AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : Frane.
≡ hiboux envoyés : 27
≡ date d'arrivée : 26/12/2015
≡ tes points : 80 points.
≡ ta disponibilité rp : Disponible.
≡ ton avatar : Michael Fassbender.
≡ tes crédits : rebloggy. anaria.

≡ âge du perso : Quarante ans.
≡ amoureusement : Veuf. Sa femme est décédée il y a six ans de cela. Il ne s'en est jamais complètement remis.
≡ son emploi : Professeur de potions et directeur de la maison Serpentard, à Poudlard (officiellement). Travaille à son compte (officieusement).
≡ statut de sang : Sang-mêlé. Ne venez surtout pas l'emmerder avec ces idioties sur le sang-pur ou les sang-de-bourbe, vous risquez d'obtenir un laisser-simple pour les enfers, ticket payé d'avance.
≡ sa maison : Serpentard.
≡ niveau d'études : Le plus élevé qui soit.
≡ sa baguette : Une baguette souple, rigide quoique légère, en bois de cyprès, d'une longueur de 32,7 centimètres avec en son coeur, une plume de phénix.
≡ son patronus : Un chat cymric de manx.
≡ son amortencia : Celui de sa défunte épouse : de la vanille de bourbon mélangée à de la cerise.
MessageSujet: How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys   Dim 3 Jan - 16:22

« How to silence students without killing them, first lesson »

20h00. Et il y avait encore du bruit dans les couloirs du château. Un bruit incessant, tel le sifflement d’un moustique que l’on meurt d’envie d’écraser de sa main. Pour information, je déteste le bruit. Surtout le bruit causé par une horde d’élèves incapables de comprendre qu’un troupeau d’éléphants réunis serait plus silencieux qu’un seul d’entre eux. J’ai attendu dix minutes. Dix minutes d’enfer durant lesquelles mes nerfs ont été mis à rude épreuve. Un temps que j’avais consacré à une forme de médiation réflexive pour me convaincre de ne pas me jeter tête la première par la fenêtre pour abréger les souffrances de mon ouïe. Ou alors, de ne pas me précipiter dans le couloir pour attenter à la vie de ces impertinents. Tuer un élève était toujours illégal malheureusement. Je devrais peut-être en parler au directeur, qu’il comprenne que tout problème méritait une solution proportionnelle. Sauf que la proportionnalité et moi…ça fait deux. CA SUFFIT ! Une heure que je patiente, que je torture ce tas de parchemins de rouge, de zéro, de commentaires acerbes et les éclats de voix perdurent. D’un pas furtif quoiqu’aussi léger que les pattes d’un félin, je me lève de mon fauteuil en cuir pour m’éclipser de mon bureau, en direction du bruit qui résonne dans les couloirs. De plus en plus perceptible à mon oreille. Les traits tirés par des nuits d’insomnie que je faisais payer au matin lors des cours à ces chères têtes blondes, les lèvres pincées – comme à leurs habitudes, puisque je n’étais pas connu pour être homme à sourire ni à rire – la démarche altière et le port droit, je stoppe aussitôt que je reconnais les trois inconscients qui ont osé troubler ma paix intérieure. Ma robe de sorcier traînant à terre, un mélange de noir parsemé de gris argenté sur ces coutures s’arrête elle aussi de voleter derrière moi. Une main repliée dans mon dos, l’autre s’occupe maintenant d’attraper le col d’un blondinet aux yeux clairs, tandis que mon regard glacial dévisage tour à tour ses compères. « M. Garrison, puis-je savoir quel est le motif de votre joie si difficilement contenue ? » Mes orbes grises, presque transparentes ne les quittent pas des yeux, tandis que je les vois se ratatiner sur eux-mêmes, certains de finir comme ingrédients à potions une fois que j’en aurais fini avec eux. « Auriez-vous perdu votre langue ? Etonnant, elles semblaient si bavardes il y a à peine dix minutes. » grondai-je à nouveau en serrant un peu plus ma poigne sur sa nuque. « Que devrais-je faire à vos poumons pour empêcher qu’ils ne beuglent à nouveau, mettant à supplice les tympans et les nerfs de ceux qui, contrairement à vous messieurs, ne demandent qu’un peu de repos bien mérité ? » Je grogne, dans un murmure suffisamment audible pour que seuls les principaux concernés puissent m’entendre. « Je me demande quel cri peut avoir un cafard que l’on écrase de sa botte. Peut-être devrions-nous essayer ? M. Garrison, merci de vous portez volontaire pour cette petite expérience. » repris-je avec un sourire sadique sur les lèvres tandis que je sortais ma baguette de l’une des poches de ma robe.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 142
≡ date d'arrivée : 31/12/2015
≡ tes points : 65 points.
≡ ta disponibilité rp : dispo
≡ ton avatar : anna kendrick
≡ tes crédits : shiya et tumblr

≡ âge du perso : déjà trente-cinq ans, les rageux disent qu'elle finira vieille fille... eh bah tant mieux!
≡ amoureusement : célibataire, c'est le genre de fille que l'on a arrêté d'essayer de marier, celle qui menace ses potentiels époux de lancer un sort de reducto sur leur bijoux de famille.
≡ son emploi : professeur de soins aux créatures magiques et directrice de la maison poufsouffle où elle a fait sa scolarité.
≡ statut de sang : sang pur, mais ce n'est qu'un détail pour elle. Il parait que son nom figure sur le registre officiel des sang-pur... eh bah c'est bien.
≡ sa maison : la maison aux couleurs jaunes et noires, celle dont le totem est un blaireau, la maison des meilleurs, selon elle.
≡ niveau d'études : les BUSEs, c'est okay, les ASPICs, c'est okay. Bref, elle a fini ses études et passé tous ses examens.
≡ sa baguette : un bel objet mesurant 25,5 centimètres, taillé dans du bois d'acacia et gardant en son sein une plume de phœnix. Cette baguette est très efficace pour les sorts utilitaires comme failamalle ou recurvite, etc.
≡ son patronus : un cheval, lumineux et fin, d'apparence un mustang, comme celui qu'elle avait l'habitude de monter plus jeune.
MessageSujet: Re: How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys   Lun 4 Jan - 0:45

How to silence students without killing them, first lesson
Une journée de plus qui touchait à sa fin, chaque fois, Nephtys était un peu triste de laisser ses élèves seuls et sans défenses… Oh elle savait que bon nombre d'entre eux étaient bien plus fort qu'ils n'y paraissaient. Ils devaient l'être, ce n'était pas un choix, c'était une obligation, pour réussir à traverser cette sombre période… Mais dans les fais, elle se sentait responsable d'eux, la brunette ne pouvait pas juste se comporter en prof qui s'en fichait, c'était plus fort qu'elle, elle ne vivait que pour son métier. Elle n'aurait jamais pensé finir prof lorsqu'elle foulait le sol du château en tant qu'étudiante, mais maintenant, elle ne se voyait pas faire autre chose. Aussi, Nephtys avait toujours adoré les gosses, elle aurait surement été maman si sa vie à Poudlard ne lui empêchait pas d'élever un enfant et si elle trouvait un donneur consentant qui n'avait pas peur qu'elle le harcelle pour une pension alimentaire et ce genre de connerie… enfin passons les détails. Du coup, elle se comportait comme une maman poule avec beaucoup de ses élèves. Même ceux qui étaient des petits cons. Après tout, s'ils étaient devenus comme ça, ce n'était pas de leur faute, mais de celle des parents. Elle partait du principe qu'il n'y avait pas d'enfants cons, juste des parents irresponsables ou bons à foutre à Azkaban. La plupart étaient des parents de mômes qui avaient atterri à serpentard, mais heureusement –ou malheureusement– ce n'était pas que dans cette maison que l'on trouvait des futurs mangemorts…

Enfin bref, elle était passée chercher un livre au quatrième étage, une œuvre de Lockhart, elle l'avait déjà lu, comme toutes les autres, mais l'envie lui avait pris de se replonger dedans, alors autant profiter d'avoir la bibliothèque à portée de main pour redécouvrir ce chef-d'œuvre… Dommage que Lockhart avait perdu la tête… Elle soupira en redescendant, mais heureusement, il écrivait encore. Enfin bref, en entendant des élèves faire du bruit au troisième, elle fit un détoure sur son chemin pour aller gentiment leur demander d'aller faire du bruit dans leur salle commune ou dans la grande salle histoire de ne pas déranger les profs qui pouvaient travailler ou les élèves potentiellement collés. Arrivé au bout du couloir, elle avait remarqué qu'O'Connor était déjà en train de s'en occuper et que les gosses ne bronchaient plus. Elle hâta le pas, ses talons résonnant légèrement sur les dalles. Arrivé à quelques mètres de la scène, elle put entendre la dernière remarque du prof. Quel cinglé ! « Oh monsieur O'Connor, bonsoir ! » Lâcha-t-elle  enthousiaste et souriante, marquant une légère pause avant de reprendre. « Merci d'avoir trouvé M. Garrison et ses compagnons pour moi. Je leur avais demandé de nourrir les botrucs, j'ai complètement oublié de leur donner les insectes pour, ce que je peux être tête en l'air parfois. » Un petit rire innocent s'échappa de ses lèvres. Elle n'avait aucune envie de se disputer avec l'homme dans les couloirs et opta donc pour un sauvetage diplomatique, mais elle n'avait pas l'intention de le laisser transformer un élève en cafard pour l'écraser. Ce type n'était pas fait pour être prof… Comme beaucoup des nouveaux professeurs de Poudlard envoyés pour remplacer ceux qui ne plaisaient pas à Lord Voldemort.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : Frane.
≡ hiboux envoyés : 27
≡ date d'arrivée : 26/12/2015
≡ tes points : 80 points.
≡ ta disponibilité rp : Disponible.
≡ ton avatar : Michael Fassbender.
≡ tes crédits : rebloggy. anaria.

≡ âge du perso : Quarante ans.
≡ amoureusement : Veuf. Sa femme est décédée il y a six ans de cela. Il ne s'en est jamais complètement remis.
≡ son emploi : Professeur de potions et directeur de la maison Serpentard, à Poudlard (officiellement). Travaille à son compte (officieusement).
≡ statut de sang : Sang-mêlé. Ne venez surtout pas l'emmerder avec ces idioties sur le sang-pur ou les sang-de-bourbe, vous risquez d'obtenir un laisser-simple pour les enfers, ticket payé d'avance.
≡ sa maison : Serpentard.
≡ niveau d'études : Le plus élevé qui soit.
≡ sa baguette : Une baguette souple, rigide quoique légère, en bois de cyprès, d'une longueur de 32,7 centimètres avec en son coeur, une plume de phénix.
≡ son patronus : Un chat cymric de manx.
≡ son amortencia : Celui de sa défunte épouse : de la vanille de bourbon mélangée à de la cerise.
MessageSujet: Re: How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys   Lun 4 Jan - 5:53

« How to silence students without killing them, first lesson »

Deux raisons avaient suffi à me rendre encore plus énervé par la situation, si c’était encore possible. La première, c’était ses bruits de talons qui claquent dans le couloir qui m’avaient averti qu’une personne approchait. Et pas n’importe qui, j’aurais reconnu ce parfum à des kilomètres. La seconde, c’était les soupirs quasi-inaudibles mais pourtant bien visibles des élèves lorsqu’ils virent apparaître un autre de leur professeur au détour du couloir, à mon grand regret. Seigneur, cette fille ne pouvait-elle donc pas s’occuper de ses affaires une seule fois dans sa vie au lieu d’ennuyer les braves gens ? « Mademoiselle Shafiq… » soufflai-je presque comme un soupir de désespoir mêlé de rage sans me retourner pour lui faire face. « Que me vaut le…plaisir… » J’avais volontairement buté sur le mott, et affichait maintenant une moue grinçante clairement remarquable. « …de votre venue à une heure si tardive ? » J’espérais, vainement cela va de soit, qu’elle ne faisait que passer. Mais non. Nephtys Shafiq était précisément le type de femme qui m’agaçait. Trop guimauve, trop protectrice vis-à-vis de ces jeunes qui avaient selon moi besoin de plus de poigne, pour leur inculquer le respect dû à leurs aînés certes, mais aussi parce que l’on ne gagne pas une guerre avec des agneaux. Sans compter qu’elle avait de plus en plus tendance à croiser mon chemin par hasard dès que j’avais l’occasion de donner une leçon de survie à ces chères têtes blondes. Elle n’imaginait pas la chance qu’elle avait d’être professeur, et donc mon égal, à l’heure actuelle. Car si ça n’avait pas été le cas … « Des botrucs ? » Non, mais elle se moquait de moi en plus ? Sans quitter des yeux les trois mousquetaires qui se félicitaient de l’intervention de leur professeur, je lui jetais à mon tour un regard plus noir que le néant. « Ouuii, biensûr. » sifflai-je d’une voix éteinte en plissant légèrement les yeux. « A ce propos, un peu de vigilance de votre part à l’avenir serait la bienvenue. Après tout… » Je reporte mon regard sur les trois malandrins en apposant tout particulièrement ma baguette sous leurs yeux effarés. « …il serait bien dommage qu’ils soient punis pour une faute qu’ils n’ont évidemment pas commise. » grognai-je en serrant les dents, signe qu’aucun d’entre nous n’avait cru au petit discours de la professeur, bien que pour des raisons différentes, nul n’oserait prétendre qu’elle avait menti. « Vous trois, disparaissez. Et que je ne vous y reprenne pas à traîner dans les couloirs et encore moins à faire un vacarme du diable si vous ne voulez pas finir en goule la prochaine fois ! » murmurai-je en chassant Garrison et sa troupe, qui s’empressèrent de filer précipitamment, loupant même une marche d’escalier au passage, vers leur salle commune. Maintenant, une petite explication s’impose. Faisant mine d’écarter une poussière inexistante sur ma robe de sorcier, je me retourne pour faire face entièrement à ma visiteuse, gardant le masque d’imperturbabilité qui me caractérisait. « Mademoiselle Shafiq, croyez-bien que malgré vos belles paroles je n’en ai pas cru un seul mot. Je vous prierai à l’avenir de me laisser régler un problème qui survient lorsque JE suis dans le couloir pour y mettre fin, à MA manière, sans venir mettre votre nez dans ma façon de gérer le dit problème, suis-je suffisamment clair ? » grimaçai-je en rangeant ma baguette au fin fond de ma poche droite.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 142
≡ date d'arrivée : 31/12/2015
≡ tes points : 65 points.
≡ ta disponibilité rp : dispo
≡ ton avatar : anna kendrick
≡ tes crédits : shiya et tumblr

≡ âge du perso : déjà trente-cinq ans, les rageux disent qu'elle finira vieille fille... eh bah tant mieux!
≡ amoureusement : célibataire, c'est le genre de fille que l'on a arrêté d'essayer de marier, celle qui menace ses potentiels époux de lancer un sort de reducto sur leur bijoux de famille.
≡ son emploi : professeur de soins aux créatures magiques et directrice de la maison poufsouffle où elle a fait sa scolarité.
≡ statut de sang : sang pur, mais ce n'est qu'un détail pour elle. Il parait que son nom figure sur le registre officiel des sang-pur... eh bah c'est bien.
≡ sa maison : la maison aux couleurs jaunes et noires, celle dont le totem est un blaireau, la maison des meilleurs, selon elle.
≡ niveau d'études : les BUSEs, c'est okay, les ASPICs, c'est okay. Bref, elle a fini ses études et passé tous ses examens.
≡ sa baguette : un bel objet mesurant 25,5 centimètres, taillé dans du bois d'acacia et gardant en son sein une plume de phœnix. Cette baguette est très efficace pour les sorts utilitaires comme failamalle ou recurvite, etc.
≡ son patronus : un cheval, lumineux et fin, d'apparence un mustang, comme celui qu'elle avait l'habitude de monter plus jeune.
MessageSujet: Re: How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys   Ven 22 Jan - 22:49

How to silence students without killing them, first lesson
Le sourire courtois de Nephtys ne s'effaça pas de son visage, même lorsque le directeur de serpentard rétorqua aux paroles de celle-ci. Une vipère, c'était l'animal qu'elle voyait lorsqu'elle regardait cet homme. Bien-sur, il n'avait rien de repoussant, il est même plutôt pas mal, mais au-delà de cette apparence, l'âme qu'elle pensait apercevoir ne lui plaisait pas du tout. Elle se doutait bien qu'elle pouvait se tromper, qu'il n'était peut-être pas le mal incarné, mais ces derniers temps, elle était catégorique, surement que la guerre n'était pas pour rien dans ce comportement. Deux ans auparavant, elle aurait cherché à mieux connaitre l'homme, à savoir pourquoi il était si méchant avec les élèves, mais elle époque était révolue, tant que des mangemorts fouleraient le sol de Poudlard, la brune n'avait pas le temps pour la psychologie. La protection de ses élèves passait avant tout. Quoi qu'il en soit, elle  comprit que le prof ne croyait pas ce qu'elle racontait, c'était surjoué, mais elle s'en fichait, l'essentiel fut qu'il les avait laissés partir. « Les insectes sont posés sur mon bureau. » lança-t-elle avant qu'ils s'éloignent. Elle retint un soupire de soulagement. Au moins, ils ne seraient pas transformés en cafard par ce psychopathe. Il faudrait qu'elle songe à discuter avec le groupe de gamins, c'était triste à dire, mais les rires et les discutions joviales n'étaient plus autorisées dans les couloirs… Quoi que, même avant, lorsque Severus Rogue s'occupait du cours de potions et de la maison serpentard, ce n'était pas super convivial… Mais lui au moins, ne menaçait pas de tuer les élèves, ou alors, elle n'en avait pas souvenir.

Les élèves partis, la brunette se tourna vers l'homme qui avait reprit la parole. Elle avait quitté son sourire pour un air sérieux. Nephtys aurait volontairement laissé l'homme faire son boulot si celui-ci ne menaçaient pas les gamins avec sa baguette. Les bras croisés, les yeux plantés dans ceux du professeur (la tête légèrement levé étant donné sa taille que la plupart des gosses de cinquième année dépassaient), elle ne se laissa pas démonter par l'air strict de son vis-à-vis. « Pour votre gouverne, j'étais dans les escaliers et j'allais leur demander gentiment d'aller continuer leur discussion ailleurs, mais quand j'ai vu que vous vous en occupiez, je n'ai pas voulu changer de direction, surtout pas en entendant que vous les menaciez. Ce sont des gamins, Monsieur O'Connor, je doute que les menacer soit très pédagogique. Si vouliez leur faire peur, c'est réussit, mais je n'approuve pas votre manière de travailler, ce n'est pas en grandissant dans un climat de peur qu'ils deviendront des adultes équilibrés. » Elle gardait son calme, mais on pouvait sentir tout son désaccord dans sa façon de parler. En fait, elle parlait de cette même façon lorsqu'elle faisait la morale à des gosses. Ferme, mais calme, histoire que les choses soient bien claires. Ceci dit, elle ne s'attendait pas à ce que le professeur agisse comme les gamins qu'elle avait pu engueuler dans ses années de travail, c'était un adulte qui avait sa façon de faire et ce n'était pas elle qui changerait ça, mais quand même, elle n'allait pas s'écraser, ce n'était pas son genre, pas lorsqu'on menaçait les élèves.


HJ : désolée pour l'attente é.è
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys   

Revenir en haut Aller en bas
 

How to silence students without killing them, first lesson. ft. Nephtys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Colourizations
» recréer le smokey brun mufe avec des fap mac ?
» Leçon de maquillage MAC PARIS
» bricolages d'automne....
» La forme de politesse
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
HOGWARTS AND SURROUNDINGS
 :: Hogwarts :: the third floor
-
Sauter vers: