignait bien souvent l’esprit de la sage Hermione Granger en ce moment, alors qu’elle s’affalait à une table de la Tête de Sanglier, comme quoi, elle n’était plus aussi sage qu’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   Jeu 15 Mai - 20:12

D'accord, en fait, quand on y regardait d'un peu plus près, ces gâteaux avaient l'air parfaitement repoussants. En fait, je me demandais comment j'avais pu craquer sur ces cupcakes tant leur glaçage me paraissait désormais insipide. Dans ces conditions, je pouvais bien comprendre qu'elle n'en veuille pas. C'était...trop. trop de décorations en sucre, trop de colorants, trop...tout. Je n'étais même pas certaine d'avoir la foi d'avaler ça une fois rentrée chez moi. J'étais même presque sûre qu'à force de m'empiffrer depuis des jours, avais pris des kilos. Certes, ça ne se voyait pas des masses, mais je les sentais sur mes hanches et dans mes cuisses. Cela changeait considérablement par rapport à avant, l'époque maudite où j'étais encore une fugitive. J'avais encore quelques maigreurs à gommer du fait de mon séjour forcé à Azkaban. Je jetai un regard dubitative au paquet que je tenais encore. l'emballage était transparent et ne laissait aucune place à l'imagination, je voyais toute cette débauche de sucreries et il était impossible de soustraire ma vue à toute cette horreur. Le pire dans tout ça, c'était sans doute que je n'avais jamais été excessivement gourmande, que même parfois il m'arrivait d'oublier de manger. « Pas de problème. » répondis-je lorsqu'elle déclina mon offre, ne me sentant nullement offensée par son refus. Après tout, je ne pouvais pas la blâmer de ne pas vouloir de ces horreurs. C'était bien parce que j'essuyais une peine de cœur que je me réfugiais là dedans, mais en temps normal ces trucs là n'auraient jamais atterri chez moi, encore moins dans mon estomac. Quelle ironie quand on y pense. J'avais survécu à un tas d'horreurs. J'avais été capturée peu après la victoire de Lord Voldemort pour être jugée et condamnée à la prison à perpétuité en tant qu'ancienne membre de l'Ordre, j'avais été ensuite libérée à condition d'accepter la Marque, mon oncle (et accessoirement père biologique) avait été assassiné peu après la dissolution du Magenmagot. J'avais été séparée des personnes que j'aimais à cause du bannissement des nés moldus et je savais aussi que je n'aurai aucun avenir avec Noah à cause de ces maudites Lois Bloodstream. Plus récemment encore, j'avais appris qu'en raison de la fermeture de Poudlard je ne pourrai plus jamais terminer mes études. J'avais cette dernière chose en commun avec Hermione, qui elle aussi avait quitté Poudlard trop tôt alors qu'elle était une élève fort prometteuse. Je n'avais jamais considérée cette fille comme mon amie, simplement parce que je ne lui avais jamais vraiment parlé mais au final, peut-être que nous avions bien plus en commun qu'on ne l'aurait pensé. « Je crois que ça peut s'arranger. » dis-je avec une certaine désinvolture. « moi aussi j'ai comme envie de me prendre une cuite, certes ça ne résout pas tous les problèmes mais...on va dire que ça aide à relativiser. » J'omis de préciser que j'avais déjà bien trop bu, bien plus que nécessaire. l'alcool était un moyen comme un autre d'anesthésier ses souvenirs. Oublier, en somme. « Je connais des endroits sympas où on pourrait se poser. Garanti moldu à cent pour cent. Je ne pense pas que qui que ce soit ne viendra nous embêter. » et puis au pire, boire un verre pour célébrer nos retrouvailles ce n'était pas une si mauvaise idée, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (event, hermione) when hope has shattered into pieces   

Revenir en haut Aller en bas
 

(event, hermione) when hope has shattered into pieces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pieces jaunes..
» pieces bugaboo, besoin d'aide
» Cherche pieces pour Chrysler Voyager
» Rochefort fête l'Hermione 6 - 7 - 8 juillet 2012
» [VENTE] Toutes pieces de safrane biturbo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: troisième saison :: sujet abandonnés
-
Sauter vers: