AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (event, mordred) there's a radiant darkness upon us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 1154
≡ date d'arrivée : 30/03/2014
≡ tes points : 385 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eliza taylor.
≡ tes crédits : @electric bird (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : dix-neuf ans.
≡ amoureusement : célibataire, aux dernières nouvelles, elle échappe au mariage forcé.
≡ son emploi : elle était encore vaguement assistante au département des jeux et sports magiques au ministère de la magie. avant de devenir une fugitive.
≡ statut de sang : sang-pur, famille récemment tombée en disgrace à cause de son oncle.
≡ sa maison : ancienne serpentarde, ambitieuse et déterminée, ça lui ressemble bien.
≡ sa baguette : bois de cornouiller, plume de phénix, spécialité en sortilèges, une baguette très capricieuse qui n'en fait parfois qu'à sa tête.
MessageSujet: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   Sam 12 Avr - 17:58

Il lui semblait s’être exilé depuis trop longtemps déjà : revenir en Angleterre avait fait remonter trop de souvenirs en lui, Aemon n’avait jamais développé une nostalgie particulière pour cette époque, le temps où il avait grandi avec sa famille avant que celle-ci ne le rejette totalement. Il avait pris de l’âge aujourd’hui, il avait assez vieilli pour prendre du recul vis à vis de tout ce qu’il avait vécu : et puis, finalement, il avait été relativement épargné par la guerre des sorciers, et tout ce qui s’en était suivi. Ce n’était qu’en revenant récemment qu’il avait découvert sur quoi se basait tout le Nouveau Régime mis en place depuis la victoire de Lord Voldemort : la loi Fronde aurait eu tôt fait de mettre sa vie en danger, s’il avait été un sorcier anglais, au moins, il avait profité de quelques mois de paix supplémentaire, au sein de la famille qu’il s’était lui-même constitué, en Russie. Et la meute qui l’avait entouré pendant toutes ces années n’avait jamais commis le moindre crime, n’avait jamais mis qui que ce soit en danger : ils avaient, au contraire, mis un point d’honneur à vivre exilés du reste du monde, pour ne pas se faire remarquer, et pour ne risquer la vie de personne. Ils n’avaient pourtant pas échappé à la coalition entre la Russie et l’Angleterre, et toutes les conséquences qui s’en sont suivies : ses semblables n’ont pas fini à Nurmengard cependant, aujourd’hui encore, les événements sombres qui marquaient sa solitude, hantaient encore l’esprit d’Aemon. C’était pour ça qu’il était ici aujourd’hui, à ouvertement ignorer l’ambiance de fête qui régnait dans la ville de St Pétersbourg. L’hiver était toujours la saison des grandes cérémonies et des festins en Russie : régnait dans les rues une ambiance chaude, fête de musique et d’odeurs d’alcool flottant dans les rues les plus agitées. Tout ceci était loin derrière lui : aujourd’hui, il ignorait les foules en délire et les familles unies, il n’était pas venu pour célébrer. C’était une toute autre surprise qu’il avait prévu, pour quelqu’un : la mine sombre, basse, Aemon passa totalement inaperçu au milieu de l’agitation, jusqu’à rejoindre des coins plus paisibles, puis les abords des quartiers sorciers. Il s’en fichait parfaitement bien d’être banni de ces endroits : tout comme il avait fait son possible pour protéger les gens de ce qu’il était devenu, il prenait un malin plaisir à aujourd’hui, flirter avec le danger. Il savait parfaitement où il allait, et il eut bien raison de se fier à ces instincts, puisque bien vite, après avoir reconnu quelques éclats de voix, il se retrouvait sur les talons de sa proie : mains dans les poches, il marchait à une distance calculée, calquant ses pas sur ceux de son prédécesseur. Ils croisèrent ainsi quelques sorciers, mais l’heure était si tardive que rares étaient ceux qui trainaient par-là. Et déjà, Mordred Dimitrov atteignait les abords des beaux quartiers où il vivait paisiblement : depuis la séparation de la Russie et de l’Anglerre, les menaces qu’il pouvait représenter étaient moins imposantes, mais à le voir marcher dans la rue comme s’il était le maître du monde, il ne s’en doutait pas encore. Et Aemon allait prendre sur lui de le lui rappeler : tirant sa baguette du fond de sa manche, Aemon accéléra l’allure, pour, en une fraction de seconde, venir saisir le col de son adversaire, posté dans son dos, et l’envoyer valser, sans une once de douceur, contre le mur le plus proche, à quelques pas de là, tant la rue était étroite : un espace intimiste, qui favoriserait les faces à faces déplaisants. Aussi intouchable qu’il se croyait, Mordred n’avait rien vu venir, et se retrouvait déjà dans une fâcheuse posture : le toisant de toute sa hauteur, Aemon fit quelques pas dans sa direction, pour se poster, baguette au poing, prêt à agir. « Lève-toi, prends ta baguette. » Il avait un minimum d’honneur, et tuer ce pauvre type par terre, ne serait que s’abaisser à son niveau : si Aemon n’avait jamais fait dans la dentelle, il n’était pour autant pas un pourri comme l’homme qui lui faisait face, il comptait bien se le prouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   Dim 13 Avr - 15:00

Mordred sortit du ministère rapidement ce jour-là. Il était particulièrement pressé car il savait que sa femme et lui avaient rendez-vous avec le reste de la famille Dimitrov pour célébrer l'arrivée d'ici quelques mois du bébé qu'attendait Bianca. Cette idée ne réjouissait en rien Mordred, au contraire, elle avait tendance à l'obséder au point de le rendre nerveux. Il s'énervait pour n'importe quel prétextait et ne ménageait pas - encore moins que d'habitude en fait - les employés assignés à son ministère. Lassé de la journée, il accéléra la cadence de ses pas. Tout le monde le connaissait ici et il aimait voir la peur et l'obligation de le saluer dans le regard des passants. Néanmoins, quelques évènements entachées la carrière du sorcier. Tout d'abord, l'évasion de masse de Nurmengard qu'on lui avait demandé de corriger depuis son arrivée au poste. Mordred n'avait pas encore pu s'en charger car la rupture entre la Russie et la France lui demandait beaucoup de son temps, autant que la protection du pays et des frontières. Il lui semblait que le temps se passait tellement vite, que cela faisait des années que Rose l'avait quitté. Mordred chassa cette pensée de son esprit rapidement. Il lui était interdit, il ne voulait pas y repenser. Il allait devenir père, il était destiné à reprendre le flambeau des Dimitrov, il ne pouvait pas se laisser aller à quelques folies avec une française de sang-mêlée et amie des moldus. Mordred n'avait pas envie de se dîner avec ses parents et son frère. Il souhaitait rentrer chez lui et se prendre un bon bain, boire jusqu'à ne plus avoir soif, finir ivre si nécessaire, manger des gâteaux, des cupcakes, se faire exploser la panse par un énorme festin, aller dans l'excès et danser comme un idiot pour s'étaler au sol et dormir. Mordred était tellement perdu dans ses pensées qu'il ne sentit pas la présence désagréable dans son dos jusqu'à ce qu'on le soulève pour le plaquer face contre le mur. Mordred lâcha un gémissement avant de se retrouver au sol, dans une ruelle abandonnée, loin des regards. Il lui fallu quelques secondes pour comprendre la mauvaise surprise face à laquelle il avait été confronté. Il se redressa et observa la silhouette massive de l'inconnu. Il reconnu l'odieuse et méprisable créature devant lui d'un coup d'oeil. « Gedwyr... » marmonna-t-il en se redressant doucement. Une douce chaleur enveloppa sa lèvre alors. Il passa une main sur sa bouche pour voir du sang. Le choc lui avait fendu légèrement la lèvre et un fin filet de sang coulé. Le russe lança un regard plein de haine envers son agresseur qui lui ordonna de prendre sa baguette. Il tenait déjà la sienne dans sa main. Aucun doute, cet hybride réclamait sa vengeance envers Mordred qui lui avait causé bien des soucis, mais ce-dernier n'en fit rien. Il se contenta de rire. C'était un rire effroyable, froid et moqueur. « Ne me donne pas d'ordre, loup-garou. » s'exclama-t-il en soutenant son regard. Sa baguette était à sa ceinture et Aemon serait plus rapide que lui pour riposter. « Tu as pris tous ces risques pour ça ? Pour une petite querelle qui date de l'époque où nous étions à l'école ? Pitoyable. » le regard de Mordred était hautain, comme à son habitude. « Décidemment, les gens de ton espèce sont vraiment des calamités et des ignares. » la provocation semblait être l'arme que le sorcier avait décidé de choisir, délaissant sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 1154
≡ date d'arrivée : 30/03/2014
≡ tes points : 385 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eliza taylor.
≡ tes crédits : @electric bird (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : dix-neuf ans.
≡ amoureusement : célibataire, aux dernières nouvelles, elle échappe au mariage forcé.
≡ son emploi : elle était encore vaguement assistante au département des jeux et sports magiques au ministère de la magie. avant de devenir une fugitive.
≡ statut de sang : sang-pur, famille récemment tombée en disgrace à cause de son oncle.
≡ sa maison : ancienne serpentarde, ambitieuse et déterminée, ça lui ressemble bien.
≡ sa baguette : bois de cornouiller, plume de phénix, spécialité en sortilèges, une baguette très capricieuse qui n'en fait parfois qu'à sa tête.
MessageSujet: Re: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   Dim 13 Avr - 16:51

Depuis bien longtemps, Aemon avait laissé sa famille derrière lui : c’était eux qui avaient décidé de l’expédier à Durmstrang pour faire disparaître la honte qu’il représentait. Sans penser aux fêtes qu’ils avaient célébrées tous ensemble, aux moments qu’ils avaient vécu, aux anniversaires passés, il avaient tout balancé, sous prétexte que c’était un horrible destin qu’être de la famille d’un loup-garou. Il n’y aurait eu aucune raison, alors, pour qu’Aemon se sente concerné par la guerre des sorciers, par la victoire de Lord Voldemort et la mort de Harry Potter, ce gamin dont il avait parfois, partiellement entendu parler quand il avait été plus jeune. Il n’en avait même rien eu à foutre, lorsqu’il avait été annoncé que la Russie s’alliait à l’Angleterre sous son nouveau régime ; depuis des années déjà, il n’avait pas revu les siens, et ne considérait plus les liens du sang comme essentiels. Dans la solitude créée par la morsure, il s’était découvert une autre famille, faite d’amis d’infortune qui avaient su inverser la vapeur, et faire de chaque jour un événement. Il en avait soufflé, des bougies en leur compagnie ; et finalement, le voilà aujourd’hui, après avoir pris de l’âge, à jouer les sorciers revanchards. Lui qui avait passé bien du temps à ravaler tous les aspects violents et instinctifs du loup-garou, désormais il les laissait ouvertement déborder, il les crachait à la face du monde. A ceux qui ne le méritaient pas, tout comme à ceux qui le méritaient. Nul ne le méritait plus que Mordred Dimitrov : aujourd’hui, Aemon ne se souvenait qu’à peine du gamin chétif qui avait trop souvent essayé de percer ses secrets, qui avait flirté avec le danger à de nombreuses reprises. Pendant longtemps, Mordred n’avait pas su à quoi il avait affaire : aussitôt qu’il l’avait découvert cependant, c’était comme s’il avait pris sur lui de détruire tout ce que son ancien adversaire d’autrefois avait pu avoir. Et il avait réussi : aujourd’hui la bête sauvage qu’était Aemon ne pouvait plus vivre un jour de plus en laissant cette vermine vivre. A ses lèvres, l’alcool avait eu un goût plus amer, plus rien n’avait eu l’arôme de sucrerie tandis que ses jours devenaient de plus en plus noir depuis que les russes avaient exterminé les gens comme lui - Mordred en tête, avec cette petite lueur victorieuse au fond du regard. Il se souvenait de ça, il ne savait pas pourquoi, ni comment au milieu du chaos, cette image était celle à laquelle il se raccrochait : ce soir, sous de pâles lueurs d’un ciel nuageux, c’était Aemon qui arborait un air victorieux, toisant son vis à vis - la vermine ne tarda pas à ouvrir la bouche, provoquant une avalanche de ressentiments. Autour de sa baguette, ses doigts se resserrèrent étroitement, voilà que l’autre prétendait ne rien savoir. « Tu ne dois plus être très habitué à ce qu’on te donne des ordres. T’as bien grandi depuis le gamin sans intérêt de Durmstrang. » Il le toisa de haut en bas, il avait bien une carrure de lâche, quand bien même il était persuadé que les hybrides étaient la pire espèce de ce monde. « Mais ce soir, je donne les ordres, que tu le veuilles ou non. » Que l’autre ne prenne pas sa baguette ne le dérangeait pas, ça ne l’empêcherait pas de se défouler. Et de le tuer, irrémédiablement. « Toi et moi savons qu’il n’est pas question d’histoires de gamins ici, Dimitrov. » Son visage se crispa, ses paupières se plissèrent un instant alors que c’était comme si sa colère, brûlante rage, tournait au fond de ses entrailles comme un lion en cage : elle finirait par sortir, ce petit éclat à la lèvre n’était rien comparé à tout ce qu’il avait si longtemps empilé. « Ne sois pas un lâche, et reconnais donc les faits. Tu sais pourquoi je suis là. » Il n’estimait pas avoir pris le moindre risque, cet idiot ne faisait que bavasser pour le moment, il n’y avait que l’ego de Mordred qui pouvait être assez assommant pour lui faire du mal.

_________________

------------------------------------------
all that pain and misery and loneliness. and it just made her kinder. faded into the setting sun, slipped away. but i won't cry 'cause i'll never be lonely. for you are the stars to me, you are the light i follow.

■■■

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   Dim 13 Avr - 19:55

D'aussi loin que Mordred s'en souvienne, jamais il n'avait mordu la poussière. Jeune, il y avait toujours eu son père et le reste de sa famille pour le protéger, mais là, face à ce colosse qu'était Aemon, il était seul, sans ami, sans la moindre aide, face à son destin. Celui-ci semblait d'ailleurs lui jouer des tours. Comment le sorcier pouvait-il s'attendre à retrouver un ancien camarade ici, un camarade qui avait un désir de vengeance aigüe à assouvir ? Si seulement il avait pu se préparer ? Oh bien sur, il lui restait une option. La fuite. Il était aisé pour Mordred de se changer en corbeau et de s'envoler vers les cieux, mais Aemon pouvait le frapper par un sortilège et s'il échouait, il reviendrait réclamer sa revanche, car d'aussi loin que le russe s'en souvenait, son comparse était du genre... Persistant. Sa tenacité hors du commun n'avait d'égal que son anormalité. C'était un loup, une créature sauvage qui, selon Mordred, ne méritait ni la vie, ni la considération d'être appelé sorcier. Les deux sorciers étaient désormais adultes et majeurs, ils avaient chacun pris de l'âge et il fallait affronter son destin, fièrement. Aussi étrange que celui puisse paraître, Mordred bouillonnait d'une envie folle de se confronter à lui. Il avait envie de vaincre, de faire jaillir de sa baguette, un feu d'artifices de sortilèges et de lui prouver à quel point il était supérieur. La peur n'était pas présente, simplement l'excitation malsaine d'arracher la vie à une créature. Il lâcha alors un nouveau rire tonitruant, fusionné par un sentiment instable. Devenait-il fou ? Possible. Il riait des mots de son ennemi. Celui-ci lui semblait si pathétique et téméraire à la fois. Entre admiration et dégoût, Mordred lui répondit « Ne prends pas ton cas pour une généralité, Gedwyr. Le gamin sans intérêt, au destin d'un pathétisme lamentable, c'est toi. » il l'observa d'un oeil presque critique, détaillant sa tenue, son visage, les stigmates du passé qu'il pouvait y voir. « C'est toi la créature qui devait se taire et se cacher dans les cachots, ramper au sol et supplier pour que personne ne découvre ton odieux secret, pas moi. » les propos de Mordred étaient durs, mais le sorcier ne voulait pas ménager celui qui deviendrait soit sa cible, soit son bourreau. Il ne lui accorderait rien. Aemon continua d'ordonner à Mordred de se battre, d'être un homme, de ne pas être un lâche. Cette remarque provoqua un nouveau éclat de rire chez le sorcier qui mit ses mains dans es poches. Sa longue veste noire frôlait le sol. « Je t'accorde une fois, loup-garou. Tu as raison, nous savons pourquoi tu es là. Je sais ce que j'ai fait et je vais te dire, j'assume. Maintenant, tu veux te battre ? Bien. Je vais t'accorder ce privilège, mais je te conseille de faire vite. Je suis un ministre, il me suffit d'un geste pour appeler du renfort. » lança-t-il. Ce n'était guère la vérité. Ou à moitié. Comment des renforts auraient-ils pu arriver ici ? Si vite ? Non. Mordred était seul et c'était un coup de bluff. « Allons-y. » et sans laisser de temps à son adversaire de riposter, de répondre, il transplana pour se glisser dans son dos. Un sortilège fila comme une flèche vers sa cible alors que Mordred se cacha derrière un angle mort, derrière un mur épais. Le duel commençait rapidement et il ne voulait rien accorder à son bourreau. Rien du tout. « Quel dommage que je n'ai pas tué plus de tes compères, ceux de ta race pendant l'évasion massive de la prison ! » aboya-t-il derrière sa cachette comme une ultime provocation. « Ils auraient couiné comme les bêtes qu'ils sont, la queue entre les jambes ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 1154
≡ date d'arrivée : 30/03/2014
≡ tes points : 385 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eliza taylor.
≡ tes crédits : @electric bird (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : dix-neuf ans.
≡ amoureusement : célibataire, aux dernières nouvelles, elle échappe au mariage forcé.
≡ son emploi : elle était encore vaguement assistante au département des jeux et sports magiques au ministère de la magie. avant de devenir une fugitive.
≡ statut de sang : sang-pur, famille récemment tombée en disgrace à cause de son oncle.
≡ sa maison : ancienne serpentarde, ambitieuse et déterminée, ça lui ressemble bien.
≡ sa baguette : bois de cornouiller, plume de phénix, spécialité en sortilèges, une baguette très capricieuse qui n'en fait parfois qu'à sa tête.
MessageSujet: Re: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   Lun 14 Avr - 21:26

A Durmstrang, Aemon et Mordred n’avaient jamais été des amis : parfois, il avait vu ce petit parasite fouiner par-dessus son épaule dans l’espoir de découvrir quels secrets il pouvait bien cacher, comme s’il avait besoin de quelques surprises et aventures pour donner un sens à sa misérable vie. Finalement, peut-être qu’Aemon aurait dû le laisser approcher, un soir dans les cachots, et lui trancher la gorge, prétextant n’avoir aucun contrôle sur sa nature de loup, malgré la potion qui avait battu dans ses veines : car prendre de l’âge n’avait pas permis aux deux hommes de trouver un terrain d’entente, au contraire. Alors que d’un regard sombre il observait son adversaire, Aemon revoyait toutes ces années passées parmi sa meute, réduite à néant par ce déchet humain face à lui - la notion de famille par le lien du sang n’avait plus la moindre importance pour Aemon, et ce, avant même ces histoires de guerre, de mort de Harry Potter, avant même que sa soeur prouve être une timbrée et ses parents des lâches. Combien de fêtes, de célébrations et d’anniversaires, de souvenirs Mordred avait-il réduit à néant ? Aemon n’en voyait pas la fin, tant à chaque fois sa rage brûlait tout son corps avant même qu’il n’ait fini le compte. Beaucoup de choses en Mordred lui rappelaient sa soeur cadette ; mais ce que le sorcier n’avait pas, contrairement à Korra, c’était ce talent indéniable pour la magie pure et dure, la folie, ou le courage, d’affronter les pires situations sans ciller. Les rires hystériques de Mordred lui rappelaient ceux de Korra, ne l’atteignaient guère, tout comme il avait fini immunisé contre le venin de sa soeur - sa colère le rendait sourd, forteresse imprenable. Et d’un geste, Aemon aurait pu renvoyer Mordred mordre la poussière au sol, mais avant qu’il n’ait laissé le moindre élan l’emporter, celui-ci avait transplané - tout s’enchaina très vite, Aemon eut tout juste l’occasion d’esquisser un mouvement pour éviter le sortilège qui siffla tout près de lui, envoyant quelques morceaux de murs voler en éclats dans un feu d’artifices aveuglant. Un grondement passant ses lèvres, Aemon se laissa à avoir un rire sans joie à son tour : toisant les ténèbres : « Alors c’est ça le grand allié des anglais ? » Levant sa baguette, Aemon laissa ses oreilles écouter l’alentours un instant ; Mordred n’avait pas disparu, il tenait sans aucun doute à se rattraper d’avoir été humilié de la sorte. « Ça m’étonne pas, finalement, qu’ils aient préféré couper les ponts avec des incompétents comme toi. » Mordred pouvait prétendre connaître tout de sa nature, Aemon, lui, avait soigneusement pris son temps pour étudier son ennemi : sa vie, son caractère hautain et arrogant, ses réflexes, ses pensées. C’était à la fois comme un jeu de force et un jeu d’échec. Finalement, Aemon leva vivement sa baguette, faisant éclater un coin de mur à quelques pas de là ; la bête qu’il était savait bien débusquer les petits gibiers. « Tu as déjà la queue entre les jambes, on va voir si toi tu couines. » Et Mordred ne pouvait sans doute pas soupçonner ce que ça pouvait faire, d’être un loup-garou - les battements au creux des veines d’Aemon se calqua sur celui qui résonna bien vite à ses oreilles : malgré la musique qui résonnait dans les rues à quelques pâtés de maisons de là - cette fois-ci, pour faire sortir Mordred de son trou, il envoya un nouveau sortilège informulé, dans la direction de son ennemi cette fois-ci. « Tu te caches vraiment comme un lâche. » Marmonna-t-il entre ses lèvres serrées : ça n’avait presque rien d’un combat amusant ; de nombreux imbéciles qu’il avait déjà attaqué ne s’étaient pas planqués comme ça, à croire que Mordred était le pire de tous.

_________________

------------------------------------------
all that pain and misery and loneliness. and it just made her kinder. faded into the setting sun, slipped away. but i won't cry 'cause i'll never be lonely. for you are the stars to me, you are the light i follow.

■■■

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (event, mordred) there's a radiant darkness upon us   

Revenir en haut Aller en bas
 

(event, mordred) there's a radiant darkness upon us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» vente de Futs
» Chauffage
» Faire une ligne de temps avec le site Dipity
» Les produits que vous avez déjà finis !
» [Année 0002] Event 01 : La foire aux monstres
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: troisième saison :: sujet abandonnés
-
Sauter vers: