AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ready to start ↔ Daley & Lancelot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeSam 29 Déc - 18:37

« All that you can give is a cold goodbye. The law enforcement's impressed you've survived to this age . »


Enfin une nouvelle mission pour Lancelot, depuis qu'il était sorti de prison, il n'avait qu'une idée en tête, c'était de rattraper le potentiel retard qu'il avait pris pendant ces longues années. Ce n'était, certes, pas le plus cruel des mangemorts, mais il était tout de même, sûrement, rangé dans le lot des plus actifs et des plus fidèles serviteur du seigneur des ténèbres (du moins avant d'être enfermé à Azkaban). Il était probable que son père ne lui donne pas beaucoup de mission car il le pensait rouillé. Et puis quoi encore ? Il n'allait pas non plus prendre des vacances aux Bahamas pendant qu'on y était ! Plutôt mourir que prendre des congés en cette période décisive de l'histoire du monde magique. Il fallait que le plus possible de mages se motivent pour faire avancer les choses, enfin si possible pas les mages du côté de l'Ordre, ceux là pouvaient bien prendre autant de vacances qu'ils en avaient envie. Enfin passons. Lancelot avait été convoqué dans le bureau de son père pour recevoir ses ordres. « Je ne sais pas si l'on doit vraiment s'inquiéter de l'Ordre du phénix étant donné leur activité insignifiante, cependant, il serait préférable d'en éliminer le plus possible, ces pseudos-justiciers sont une véritables épines dans le pied du seigneur des ténèbres » Avait commencé son père. Si la mission consistait à zigouiller des ennemis de Lord Voldemort, Lancelot serait on ne peut plus comblé de joie : il avait réellement besoin de se défouler et jusqu'ici, il n'avait pas fait grand-chose de très excitant. Dire que sa mère avait envie qu'il bosse au ministère, il y serait sûrement mort d'ennui, ça s'était le boulot de sa futur épouse de rester assise sur sa chaise de juge, sûrement pas le sien.Enfin, il attendait tout de même la suite des paroles de son père avant de sauter de joie (façon de parler, ce n'était pas son genre de faire ce genre d'enfantillages). Il ne voulait pas se faire de faux espoirs. « Ainsi, j'aimerais vraiment que tu te rendes à Cambridge - des membres de l'armée de ce vieux barbus y ont été repérés dernièrement - afin de te renseigner sur leur activité là-bas et les piéger, tant qu'à faire. Évidemment, tu n'iras pas seul. » Ouf, il pouvait désormais se réjouir, il allait pouvoir se battre ou tout de moins, retrouver la bonne vieille excitation qu'il avait connu durant sa jeunesse. Celle de coincer ces satanés membres de l'Ordre. Cependant, il espérait ne pas avoir à faire équipe avec un abrutit. Surtout pas un Malefoy ou un couard du genre. « Daley Ó Donnell. Tu te souviens de lui n'est-ce pas ? Il t'accompagnera pour cette mission. Vous vous retrouverez directement en ces lieux, aux abords de la ville. » S'il se souvenait de Daley ? Évidemment oui. Il s'était retrouvé en prison plus ou moins cause de lui. Enfin, il aurait très bien pu éviter de se faire prendre, mais il avait préféré se "sacrifier" pour que Daley puisse s'échapper. Il ne lui en voulait pas, il avait fait lui-même ce choix. Cependant, n'avoir aucune nouvelle de lui pendant dix années, Lancelot trouvait cela légèrement injuste. Mais qu'importe. Ce qui était fait était fait et il n'avait pas moyen de revenir dessus. D'ailleurs, si c'était à refaire, le mangemort n'aurait rien changé. Enfin peut-être aurait-il éliminé plus de membres de l'ordre avant d'aller en prison.
 
Le lendemain, avant de partir, il enfila sa grande cape noir, l'un des symboles d'appartenance à l'armée du seigneur des ténèbres et salua sa mère (qui était toujours aussi inquiète lorsque son aîné partait en mission, après tout, la dernière fois qu'il était parti, il avait écopé d'une peine de prison à vie) avant de transplaner sur le lieu de rendez-vous. Alors comme ça, il allait enfin revoir Daley. Lancelot se demandait quel genre de personne il était devenu. Ce qu'il lui souhaitait, c'était de ne pas ressembler à Malefoy ou à Pettigrew. Il aurait honte de son ancien "élève" si c'était le cas. Il ne souvenait pas lui avoir appris à être lâche, si ce n'est cette fois où il lui avait demandé de fuir pendant qu'il s'occupait des membres de l'ordre qui leur étaient tombés dessus. Mais bon, entre être lâche et suicidaire, il fallait savoir se mesurer. Quoi qu'il n'était pas forcement un bon exemple de mesure, il avait tout de même foncé dans le tas cette fois-ci. Ayant tué deux membres de l'ordre sous les yeux des autres, il était sûr d'être enfermé à vie. Au tribunal, il n'avait rien dit, pas même un mot pour se défendre, comme certains couards qui proposaient de donner des noms pour alléger leur peine. Comme il aurait aimé les tuer de ses propres mains ces traîtres. Enfin bref, ces souvenirs n'étaient pas des plus agréables. Il était passé par la case prison au nom de ses convictions et aujourd'hui encore, celles-ci étaient intactes et inébranlables. Si seulement tous les sorciers au sang pur pouvaient comprendre la véritable valeur des idées de Voldemort, le monde serait déjà libéré de tous ces sangs de bourbes indignent de contrôler la magie. Lancelot était donc là, aux abords de la ville où se trouvait une forêt, enfin plutôt un petit bois, adossé à l'un des arbres en attendant l'arrivée de son compagnon de mission. Comme souvent, le mangemort était en avance, il préférait attendre qu'être attendu. L'espace d'un instant il se demanda si Daley allait se dégonfler et s'il ne viendrait pas à sa rencontre, après tout, il n'était pas venu le voir durant dix ans. Ceci dit, même s'il avait été déçu de ne jamais le voir, Lancelot ne pouvait pas non plus lui en tenir rigueur : il était bien placé pour savoir que Azkaban n'était pas le genre d'endroit le plus adapter pour des retrouvailles. En règle général, cet endroit n'était adapté pour rien du tout, mise à part la torture psychologique. Dans ce domaine-là, Azkaban n'avait sûrement aucune concurrente. Ses pensées vagabondaient d'une idée à l'autre suivant un chemin propre, tracé par la logique de son cerveau. Finalement, il jeta un coup d'oeil à sa montre à gousset en constatant qu'il était presque l'heure. Toujours aussi curieux de savoir si Daley allait venir ou non.


Dernière édition par Lancelot A. Greaves le Mer 23 Jan - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeMer 2 Jan - 16:34

« Greaves ? » Daley sentit son sang se glacer dans ses veines, comme rarement depuis qu’il était devenu le mangemort qu’il était et fixa son père comme s’il avait soudain perdu l’esprit ou lu dans le sien que Lancelot Greaves était le dernier mangemort avec qui il avait envie de partir en mission. Enfin, depuis son retour d’Askaban évidemment. Mais il connaissait suffisamment son père pour savoir que lui expliquer pourquoi il redoutait une mission avec cet homme ne servirait à rien, il serait inflexible et se ferait même sûrement une joie supplémentaire de l’envoyer là-bas. Ce qui n’empêchait pas Daley de se sentir étrange à l’idée de faire cette mission. Il était retourné dans la chambre de sa fille après la convocation de son père pour profiter des rares instants qu’ils passaient ensembles tous les deux. Sa petite fille était patiente et elle pensait qu’il était trop pris par son travail, pas qu’il avait interdiction de la voir en dehors des heures qu’on lui accordait. Mais il oublia quelques instants son père, sa nouvelle mission, Lancelot pour quelques heures avec Liadan. Mais de retour à Poudlard le soir même, il se remit à penser à Lancelot et à la mission qu’ils allaient devoir effectuer ensemble. Pour une fois, l’adrénaline et la soif d’action ne parvenaient pas à prendre le pas sur ce sentiment de malaise qui l’envahissait. Lorsqu’il était plus jeune, Daley était un garçon gentil, attentionné, il était tout sauf cruel, maniaque et souriant, enthousiasme et charmeur. Aujourd’hui, il n’était que l’ombre de lui-même, une pâle copie du mangemort parfait : froid, cruel et antipathique. Mais s’il y avait bien un mangemort qui avait connu sa part de naïveté et qui l’avait aidé à l’éradiquer, c’était bien Lancelot. Son ancien mentor, celui qui avait été chargé à l’époque de lui apprendre les fondements des missions des mangemorts, comment se comporter, parler, faire la révérence en somme, comment effectuer les missions, se servir de sa tête et de sa baguette, il lui avait enseigné la magie noire que maintenant il enseignait aux élèves de Poudlard. Daley avait dix-sept ans à l’époque et en avait aujourd’hui vingt-six, il était non seulement différent mais il n’aurait jamais pensé que ce qui avait eu lieu huit ans auparavant parviendrait à le toucher à ce point.
Cela faisait des années qu’il n’avait pas appréhendé une mission pourtant, quand il revêtit sa cape de sorcier pour se rendre au rendez-vous fixé par son père et où il retrouverait Lancelot, un nœud se forma au creux de son estomac. Il avait appris le retour de son ancien tuteur mais n’avait pas sauté sur l’occasion pour le retrouver, bien au contraire, s’il avait pu l’éviter jusqu’à la fin de ses jours, il l’aurait fait bien volontiers mais malheureusement, il n’en avait visiblement pas l’occasion. Il sortit de Poudlard rapidement et transplana non loin de l’endroit où il devait se rendre. Il n’était pas en retard, il n’était pas en avance non plus, c’était ce qu’il s’efforçait toujours de faire : être à l’heure, sans une minute de plus, ou une minute de moins. Et même si l’idée était assez tentante de retarder le moment des retrouvailles, il n’était pas un lâche et affronterait la situation quoi qu’il arrive. Il n’était plus en lâche pour être exact parce qu’il savait pertinemment que cela n’avait pas toujours été le cas et malheureusement pour lui, Lancelot en était le parfait témoin. Mais comment être un exemple de courage quand on a dix-sept ans, qu’on vient juste de recevoir une marque qu’on déteste et qu’on se fait encercler par des aurors ? Il avait une fille qui venait tout juste de naître, le mangemort lui avait dit de fuir et il n’avait pas réfléchi, ce qui avait valu des années de prison à Lancelot, l’homme qu’il devait rejoindre d’une minute à l’autre.

Traînant légèrement des pieds, il observa sa montre pour voir qu’il n’avait plus qu’une minute et il accéléra le pas. Quand l’heure de leur rendez-vous sonna dans sa tête, il tourna au coin de la rue pour déboucher aux bords de la ville, là où il devait retrouver Lancelot. Et il le vit rapidement, impossible de louper le seul homme présent dans le coin, tout de noir vêtu et aussi grand que le mangemort adossé à un arbre. Il se rappela alors que durant ces dernières années, Lancelot avait fait de lui un lâche, il avait fui quand son mentor avait eu besoin de lui et durant les années qui avaient suivi son arrestation, Daley n’était jamais allé à Askaban pour lui rendre visite. S’il avait voulu s’en excuser intérieurement en se disant que la prison sorcière était trop épouvantable pour sa santé mentale, la simple idée de revoir Lancelot était bien plus terrifiante et face à lui, Daley avait l’impression de redevenir l’homme qu’il était il y a de cela sept ans. Mais il n’allait pas se défiler et encore moins se comporter comme un adolescent inexpérimenté quand il était devenu un mangemort aguerri. Mais son compagnon de mission avait passé plusieurs années à Askaban et il le trouvait pourtant inchangé, toujours le même, comme s’il n’avait pas passé les dernières années entouré de détraqueurs, porteurs de malheur, de douleur et de cauchemars pour tous les sorciers, moldus, sang-purs, mangemorts, tous tremblaient face à eux, il n’y avait pas une seule personne qui n’avait pas de souvenirs malheureux qu’ils revoyaient en présence de ces infâmes créature. Une longue détention en leur compagnie pouvait changer l’aspect et l’esprit de n’importe qui mais Lancelot semblait toujours le même mais après tout, il n’avait pas encore ouvert la bouche. A ses yeux, Lancelot devait lui en vouloir, le maudire de l’avoir condamné à une vie de souffrance et il aurait pu le comprendre mais il ne se laisserait pas culpabiliser, il n’avait pas le droit de se permettre une telle fantaisie, il y avait suffisamment de bordel dans sa vie sans qu’il n’en ajoute.

C’est pourquoi il continua d’avancer vers le mangemort, la démarche droite et assurée, il ne le quittait pas des yeux et tentait de rester le plus fier possible. Il s’arrêta non de Lancelot et le salua d’un signe de tête rapide, comme s’il ne savait pas réellement quoi dire cet instant. Il n’allait certainement pas lui sauter dans les bras, heureux de le retrouver, il n’allait pas non plus lui faire une accolade chaleureuse, ce n’était pas le genre de la maison. Il se contenta donc de ce signe de tête et de quelques parles polies et mesurées. « Lancelot. Ravi de voir que tu as l’occasion de reprendre du service. » Il n’était pas heureux de le revoir, ni même content de le savoir sorti de prison, il était simplement poli, parce qu’il ne savait pas vraiment quoi dire d’autre. Il n’aurait pas su dire si ses paroles étaient un véritable mensonge, il avait perdu l’habitude d’éprouver de la compassion et voilà quelques années qu’il n’avait pas pensé à Lancelot, honte à lui. Mais il s’était refusé d’éprouver de la culpabilité jusqu’à la fin de ses jours, il avait eu d’autres préoccupations à partir du moment où il avait échoué à sa première mission, il avait dû faire ses preuves et penser à Lancelot et à ses remords avaient fini par devenir rare puis totalement inexistant dans son esprit. Et il n’était pas question qu’il revienne aujourd’hui sur le passé, même si le mangemort l’y poussait, il était là pour accomplir sa mission, rien de plus et il entra directement dans le vif du sujet. « On m’a dit que tu avais les ordres de mission et que tu me dirais ce qu’on fait là, on m’a parlé d’une mission de repérage. » Son père avait été vague parce qu’il n’avait pas manifesté le moindre intérêt et qu’il avait voulu retourner voir sa fille plutôt que d’entendre pourquoi il devait rater une journée de cours à Poudlard. De toute manière lorsqu’il s’agissait de « repérages », il n’y avait pas besoin qu’il soit franchement préparé, il n’était pas censé entrer en action, sauf s’il y avait des complications, ce qu’il n’espérait pas. « Et puisqu’on attend personne d’autre, on pourrait s’y mettre tout de suite ! » Il n’avait pas envie de perdre trop de temps en discussions inutiles, même s’il n’espérait pas vraiment y échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeMer 2 Jan - 23:39

« Our lies are created just to be murdered. »


Plus ou moins perdu dans ses pensées précédemment évoquées, Lancelot releva la tête lorsqu'il vit dans son champ de vision, une silhouette s'approcher de lui. Cela ne pouvait être que Daley, qui d'autre se serait pointé dans un coin aussi isolé. Un promeneur moldu peut-être, après tout c'était possible. Mais non, c'était effectivement la personne qu'il attentait. Daley était bel et bien venu. À la vu de la démarche assurée de l'homme et son air sûr de lui, le ténébreux jugea que son ancien "disciple" avait l'air d'avoir pris en assurance. C'était surement devenu un mangemort digne de ce nom, à moins que ce ne soit qu'une façade, il n'en serait sûr qu'une fois qu'ils seraient passés à l'action. « Lancelot. Ravi de voir que tu as l'occasion de reprendre du service. » Le plus ravi dans cette histoire c'était sans aucun doute le fugitif, pouvoir enfin passer ses nerfs sur des nés-moldus ou des membres de l'ordre le rendait plutôt jovial. Enfin dans la limite du possible pour Lancelot qui avait l'habitude de faire preuve de mesure et de calme. "Jovial" c'était un mot qu'il avait complètement oublié durant les dix longues années passées à Azkaban. Enfin bref, il se redressa, quittant ainsi le tronc d'arbre sur lequel il avait pris appuie et acquiesça d'un signe de tête.« Je me demandais si j'aurais un jour l'occasion de reprendre du service comme tu dis. Enfin, après un certain je ne me demandais plus rien. » Il avait pris un air détaché sur sa deuxième phrase. Il faisait évidemment référence à Azkaban. En règle générale, il n'en parlait pas beaucoup, mais lorsqu'il évoquait le sujet c'était toujours de façon très évasive. « Enfin bon, tout est bien qui fini bien, je suis content de voir que tu as bien grandit » Que dire de plus. Il n'allait pas non plus lui faire un discours de vieux con, lui évoquant la prison et ce qu'il s'y passe, lui disant de faire attention à ne jamais se faire choper par l'ordre. C'était un peu trop cliché pour des retrouvailles. Manquait plus qu'une musique d'ambiance, une lumière tamisée et un effet de flou pour qu'ils finissent dans une série fleuve en plus vingt saisons. Plutôt retourner tout de suite à Azkaban que de finir dans les embrouilles d'une mauvaise fiction moldu. Enfin bon, le moment cliché avait déjà eu lieu avec sa mère, il ne pouvait pas y échapper, mais là pour le coup, Daley n'avait jamais vraiment été assez proche pour pouvoir jouer une séquence émotions avec lui. Ce n'était pas dommage d'ailleurs, il n'avait pas envie de passer pour un gay, c'était un mangemort viril et bientôt marié non mais ! Enfin passons.

Lancelot fut intérieurement soulagé que Daley entre dans le vif du sujet sans attendre, après tout, les silences gênés ce n'était pas spécialement agréable. Même si dans un certain sens, il s'en fichait pas mal, tout comme il se fichait de pas mal de choses d'ailleurs. « On m'a dit que tu avais les ordres de mission et que tu me dirais ce qu'on fait là, on m'a parlé d'une mission de repérage. » Effectivement le cas, mais il était possible que ce soit plus que du repérage, enfin c'était ce que Lancelot espérait, il n'avait pas envie d'être venu jusqu'ici pour rien, - certes, grâce au transplanage ça ne lui avait pas demandé beaucoup d'effort, mais c'était une question de principe - si c'était pour repérer des lieux, ce n'était pas la peine de l'envoyer, il en avait ras le bol de se coltiner des missions pourries. Il s'apprêtait à répondre quand le jeune homme reprit la parole. « Et puisqu'on attend personne d'autre, on pourrait s'y mettre tout de suite ! » Quel enthousiasme. Il ne savait même pas en quoi consistait la mission. Foncer dans le tas n'était pas surement la meilleure chose à faire. Après tout, Lancelot était bien placé pour savoir cela, c'était ce qui l'avait conduit à Azkaban dix ans auparavant. « Des membres de l'Ordre ont été aperçu ici. Aux dernières nouvelles ils n'étaient que trois. Mais il est possible qu'ils cachent des sangs de bourbes quelque part. L'idéal sera de trouver le trou où sont planqués ces cafards et avertir les rafleurs... les membres de l'Ordre seront pour nous. Enfin j'espère. »Comme à son habitude, il parlait avec une certaine placidité dans la voix. Ce qui ne voulait pas dire qu'il n'était pas aussi "enthousiaste" que Daley. Au contraire, se venger des membres de l'Ordre était une idée tout simplement délicieuse. Mais comme toujours il avait du mal à s'extasier sur quelque chose. « Il y a un pub magique dans une ruelle à l'est de la ville, le "Crapaud fétide", je pense qu'il serait plus logique de commencer par là, c'est surement un repère à ivrognes qu'on peut facilement faire parler. » Il n'était pas spécialement ravie à l'idée d'aller faire un tour dans un pub, après tout ce genre d'endroit n'était jamais comme on les espérait. Et Lancelot espérait un lieu propre et respirable, mais bizarrement, l'image du "crapaud fétide" ne renvoyait pas à un restaurant cinq étoiles. Il s'attendait plus à voir des flaques de vomi un peu partout dans la ruelle et des sorciers pitoyables ayant besoin d'une table ou du comptoir pour ne pas s'effondrer au sol.

Il ne revint pas sur Azkaban et n'avait pas spécialement l'intention d'y revenir sauf si Daley l'interrogeait. Après tout, il était plus ou moins en droit de savoir ce qu'avait fait Lancelot pendant dix ans puisqu'il était indirectement lié à son arrestation. D'ailleurs, il ne revint pas non plus sur le sujet. Il aurait pu lui dire qu'il ne lui en voulait pas, mais l'homme ne lui avait pas posé la question alors ce n'était pas la peine d'en parler. Peut-être qu'il s'en fichait, ce qui n'était pas plus mal, ça évitait un dialogue digne d'un film dramatique (restons dans le thème du cinéma). Ceci dit, tous les experts en relation le diront : la clé de voute d'un couple c'est le dialogue ! Au diable les experts, ce n'était pas avec Daley que Lancelot prévoyait de se marier. Le fait de ne pas revenir sur ce qu'il était passé il y a dix ans n'allait pas faire échouer leur mission jusqu'à preuve du contraire. Enfin bref, il sortit un parchemin de la poche intérieure du duffle-coat qu'il portait sous sa cape. Il s'agissait de la carte de la ville qui se dressait devant eux. Il attendait quand même de savoir si Daley avait une meilleure idée avait de chercher l'emplacement du pub.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeJeu 3 Jan - 11:37

« Je me demandais si j'aurais un jour l'occasion de reprendre du service comme tu dis. Enfin, après un certain je ne me demandais plus rien. » Daley resta un instant silencieux, pas sûr de comprendre comment il devait prendre ce genre de réflexion. Il savait que la vie à Askaban devait être effroyable, il avait déjà eu à faire avec les détraqueurs, le maître les portait en très grande estime bien qu’il ne comprenne absolument pas pourquoi et la plupart des mangemorts ne possédaient pas de patronus mais lui avait toujours eu besoin de se défendre contre ces infâmes créatures parce qu’il ne supportait pas leur présence qui lui rappelait sans cesse la vie sans aucun intérêt qu’il menait, toutes ses années de cauchemars qu’il avait vécu dans son enfance, la mort de sa mère et tout un tas d’autres choses et ce qui lui permettait de créer son patronus ? Sa fille évidemment. Mais il pouvait comprendre que côtoyer les détraqueurs à la longueur de journée, à chaque minute de son existence pouvait être une épreuve sans équivalant, cauchemardesque sous tous rapports. Mais le ton détaché de Lancelot lui laissait à penser qu’il n’avait pas spécialement envie de s’épancher sur la question ni que Daley compatisse à son malheur, ce qu’il aurait été incapable de faire de toute manière. En cela, les deux mangemorts semblaient se ressembler, pas d’effusion, de crise de larmes ou de rires à leurs retrouvailles, pas d’échange de bons souvenirs puisqu’ils n’en gardaient qu’un en commun et ce n’était sûrement pas leur préféré à tous les deux. Une journée que Daley aurait souhaité enterrer avec Lancelot à Askaban mais ce dernier en était sorti, il ne pouvait plus faire semblant, il devait s’avouer qu’un jour, dans un passé qui lui semblait lointain, il avait été un lâche sans nom, un couard sans le moindre courage et il s’en sentait honteux, même si Lancelot ne semblait pas lui en tenir rigueur. « Enfin bon, tout est bien qui fini bien, je suis content de voir que tu as bien grandit » Daley arqua légèrement un sourcil, plus froissé par cette remarque qu’il n’aurait dû l’être. Le prenait-il pour un gamin de dix ans qui avait développé un peu de musculature et d’adresse au cours des sept dernières années ? On disait cela d’un enfant, lorsqu’on avait eu la chance de le connaître gamin, lorsqu’on avait la quarantaine passé, pas l’âge de Lancelot. C’était ce genre de réflexion qui vous faisait repartir des années en arrière et redevenir le gamin que vous étiez, une façon pour Lancelot de lui rappeler qu’il était le plus âgé et donc, le plus expérimenté ? Il ne saurait dire pourquoi cela l’irrita mais il répondit plus calmement qu’il ne s’en serait cru capable. « Tes années à Askaban ont dû te griller le cerveau, tu ressembles davantage à un vieux gâteux de cinquante ans qu’à un mangemort aguerri ! » Une petite remarque ironique sur la situation, voilà qu’il espérait la décoincer rapidement et ne pas vexer Lancelot mais après tout, lui-même venait de heurter ses propres sentiments. Il eut un léger sourire en coin, pas celui qu’on adresse à un vieil ami, plutôt le genre peu sincère qu’on affiche après avoir lancé une moquerie mais il continua sur sa lancée. « J’espère que tu sais encore tenir ta baguette, nous avons une mission à mener à bien ! » Et il était plus décidé que jamais à faire ses preuves devant le mangemort, lui prouver qu’il avait fait bien plus que grandir, il avait mûri, il était devenu impitoyable et particulièrement doué. Il allait se donner à fond pour lui montrer qu’il n’était plus l’adolescent qu’il était il y a quelques années et que s’il lui ordonnait de fuir, cette fois, il n’en ferait rien. De toute façon, Askaban était aux mains des ennemis, il ne risquait pas grand-chose mais c’était uniquement pour la forme, il ne laissait pas tomber ses coéquipiers. Du moins, il ne laisserait pas tomber Lancelot, il avait quelque chose à prouver et il le ferait.

Mais toute plaisanterie, aussi vraie soit-elle, mise à part, il se décida à parler directement de la mission, Lancelot n’avait pas l’air de vouloir le battre en duel pour le punir de ce qu’il avait fait en l’abandonnant à son sort, il pouvait donc respirer un peu plus tranquillement. L’homme n’était pas rancunier et il pouvait presque l’admirer pour cela, lui-même n’aurait pas été capable d’une telle miséricorde et aurait traqué le lâche qui aurait osé le laisser croupir en prison pendant presque dix ans sans vraiment d’espoir d’en sortir. Et il comptait maintenant sur Lancelot ce qu’il avait refusé d’écouter dans le bureau de son père. Ce que le mangemort ne savait pas évidemment. « Des membres de l'Ordre ont été aperçu ici. Aux dernières nouvelles ils n'étaient que trois. Mais il est possible qu'ils cachent des sangs de bourbes quelque part. L'idéal sera de trouver le trou où sont planqués ces cafards et avertir les rafleurs... les membres de l'Ordre seront pour nous. Enfin j'espère. » Daley hocha légèrement la tête pour lui montrer qu’il avait compris ce qu’on attendait d’eux, même si cela semblait un peu ennuyant, sauf si des membres de l’Ordre se trouvaient sur place évidemment. Mais il ne fit pas de commentaire et observa les alentours. L’endroit était presque idéal, peu d’activité sorcière dans le coin, l’endroit était un peu perdu et pas des plus vivants, le lieu favori pour cacher des nés-moldus. « Il y a un pub magique dans une ruelle à l'est de la ville, le "Crapaud fétide", je pense qu'il serait plus logique de commencer par là, c'est surement un repère à ivrognes qu'on peut facilement faire parler. » Rien que le nom du bar lui donnait la nausée et il ne doutait pas que ce serait son sentiment lorsqu’ils entreraient dans cet endroit. Il vit Lancelot sortir une carte de sous sa cape et il hocha à nouveau la tête. « Ça semble être une bonne idée, de toute façon, à partir de nulle part, autant partir de l’endroit central d’une ville aussi morte que celle-là. Il faudra sûrement fouiller l'endroit, rien de mieux qu'un pub sorcier pour cacher des nés-moldus après tout ! » Il avait traversé les rues et n’avait pas trouvé âme qui vive, aussi tard dans la soirée, les habitants devaient se trouvaient à l’endroit indiqué par Lancelot. Il s’approcha du jeune homme et jeta un œil sur la carte qu’il avait déplié devant lui après qu’il ait donné son accord et son approbation sur le premier lieu à visiter. Il se rendit compte qu’il avait sorti sa baguette inconsciemment lorsqu’il la pointa sur la carte à l’endroit où le pub était indiqué. « Ce n’est pas très loin d’ici, on ferait peut-être mieux d’y aller à pieds pour ne pas trop attirer l’attention sur nous et au cas où des moldus traîneraient dans les parages. » Après tout, il n’y avait qu’un seul village entièrement sorcier en Angleterre et il était évident que ce n’était pas celui-là, il y avait toujours des moldus pour partager leur monde et même si cela était une abomination pour la plupart des mangemorts, lui s’en fichait pas mal, son but était simplement de ne pas faire de gaffe en dévoilant leur monde à de simples mortels.

Il se décala légèrement de Lancelot et l’observa un instant, avant d’attendre sa réponse pour qu’ils puissent se mettre en route tous les deux pour démarrer leur mission. Il avait toujours ce poids sur la conscience, cette idée qu’il devait quelque chose à Lancelot, qu’il aurait dû s’excuser de sa lâcheté mais aussi de ne jamais lui avoir rendu visite auparavant pendant ces années qu’il avait passé en prison mais s’excuser, Daley en était tout simplement incapable, il ne savait pas le faire, ne l’avait pas fait depuis si longtemps qu’il n’était pas sûr qu’il saurait bien s’y prendre et il se demandait si c’était ce que voudrait Lancelot, lui qui lui avait appris à devenir un bon mangemort. Mais que faire alors ? Rester avec cette désagréable sensation au creux de l’estomac ? Avec ce sentiment d’incertitude qui planait au-dessus de sa tête ? Faire comme si de rien n’était quand des tas de questions lui brûlaient les lèvres ? Et pourtant, c’est ce qu’il fit, même s’il continuait sans le vouloir de fixer Lancelot de son regard perçant, il n’ajouta rien et malgré l’insistant de ses yeux contre le visage de son ancien mentor, il attendait sa réponse, plongé dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeVen 4 Jan - 0:12

« Our lies are created just to be murdered. »


Pouvait-on dire que jusque là, leurs retrouvailles se passaient plutôt bien ? Il y avait certes beaucoup de non dit, mais comme Lancelot n'était pas tellement fâché contre son ancien disciple, cela jouait surement pas mal dans le fait qu'il n'avait, de son point de vue en tout cas, aucune tension entre eux deux. Peut-être une petite pointe de gêne mais rien de trop oppressant. En revanche, si Lancelot avait été un mangemort cliché, il aurait surement tenté d'étrangler à l'arrivée de celui-ci. Mais bon, tous les mages noirs n'étaient pas des sauvages incapables de se contrôler, après tout, Lancelot était intimement convaincu qu'il ne se passait jamais rien de bon pour quelqu'un qui utiliserait la magie noire n'importe comment, en se laissant simplement guider par ses instincts. L'allure calme de Daley lui faisait espérer que celui-ci voyait les choses de la même façon que lui. Il n'aurait pas voulu faire équipe avec Lestrange par exemple, ni lui, ni elle, aussi bon mangemort soient-ils, ils étaient beaucoup trop incontrôlables et il était fortement probable que les années qu'ils avaient passé à Azkaban ne les aient absolument pas arrangé mentalement... en sommes, ça ne devait pas être très joli à voir. Bref, Daley ne laissa pas le silence s'installer, répondant aux paroles - séniles ? - de l'héritier de la famille Greaves. « Tes années à Askaban ont dû te griller le cerveau, tu ressembles davantage à un vieux gâteux de cinquante ans qu'à un mangemort aguerri ! » Lancelot lâcha un léger rire, amusé de la réflexion de Daley. Dans un sens, il n'avait surement pas tort : passez dix ans à Azkaban et vous aurez l'impression d'avoir vieilli de trente ans. D'ailleurs la notion de temps était on ne peut plus incertaine coincé entre les murs de la prison, au bout d'un moment, Lancelot avait en complètement perdu le fil. De plus, de le dépouiller de toute notion temporelle, l'enfermement lui avait atrophié des notions spatiales, perdu en pleine mer du nord, il n'avait plus aucun moyen de se repérer sur terre. Enfin bon, ce n'était pas tellement le moment de penser à cela. « J'espère que tu sais encore tenir ta baguette, nous avons une mission à mener à bien ! » Heureusement ce genre de choses ne s'oubliait pas. Sa baguette lui avait été confisquée durant tout ce temps, rangée, oubliée avec les autres baguettes des sorciers d'Azkaban. Pas question d'en prendre une autre, c'était sa baguette et il n'aurait voulu en changer pour rien au monde. Enfin, c'était exagéré, Lancelot se serait accommodé à une autre baguette s'il n'avait pas réussi à récupérer la sienne. « J'ai eu l'occasion de la sortir de son long sommeil quelques fois depuis mon retour mine de rien. Enfin si je suis vraiment rouillé je suis sûr qu'un "p'tit jeune" comme toi, compensera. » Évidemment, c'était ironique, il ne se considérait pas vieux et Daley n'était plus un gosse. Il avait quoi ? Vingt-cinq ? Vingt-six ans ? Ce n'était plus l'adolescent qu'il avait connu. Heureusement d'ailleurs. Il avait surement eu le temps de faire des erreurs, d'en tirer des leçons, il avait dû connaitre ses propres succès et avait fait son propre parcourt. En dix ans, il avait dû s'en passer des choses dans sa vie. Il se demanda si son père l'avait tenu pour responsable de son emprisonnement. Dans un sens, ce serait probablement injuste : Lancelot avait choisi lui-même de protéger Daley, ce dernier n'était en rien responsable des choix qu'il avait pu faire. Mais bon, c'était fait, il n'avait pas moyen de revenir en arrière, même si le passé hantait souvent l'esprit de Lancelot.

Quoi qu'il en soit, revenons-en leur mission. « Ça semble être une bonne idée, de toute façon, à partir de nulle part, autant partir de l'endroit central d'une ville aussi morte que celle-là. Il faudra sûrement fouiller l'endroit, rien de mieux qu'un pub sorcier pour cacher des nés-moldus après tout ! » Bon, il n'avait pas perdu toute sa tête puisque sa proposition faisait visiblement l'unanimité - façon de parler, pouvait-il vraiment y avoir une unanimité avec seulement deux personnes ? - en même temps, ils n'avaient, hélas, pas des tonnes d'option qu'y aller plus ou moins à tâtons. De plus, il y avait fort à parier que le repère des nés-moldus soient protégés par des charmes de dissimulation et de bouclier. Ça risquerait donc d'être galère de trouver l'endroit sans savoir ou chercher. Une fois la carte dépliée, Daley se rapprocha et indiqua le lieu sur le parchemin. « Ce n'est pas très loin d'ici, on ferait peut-être mieux d'y aller à pieds pour ne pas trop attirer l'attention sur nous et au cas où des moldus traîneraient dans les parages. » Hum, satanés moldus, Lancelot ne détestait pas marcher, mais par principe, il n'aimait pas avoir à se cacher pour utiliser la magie. Hélas, il savait bien qu'il n'avait pas le choix. Que de toute façon, on ne pourrait jamais créer un monde sans moldu, ils étaient bien trop nombreux, la seule chose à faire c'était de créer un no man's land entre les deux univers, les séparer une bonne fois pour toute pour que plus jamais des sangs de bourbes n'aient accès au monde de la magie. Il remarqua l'instant d'absence de Daley et haussa un sourcil. Ceci dit, ce n'était pas tous les jours que les "fantômes" du passé étaient conviés à effectuer des missions avec vous. Lancelot imaginait que Daley l'avait peut-être cru mort à Azkaban, après tout, il ne pouvait lui en tenir rigueur, c'était sans doute un miracle qu'il ait eu la force de tenir aussi longtemps dans cet enfer. Les convictions de sa famille et des idées de Lord Voldemort étaient si profondément enfoui en lui, qu'il avait réussi à tenir le coup. « Tu me traites de vieux, mais tu n'as pas l'air spécialement concentrer, lâcha-t-il avec un pointe d'ironie, ce n'est pas la mission qui t'inquiète j'espère. Enfin bref, je crains ce soit la seule chose à faire de jouer la carte de la discrétion. Il faudra donc éviter les combats en pleine rues. Enfin dans le pire des cas il y a toujours les oubliators pour faire régner le secret sur le monde magique, mais je suppose qu'on ne peut pas se rabattre sur ça. » Il soupira intérieurement, le jour où la guerre sera enfin gagnée, il faudrait absolument créer plus de lieux exclusivement peupler par des sorciers. C'était quelque chose qui manquait vraiment. Quoi qu'il en soit, le mage releva la tête en direction de la ville. Cambridge... il n'y avait jamais mis les pieds et à vrai dire, ce genre de lieu moldu ne l'enchantait pas vraiment. Ça avait tout l'air d'être un endroit plutôt moderne et où les moldus aimaient bien rester la nuit dans les rues et faire la tournée des pubs, forcement, c'était une ville universitaire. Il ne fallait pas se voiler la face : ce serait la même chose à pré-au-lard si les étudiants étaient plus âgés et libre de sortir comme bon leur semble. Le sorcier fit donc le premier pas pour inciter son compagnon de mission à en faire de même. De toute façon, rester planter là comme des piquets ne leur apporteraient sans doute pas grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeSam 5 Jan - 14:27

Daley n’arrivait pas à comprendre le calme de Lancelot. En pensant à leurs retrouvailles, à partir du moment où il avait su avec qui il allait faire cette mission aujourd’hui, Daley s’était attendu à plusieurs attitudes de la part de son mentor. Il avait attendu la froideur, la rancune, peut-être même s’était-il attendu à ce que Lancelot lui lance un sort ou deux pour lui remettre les idées en place et se venger des années passées à Askaban. Il était seul responsable de son arrestation à ses yeux, l’unique. Pour lui, peu lui importait que son aîné lui ait demandé de fuir à l’époque, il n’aurait jamais dû le faire, même si revenir en vie était l’objectif de bien des mangemorts. Il avait été jeune et naïf et selon la loi mangemort, un lâche n’est pas un bon soldat. Certes il avait changé mais sa lâcheté lui avait à l’époque valu quelques punitions bien senties. Parce que les mangemorts auraient sans doute préféré qu’un novice se retrouve à Askaban plutôt qu’un sorcier de la trempe de Lancelot. Oui, il aurait mieux fait de prendre sa place à l’époque, cela lui aurait valu bien moins d’ennuis et de problèmes de conscience. Et sans dire pourquoi, cette attitude trop calme chez Lancelot soulevait des doutes chez Daley, des soupçons, de l’hostilité. Il n’aimait pas sa manière de lui rappeler leur différence d’âge et le fait qu’il l’avait connu quand il n’était encore qu’un gamin immature et novice. Malgré tout, il cachait son amertume derrière quelques plaisanteries, ce n’était clairement pas à lui d’en vouloir à Lancelot mais bien l’inverse, mieux valait faire profil bas. Heureusement pour lui, Lancelot accueillit son humour sur la même note et se mit même à rire, laissant Daley se demander depuis combien de temps le jeune homme n’avait pas ri, si cela lui avait manqué, il n’arrivait pas à imaginer la vie à Askaban, il la savait horrible, Lancelot avait dû perdre toute notion du temps et de la vie en général, sa remarque aurait presque semblé déplacée mais lui la prenait avec gaieté, autre chose qui dérangeait Daley. « J'ai eu l'occasion de la sortir de son long sommeil quelques fois depuis mon retour mine de rien. Enfin si je suis vraiment rouillé je suis sûr qu'un "p'tit jeune" comme toi, compensera. » Daley laissa échapper un sourire en coin, ironique parce qu’il se doutait bien que Lancelot n’était absolument pas rouillé, il avait, comme il le disait lui-même, déjà eu l’occasion de ressortir sa baguette à quelques reprises depuis sa sortie de prison et il doutait qu’on puisse oublier les sortilèges mortels qui hantaient les esprits des mangemorts. Il sourit avant de répondre. « Je pourrais compenser même si tu étais démuni de baguette et privé de tes deux jambes. » Affirma-t-il fièrement, même tous les deux savaient qu’il plaisantait à moitié. Il s’en savait capable évidemment mais il s’amusait de comparer Lancelot à un vieux grabataire dans la force de l’âge, tout juste capable de tenir sa baguette. Et puis avouons-le, même s’il y avait pire que lui, ce n’était pas la modestie qui pourrait étouffer Daley à l’occasion, il connaissait ses capacités et était fier de la force qu’il avait acquise. « Je suis sûr que tu t’en es donné à cœur joie, tu as passé la nuit à massacrer tout ce qui te tombait sous la baguette ? » Il sourit, il savait que Lancelot n’était pas aussi extrême mais qui sait ce qu’un homme qui sort de captivité peut faire une fois sa liberté retrouvée ? Il aurait sans doute lui-même passé des heures à lancer des sorts à tort et à travers pour le simple plaisir de prouver qu’il était capable de le faire. Pour avoir la joie de voir sa baguette s’illuminer et faire quelque chose de bien, ou de mal. L’heure n’était pas aux évocations du passé entre eux, ils parlaient avec légèreté, comme deux simples mangemorts en mission, comme si aucun évènement commun ne les rapprochait.

Mais si Lancelot n’avait pas décidé de l’étriper pour ce qu’il lui avait fait, il se contentra rapidement sur la mission, ce qui permit à Daley d’en faire de même et de détourner sa propre attention des pensées qui l’envahissaient à chaque fois qu’il repensait à son histoire et à celle de Lancelot. Il se concentra donc sur la carte que lui montra son ancien mentor, approuvant sa méthode de travail, ou tout simplement incapable de le contredire, il n’aurait su le dire. Mais alors que Lancelot semblait approuver sa décision de se rendre au pub à pieds pour plus de discrétion, il ne put s’empêcher de revenir, encore et toujours à ce qui le chiffonnait. Lancelot était d’un professionnalisme alarmant, presque suspecte. Avait-il donc oublié ce qui l’avait conduit en prison ou attendait-il le moment idéal pour acculer Daley et lui demander des comptes ? Il refusait de se laisser prendre par surprise, il ne voulait pas que Lancelot ait la moindre emprise sur lui, il ne le supporterait pas. Pourtant, s’il avait bel et bien envie de passer, d’oublier, pourquoi ramènerait-il stupidement le sujet sur le tapis ? Se taire ou crever l’abcès une bonne fois pour toute ? Voilà le dilemme qui se creusait dans la cervelle de Daley et qui menaçait de le faire exploser. Faire comme si de rien n’était était si facile, si tentant qu’il n’eut d’abord pas envie d’ouvrir la bouche plus que nécessaire mais son insistance face au regard de Lancelot parut visiblement suspecte. « Tu me traites de vieux, mais tu n'as pas l'air spécialement concentrer. » Non, il n’était pas du tout concentré, quelque chose l’empêchait de se fixer sur la mission et cela commençait à l’agacer. Il ouvrit la bouche pour répondre mais Lancelot n’avait visiblement pas fini sa phrase. « ce n'est pas la mission qui t'inquiète j'espère. Enfin bref, je crains ce soit la seule chose à faire de jouer la carte de la discrétion. Il faudra donc éviter les combats en pleine rues. Enfin dans le pire des cas il y a toujours les oubliators pour faire régner le secret sur le monde magique, mais je suppose qu'on ne peut pas se rabattre sur ça. » Que faire ? Lui répondre ou laisser passer puisque Lancelot ne semblait pas y faire attention ? Le comportement du mangemort avait le don de le désarçonner et il détestait cette sensation désagréable. Il vit Lancelot faire un pas et se mit en mouvement presque au même moment, comme s’il avait pris conscience d’un coup qu’il n’avait pas bougé d’un pouce depuis qu’il avait commencé à le fixer. Il en profita également pour lui répondre. « Non, ce n’est pas ce genre de mission qui pourrait m’inquiéter. Évitons le maximum les vagues, ça pourrait être le plus simple. » Répondit-il simplement, sans plus s’étendre sur le sujet. Ils allaient y aller à pieds, ils allaient effectuer leur mission, c’était aussi simple que cela. Pourtant, Daley, d’habitude partisan du moindre mot économisé en était presque réduit à se mordre la langue pour éviter de trop parler.

Il finit par mettre fin au silence tranquille qui régnait entre deux mangemorts en mission, entre deux rues de la ville tandis qu’ils se dirigeaient vers le pub, guidés par leur sens de l’orientation. Il retrouva tout son sérieux, toute trace d’ironie disparue de son visage. « J’ai du mal à croire en ta sincérité. » Annonça-t-il sans préambule, parce que c’était vraiment ce qui le chiffonnait le plus. Il avait un ton neutre, comme s’il n’était pas en train d’accuser son coéquipier d’être un menteur. Il reprit son idée pour paraître un peu plus clair. « J’ai du mal à penser que tu peux réellement oublier le passé aussi facilement et faire comme si rien ne s’était jamais passé. La seule raison qui me vienne à l’esprit serait que tu as perdu la mémoire mais j’en doute. » Il l’avait dit, il avait tout remis sur le tapis, incapable de faire autrement, il n’aurait jamais pu se concentrer sur sa mission sans mettre les choses au clair avec Lancelot et ils avaient quelques mètres pour discuter, ils pouvait bien occuper leur temps à faire autre chose qu’à regarder le paysage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeLun 14 Jan - 19:32

« Many paths, many seasons I have seen
Time has washed them away just like the sea »


L'humour était une idée qui n'avait pas sa place à Azkaban, heureusement, Lancelot n'avait pas oublié comment l'on s'en servait, sans quoi, il aurait surement bien mal accueillis les remarques de celui qui fut jadis son disciple. D'ailleurs, depuis sa sortie, il avait appris à se servir du second degré pour se protéger des questions dérangeantes, il parlait d'Azkaban avec dérision pour éviter de montrer à quel point son séjour l'avait psychologiquement affaibli. Après tout, chacun se protégeait comme il pouvait, certains utilisaient la colère, d'autres les larmes, mais l'un comme l'autre ne faisait pas parti des habitudes du mangemort, il avait opté pour la plaisanterie. En essayant tout de même de bien doser celle-ci, sinon, ce serait trop flagrant qu'il tentait de dissimuler la vérité (quoi que plaisanter d'Azkaban c'était forcement louche d'une certaine façon). Bref, c'était justement ce qu'il faisait à ce moment précis : il cachait ses véritables sentiments derrière un masque portant le nom d'humour, sarcasme, raillerie, qu'importe le terme exacte, c'était le résultat qui comptait : ne pas montrer que ce voyage en enfer avait été un véritable cauchemar. Quoi qu'il en soit, c'était sur le même ton que répondait le mangemort qui lui faisait face. « Je pourrais compenser même si tu étais démuni de baguette et privé de tes deux jambes. » Réplique qui amusa le mage noir et dessina un sourire sur son visage. Grand dieu merci, il n'était pas sorti éclopé de sa prison. Il aurait bien du mal à s'assumer si tel avait été le cas.Plutôt mourir, comme on dit si bien. Il avait déjà laissé une bonne partie de son âme entre les murs de la prison, il n'avait pas envie de perdre sa mobilité en prime. Cependant, même s'il ne savait pas de quoi était capable Daley aujourd'hui, ce n'était surement pas pour le plaisir des retrouvailles qu'ils avaient été envoyés à deux sur cette mission : il était probable que le niveau soit un peu trop élevé pour un mage seul. « Je suis sûr que tu t'en es donné à coeur joie, tu as passé la nuit à massacrer tout ce qui te tombait sous la baguette ? » Ce n'était pas le genre de Lancelot, mais il avait précédemment pris un malin plaisir à utiliser Doloris sur l'une ses captives. Habituellement, il n'était pas vraiment friand de ce sort mais, là c'était différent : il avait été privé de magie durant si longtemps qu'il n'avait pas fait dans la dentelle lorsqu'il put enfin se lâcher, un peu comme un gamin sans scrupule à qui l'on donnait, après qu'il est attendu si longtemps avec excitation, enfin le droit d'utiliser les sortilèges interdits. « Je n'irais pas jusqu'à dire cela, mais ce fut plus ou moins le cas. » Il haussa les épaules, toujours amusé par la situation. Enfin bon, il fallait aussi savoir faire fit des plaisanteries pour passer aux choses sérieuses.

Malgré l'air absent du mangemort, Lancelot avait continué à exposer ses idées concernant leur mission. Dans un certain sens, il avait plutôt hâte que cela se termine. Disons qu'il était tirailler entre l'excitation de liquider du sang de bourbe, ces choses qui étaient une véritable insulte au monde de la magie et de l'autre côté, il n'était pas vraiment à l'aise avec Daley. Bien qu'il ne le montrait pas vraiment, c'était évident ce que cette situation n'était pas des plus amusantes. Il y avait beaucoup de non-dit dans leurs précédentes conversations. Enfin bon, le jeune homme répondit à Lancelot qui était passé rapidement sur le fait que celui-ci ait l'air dans la lune. « Non, ce n'est pas ce genre de mission qui pourrait m'inquiéter. Évitons le maximum les vagues, ça pourrait être le plus simple. » En effet, c'était le plus simple, mais il fallait aussi éviter que trop de poivrot du pub aient le temps de s'échapper, en fait, c'était délicat : il ne fallait pas tous les tuer pour pouvoir les faire parler, mais il fallait aussi éviter que certains aient l'envie de jouer les héros. « Bon, si l'on est d'accord sur ça, allons-y. »

Il marchait donc silencieusement dans les rues de la ville en directions du crapaud fétide, songeant au fait que cette mission ne le rajeunissait pas vraiment. Elle lui faisait prendre, on ne peut plus conscience des dix années qui venaient de s'écouler, à la fois si rapidement et si lentement. Dix années qui n'avaient servie qu'à une seule chose : si Azkaban était un aperçu de l'enfer, il préférait ne jamais mourir, même si l'éternité n'avait rien de plaisant aux yeux du mage noir. Espérer le paradis ce n'était pas la peine de toute façon, car un crime, même motivé par des idées nobles, restait un crime, ainsi, les portes du ciel lui étaient depuis bien longtemps fermées. « J'ai du mal à croire en ta sincérité. » Lancelot sorti de ses pensées et arrêta sa marche à ces mots. Il haussa un sourcil, ne comprenant pas vraiment où le mangemort voulait en venir. Un air sérieux accroché à son visage, il éclaira la lanterne du ténébreux après quelques secondes. « J'ai du mal à penser que tu peux réellement oublier le passé aussi facilement et faire comme si rien ne s'était jamais passé. La seule raison qui me vienne à l'esprit serait que tu as perdu la mémoire mais j'en doute. » Nous y voilà. Le passé était enfin arrivé sur le tapis. En même temps, il fallait être fou pour imaginer qu'il y échapperait. Il lâcha un léger soupire. Parler de ça en plein milieux de la rue, ce n'était pas forcement ce qu'il avait envie de faire. Enfin, au milieu d'une rue ou ailleurs c'était du pareil au même. « Comment pourrais-je oublier ? Ce n'est pas le genre de souvenir qu'on peut volontairement omettre. » Il chercha ses mots un instant. Ne sachant pas vraiment comment continuer. Mais puisqu'il fallait parler à coeur ouvert, il ne pouvait pas juste terminer sur une plaisanterie et éviter la conversation, il n'était pas du genre lâche et ne pouvait pas fuir, c'était une question de principe. « Je ne sais pas ce à quoi tu t'attends comme discours, mais je n'aime pas tellement parler du passé. Ce qui est fait est fait, j'ai agis en toute connaissance de cause, mon seul regret est de n'avoir pu éliminer que deux membres de l'ordre et pas plus. J'aurais aimé avoir de tes nouvelles lorsque j'étais enfermé, mais je comprends qu'aller à Azkaban c'est encore pire qu'aller à un dîner de famille qui s'éternise. » Il n'avait rien trouvé de mieux à dire. Il fixait Daley dans les yeux, tout aussi sérieusement que ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeJeu 17 Jan - 9:49

    « Je n'irais pas jusqu'à dire cela, mais ce fut plus ou moins le cas. » Daley n'irait jamais jusqu'à prétendre qu'il pouvait comprendre ce que ressentait Lancelot et ce qu'il avait ressenti à sa sortie de prison mais il pouvait aisément l'imaginer, même s'il était très loin de la vérité. Les pires choses arrivent à Askaban, personne ne pourrait rêver y passer ne serait-ce que quelques heures mais surtout, Lancelot avait été privé de sa baguette pendant presque dix ans, il n'osait pas imaginer le plaisir qu'il avait dû ressentir en sentant ce bout de bois si important pour un sorcier à nouveau entre ses doigts. La puissance qu'elle procurait à chaque porteur, l'unique lien qui l'unissait à son sorcier, toutes ses choses qui lui manquait personnellement lorsqu'il s'en retrouvait privé pour telle ou telle raison. Il se sentait automatiquement nu, comme si on lui enlevait un habit ou une part de lui-même, comme s'il n'était plus vraiment la même personne sans sa baguette et c'était souvent ce que ressentait chaque sorcier à partir du moment où il sortait de la boutique de baguettes avec cette longue boîte pour la première fois, A chaque fois qu'ils lançaient un sort, qu'ils s'en servaient pour se défendre ou pour protéger, ses petite choses si importantes, aucun sorcier n'aurait l'idée de se battre à mains nues avec un autre. C'était bien pour cette raison qu'ils appelaient le corps à corps la « façon moldue », les sorciers s'en servaient si peu souvent, ils avaient plus fréquemment le réflexe de sortir leur baguette et ils le faisaient avec une rapidité parfois déconcertante. C'est la raison pour laquelle s'il avait été privé de cet outil plus de dix ans, il aurait passé la nuit suivant sa libération à jeter un sort à tout ce qui pouvait bouger. Mais il comprenait aussi la retenue de Lancelot, il n'était plus un gamin qui venait tout juste de retrouver son jouet préféré après des heures de recherches, il était un sorcier aguerri et il avait passé dix ans en enfer, il comprenait que sa priorité n'avait pas été aux meurtres inutiles et aux incantations futiles. « Tu vas peut-être pouvoir en profiter encore un peu aujourd'hui, qui sait sur qui on peut tomber ! » S'il l'espérait ? Cela dépendait de ce qui allait se passer par la suite avec Lancelot. Il n'était pas spécialement en condition pour un vrai combat et craignait toujours de fauter en présence du mangemort mais s'ils venaient à discuter et à remettre sur le tapis ce qui leur était arrivé, il pourrait très rapidement avoir la baguette qui le démange. Il aimait extérioriser ce qu'il ressentait par quelques sortilèges et un peu d'adrénaline ne pouvait pas vraiment leur faire de mal,

    C'est pourquoi, en pensant à la mission qui les attendait, ils se mirent à réfléchir au meilleur moyen d'aborder la situation et par où commencer pour mener à terme ce qu'on leur avait ordonné de faire. Pas question pour Daley de revenir avec un échec à la maison, pas quand Lancelot était son partenaire, il allait se donner à fond juste pour lui prouver qu'en cas de pépin, il ne serait pas le lâche qu'il avait été., Et même si au fond de lui, il avait envie de penser qu'il n'avait rien de plus à prouver à Lancelot, il ne pouvait empêcher ce sentiment de refaire surface à chaque fois qu'il réfléchissait à cette mission, « Bon, si l'on est d'accord sur ça, allons-y. » Daley acquiesça simplement et ils se mirent alors en marche pour la destination qu'ils s'étaient fixés. Mais le jeune homme avait trop de mots sur la conscience pour ne rien dire et se mettre à parler de la pluie et du beau temps, ce qui n'était de toute façon pas le sujet préféré des mangemorts. Et même si avec n'importe qui d'autre -sans compter Pandora et Alexander- il se serait tut jusqu'à ce qu'ils arrivent, il n'arrivait pas à garder le silence face à Lancelot, une attitude qu'il détestait parce qu'il avait l'impression de devoir se justifier à n'importe quel instant, Il vivait dans la culpabilité sans même le savoir et revoir son ancien mentor l'avait plus perturbé qu'il n'avait voulu l'admettre et lui avait fait prendre conscience que cette histoire n'était aussi enfouie en lui qu'il l'aurait voulu. Alors parler restait sa seule option et crever l'abcès entre eux lui apparaissait comme la chose à faire à tout prix. Il ne s'attendait cependant pas à ce que son compagnon de mission stoppe sa marche et il mit deux pas supplémentaires à s'en rendre compte. Il s'arrêta alors et regarda autour de lui avant de reporter son attention sur Lancelot pour finalement exprimer le fin fond de sa pensée, Il aurait préféré continuer à marcher pour éviter de regarder le mangemort dans les yeux mais à présent, il n'avait plus le choix. Il l'observait, comme pour juger s'il allait sortir sa baguette pour lui faire payer maintenant, « Comment pourrais-je oublier ? Ce n'est pas le genre de souvenir qu'on peut volontairement omettre. » Les doutes que Daley avaient pu avoir -même s'il n'y croyait même pas vraiment au fond de lui- venaient de voler en éclat, Lancelot se souvenait de tout, il avait gardé tous ses souvenirs, ce qui le ramenait donc à son interrogation première sur ses actions qui contrastaient avec la gravité de ce qu'il lui avait fait, « Je ne sais pas ce à quoi tu t'attends comme discours, mais je n'aime pas tellement parler du passé. Ce qui est fait est fait, j'ai agis en toute connaissance de cause, mon seul regret est de n'avoir pu éliminer que deux membres de l'ordre et pas plus. J'aurais aimé avoir de tes nouvelles lorsque j'étais enfermé, mais je comprends qu'aller à Azkaban c'est encore pire qu'aller à un dîner de famille qui s'éternise. » Daley ne quitta pas le regard de celui qui l'avait formé dans le monde impitoyable des mangemorts, sûrement pour tester sa sincérité sur ses paroles, L'air franchement perplexe, il mit quelques secondes avant d'assimiler ses paroles, pas sûr de pouvoir lui faire totalement confiance, Il avait monté de toutes pièces une vengeance pour Pandora deux semaines seulement après qu'elle l'ait foutu en rogne et il avait du mal à penser que Lancelot n'y pensait même pas de son côté. Le jeune homme était d'une nature bien trop méfiante, il avait appris à se méfier des coups dans le dos, des coups tout court d'ailleurs et il détestait être pris par surprise, Il était probablement bien plus proche de la paranoïa que de la méfiance à ce stade-là mais il ne pouvait se départir de cette désagréable impression, Il prit quelques instants pour réfléchir avant de finalement hausser les épaules, « Je n'attends aucun discours, je ne m'attendais pas à une telle réaction, » Il était spontané, il n’avait pas besoin de réfléchir à ce qu'il avait envie de dire et il ne pesait aucun de ses mots lorsqu'il parlait à Lancelot, « Tu n'as jamais eu la cruauté des pires mangemorts mais ne me fais pas croire que n'importe qui à ta place ne serait pas sorti avec la seule idée de te venger de ce qui t'avais conduit là, Tu le dis toi-même, Askaban, c'est loin d'être l'endroit de rêve, tu y as passé presque dix ans et tu reviens, sans vouloir parler du passé ? Sept années sont passées, sept années de ta vie ont été gâché et tu n'en veux à personne ? » Il était certes difficile à convaincre mais à la place de Lancelot, la première chose qu'il aurait fait en sortant aurait été de se venger de ceux qui l'avaient mis en prison, et de son point de vue, Daley était le premier sur la liste de Lancelot.

    Daley détourna les yeux pour regarder la rue et les quelques personnes qui marchaient, sans leur prêter la moindre attention avant de reporter son attention sur son vis à vis, « Je ne craignais pas d'aller à Askaban, je ne suis jamais venu parce que je pensais que tu ne voudrais jamais me revoir, je ne voulais affronter ni ta haine ni ton méprit, j'en avais eu assez avec tous les autres mangemorts, » Il s'était fait lyncher lorsqu'il était revenu sans l'une de leur meilleures recrues à l'époque, il en avait vu des vertes et des pas mûres et il avait dû faire deux fois plus ses preuves après cet incident, Il avait eu du mal à regagner le respect des anciens et il pensait que Lancelot penserait pareil que les autres, il avait du mal à l'époque à le supporter, il n'avait pas eu envie d'en ajouter, De plus, il n'aurait jamais pu penser que Lancelot aurait été ravi de le voir à Askaban mais apparemment et comme pour le reste, il s'était vivement trompé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeSam 19 Jan - 2:06

« when you fall I’ll take my turn
and fan the flames as your blazes burn »


« Tu vas peut-être pouvoir en profiter encore un peu aujourd'hui, qui sait sur qui on peut tomber ! » Espérons-le. Lancelot n'avait pas vraiment envie de faire chou blanc avec cette mission, il devait prouver qu'il n'était pas complètement rouillé et qu'il était encore capable de manier sa baguette. Dans un sens c'était peut-être ce qui l'avait fait survivre à ces dix années passées à Azkaban. Malgré le désespoir causé par les baisers des détraqueurs, il était mangemort de naissance rien n'avait pu lui couper l'envie d'un monde sans nés moldus. D'accord, aussitôt que l'image de ce monde meilleurs ses dessinait dans son imagination, un détraqueur se ramenait et aspirait tout cet idéal, balançant sans aucune délicatesse son esprit dans les méandres de la folie. Au bout d'un moment, c'était comme un cercle vicieux, encore et toujours la même ritournelle qui se jouait, lui donnant envie d'exploser passionnément sa boite crânienne contre un mur afin d'oublier une bonne fois pour toute cette sensation de plonger dans le puits sans fond du désespoir. Il était probable que si Lancelot risquait à nouveau de finir à Azkaban, il préférerait mourir, du moins c'était que qu'il pensait, mais parfois, l'instinct de survie être très étonnant, si l'on considère la vie à vie dans la pire prison du monde comme une éventuelle possibilité de survie. Quoi qu'on aurait pu dire qu'après dix années passées là-bas, il n'était plus à une ou deux ans prêts. Quoi qu'il en soit, il hocha simplement la tête en signe d'approbation. Il était superflu qu'il réponde, la conversation allait vite tourner en rond. Ainsi, ils se mirent donc en route vers le fameux crapaud fétide, dans les rues de la cette ville pleine de moldus. Même s'il n'y en avait pas partout sur leur chemin, il savait qu'ils étaient planqués chez eux, dans les bars, sur leurs lieux de travail... c'était une ville moldue quoi. Pas de magie mais des technologies minables, rien dans ce monde ne valait la peine d'être étudié aux yeux du mangemort qui méprisait cet univers. Heureusement que le cours d'étude des moldus était facultatif à Poudlard, sinon, il aurait probablement péter un câble en cours. Il n'aimait déjà pas le laxisme et l'ouverture d'esprit instauré par ce vieux fou de Dumbledore, alors l'obliger à étudier ça, c’aurait été l'une des pires choses qui aurait pu lui arriver. Bref, de toute façon, il n'était pas là pour observer ces êtres insignifiants.

Alors qu'ils marchaient, Daley avait finalement évoqué Azkaban. Avouons-le, ce n'était pas vraiment plaisant pour Lancelot devoir parler de ça, mais il avait fait un petit effort en lui répondant sincèrement. Enfin, sans entrer dans les détails évidemment, il y avait des choses qu'il ne pouvait pas dire. Ni à Daley, ni à Phyllida et pas même à ceux qui partageaient son sang et sa vie. Mais visiblement, ses paroles n'avaient pas l'air de convaincre l'homme qui lui faisait face. « Je n'attends aucun discours, je ne m'attendais pas à une telle réaction, » Lancelot fronça légèrement les sourcils en attendant la suite. Il avait comme à son habitude fait preuved'honnêteté, qu'elle autre réaction aurait-il pu avoir ? « Tu n'as jamais eu la cruauté des pires mangemorts mais ne me fais pas croire que n'importe qui à ta place ne serait pas sorti avec la seule idée de te venger de ce qui t'avais conduit là, Tu le dis toi-même, Askaban, c'est loin d'être l'endroit de rêve, tu y as passé presque dix ans et tu reviens, sans vouloir parler du passé ? Sept années sont passées, sept années de ta vie ont été gâché et tu n'en veux à personne ? » Voici donc où il voulait en venir. Il trouvait le comportement du mangemort trop gentillet à son gout. En même temps, comme il le disait, le ténébreux n'était pas des plus sadiques. Et puis, pour ce qui était de la vengeance, l'héritier Greaves ne l'avait pas vraiment laissé de côté ou oublié celle là. Il appliquait juste ce vieux dicton qui disait que tout vient à point pour qui sait attendre. Sa liste était bel et bien rédigée, marqué au fer rouge dans son esprit et son actuel équipier n'était inscrit dessus. Il continua donc de l'écouter en le fixant sans s'occuper des gens qui passaient. « Je ne craignais pas d'aller à Askaban, je ne suis jamais venu parce que je pensais que tu ne voudrais jamais me revoir, je ne voulais affronter ni ta haine ni ton méprit, j'en avais eu assez avec tous les autres mangemorts, » Ça tenait la route. Mais si les rôles avaient été inversés, Lancelot aurait surement fait le contraire de Daley, après tout, plus on repousse une chose parce qu'elle semble désagréable, plus elle le sera le jour J. Le mode de fonctionnement du ténébreux pouvait être vu comme spécial, mais jusqu'ici (du moins avant Azkaban) il avait toujours obtenu des résultats plutôt satisfaisants avec sa façon de vivre. Quoi qu'il en soit, Daley n'avait pas eu l'air d'avoir passé de très bons moments suite à l'arrestation de Lancelot. En même temps, il était plus facile de rejeter la faute sur le jeune mangemort expérimenté que de comprendre le comment du pourquoi l'héritier de la famille avait choisi d'agir de la sorte. Un léger soupire s'échappa de ses lèvres. « Je suppose que nous ne raisonnons pas de la même façon. Je serais complètement stupide de n'en vouloir à personne. Seulement de mon point de vue, ce n'est pas toi qui m'as envoyé à Azkaban. J'ai bien mémorisé tous les visages de ses soi-disant justiciers du gouvernement qui m'a envoyé en prison et ces satanés membres de l'ordre que je n'ai pas pu tuer. J'ai bien l'intention de finir le boulot. De plus, je suis sûr que la mission n'a pas dérapé pour rien, nous avions probablement été vendu par un traître, celui-ci aussi est la liste de vengeance. » Il haussa les épaules et marqua une pause, pour songer à ce qu'il pouvait ajouter à ce sujet, mais n'ayant, pas plus que ça, confiance en Daley, sans être forcément méfiant pour autant, il préféra passer à la suite. « Je comprends que tu ais pu appréhender ma réaction. Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas toi que j'ai haïs ou méprisé. Ça ne va surement pas te faire plaisir que je dise ça, mais pour moi tu étais un gamin sous ma responsabilité, il était donc de mon devoir de m'assurer qu'il ne t'arrive rien. » Après tout, ce n'était pas faux. On ne pouvait pas retirer à Lancelot son sens du devoir. Là où d'autres mangemort auraient laissé Daley comme une merde se faire juger et finir à Azkaban, il avait préféré agir en accord avec sa loyauté et sa vision de la justice. Celui qui fut son élève n'avait pas vraiment à s'en plaindre, Lancelot lui avait peut-être évité la prison. Quoi que les pourra du gouvernement auraient peut-être été plus indulgent avec un gamin qu'avec l'adulte qu'était déjà le ténébreux à l'époque. Mais bon, les choses passées étaient bien à leur place, l'histoire n'est pas quelque chose qu'on pouvait se permettre d'effacer et de modifier à loisir. Chaque chose n'a lieu qu'une seule fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeDim 20 Jan - 14:47

« Je suppose que nous ne raisonnons pas de la même façon. Je serais complètement stupide de n'en vouloir à personne. Seulement de mon point de vue, ce n'est pas toi qui m'as envoyé à Azkaban. J'ai bien mémorisé tous les visages de ses soi-disant justiciers du gouvernement qui m'a envoyé en prison et ces satanés membres de l'ordre que je n'ai pas pu tuer. J'ai bien l'intention de finir le boulot. De plus, je suis sûr que la mission n'a pas dérapé pour rien, nous avions probablement été vendu par un traître, celui-ci aussi est la liste de vengeance. » Daley resta silencieux pendant quelques secondes, ce qui permit à Lancelot de continuer à parler et à se justifier sur son comportement. « Je comprends que tu ais pu appréhender ma réaction. Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas toi que j'ai haïs ou méprisé. Ça ne va surement pas te faire plaisir que je dise ça, mais pour moi tu étais un gamin sous ma responsabilité, il était donc de mon devoir de m'assurer qu'il ne t'arrive rien. » Non, cela ne lui faisait pas plaisir et pourtant, malgré lui, Daley retourna un instant à cette époque qu'il préférait aujourd'hui oublier. Dans sa tête, il se retrouva tout à coup au jour de ses dix-sept ans quand, enfin diplôme de Poudlard, il pensait vivre heureux avec une jeune femme qui l'aimait et qu'il avait mise enceinte par mégarde. Bien avant d'apprendre que tout avait été manigancé par son père, bien avant de la voir mourir sur sa table d'accouchement malgré l'acharnement des médicomages, bien avant de voir sa fille pour la première fois et bien avant de devenir un mangemort par contrainte. A cette époque, alors qu'il n'était encore qu'un adolescent un peu trop joyeux, un peu trop joueur qui avait rêvé toute sa vie de jouer au quidditch de façon professionnelle, le voilà catapulté dans le monde des mangemorts, dans le cruel et sadique monde de Lord Voldemort. Comme un gamin qui fait ses premiers pas, on lui avait assigné une nounou, un mentor comme ils l'appelaient et ce mentor, il s'agissait de Lancelot. Daley n'avait jamais fait le moindre sort de magie noire, si se battre en duel était une de ses spécialités, il n'était pas le genre à provoquer une bagarre et à vouloir à tout prix se battre pour blesser grièvement et encore moins pour tuer. C'était tout juste s'il avait retenu le sortilège de la mort à l'époque, il n'avait jamais eu l'intention de s'en servir et il avait donné du fil à retordre à son mentor alors que son inexpérience et sa naïveté parlaient définitivement pour lui. Il avait encore en tête ses rêves de gamin, il gardait contact avec ses deux meilleurs amis, la marque le brûlait encore tant elle était récente et son père, inconscient, avait jugé bon de l'envoyer en mission avec Lancelot. Il l'avait pensé apte à assumer sa première confrontation avec l'Ordre s'il devait y faire face et il avait courru à la catastrophe en tout connaissance de cause et c'était pour cela qu'il avait toujours détesté son père également, parce qu'il ne lui avait jamais laissé le temps d'apprendre, il préférait l'envoyer et voir s'il était capable de revenir vivant de ses missions, comme on laisserait un gamin se noyer pour être sûr qu'il était capable de nager, d'avoir la présence d'esprit et l'instinct de survie nécessaire pour rester à la surface. Et longtemps après l'emprisonnement de Lancelot, sa vie s'était résumée à cela, après les nombreux tests qu'on lui avait fait passé pour s'assurer que ce n'était pas lui qui avait tout fait foirer ce jour-là. Que Lancelot ne lui en veuille pas alors que lorsqu'il lui avait demandé de partir, il avait fui la queue entre les jambes comme un serpentard rusé mais lâche, lui était totalement incompréhensible et même ses raisons lui semblaient vaseuses. « Et qu'est-ce qui te faisait croire que ce n'était pas moi le traître ? Parce que les autres ne se sont pas privés pour se méfier en voyant que je m'en étais sorti aussi bien ! Tu n'avais aucun moyen de savoir que j'étais resté mangemort et après toutes ses années, qu'est-ce qui te permet d'affirmer que je ne peux pas être celui qui t'as trahi et livré aux autorités ? » Il savait parfaitement qu'il n'était pas cet homme mais il était curieux d'en connaître davantage sur le raisonnement de Lancelot. Ils avaient été seuls ce jour-là, d'autres connaissaient leur mission évidemment mais il s'en était sorti sans la moindre égratignure, il y avait de quoi se poser des questions mais pour Lancelot, Daley était lavé de tous soupçons, même s'il avait joué les gamins juvéniles, il aurait pu être plus intelligent qu'il n'y paraissait après tout, ce n'était pas la première fois qu'un idiot accomplissait de grandes choses. Il suffisait de voir le degrès d'intelligence de Queudver et de se souvenir qu'il avait seul ramener le Seigneur des Ténèbres à la vie, les statistiques parlaient d'elles-même.

Daley et Lancelot se connaissaient finalement très peu puisqu'ils n'avaient pas eu l'occasion de beaucoup se fréquenter, Lancelot avait sûrement encore l'image qu'il reflétait lorsqu'il était jeune et lui avait toujours la même opinion de lui mais Askaban pouvait changer un homme et l'expérience de la guerre également, ils ne pouvaient donc par prétendre se connaître finalement, ils étaient deux inconnus l'un pour l'autre, avec des réactions qu'aucun des deux ne pouvait prévoir, ils étaient livrés à leur seul ressenti de l'autre et Daley se méfiait énormément du calme apparent de Lancelot tout en se félicitant de ne pas avoir envoyé un mangemort comme Bellatrix Lestrange à Askaban, il ne s'en serait très certainement pas tiré à si bon compte. Il fit cependant un léger sourire en haussant les épaules. « Ça me rassure un peu de savoir que tu as quand même en tête l'idée de te venger, l'inverse aurait été plus que surprenant, voire carrément suspect. Je tenais simplement à m'assurer que je n'avais pas à craindre des représailles par surprise, je connais la vengeance et ce qu'elle implique, tu vas probablement la méditer et la préparer un moment, je n'ai pas envie d'être sur mes gardes dans les prochains mois. » Même si Lancelot avait encore l'intention de se venger, il n'était toujours pas à l'abri simplement parce qu'il affirmer l'inverse, il n'était pas assez stupide pour croire à la parole d'un mangemort, encore moins de l'un qui avait un passé trouble avec lui. Si Daley avait envie de croire en sa sincérité et qu'il désirait plus que tout dormir sur ses deux oreilles sans craindre de périr dans son sommeil soudainement, il lui fallait quand même rester sur ses gardes en permanence.

Après avoir de nouveau observé la rue dans laquelle ils s'étaient arrêtés, Daley se retourna une nouvelle fois vers Lancelot, pour reprendre un dernier détail. « Tu sais que la plupart des mangemorts aurait préféré me vendre eux-même aux membres de l'Ordre justement parce que je ne valais pas grand-chose à l'époque plutôt que de finir en prison ? Je ne dis pas que j'aurais préféré prendre ta place mais tu as failli terminé ta vie à Askaban parce que tu m'as protégé, voilà qui est peu banal... » C'était un peu sa façon de le remercier à demi-mots de ce qu'il avait fait pour lui, même s'il ne l'avait sans doute absolument pas calculé. Il se doutait bien que s'il avait pu l'éviter, Lancelot n'aurait pas choisi de se faire enfermer à sa place, il aurait fui juste après lui mais le geste restait noble et il ne pouvait pas ne pas s'en montrer reconnaissant. Il finit alors par sourire légèrement, comme si une idée particulièrement sadique venait de lui traverser l'esprit. « Et si tu as l'intention de te venger, je pourrais te donner un léger coup de main avec grand plaisir, je ne suis pas plus près que toi d'oublier leurs visages. » Planqué comme il l'était et au moment de s'enfuir, il avait tenu à analyser chaque personne présente ce jour-là et même s'il en avait raté certaines, d'autres n'avaient pas eu cette chance. « D'ailleurs, tu peux oublier le vieil Hamilton, il a payé depuis longtemps ce qu'il avait fait. » S'il l'avait retenu particulièrement, c'était uniquement parce qu'il dirigeait à l'époque la brigade qui les avait attaqué et qu'il avait tenu à lui régler son compte quelques années après. Daley lui montrait également qu'il n'avait pas oublié ce qu'il s'était passé à l'époque et il avait tenu à faire cela au moins pour Lancelot et en mémoire de celui qui s'était décarcassé à lui apprendre quelques ficelles. Il ne savait pas comment la nouvelle serait accueillie mais au moins, il proposait son aide pour faire en sorte que les autres paient, c'était une preuve de sa reconnaissance, même s'il se doutait bien que Lancelot n'avait pas besoin d'une aide, il proposait simplement son assistance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeDim 20 Jan - 17:06

« Last kiss goodbye
and I wish you well in hell »


Cette situation, c'était exactement ce que détestait Lancelot. Elle était tellement attendue, c'était la confrontation entre le dragon et le prince charmant, les retrouvailles entre la mort et le possesseur de la cape d'invisibilité, un scénario ou destin inéluctable. Lorsqu'il y avait une personne qu'on espérait ne pas revoir ou un sujet qu'on ne souhaite pas aborder, c'était sûr que l'une ou les deux se produiraient. Ainsi donc, le mangemort préférait s'en débarrasser le plus vite possible pour pouvoir passer à la suite. « Et qu'est-ce qui te faisait croire que ce n'était pas moi le traître ? Parce que les autres ne se sont pas privés pour se méfier en voyant que je m'en étais sorti aussi bien ! Tu n'avais aucun moyen de savoir que j'étais resté mangemort et après toutes ses années, qu'est-ce qui te permet d'affirmer que je ne peux pas être celui qui t'as trahi et livré aux autorités ? » Cette logique pouvait tenir la route, mais n'y croyait pas. Cette situation n'avait aucunement profité à Daley. Qui irait balancer la personne avec qui il est censé partir en mission au risque d'en subir les conséquences. Il ne pouvait pas savoir d'avance que Lancelot choisirait de protéger en cas de pépin. S'il avait été un traitre, il aurait choisi d'envoyer la brigade sur le mangemort à un moment où lui ne risquerait rien. Et puis, si Daley était encore chez les mangemorts après dix ans, c'était qu'il avait fait ses preuves pour prouver sa fidélité au seigneur des ténèbres, il avait sûrement dû redoubler d'effort pour cela. S'il avait été le judas, il ne se serait surement pas donné tant de mal pour rester. En tout cas, c'était le cheminement qu'avait suivi l'esprit de Lancelot, ce n'était pas Sherlock Holmes, il était capable de se tromper, mais pour le moment, il n'avait aucune preuve qui accusait son vis-à-vis. Pour ainsi dire, il suspectait plus un membre de sa propre famille qu'une personne extérieure. Nombreux seraient les Greaves aà pouvoir tirer profit de l'éviction du ténébreux. Des cousins, ou même son petit frère, pourraient aisément avoir des raisons de le préférer mort ou à Azkaban, dont la première était tout simplement l'héritage. Pas le simple héritage matériel, mais celui du titre de chef de la famille Greaves. Tandis que son esprit s'égarait dans sa réflexions, Daley repris la parole, sortant le mage noir de ses pensées. « Ça me rassure un peu de savoir que tu as quand même en tête l'idée de te venger, l'inverse aurait été plus que surprenant, voire carrément suspect. Je tenais simplement à m'assurer que je n'avais pas à craindre des représailles par surprise, je connais la vengeance et ce qu'elle implique, tu vas probablement la méditer et la préparer un moment, je n'ai pas envie d'être sur mes gardes dans les prochains mois. » Il releva les yeux vers son compagnon. Il hocha la tête pour signifier qu'il comprenait la méfiance de celui-ci. Après tout, ce qui était valable pour l'un l'était aussi pour l'autre : ils avaient naturellement des raisons de douter mutuellement l'un contre l'autre. Lancelot parce qu'il voyait encore, malgré lui, Daley comme un jeune mage inexpérimenté et Daley, comme il l'avait lui-même expliqué, parce que Lancelot pouvait bien avoir envie de se venger sur lui. Mais honnêtement, ce n'était pas le genre de l'ancien poufsouffle d'attaquer les gens en traitre, s'il avait voulu se venger de son ancien élève, il l'aurait convoqué et affronter dans un combat loyal. À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. C'était le genre de dicton que Lancelot respectait, sauf pour les sangs de bourbes, ils n'étaient pas dignes d'être traité comme ses égaux. Enfin bon, dans le monde des mangemorts, il était tout de même préférable de se méfier d'un peu tout le monde. Pour preuve, le ténébreux ne savait même pas s'il pouvait croire en son propre frère. « Tu sais que la plupart des mangemorts aurait préféré me vendre eux-mêmes aux membres de l'Ordre justement parce que je ne valais pas grand-chose à l'époque plutôt que de finir en prison ? Je ne dis pas que j'aurais préféré prendre ta place mais tu as failli terminer ta vie à Askaban parce que tu m'as protégé, voilà qui est peu banal... » Il savait bien cela et condamnait ce genre de comportement. Combien de mangemort avait échappés ou réduit leur peine en vendant leurs compagnons ou en affirmant qu'ils avaient été victimes d'impérium. Tous des lâches. Lors de son procès, Lancelot avait, selon lui, fait preuve de bien plus de dignité que tous ces incapables réunis. Et puis de toute façon, le ténébreux espérait bien un mangemort peu banal. Il désapprouvait le comportement de grands nombres d'entre eux, se voir assimiler à ces psychopathes égoïste aurait heurté sa dignité. « Et si tu as l'intention de te venger, je pourrais te donner un léger coup de main avec grand plaisir, je ne suis pas plus près que toi d'oublier leurs visages. » Lancelot continuait d'écouter le jeune homme. Il n'avait pas besoin de l'aide de Daley, du moins pas directement. Mais Daley aurait pu entendre des choses qui auraient pu être utiles à Lancelot durant ces dix années. Peut-être que le traitre avait malgré lui, laissé sortir des informations pouvant l'inculper, pensant que l'héritier de la famille Greaves ne sortirait jamais vivant d'Azkaban, ce rat aurait pu faire preuve d'un peu trop de confiance en lui-même. « D'ailleurs, tu peux oublier le vieil Hamilton, il a payé depuis longtemps ce qu'il avait fait. » C'était une bonne nouvelle. Quoi qu'il aurait aimé s'occuper personnellement de lui, mais le savoir mort était déjà une bonne nouvelle. Ça en faisait un de moins à retrouver. Avec les deux qu'il avait tués le jour de son arrestation, il n'en restait que six à trouver.

Daley semblait avoir fini, Lancelot l'avait écouté sans le couper. Il entreprit donc de lui répondre. Vraiment, ce genre de conversation en plein air ce n'était pas son genre, peut-être était-il encore plus méfiant qu'il voulait bien le penser, il imaginait que parmi les passants qu'il pouvait y avoir des oreilles indiscrètes. « Tout ce dont j'ai besoin comme aide, ce sont des informations pour trouver le crétin qui m'a vendu. Et si je ne pense pas que ce crétin soit toi, c'est parce que n'a visiblement tiré aucun profit de mon incarcération et que tu es toujours là aujourd'hui. » Il haussa les épaules et inspira un bon coup, lâchant par la suite un soupire plutôt prononcé. Il avait du mal à masquer le désagrément qu'était pour lui cette discussion. Il préféra donc enchaîner avait de laisser à Daley le temps de répondre, histoire de la clore au plus vite. « Je n'aime pas vraiment être comparé aux autres mangemorts, j'espère bien valoir mieux qu'eux. De plus, c'est le monde à l'envers de devoir me justifier sur les raisons qui m'ont poussé à te protéger. J'estime que c'est le devoir d'un mentor de protéger les mômes dont il est en charge. Mais je suppose qu'il faut avoir été envoyé à Poufsouffle pour comprendre ça. Même si j'ai toujours pensé que ces histoires de maison c'était du vent, tu es prof à Poudlard désormais d'après ce que m'a dit mon père, tu devrais donc être bien placé pour comprendre ces trucs-là. » Enfin, ceci dit, ça ne voulait pas tout dire non plus : Pettigrew avait été envoyé à Gryffondor... le choixpeau devait avoir avec des problèmes de connexion avec le cerveau des gens parfois. Mais sinon, en règle générale, la répartition était plus ou moins significative. « C'est qui t'es occupé d'Hamilton ? J'espère que ce gros lard a souffert. » S'il avait autant animosité envers ce type, c'était pour la simple et bonne raison que, même une fois qu'il avait été dépossédé de sa baguette, Hamilton ne s'était pas gêné pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt de tenter quoi que ce soit de cinglé. Et pour ce faire, il n'avait pas hésité à lui faire des piqures de rappel dès que Lancelot faisait le moindre mouvement trop brusque à son goût. Il pouvait bien critiquer la cruauté des mangemorts alors qu'il s'attaquait à un homme désarmé et piégé. Il aurait bien aimé inverser les rôles avec lui, mais visiblement, c'était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeMar 5 Fév - 18:37

Daley faisait bien plus que se repentir de sa lâcheté d'autrefois, il cherchait une faille dans la logique de Lancelot pour être sûr qu'il n'aurait à craindre aucune représailles, ce qui lui semblait essentiel. Il n'avait pas l'intention de toujours regarder derrière son épaule si son ancien mentor ne se tenait pas derrière lui, prêt à dégainer sa baguette magique. Pas plus qu'il avait l'intention de vivre dans la peur d'un piège aux alentours d'une mission quelconque. Il pouvait soupçonner tout cela, après tout, il ne connaissait pas Lancelot aussi bien qu'il le voudrait, ils n'avaient pas passé assez de temps l'un avec l'autre pour se faire mutuellement confiance et les années à Askaban que Lancelot avait passé enfermé, enchaîné et entouré de détraqueurs auraient de toute façon modifier toute image positive que Daley aurait gardé de lui avant son incarcération. C'est pourquoi il semblait autant sur la défensive, parce qu'il savait qu'il ne connaissait pas le sorcier qui lui faisait face et comme un inconnu, il jaugeait ses réactions, ses regards pour juger de sa sincérité. Mais qui pouvait affirmer quand un mangemort était sincère ? Ils étaient les rois de la dissimulation, des faux-semblant, des mensonges et de la ruse. La plupart d'entre eux était allé à serpentard et ce n'était pas pour rien selon Daley. Il vidait ce qu'il avait sur la conscience, sans que Lancelot ne l'interrompe une seule fois, un comportement calme et mesuré, prouvant qu'il ne réagissait pas instinctivement et impulsivement à chacune des phrases qu'il pouvait prononcer. Il n'entrait dans aucun jeu tant que Daley n'avait pas abattu toutes ses cartes et ce n'est qu'une fois qu'il eut terminé que le sorcier prit la parole après lui, sans qu'on sache si l'un comme l'autre se rendait compte qu'ils n'avaient toujours pas bougé du milieu de la ruelle dans laquelle ils étaient et que leur mission semblait légèrement lointaine comparée à leur discussion présente. « Tout ce dont j'ai besoin comme aide, ce sont des informations pour trouver le crétin qui m'a vendu. Et si je ne pense pas que ce crétin soit toi, c'est parce que n'a visiblement tiré aucun profit de mon incarcération et que tu es toujours là aujourd'hui. » Il n'avait pas tort mais Daley y voyait une nouvelle objection, une nouvelle faille dans son raisonnement, il ne pouvait pas évidement lui dire tout ce qu'il avait fait depuis qu'il avait été jeté en prison, ce serait assurément long et ennuyeux pour les deux côtés. Il n'avait rien fait de passionnant, il était devenu un mangemort digne de ce nom, tuant et torturant pour le plaisir des autres et finalement pour le sien. Il se fichait des histoires de sang, tout cela n'avait aucune importance à ses yeux et il détestait ceux qui faisaient passer cela en priorité mais il ne pouvait pas changer les préjugés de chaque mangemort après tout, pas quand il s'agissait de l'essence de leur rassemblement. Daley était un mangemort pour bien des raisons mais aucune ne rejoignait la véritable croisade que menaient les mages noirs de Lord Voldemort. Il était lui-même de sang mêlé et la seule personne qui l'a un jour aimé était sa mère, une née-moldue au grand cœur et aux pouvoirs magiques véritables. Il ne pouvait pas imaginer que les sang-pur étaient meilleurs qu'eux, pas quand ils étaient incapables de compassion. Mais peut-être était-ce là le véritable rejet des mangemorts : ils rejetaient l'amour au fond d'eux pour se draper dans une image sanguinaire et de folie pure, la vie était bien plus facile lorsqu'on ne ressentait rien, il pouvait bien en attester, lui-même menait une vie bien plus aisée depuis qu'il avait laissé tomber l'amour, la compassion et la tendresse. Sauf quand il était avec sa fille et bien avant de se lier d'amitié avec d'autres mangemorts. Les émotions sont des faiblesses, s'il en a parfaitement conscience, Daley n'était pas dépourvu de cœur comme son père et il s'en félicitait. « Je n'aime pas vraiment être comparé aux autres mangemorts, j'espère bien valoir mieux qu'eux. De plus, c'est le monde à l'envers de devoir me justifier sur les raisons qui m'ont poussé à te protéger. J'estime que c'est le devoir d'un mentor de protéger les mômes dont il est en charge. Mais je suppose qu'il faut avoir été envoyé à Poufsouffle pour comprendre ça. Même si j'ai toujours pensé que ces histoires de maison c'était du vent, tu es prof à Poudlard désormais d'après ce que m'a dit mon père, tu devrais donc être bien placé pour comprendre ces trucs-là. » Daley fronça légèrement les sourcils en sachant que Lancelot était entré à nouveau en contact avec son père. A l'époque, il avait caché l'existence de sa fille à tous les mangemorts, seul son père était au courant et il n'avait pas suffisamment fréquenté Lancelot pour lui confier son secret, la raison de sa présence parmi eux. D'aucun considérerait cette raison comme une marque de faiblesse et comme une potentielle trahison de sa part, il ne pouvait pas se permettre ce rejet. Aujourd'hui, seul son père, Pandora et Alexander étaient au courant parmi les mangemorts mais Daley se demanda un instant si c'était à présent le cas de Lancelot. Il se tendit légèrement à cette idée, l'air tout à coup préoccupé. « Je ne savais pas que tu gardais des contacts avec mon père. » Répondit-il d'abord, comme s'il espérait que Lancelot lui confierait alors tout ce qu'il savait sur lui. Incapable d'avoir l'air normal lorsqu'on évoquait sa fille, bien qu'il soit le seul à y penser, il perdit un instant le fil de la conversation avant de reprendre. « Je t'aiderai à retrouver celui qui t'as vendu, je tendrais l'oreille. » Promit-il alors parce qu'il n'avait lui-même jamais réussi à remonter jusqu'au traître mais avec Lancelot, peut-être y parviendrait-il. « Si tu l'attrapes, je veux être là aussi. » Il voulait assister à tout ce que Lancelot lui ferait parce que s'il n'avait pas passé dix ans à Askaban, le corps de Daley se souvenait encore de la correction qu'il avait reçu ce jour-là et l'humiliation qu'il avait subi après cet événement, il avait le droit à sa part de vengeance. « C'est probablement vrai, personne n'est plus loyal qu'un poufsouffle, c'est parfois même effrayant. Je pense que le choixpeau se trompe rarement, c'est simplement nos choix qui nous conduisent à nous éloigner de la décision qu'il a pris pour nous plusieurs années auparavant. Nous ne sommes plus à Poudlard et je ne t'ai pas demandé de te justifier, j'ai toujours trouvé ce geste étrange mais j'ai réussi à le comprendre, maintenant que je suis prof, comme tu dis. » Il n'était plus le lâche qu'il avait été il y a si longtemps, il voulait faire autre chose à présent, prouver qu'il était capable de loyauté, même si ce n'était pas exactement sa tasse de thé, parce qu'il s'attachait très peu aux personnes et rester loyal à un parfait inconnu lui semblait étrange, comme Lancelot l'avait été pour lui, comme Doraleen l'était à chaque fois pour protéger n'importe qui. Peut-être la mangemort avait-il raison, il ne comprenait pas parce que le choixpeau lui avait choisi serdaigle pour sa vivacité d'esprit, son intelligence. Il n'aurait pas été assez courageux pour gryffondor et assurément pas assez lâche pour serpentard, bien que le choixpeau ait émis à l'époque l'idée de l'y envoyer pour sa ruse et son esprit.

« C'est qui t'es occupé d'Hamilton ? J'espère que ce gros lard a souffert. » Daley hocha la tête pour répondre aux deux questions de Lancelot d'un seul mouvement avant de préciser. « Je l'ai retrouvé pas loin d'un an après ton arrestation, il avait disparu lorsqu'il a commencé à recevoir des lettres de menaces, certains mangemorts n'appréciaient pas visiblement le nombre de ceux qu'il avait envoyé à Askaban. Mais il n'était pas aussi bien caché qu'il l'espérait et je crois avoir déchargé une partie de ma colère et de ma frustration dessus. Ça faisait un an qu'on attendait de moi que je fasse mes preuves, autant te dire qu'il a fait plus que souffrir ! » Un regard cruel illumina soudain les yeux de Daley en souvenir de ces moments passés avec l'Auror. Parce que ce soir-là, c'était la première fois qu'il avait torturé pour le simple plaisir de le faire et pas parce qu'on le lui avait demandé, simplement parce qu'il en avait eu envie. Il l'avait fait pour lui et pour Lancelot, pour tous les autres mangemorts enfermés par sa faute, c'était du moins ce qu'il s'était dit ce soir-là mais la vérité c'était qu'il en avait simplement eu besoin. Il n'avait pas lésiné sur les moyens de le faire souffrir et aujourd'hui encore, on pouvait voir que Daley y avait pris plaisir et l'avait fait sans le moindre remord, sans la moindre hésitation et pas une fois sa baguette n'avait tremblé lorsqu'il l'avait dirigé vers lui. Il savait que Lancelot aurait certainement voulu le faire lui-même mais il n'aurait pas pu attendre dix ans, même s'il l'avait voulu. Il n'était de toute façon pas sûr que Lancelot ressorte un jour de prison et cela devait être fait alors il s'en était chargé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeMer 17 Avr - 12:52

« No matter how many deaths that i'll die,
i will never forget »


Daley l'avait laissé faire son monologue. Lancelot n'était, en général, pas spécialement très bavard, mais lorsque la discussion s'imposait, il pouvait tenir longtemps. Enfin, c'aurait sans doute été valable pour n'importe qui se trouvant dans cette situation. Les deux mangemorts avaient, l'un comme l'autre beaucoup de choses à dire. Après dix ans passés en prison, les malentendus et les non-dits avaient tout intérêt à être exposé au grand jour, l'urgence était de "crever l'abcès" comme l'on a coutume de dire. Et quel abcès, il était grand tant de s'en occuper avant que celui-ci s'infecte et pourrisse car plus l'on attend plus c'est douloureux. Même si depuis qu'ils étaient arrivés, Lancelot avait tout fait pour éviter la discussion, il devait reconnaitre qu'elle lui était relativement bénéfique : même si sa logique avait évincé Daley en tant que traitre depuis longtemps, les paroles qu'ils échangeaient lui permettait de cerner un peu mieux le personnage que son élève était devenu. La confiance n'était pas aveugle pour autant, enfin, de toute façon, sorti d'Askaban, le ténébreux n'accordait plus sa confiance si facilement. En fait, mise à par sa mère, il imaginait qu'au contraire : c'était les personnes dont il était le plus proche qu'il devait tenir à distance de ses secrets et desseins. « Je ne savais pas que tu gardais des contacts avec mon père. » La voix de Daley se fit entendre après le discourt de l'ex prisonnier, visiblement, légèrement préoccupé. Évidemment, Lancelot ignorait pourquoi, il supposa juste que Daley aurait préféré qu'il se tienne à l'écart de sa famille, après tout il l'avait dit lui-même : il redoutait que Lancelot cherche à se venger. C'était bien mal connaitre l'homme que de penser qu'il pourrait s'attaquer à la famille d'une de ses victimes, il ne s'encombrait pas tellement avec ça. Ceci dit, maintenant qu'il était sorti de prison, son envie de vengeance était si forte qu'il était près à tout pour faire souffrir celui qui l'avait vendu. Il se contenta de hausser les épaules puisque Daley ne lui laissa pas vraiment le temps de répondre qu'il l'avait vu lorsque celui-ci était passé au manoir de son père peu de temps avant d'avoir hérité de cette mission. Il était fort probable que la visite était justement destinée à parler de ça. « Je t'aiderai à retrouver celui qui t'as vendu, je tendrais l'oreille. » C'était une bonne nouvelle pour le ténébreux, bien qu'il n'aime pas trop demander de l'aide, il prendrait toute information avec plaisir, quoi qu'il tenterait surement de vérifier les sources de lui-même car c'était si facile de faire circuler de fausses rumeurs. « Si tu l'attrapes, je veux être là aussi. » Hum, ça c'était un peu moins une bonne nouvelle, non pas qu'il préfère les séances de torture en solitaire, mais il n'aimait pas vraiment qu'on l'interrompe lorsqu'il "s'amusait" et s'il retrouvait le connard qui l'avait fait envoyer à Askaban, le mangemort risquait de beaucoup s'amuser. « C'est probablement vrai, personne n'est plus loyal qu'un poufsouffle, c'est parfois même effrayant. Je pense que le choixpeau se trompe rarement, c'est simplement nos choix qui nous conduisent à nous éloigner de la décision qu'il a pris pour nous plusieurs années auparavant. Nous ne sommes plus à Poudlard et je ne t'ai pas demandé de te justifier, j'ai toujours trouvé ce geste étrange mais j'ai réussi à le comprendre, maintenant que je suis prof, comme tu dis. » En effet, Lancelot et Daley avaient un point commun désormais, ils connaissaient tout deux la responsabilité de devoir gérer des jeunes. Enfin, pour Lancelot, l'expérience avait été plutôt brève, mais il avait pris ce rôle très à cœur. Aujourd'hui, ce rôle lui semblait impossible à tenir à nouveau, il espérait qu'on ne lui confirait pas à nouveau la formation d'une jeune recrue. Non pas qu'il craignait que le scénario précédent se reproduise, c'était plus vis-à-vis de lui même qu'il s'inquiétait, son jugement et sa faculté à inculquer des choses avaient été altéré par la prison. Il ne pouvait qu'être devenu pire et donc moins apte à transmettre son idéale de mangemorts respectable, ce qu'il pensait être même si cela pouvait sembler très antithétique comme combinaison. Il ne répondit rien aux paroles de Daley, appliquant simplement le dicton "qui ne dit mot consent".

La conversation bascula sur Hamilton après que Daley lui avait affirmé s'être occupé de cet odieux personnage, certes, de la part d'un mangement, c'était un peu l'hôpital qui se moquait de la charité. Mais bon, dans une guerre, les deux parties en opposition avaient leur lot d’hommes bons et de monstres. Lancelot considérait Hamilton comme un monstre. Surement parce qu'il avait été l'une de ses victimes. Il ne devait quand même pas être le seul. « Je l'ai retrouvé pas loin d'un an après ton arrestation, il avait disparu lorsqu'il a commencé à recevoir des lettres de menaces, certains mangemorts n'appréciaient pas visiblement le nombre de ceux qu'il avait envoyé à Askaban. Mais il n'était pas aussi bien caché qu'il l'espérait et je crois avoir déchargé une partie de ma colère et de ma frustration dessus. Ça faisait un an qu'on attendait de moi que je fasse mes preuves, autant te dire qu'il a fait plus que souffrir ! » Ça ne l'étonnait pas que bien des mangemorts menacent ce troufion, après tout on récolte ce que l'on sème ! Bon visiblement, Daley lui avait fait passer un sale quart d'heure, ce n'était que justice pour le mal que ce couard avait fait à des mages noirs sans défense. Enfin façon de parler, des mages noirs désarmé serait plus approprier, n'allez pas imaginer Lancelot comme une pauvre petite âme perdue, suppliant pour sa vie désormais entre les moins poisseuses de ce bouffon d'Hamilton. Non il avait sa fierté et avait toujours su gardé la tête haute, même si n'avait pas la moindre envie de finir à Askaban... qui en aurait eu envie ? Enfin bref, Lancelot croisa les bras et hocha la tête. « Il a donc eu ce qu'il méritait, c'est encourageant. Même si j'aurais aimé lui donner de mes nouvelles, je suis bien content que tu aie débarrassé le monde de ce type. » Le ton neutre habituel de Lancelot avait prit une variation un peu plus optimiste. Témoignant que, malgré le regret de n'avoir pas pu profiter de cette vengeance, il était relativement satisfait de cette situation. Il observa soudainement la rue en fronçant les sourcils comme s'il venait de réaliser que quelque chose clochait : ils avaient légèrement négligé leur mission. Depuis combien de temps étaient-il en train de parler chiffon en plein milieux de n'importe où. Bon d'accord, la discussion était plus importante que ça, mais elle n'avait pas vraiment fait avancer les choses. Enfin, si, seulement les choses qui ne regardaient que Daley et Lancelot, mais du point de vue de la mission c'était mort. « Peut-être devrait-on nous remettre en route. Sauf si veut prendre un café dans un bar moldu. » C'était, tout naturellement, de l'ironie. Lancelot ne mettrait jamais les pieds dans ce genre d'endroit, mais il fallait bien avouer qu'ils avaient l'air de deux moldus en train de discuter de truc de moldu au milieu d'une rue moldu... quelle horreur.

[HJ : Je suis désolée pour le retard. J'ai même pas d'excuse valable autre le manque d'envie de rp durant fevrier/mars. Désolée >.<°]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeSam 20 Avr - 21:32

    La tension qui avait secoué Daley semblait peu à peu s'évaporer même s'il ne perdait pas de vu que Lancelot pouvait ne pas être sincère. Il avait aujourd'hui tellement de mal à accorder sa confiance en qui que ce soit que la donner à un homme qu'il avait lâchement abandonné en pleine action et laissé pourrir à Askaban sans jamais lui donner la moindre nouvelle ne relevait pas du possible pour Daley. Il ne devait pas se berner d'illusions, il n'avait pas envie de croire aux discours rassurants du mangemort, les mages noirs n'étaient pas accommodants, jamais. Lui-même aurait probablement arraché quelques parties à la personne qui l'aurait laissé tomber, il n'aurait pas supporté de devoir de nouveau faire équipe avec cette personne. Et pourtant, à mesure qu'ils parlaient, ils semblaient tomber d'accord : Lancelot avait agi comme seul un mentor pouvait le faire, il avait compris la peur qui avait pu envahir Daley et il avait appris à vivre avec, même durant son long séjour à Askaban. Un comportement pour le moins stupéfiant que malgré tout, il ne comprenait pas et ne comprendrait certainement jamais. Mais il allait devoir faire avec puisque, pour l'instant, Lancelot ne semblait pas sur le point de le torturer jusqu'à ce qu'il accepte de lui donner la mort pour punition face à ce qu'il lui avait fait. Il n'essayait pas de récolter d'information sur lui, malgré le fait qu'il ait gardé contact avec son père, il n'avait rien appris pour sa fille sinon il y aurait sûrement fait allusion, tout allait bien dans le meilleur des mondes, songea-t-il pourtant avec un scepticisme renouvelé. Chassez le naturel, Daley ne pouvait se départir de la méfiance avec laquelle il semblait être né, même si les explications lui faisaient du bien et l'aidait à se trouver un nouvel objectif. Il finit par lui avouer qu'il avait cependant réussi à le venger et pas en se contentant de tuer celui qui l'avait fait enfermer mais plutôt en s'amusant méthodiquement sur lui, membre par membre, coup par coup, sort après sort. Et c'était avec un certain amusement qu'il le lui dit, pas peu fier de ce qu'il avait accompli, ce gros lard avait représenté sa première véritable séance de torture et Merlin lui en soit témoin, il avait alors adoré ça. C'était peut-être précisément à cet instant qu'il avait définitivement cessé d'être le gamin apeuré par sa destiné, après tout, il lui avait fallu accepter ce qu'il était devenu et l'entrée dans ce monde ne s'était pas fait sans la moindre difficulté. Ce que Lancelot ignorait puisqu'il n'avait pas été témoin de son évolution et il n'avait pas la moindre intention de lui en parler. Il devait cependant comprendre que Daley avait changé, avec les années, avec la maturité nécessaire et avec le nombre de massacres qu'il avait vu, il avait définitivement une autre toute autre vision du monde et de ce qui l'entourait et la noirceur de son âme l'effrayait parfois. « Il a donc eu ce qu'il méritait, c'est encourageant. Même si j'aurais aimé lui donner de mes nouvelles, je suis bien content que tu aie débarrassé le monde de ce type. » Il savait ce que Lancelot ressentait et malgré tout, il se doutait que les membres du ministère ne pensaient pas comme lui. Il avait été un juge et un auror respecté pour avoir mis des tonnes de mangemorts en prison, de l'autre côté, d'autres avaient sûrement regretté sa mise à mort mais du côté des siens, l’événement aurait presque pu être fêté. Si en est que les mangemort aient un jour fait la fête, ce qui n'était évidemment pas le cas. Il se contenta alors de hocher la tête, pas le moins du monde désolé d'avoir volé sa vengeance à Lancelot, il avait mérité la sienne également parce que l'arrestation du mangemort lui avait pourri la vie et il avait eu le droit de le retrouver et de faire ça pour lui, une sorte d'hommage, même s'il était bien trop fier et têtu pour avouer qu'il ait pu faire une telle chose. Il préférait évidemment se cacher derrière sa propre vengeance, c'était bien plus satisfaisant et bien moins humiliant à ses yeux.

    « Peut-être devrait-on nous remettre en route. Sauf si veut prendre un café dans un bar moldu. » Ils avaient effectivement marqué une pause dans leur mission et négligé de la mener à bien mais il avait eu besoin de dire ce qu'il avait sur le cœur et maintenant qu'ils s'étaient expliqués, ils allaient pouvoir reprendre sans que Daley ne supporte le malaise qu'il avait ressenti à partir en mission avec Lancelot. Il eut un sourire en coin à son ironie et secoua la tête. « Non, je n'aime pas le café. » Comme si cela avait réellement de l'importance et comme si c'était l'unique raison pour laquelle ils ne s'arrêteraient pas dans un bar pour papoter comme deux vieux potes échangeant des souvenirs de leur passé. Mais lui aussi pouvait plaisanter et il ne se gênait pas vraiment pour ça en réalité. Il finit cependant par hocher la tête pour lui montrer qu'il était d'accord pour poursuivre la mission et la terminer comme il se devait. Il se sentait légèrement plus léger quand il se remit en marche vers le bar où ils devaient se rendre pour obtenir les informations dont ils avaient besoin. Et il espérait qu'ils en finiraient vite parce qu'ils avaient perdu quelques minutes précieuses à bavarder. Ils reprirent leur marche côté à côte quand un frisson parcourut l'échine de Daley, comme s'il sentait quelque chose d'étrange chatouiller un sixième sens qu'il ignorait posséder. Sans détourner la tête, il ralentir pourtant l'allure. Daley et Lancelot avaient tout de deux mangemorts en mission, sauf leur petite pause pour bavardage, ils étaient vêtus de leurs capes noires et même si leurs tatouages n'étaient pas visibles, il savait que certains arrivaient à les reconnaître à leur façon de se comporter. Il se rapprocha discrètement de Lancelot, si bien que son épaule vint frôler la sienne et avant qu'il ne se demande ce qui pouvait bien lui arriver, Daley parla d'une voix légèrement plus basse. « J'ai l'impression qu'on nous observe. » Un mauvais, très mauvais pressentiment qui courait en lui comme un avertissement qu'il ne pouvait pas ignorer. Il détourna légèrement le regard pour porter les yeux autour de lui, à l'affût d'un mouvement suspect. Il ignorait d'où pouvait venir la menace. « Ce n'est peut-être qu'un moldu. On devrait continuer jusqu'au bar, si quelqu'un nous suit, il ne tentera rien devant des moldus mais on pourrait le coincer dans une ruelle vide. » Décida-t-il, cherchant cependant à savoir ce que Lancelot pouvait en penser. Il était plus âgé, il avait plus d'expérience mais il avait passé beaucoup de temps à Askaban, ce qui les ramenait sur un pied d'égalité et Daley n'avait pas peur de proposer une stratégie qui pourrait payer. Ils pourraient alors interroger la personne qui les suivait sans faire de vagues et avec un peu de chance, il s'agirait d'un fugitif dont ils soupçonnaient la présence sous la protection de l'ordre en ces lieux. Ils n'auraient peut-être même pas à entrer dans le bar pour terminer la mission. Sauf si Daley se trouvait être paranoïaque ou si la personne en question n'était qu'un ou une moldu qui les trouvait suspect. Mais si son impression les suivait jusqu'au bar, il saurait qu'il leur faudrait agir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeJeu 16 Mai - 12:25

« No matter how many deaths that i'll die,
i will never forget »


Ce que le temps pouvait sembler long lors des situations gênantes. Lancelot ne savait plus trop depuis quand ils étaient là comme des cons, mais ça lui avait semblé durer une éternité. Comme ces moments, lorsque l'on est coincé dans un cours pénible, par exemple, l'astrologie à tout hasard et que les secondes sur l'horloge sembles jouer avec votre patience. Cette impression que la trotteuse est devenue tellement lourde que chaque tic tac résonne aussi longtemps que si l'on venait de sonner le gong. Une véritable torture. D'ailleurs, ça pouvait faire penser à Lancelot le temps passer en prison, sauf que là, il n'y avait même le luxe d'avoir une montre ou une pendule... seuls les gardiens et l'emploi du temps de la journée servait de repère. Enfin bref, ne nous égarons pas. Maintenant que la discussion était enfin close, les choses semblaient pouvoir reprendre leur court normal, les secondes pouvaient à nouveau défiler normalement et revenir à la réalité avait rappelé au ténébreux qu'ils étaient comme deux andouilles dans une rue, ce qu'il ne manqua pas de faire remarquer. « Non, je n'aime pas le café. » La réponse du jeune homme lui fit hocher la tête avec approbation, plutôt sérieusement. Le café était une boisson un peu trop moldu aux gouts de Lancelot, peut-être que Daley pensait la même chose. Enfin bref, pas la peine de répondre à cette histoire de café.

Ils reprirent donc en direction du bar où étaient peut-être cachés des satanés de né-moldus. Daley se rapprocha largement de lui, il comprit vite que le mangemort avait quelque chose à dire. Une sorte de remarque à faire discrètement. « J'ai l'impression qu'on nous observe. » En effet, pour dire ce genre de choses, il fallait éviter de hurler sur les toits. Ce n'était pas vraiment pas malin de manquer de tact dans ce genre de situation. « Ce n'est peut-être qu'un moldu. On devrait continuer jusqu'au bar, si quelqu'un nous suit, il ne tentera rien devant des moldus mais on pourrait le coincer dans une ruelle vide. » À vrai dire, pour le coup, le mangemort préféra suivre les plans de Daley, il aurait pu se la jouer "je suis plus vieux c'est moi qui décide", mais depuis sa sortie d'Askaban, il avait plus ou moins constamment l'impression d'être observé ou suivi. Il ne savait pas si c'était justifié ou simplement parce qu'il était devenu fou, peut être craignait-il de tomber sur un adorable détraqueur. Ce n'était pas du tout à exclure, après tout, on parlait d'Askaban. Un an passé dans cette prison pouvait anéantir le plus stable des hommes, alors en passer dix, ce n'était pas, imaginez les dégâts. Même si Lancelot faisait genre, il savait qu'il n'en était pas ressorti indemne, il n'était pas rare qu'il soit réveillé en sursaut par les horrible souvenir de la prison. C'était pour cela qu'il préférait faire confiance à Daley, lui avait l'habitude du monde extérieur. Bon okay, pas question de l'admettre, il avait sa fierté quand même !

Dans tous les cas, le "vieux" approuva d'un simple « Faisons ça ». En même temps, il n'allait pas faire un récit, Daley avait assez bien précisé et expliquer les choses. Lancelot était peut-être rouillé, mais pas demeuré, il avait pigé le plan. Il garda son allure, sachant quand même que dans ce genre de situation il fallait rester naturel. De toute façon, le plan de la ruelle ne bousculait pas trop les choses : le bar qu'ils cherchaient était situé dans un réseau de ruelles... Il devait bien y en avoir une déserte, après tout, les rues étroites la nuit sont toujours déconseillées... on ne sait jamais sur qui l'on peut tomber n'est-ce pas ? Deux mangemorts pressés de faire couler le sang de né-moldu par exemple. Bref, finalement, la ruelle déserte ne fit pas trop désirée. Une fois bien enfoncé dans celle-ci, Lancelot lança un regard à Daley demandant s'il était prêt à agir. Il glissa très discrètement sa main dans la poche intérieure de son manteau pour récupérer sa baguette. Là ils étaient tranquilles, personne ne les verrait s'ils s'attaquaient à un abrutit ayant eu la mauvaise idée de les suivre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitimeMer 29 Mai - 14:33

    Daley avait réellement des problèmes de confiance, il avait beau faire des efforts et se dire que les mangemorts étaient son camp, sa famille, il n'arrivait pas à les considérer comme tels. Il n'accordait sa confiance qu'à très peu de mangemorts, il n'y avait qu'à Alexander qu'il pouvait réellement tout confier et il avait bien l'intention de continuer, il y avait Pandora mais ils n'avaient pas vraiment les mêmes rapports mais les mangemorts étaient des serpents qui profitaient de chaque occasion, qui analysaient tout et se méfiaient, se vendaient les uns les autres. Non, au vu de sa situation familiale et amoureuse, il valait mieux que Daley continue de se méfier du monde entier comme il le faisait si bien et cela lui avait plutôt réussi jusqu'ici. Mais Lancelot attisait une méfiance qu'il ne pouvait pas réellement expliquer. Peut-être était-ce cette histoire qui les avait uni des années auparavant, la lâcheté dont il avait fait preuve ou simplement les années que le mangemort avait passé à Askaban. Le jeune Ó Donnell avait tendance à croire qu'un endroit pareil pouvait vous changer complètement, rendre fou certains sorciers, il suffisait de voir Bellatrix Lestrange, même si cette dernière avait toujours été plus ou moins folle selon les dires de certains. Mais il ne savait pas pourquoi il ressentait le besoin de se méfier de Lancelot, son statut d'ancien mentor qui l'avait vu alors qu'il était un adolescent gauche et incapable de prendre une décision pour donner la mort à quelqu'un, qui fermait les yeux sous la torture d'un autre sorcier, qui l'avait vu vulnérable, les rêves brisés d'un main de fer, celle de son père. Un mangemort qui avait connu son père et qui continuait de le voir, non, décidément, Daley ne pouvait pas pleinement faire confiance à Lancelot et il imaginait bien que la réciproque était vraie. Lancelot n'avait aucune raison de le croire sur parole dès qu'il dirait quelque chose et de penser avec certitude que son ancien apprenti était blanc comme neige, ils n'avaient aucune raison de se faire mutuellement confiance, une atmosphère qui avait tendance à étouffer légèrement Daley. Alors peut-être était-ce simplement ces pensées qui secouaient Daley qui l'amenèrent à avoir l'impression qu'ils étaient observés tout à coup, il ne savait pas vraiment ce qui l'avait poussé à se rapprocher de Lancelot pour lui faire part de cette impression désagréable qui lui piquait la nuque. Il avait pourtant la certitude que quelqu'un les suivait de près, il n'osait pas se retourner pour le vérifier, il pouvait s'agir de n'importe qui, une personne mal intentionnée et qui profiterait d'un instant inattention pour les éliminer tous les deux. Et se précipiter vers une ruelle vide pour tendre un piège à cette personne, qui qu'elle soit, semblait une très bonne idée. Il fit donc part de cette idée à son coéquipier. Ils avaient une mission à accomplir, ils ne pouvaient pas se permettre de trop traîner dans les rues, ils avaient suffisamment pris de retard avec leur discussion sur leur passé. « Faisons ça » Clair, court, précis et efficace. Lancelot approuvait son idée sans faire étalage de la moindre position de force, il ne revint pas sur sa technique et se contenta de lui donner son accord. Il hocha la tête, content de ne plus être considéré comme un mangemort novice et inexpérimenté que l'on testait à chaque pas, à chaque parole et à chaque action. Il avait gagné sa place chez les forces du mal, même si Lancelot avait passé trop de temps à Askaban pour s'en être rendu compte.

    Ils gardèrent l'allure, feignant le naturel avec aisance, marchant comme s'ils ne venaient pas d'échanger quelques mots, ils étaient passés en mode « action », ils étaient à présent méthodiques et cherchaient le meilleur moyen de coincer la personne qui osait probablement les suivre. Il espérait que son instinct avait vu juste, ce n'était pas le moment de perdre du temps avec des impressions stupides simplement parce qu'il était paranoïaque. Mais Daley n'était pas de ce genre-là, à toujours avoir l'impression qu'on le suivait, à regarder par dessus son épaule sans arrêt, la peur au ventre d'être tué d'un sort dans le dos. En ces temps de guerre, il fallait être prudent mais pas trop. Ne pas tomber dans la paranoïa, c'était bien le meilleur moyen pour réellement se faire tuer. Très vite, ils arrivèrent à à un embranchement et une rue déserte, ils allaient pouvoir passer à l'action. En tournant la tête, il intercepta le regard de Lancelot et il inclina légèrement et discrètement la tête vers le bas pour confirmer qu'il était plus que prêt pour passer à l'action assez rapidement. Il agit rapidement, se décalant sur la gauche pour se fondre dans le coin de la ruelle, sortant sa baguette et la glissant dans la manche de sa cape. Elle devait être prête à l'emploi mais s'il s'agissait d'un moldu, il valait mieux qu'elle ne soit pas trop visible. Ils attendirent alors, quelques minutes passèrent avant que des bruits de pas ne se firent entendre. Il jeta un coup d'oeil à Lancelot en face de lui et un sourire vint se dessiner sur ses lèvres. Il avait sûrement eu raison et très vite, la personne qu'ils attendaient montra le bout de son nez, prudent, il avait dû perdre les deux mangemorts de vue et avait ralenti. Daley réagit très vite, il attrapa l'homme par derrière, glissant son bras autour de son cou pour l'enserrer et plaquer son autre main sur sa bouche pour l'empêcher de hurler. Il se remit dans l'ombre de la ruelle, plaquant son dos contre le mur le plus proche, tenant dans une poigne de fer l'homme qui commençait déjà à se débattre. Daley sentit quelque chose en le sentant gigoter et il eut un nouveau sourire. Il fouilla la veste de son captif et ressortit une baguette de l'intérieur avant de la balancer plus loin pour éviter qu'il ne s'en serve. Il sortit alors la sienne pour la pointer contre lui. Ils allaient peut-être avoir des renseignements sans avoir à aller jusqu'au bar finalement. « Tiens tiens, qu'avons-nous là ? Un sorcier imprudent qui suit deux mangemorts sans la moindre escorte ? » Ironisa Daley en maintenant toujours le sorcier contre lui, adressant un regard à Lancelot. « Tu crois aux coïncidences ? On cherche des nés-moldus et justement, un sorcier nous tombe dessus et nous surveille ? Pur hasard ? » S'amusa-t-il à demander à Lancelot en lui adressant un sourire. Probablement le premier depuis qu'ils s'étaient retrouvés d'ailleurs, la tension l'avait véritablement quitté, il avait besoin d'un peu d'action et ce sorcier leur offrait la discrétion dont il avait besoin et peut-être même quelques informations qu'il pourrait leur servir. « Qui es-tu ? » Demanda-t-il au sorcier qu'il tenait, même s'il n'espérait pas vraiment de réponse, il savait que certains étaient réticents à l'idée de décliner leur identité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ready to start ↔ Daley & Lancelot.   Ready to start ↔ Daley & Lancelot. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Ready to start ↔ Daley & Lancelot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (daley & pandora) Our night is a dream for free
» ROSE + Ready, aim, fire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: Deuxième saison :: sujets abandonnés
-
Sauter vers: