AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's who we are [James & Gwayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: It's who we are [James & Gwayne]   Mer 30 Déc - 14:21

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
La journée ne s’annonçait pas trop moche pour un mois de décembre, au moins, le soleil avait décidé de pointer le bout de son nez et la neige ne tombait pas. En plus, Gwayne n’avait reçu aucun courrier de la part de son père… c’était surement con, mais lui, ça le rassurait de ne pas voir son hibou déposer de missive contenant potentiellement une mauvaise nouvelle. Sans être défaitiste, il savait que lorsque son père lui écrivait, c’était forcément pour quelque chose de négatif : les hommes comme Yaxley père n’envoyaient pas de courrier pour dire des choses comme « je suis fier de toi » ou « je t’aime ». Il n’avait jamais entendu ce genre de mots dans la bouche de celui-ci, même en lisant entre les lignes. Il avait fini par croire que son père prenait les compliments et les mots affectifs comme des gros mots, c’était la seule explication possible. Enfin bref, la situation de Gwayne n’était pas agréable du tout, mais aujourd’hui, il se sentait de meilleure humeur qu’en temps normal. D’ailleurs, il s’en voulait presque… Lui, il était en sécurité, plus ou moins tranquille dans le château de Poudlard alors que Devyn était séquestré chez lui par le pire monstre qu’il connaissait (oui, c’était à son père qu’il pensait). Bref, il ne savait pas si c’était égoïste, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’aller relativement en cette journée. Il n’avait pas eu l’autorisation de rentrer pendant les vacances de noël, sans doute parce que son père craignait qu’il aide Devyn à s’enfuir… Chose qui était justifiée puisque le blond aurait tout fait pour. Il se serait enfui avec et n’aurait plus été obligé d’ignorer ses amis… il n’aurait pas pu les revoir avant un moment s’il était en fuite, mais au moins, il ne se comporterait pas comme un étranger avec eux.

Quoi qu'il en soit, après le cours de sortilège que les serdaigles avaient eu avec les serpentards, le fils Yaxley avait besoin de prendre l'air… désormais, les gens ne se cachaient même plus d'être pro-mangemort… Bien sûr, tous les serpentards n'étaient pas des abrutis finis et tous les autres n'étaient pas des anges, mais c'était quand même dans la maison de Salazar que ce genre d'idées malsaines se développait le plus… Ceci-dit, c'était une source d'inspiration d'entendre deux serpentards tenir des propos dégueulasses, il pourrait s'en inspirer lorsqu'il discuterait avec des membres de l'armée de Lord Voldemort. Chose qui éviterait à Devyn de se faire tuer par son père. Enfin bref, il s'était donc empressé de s'éloigner de cet environnement de haine, ralentissant le pas lorsqu'il fut assez loin pour revenir à un rythme normal, les autres avaient dû penser qu'il avait un besoin urgent d'aller aux toilettes ou quelque chose comme ça. Apercevant James, il ne réfléchit pas vraiment en s'approchant de lui et encore moins au moment de prendre la parole. « Je viens d'avoir cours avec les serpentards, quelle bande de vipères ! » C'était sorti le plus naturellement du monde, comme s'il avait totalement oublié qu'un bon sang pur ne traînait qu'avec des bons sangs purs, des personnes de son rang avec qu'il il pouvait avoir des discussions aussi puériles que superficielles. Seulement, deux à trois bonnes secondes, il remarqua que ce n'était pas intelligent du tout ce qu'il venait de faire… Enfin, ce n'était pas bête pour autant, n'importe qui aimait discuter avec un ami d'enfance. Mais James n'était pas un sang pur… chose qui en soi n'avait jamais dérangé Gwayne. Malgré l'éducation qu'il avait eue, il avait compris que le sang ne définissait pas la valeur d'une personne grâce à ses amitiés avec James, Devyn et encore bien d'autres élèves dont le sang était soi-disant impur. Bref, il se sentait con et n'osait plus rien ajouter de plus.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Mer 30 Déc - 16:29

Commençant par s’essuyer son front couvert de sueur à l’aide d’une serviette qu’il a emporté avec lui, James ne tarde pas à réenfiler son pull de quidditch, laissé de côté le temps de son entrainement solitaire. Les trous dans son emploi du temps et le beau temps relatif de ce mois de décembre, lui a permis de se rendre sur le terrain pour voler un peu, se changer les idées. La neige de décembre l’a toujours émerveillé. Rien que quand il était gamin. Et cela ne s’était pas arrangé avec le temps. Désormais, il peut monter sur un balai sans que sa mère vienne lui hurler à la figure qu’il s’agit de quelque chose de mal, qu’il va se blesser et ne plus pouvoir l’aider à la librairie : elle n’en a plus rien à faire. Aussi peut-il voler librement entre les flacons qui tombent du ciel et cette simple constatation lui arrache un sourire. Se retournant vers le terrain, il ne tarde pas à jeter sa serviette sur son épaule avant d’ajuster ses gants de quidditch en cuir sur ses doigts. C’est ainsi qu’il l’imagine, la belle vie de sorcier. Loin de toute cette guerre crée par des sorciers de pacotille se plaisant à se croire mieux que tout le monde. Chacun devrait être libre de pouvoir user comme il le sent de ses pouvoirs. Et mieux vaut que les nés moldus gagnent les rangs de Poudlard pour apprendre à contrôler leurs pouvoirs, plutôt que risquer de dévoiler l’existence du monde magique en faisant n’importe quoi, n’est-ce pas ? Alors les sangs purs devraient cesser de se torturer l’esprit à se dire que laisser des nés moldus et des sangs mêlés évoluer librement dans un monde qu’ils ont crée, pourrait nuire à leur mode de vie. Après tout, la plupart des sorciers luttant du côté de celui-dont-il-ne-faut-pas-prononcer-le-nom n’ont eux-mêmes pas connu une époque où les sangs purs régnaient en rois. Ce concept moyenâgeux de la vie ne devrait même plus exister. Pourtant, certains restent convaincus que si. Sur cette constatation, James décide de quitter le terrain de quidditch, laissant derrière lui ce semblant de liberté pour regagner le château. Le temps de traverser le parc et de faire une douche pour ne pas sentir la transpiration, et il sera déjà grand temps de rejoindre son dernier cours de la journée. Etude des moldus. Autrement dit, un cours dans lequel il lui faudra écouter les critiques de mangemorts, concernant une population qui ignore tout de l’existence des sorciers. Il s’agit vraiment d’une façon de se considérer comme plus important que les sorciers ne le sont vraiment, dans un sens. James jette alors son balai sur son épaule, résigné, alors qu’il quitte le terrain pour se retrouver sur la pelouse du château – ou plutôt, sur le joli manteau blanc qui recouvre l’herbe gelé. Malgré le temps libre dont doivent disposer certains élèves, il n’y a quasiment personne dehors. Pas même quelques élèves plus jeunes, qui se lanceraient des boules de neige les uns sur les autres en riant aux éclats. Pourtant, le temps il ne fait pas si froid, James n’a pas encore l’impression d’être gelé jusqu’aux os. Tout ça, c’est une nouvelle fois en raison de la nouvelle direction de l’école de sorcellerie. Plus personne n’a le cœur à rire. A part quelques sangs purs, certainement. Et encore, même Malefoy ne semble pas être dans son assiette. Alors qu’il gagne la Grande Porte permettant de pénétrer dans le hall du château, James prend bien le temps de secouer ses pieds pour en décrocher la neige, avant de rentrer à l’intérieur. Après tout, mieux vaut ne pas donner aux Carrow une raison supplémentaire de lui tomber dessus, ils ont certainement déjà une liste de prétextes en tout genre, préparée afin de pouvoir s’attaquer à n’importe quel élève n’ayant pas le sang pur, pour occuper leurs moments d’ennuis. Et s’ils n’ont sûrement rien à faire du fait que James donne un peu plus de ménage à faire aux elfes de maison, le jeune homme ne veut pas attendre que les deux mangemorts deviennent subitement fanatiques des sols bien propre. C’est donc après avoir fini de sécher ses bottes en cuir d’un coup de baguette, que le poursuiveur gagne enfin les escaliers menant aux étages du château, s’imaginant déjà grimper les sept volées d’escaliers pour atteindre sa salle commune et enfin pouvoir se nettoyer. Cependant, il est à peine parvenu au premier étage que déjà, il se trouve contraint de s’arrêter. Une voix s’élève, s’adresse directement à lui. « Je viens d'avoir cours avec les serpentards, quelle bande de vipères ! » Il redresse la tête pour apercevoir Gwayne. Il ne l’avait pas vu avant que le serdaigle ne s’adresse à lui. Enfin si, il avait dû le voir. Mais trop habitué à ce que le sang pur ne l’ignore à chaque fois qu’il tentait de lui parler, James avait pris l’habitude de ne plus faire attention, de faire comme si le capitaine de l’équipe de quidditch de serdaigle n’existait simplement plus. Le gryffondor fronce les sourcils, rapidement imité par son rivale de quidditch. En temps normal, James lui aurait répondu qu’il allait avoir cours avec eux juste après, et qu’il s’ennuyait par avance de savoir qu’ils allaient encore passer une heure à se moquer de pauvres moldus. Mais il ne s’agit pas là d’une situation normale. Plus maintenant. « Gwayne ? » demande bêtement James, comme s’il a du mal à croire qu’il s’agit bien là du cousin d’Adonis qui se tient face à lui. Voilà des mois à présent, qu’il ne lui adresse plus le moindre mot ! Pourtant, le visage du gryffondor se radoucit bien vite. S’il s’agit là d’une opportunité pour sauver son ancien ami de l’existence de parfait petit mangemort qu’il est en train d’adopter, le jeune homme ne compte pas laisser filer cette opportunité. « J’ai cru que tu resterais sous imperium toute ta vie ! » finit-il par dire, accompagnant ses paroles d’un mouvement de sourcils satisfait. Bien sûr, il fait référence au brusque changement d’attitude du serdaigle. Mais Gwayne ne pouvait pas simplement espérer que James ne fasse aucun commentaire là-dessus, après être venu lui parler si naturellement, comme si rien ne s’était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Mer 30 Déc - 19:55

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
Visiblement, cette action pourtant si naturelle l'année précédente avait aussi étonné le gryffondor à qui il venait de s'adresser. C'était triste d'en être arrivé là, mais il fallait se rendre à l'évidence, le climat actuel n'avait rien de joyeux. C'était la guerre. Une guerre mal engagée pour les gentils. Franchement, même s'il restait neutre voir pro-mangemort, Gwayne espérait que l'Ordre gagnerait, qu'on mettrait les mangemort en prison et qu'il pourrait finir ses études dans un climat de détente, comme pour les années précédentes en fait. Il espérait pouvoir être à nouveau proche de James, de tous ceux avec qui il avait l'habitude de parler sans prise de tête… comme des étudiants, pas comme des putains de soldats. C'était vraiment ce qu'ils étaient, d'un côté l'armée de Dumbledore, de l'autre l'Elite. Son père lui avait conseillé de s'y présenter, mais il avait prétexté qu'il préférait travailler, qu'entre les entraînements de quidditch et les ASPICs qui arrivaient, il voulait consacrer son temps à être meilleurs dans les matières où il n'avait pas eu de O aux buses… Enfin bref, il avait carrément baratiné… Son père s'en doutait peut-être, mais il n'avait pas insisté. Quoi qu'il en soit, le blond préféra rire légèrement à la remarque de James. Ce serait peut-être moins cruel de le mettre sous imperium que de le forcer à être un con en toute conscience. Mais son père ne voulait pas d'un pantin en guise de fils, il voulait d'un vrai mangemort … Il craignait le moment où on lui imposerait la marque des ténèbres… L'Ordre devait absolument gagner cette guerre au plus vite. Avant qu'il n'aille trop loin pour protéger Devyn… enfin, serait-il seulement capable du pire pour le protéger ? Tuer pour lui ? Là, peut-être qu'il aurait effectivement besoin d'être sous imperium.

« Si seulement... Non je ne suis pas sous imperium, mais ce serait plus simple. Je te dois des excuses. À toi et à bien d'autres. J'aimerais vraiment que les choses soient comme avant. » Il marqua une brève pause. Il ne pouvait pas dire la vérité à James. Non pas qu'il n'avait pas confiance en lui. Au contraire, il devait faire partie des personnes sur qui il comptait vraiment, ils se connaissaient depuis assez longtemps pour ça. Mais ce serait mettre en danger Devyn et probablement James aussi. Avec un père cinglé comme le sien, la moindre contradiction risquait de mal tourner. Et bien sûr, ce n'était pas le fils qui en subirait les conséquences, mais les personnes auxquelles il tenait… c'était fourbe et terriblement efficace pour contrôler quelqu'un. Il s'assura que personne ne pouvait entendre leur discussion avant de reprendre donc. « Mais je voudrais pas qu'on sache que je faisais partie de ceux qui avaient accès à la salle sur demande. Les mangemorts obtiennent facilement des informations avec leurs divers moyens de pression… » Sous entendu, pour le bien de l'A.D –et pour celui de Devyn– il ne fallait pas qu'on le soupçonne d'en avoir fait partie. Que James comprenne ou pas ne changerait rien, il n'avait pas le choix… Enfin, même si certains disaient qu'on avait toujours le choix, c'était faux lorsqu'on tenait à quelqu'un… Il s'en rendait tellement compte cette année.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Jeu 31 Déc - 17:45

Etonné du soudain regain d’intérêt de Gwayne pour sa personne, James ne compte pas laisser passer cette opportunité de faire revenir son ami dans le droit chemin. Il n’a jamais eu l’occasion de demander à Adonis s’il savait pourquoi son cousin avait ainsi changé de façon d’être – ou du moins, il n’a jamais vraiment eu le courage de lui poser la question directement –, mais l’occasion se présente désormais de s’en soucier lui-même. Seulement, il se montre incapable de laisser passer l’occasion de faire une blague bien placée concernant le changement d’attitude du blond. Mais bon, il l’a mérité. Gwayne laisse un sourire venir prendre place sur son visage tandis que James le taquine gentiment. Cependant, James n’est pas dupe, il voit bien qu’il n’est pas au mieux de sa forme. Il semble complètement fatigué et dépassé par la situation. A croire qu’il n’a pas choisi lui-même de devenir un sang pur prétentieux comme il en existe déjà tant. Alors, pourquoi avoir ainsi changé de comportement ? James n’en démord pas, il finira bien par le savoir. Gwayne ne pourra pas s’en sortir si facilement. « Si seulement... Non je ne suis pas sous imperium, mais ce serait plus simple. Je te dois des excuses. À toi et à bien d'autres. J'aimerais vraiment que les choses soient comme avant. » James pince les lèvres alors qu’il perçoit la détresse de son ami. A une époque, Gwayne était le plus joyeux de cette école, il aurait pu le jurer. Mais à présent, cela semble loin d’être toujours le cas. Le gryffondor le fixe, ne cille pas une seule fois. Comme si cela pouvait l’aider à voir ce qu’il se passe dans son esprit. Malheureusement, il n’a rien d’un légilimens et il ne parvient pas à savoir ce qui tracasse à ce point le serdaigle. « Mais je voudrais pas qu'on sache que je faisais partie de ceux qui avaient accès à la salle sur demande. Les mangemorts obtiennent facilement des informations avec leurs divers moyens de pression… » finit par dire Gwayne sur un ton lourd de sous-entendus. Aussitôt, James cherche à comprendre ce que le blond tente de lui faire comprendre. Bien sûr, la salle sur demande ne peut faire référence qu’à l’Armée de Dumbledore, seule utilisatrice de cette pièce. En même temps, il serait difficile qu’il en soit autrement étant donné que ses membres sont sans cesse en train de l’occuper. Mais pour le reste… De quel moyen de pression parle-t-il ? Aussitôt, les fiançailles de Gwayne à Arabella, une poufsouffle de septième année, lui reviennent en tête. Mais bien sûr ! James savait que la demoiselle n’avait rien à faire aux réunions de l’Armée de Dumbledore. Et pour cause. Elle n’était là que pour savoir quels sangs purs se joignaient à eux, afin de pouvoir faire pression et obliger au moins l’un d’eux à rejoindre le bon côté selon les mangemorts. Le leur. Et cette hypothèse explique non seulement pourquoi Gwayne a commencé à agir si bizarrement, mais aussi pourquoi Arabella a subitement disparu des réunions de l’Armée de Dumbledore. Tout est clair à présent. « C’est de sa faute, pas vrai ? C’est elle qui fait pression sur toi ? » demande James à voix basse, sûr de lui. Après tout, il est certain que ce soit la seule explication possible. Arabella méprise toutes les personnes n’étant pas de sang pur. A part ses deux meilleures amies, ce qui est étrange. Mais il doit y avoir quelque chose qui se cache là-dessous. Il devrait en parler à Hannah un de ces jours. « Tu sais, si elle t’embête vraiment trop, je peux t’aider à t’en débarrasser. Il faut juste qu’on trouve un moyen pour que son oncle ne nous soupçonne pas. » affirme alors James à voix basse, détaillant déjà dans son esprit toutes les possibilités s’offrant à eux. Si le chien à trois têtes dont a un jour parlé Harry Potter se trouve dans l’enceinte du château, cela pourrait très bien faire l’affaire. Ou alors, s’ils l’abandonnent toute seule dans la forêt interdite. Quoi que, l’offrir au saule cogneur pourrait être une idée judicieuse, il n’y aurait même plus de trace d’elle. Oui, en fait, de nombreuses possibilités s’offrent à eux. Bien sûr, Hannah risquerait d’être un peu fâchée, mais au pire, qu’est-ce qui se passerait ? Elle romprait ? Et alors ? James se doit d’aider son ami avant toute chose.


Dernière édition par James Chatterton le Sam 2 Jan - 12:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Ven 1 Jan - 16:54

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
La réflexion de James fit hausser un sourcil au fils Yaxley. Le gryffondor avait fait le rapprochement avec Arabella fleming, le poursuiveur ne l'avait jamais appréciée, Gwayne se souvenait la réflexion de ce dernier lorsqu'elle avait débarqué dans la salle sur demande. Il la voyait comme une pro mangemort... Vu son nom de famille, ce n'était pas étonnant... Ceci dit, il était mal placé pour critiquer, son père était un gros con marqué par les ténèbres. Sauf que James connaissait bien Gwayne, il savait qu'il n'avait rien en commun avec son père. Bon, il fallait dire aussi que son père ne se revendiquait pas mangemort avant que le seigneur des ténèbres ne refasse surface, contrairement au père de sa future épouse qui avait été enfermé à Azkaban. Ils avaient toutes les raisons de se méfier d'elle. La suite des paroles de son ami l'étonnèrent, il était sérieux là ? Même si Gwayne ne l'appréciait pas, il n'avait aucune envie de la tuer. Enfin si l'autre sous entendait bien de la tuer. Le blond était incapable de tuer. Enfin il n'en savait rien, il n'avait jamais essayé d'assassiner qui que ce soit, même si l'envie de meurtre contre son père était très forte. Enfin dans tous les cas, l'idée d'avoir Moses Fleming sur le dos ne l'enchantait pas vraiment, ce type lui foutait une peur bleue. Il avait tout d'un psychopathe... C'était un peu le même genre d'hommes que son père... Mais en pire sans doute... S'ils pouvaient s'entre tuer, ce ne serait pas dommage. Enfin bref le blond resta muet un moment en fixant son ami, un peu interloqué avant de finalement ouvrir la bouche.

« Tuer Fleming ? » chuchota-t-il presque choqué. « Ce n'est pas un cadeau cette fille, mais de là à la tuer, peut-être pas. Ce n'est pas la seule raison... Si tu veux vraiment tuer quelqu'un, c'est plutôt mon père qu'il faudrait assassiner. » Lâcha-t-il en souriant, un peu sur le ton de l'humour. Même si dans le fond, il le pensait vraiment. Il préférait éviter que James comprenne la situation, il voulait lui éviter d'être dans le collimateur de son père s'il en savait trop. Pourtant, se confier à quelqu'un lui aurait fait du bien. Mais dans la situation actuelle, la moindre confession pouvait avoir des répercussions... Il suffisait qu'une oreille curieuse traîne et c'était foutu. « Le problème c'est mon père… sans lui, je ne serais pas marié à cette fille et je ne devrais pas me comporter en bon sang pur, comme il dit… le seul moyen que les choses redeviennent comme avant, ce serait que l'Ordre gagne. Je suis désolé de cette situation. » Continua-t-il toujours en chuchotant… il n'avait pas intérêt qu'on l'entende, ce serait mettre Devyn en danger… Son père avait été claire là-dessus, s'il lui faisait honte ou s'il ne se comportait pas comme ce que l'on attendait de lui, c'était le sang-mêlé qui prendrait… Difficile donc de savoir quoi dire à James. Il avait déjà l'impression d'en avoir trop dit… Mais en même temps, ça ne lui plaisait pas de mentir à son ami, il connaissait James depuis si longtemps qu'il valait largement un membre de sa famille… D'ailleurs, il préférait ses amis à sa famille, hormis Adonis. Leur trio comptait beaucoup pour Gwayne… mais hélas, il ne pouvait plus trop traîner avec James, alors qu'avec Adonis, ça ne posait pas de problème… c'était nul comme situation, il les appréciait autant l'un que l'autre et ceux, peu importe le statut de leur sang.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Ven 1 Jan - 22:16

C’est en étant on ne peut plus sûr de lui que James propose finalement à Gwayne de l’aider à se débarrasser de la poufsouffle. Après tout, il est à peu près certain que c’est à cause de lui que son ami a changé de la sorte et il déteste le voir dans cet état. Le Gwayne autrefois souriant et gentil avec tout le monde, lui manque énormément. Il était une dose de bonne humeur dans le château et ce dernier temps, Poudlard manque terriblement de bonne humeur. Si faire disparaître Arabella pouvait l’aider à redevenir lui-même, James n’hésiterait pas un seul instant. Surtout qu’il ne porte pas la future mangemort dans son cœur, loin de là. Seulement, alors qu’il propose son idée au blond, celui-ci semble se renfermer un peu plus, comme s’il n’était pas d’accord avec lui. Bien sûr, James a toujours été le plus radical de leur petite bande – Adonis et Gwayne s’étant toujours montrés bien plus pacifiques que lui – et ce n’est donc pas étonnant pour le gryffondor de voir l’autre se renfrogner un peu, buter contre cette idée. Mais il est à peu près sûr de pouvoir le convaincre. Sauf qu’il faudrait en parler dans un endroit plus approprié, loin des oreilles indiscrètes qu’il peut y avoir dans les escaliers… « Tuer Fleming ? » souffle finalement Gwayne, interrompant ainsi le fil de ses pensées. Et là, James sait qu’il a gagné. Bien sûr que son ami trouvera que c’est une bonne idée, il ne peut pas en être autrement ! A vrai dire, c’est une idée de génie, le gryffondor lui-même s’étonne de ne pas l’avoir eu avant. « Ce n'est pas un cadeau cette fille, mais de là à la tuer, peut-être pas. Ce n'est pas la seule raison... Si tu veux vraiment tuer quelqu'un, c'est plutôt mon père qu'il faudrait assassiner. » James tombe de haut. Quoi ? Il fronce les sourcils, incapable de dire quoi que ce soit. Il n’avait pas pensé à cette éventualité. A vrai dire, cela peut s’avérer être beaucoup plus difficile de tuer le père de Gwayne qui se trouve à des lieux du château de Poudlard. Avec Arabella, c’était beaucoup plus simple à effectuer. James porte une main jusqu’à son visage et se pince l’arrête du nez alors qu’il se met à réfléchir à comment il pourrait s’y prendre. Mais aucune idée aussi brillante que celle qu’il vient d’avoir concernant la poufsouffle, ne lui vient à l’esprit. Et puis, que peut-il faire contre un mangemort avéré alors qu’il n’a même pas fini ses études ? C’est sordide ! Qui plus est, le père de Gwayne n’est pas présent dans l’enceinte du château pour le faire changer de comportement, alors qu’Arabella, si. « Le problème c'est mon père… sans lui, je ne serais pas marié à cette fille et je ne devrais pas me comporter en bon sang pur, comme il dit… le seul moyen que les choses redeviennent comme avant, ce serait que l'Ordre gagne. Je suis désolé de cette situation. » Laissant retomber son bras le long de son buste, James hoche la tête, se voulant compréhensif alors qu’il lâche un profond soupir. Il se rapproche alors du bord de l’escalier, s’appuyant contre la rambarde, afin de pouvoir se pencher en avant et contempler le rez-de-chaussée en contrebas. Comment les choses ont-elles pu déraper ainsi ? Il ne parvient toujours pas à trouver la réponse à cette question. « Et imaginons qu’un jour, Fleming te laisse tomber ? Que c’est elle qui rompe les fiançailles en dérapant ? Ton père comprendrait que ce n’est pas de ta faute, pas vrai ? » demande James d’une voix faible, afin que seul son ami puisse l’entendre. Bien sûr, c’est une question qu’il pose comme ça, sans arrière-pensée. A vrai dire, cette fois il n’a aucune idée de comment aider Gwayne. A part peut-être, une idée qui leur permettrait de communiquer tous les deux. Un sourire en coin apparaît sur ses lèvres alors qu’il se tourne vers le serdaigle. « Et si on t’aidait à te faire bien voir par ton père, dire qu’il te laisse un peu plus tranquille ? Je suis sûr que nous ne sommes pas obligés de nous ignorer dans les couloirs, tu sais. » Sans apporter plus d’explications à Gwayne, il se saisit d’un bout de parchemin dans sa poche, déjà raturé en plusieurs endroits, ainsi qu’une plume. S’appuyant sur la rambarde pour écrire, il rédige alors ces quelques brèves lignes : A présent, à chaque fois que tu me croiseras, tu feras semblant de t’en prendre à moi et nous nous glisserons des bouts de parchemin à tour de rôle. Ainsi, les gens penseront que tu agis comme un parfait sang pur et on pourra continuer à se parler. Plus discret que les hiboux, pas vrai ? Il glisse alors le morceau de parchemin dans les mains de Gwayne, fier de lui. « On ferait mieux de commencer maintenant, pour plus de crédibilité. Et je vais y réfléchir concernant ton… patriarche. Ne crois pas que je compte faire une croix sur notre amitié, ô monsieur le sang pur. » lui souffle James en ricanant. Il se fiche d’être puni par les Carrow parce qu’il importune Gwayne. Il veut simplement continuer à avoir des nouvelles du jeune homme. Pour James, l’amitié, c’est sacré et il se fiche bien des sacrifices qu’il lui faudra faire pour la conserver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Sam 2 Jan - 6:01

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
Si Arabella le laissait tomber ? Son père trouverait surement à redire contre lui. Genre que c'est son boulot de bonhomme de tenir sa femme en laisse ou qu'il est trop nul pour garder une femme… Darius Yaxley avait toujours été un homme sévère et exigent envers sont fils, mais depuis qu'il avait appris que celui-ci sortait avec un mec, c'était pire. Il avait l'impression d'être vu comme une fille. Il n'était pourtant pas efféminé ni maniéré. Qu'est-ce qu'il aurait aimé être né dans une autre famille que la sienne… Enfin, les choses auraient été différentes, il n'aurait sans doute jamais connu James puisqu'il n'aurait pas connu Adonis. Enfin, c'était comme ça… il espérait que l'Ordre gagne, que le seigneur des ténèbres tombe, il avait déjà été vaincu une fois, alors pourquoi pas deux ? Si un jour c'était le cas, Gwayne s'assurerait que son finisse à Azkaban, quitte à le dénoncer lui-même, ça ne le gênerait pas. Et ceux qui le jugeraient en disant que mettre son père en prison c'est scandaleux, il pourrait leur répondre qu'il ne l'avait jamais considéré comme son père puisque l'autre ne l'avait considéré comme son fils que lorsque ça l'arrangeait. « Il me trouverait une autre épouse. » Se contenta simplement de répondre de blond. Hélas, c'était vrai. Il n'était pas du genre à se laisser démonter, le mangemort. Donc tuer ou évincer Arabella ne serait que gagner du temps sur le mariage forcé de Gwayne, il y en avait d'autres, des filles de sang pur, Bulstrode, Shafiq, Parkinson et même une autre Fleming. Donc le dicton « une de perdue, dix de retrouvées » s'appliquait très bien à la situation que traversait le fils du mangemort. Il y avait aussi des mecs de son âge au sang pur, mais dire à ça son père ne ferait que l'énerver encore plus. Le blond afficha un air suspicieux aux paroles de James, air qui s'accentua davantage lorsque l'autre commença à gribouiller sur un papier. Gwayne se méfiait un peu des idées du gryffondor, la preuve, il avait proposé de tuer Arabella… C'était un peu trop extrême comme idée ! Ceci dit, ce n'était pas pour rien qu'il était ami avec Adonis, les idées de son cousin étaient parfois bizarres aussi. Il était peut-être le plus rationnel des trois, lui, chose qui s'expliquerait facilement par les maisons dans lesquelles ils se trouvaient.

Le blond sortit les mains des poches de son pantalon d'uniforme lorsque le poursuiveur lui tendit le papier sur lequel il venait d'écrire. Les sourcils se froncèrent de plus en plus au fil de sa lecture. Il était fou ou quoi ? Gwayne ne serait pas crédible en rôle de méchant sang pur. Et ce, pour la simple et bonne raison qu'il ne se voyait pas agresser qui que ce soit et encore moins James. Et le brun qui reprenait la parole pour lui demander de s'y mettre maintenant… ça n'était pas si facile. En plus, si on les entendait se disputer, le gryffondor serait forcement plus coupable que le serdaigle étant donné le statut de leur sang. « Ça va pas la tête ? Je ne serais absolument pas crédible en plus. Et puis ce n'est pas une insulte « espèce de sang-mêlé », selon certaines études, on serait toujours plus ou moins sang-mêlé, sauf les nés-moldus évidemment. Si ça se trouve, y a du sang-mêlé dans ma famille et on n'est pas si pur qu'on le pense et… » Il marqua une pause en remarquant qu'il était presque en train de faire un cours sur les sang-mêlé. Le fait était que par les temps qui courait, c'était effectivement une insulte d'être sang-mêlé, ils n'étaient pas traités de la même façon que les sangs-purs… « Et ça risquerait de t'attirer des ennuis. C'est exactement pour ça que je voulais prendre mes distances… quel genre d'ami laisse les siens prendre des risques juste pour se faire passer des papiers ? On pourrait toujours trouver un autre moyen de se faire passer des petits mots… quelque chose qui ne risquerait pas de te faire punir ou torturer. Peut-être dans la cuisine… y a pas beaucoup de circulation, les mangemorts n'aiment pas y mettre les pieds et personnellement, j'y passe pas mal de temps … Il suffirait de les mettre dans un coin bien planqué… ou sinon, dans la salle sur demande… mais il ne faudrait pas qu'on me suive… » Pff il se sentait si bête, toutes ses idées avaient des failles… il était capable de répondre facilement aux énigmes posées à l'entrée de la salle commune des serdaigle, mais pour trouver un moyen de communiquer avec son ami sans le mettre en danger, il était nul…
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Sam 2 Jan - 18:10

C’est fier de lui que James présente sa nouvelle idée à Gwayne, certain que le serdaigle saura apprécier cette nouvelle théorie qui relève du génie. Impossible qu’il reste insensible face à ça, après tout, cela leur permettrait de continuer à communiquer entre eux et en même temps, le blond se ferait bien voir par son père. En effet, les Carrow doivent régulièrement rendre des comptes aux parents de sorciers de sang pur, pour que ceux-ci puissent savoir comment se porte leur progéniture. Peut-être même que l’oncle d’Arabella doit parler de Gwayne au père Yaxley de temps en temps, vu que sa nièce est fiancée au blond. Alors oui, si le serdaigle se montrait plus brutal envers les personnes n’étant pas de sang pur, peut-être que cela ferait en sorte qu’il soit bien vu. Et ainsi, ils pourraient communiquer grâce à leurs bouts de parchemins. Il s’agit sans aucun doute d’une idée géniale. Sauf que Gwayne ne semble pas vouloir partager cette opinion. « Ça va pas la tête ? Je ne serais absolument pas crédible en plus. Et puis ce n'est pas une insulte « espèce de sang-mêlé », selon certaines études, on serait toujours plus ou moins sang-mêlé, sauf les nés-moldus évidemment. Si ça se trouve, y a du sang-mêlé dans ma famille et on n'est pas si pur qu'on le pense et… » James fronce les sourcils alors qu’il entend son ami parler. Bien sûr qu’il s’agit d’une insulte de nos jours ! Espèce de sang-mêlé, on l’entend de plus en plus dans les couloirs, même si les victimes privilégiées restent les nés-moldus. Et puis, il ne comprend pas ce que Gwayne cherche à faire. Un cours de généalogie sorcière ? Ce n’est pas nécessaire, tout le monde sait que les soi-disant sangs purs ne peuvent pas avoir que du sang pur dans leurs veines. Sinon, il y aurait une bonne dose de consanguinité. Mais bon, là n’est pas le sujet et Gwayne le sait pertinemment. « Et ça risquerait de t'attirer des ennuis. C'est exactement pour ça que je voulais prendre mes distances… quel genre d'ami laisse les siens prendre des risques juste pour se faire passer des papiers ? On pourrait toujours trouver un autre moyen de se faire passer des petits mots… quelque chose qui ne risquerait pas de te faire punir ou torturer. Peut-être dans la cuisine… y a pas beaucoup de circulation, les mangemorts n'aiment pas y mettre les pieds et personnellement, j'y passe pas mal de temps … Il suffirait de les mettre dans un coin bien planqué… ou sinon, dans la salle sur demande… mais il ne faudrait pas qu'on me suive… » Le gryffondor lève les yeux au ciel. Comme si Gwayne allait lui attirer des ennuis plus qu’il n’en avait déjà. Après tout, il n’est pas plus menaçant que les Carrow et autres professeurs de l’école, alors James n’a rien à craindre. Et puis, ce ne sont pas quelques paroles acerbes lancées par un sang pur qui ne lui veut pas vraiment de mal, qui vont le blesser non plus. Sans compter que les idées que proposent Gwayne ne semblent pas aussi efficaces que celles de James. Tout le monde pourrait tomber sur les morceaux de parchemins qu’ils s’échangent et cela n’arrangerait en rien leurs affaires. « Ecoute, pour l’instant c’est la meilleure option qu’on ait. Et puis, pas besoin de me faire mal, qu’est-ce que tu vas t’imaginer ? Juste quelques paroles dédaigneuses et un coup d’épaule au passage, le temps de se glisser un bout de parchemin. » insiste James, persuadé du bien fondé de son idée. A présent que Gwayne est revenu vers lui de façon si naturelle, il ne compte pas le laisser partir si facilement. Cela l’attristerait une nouvelle fois et il n’est pas prêt à faire une croix sur l’ensemble de ses amis à cause de ces foutus mangemorts qui régissent le monde magique. « Puis ce n’est que temporaire, on arrêtera dès qu’on trouvera mieux. » cherche-t-il à le convaincre en insistant un peu plus. Le serdaigle finira bien par céder. « Et c’est peut-être plus discret pour me parler de ton père et des problèmes qu’il te cause, que d’en parler de vive voix en plein milieu des escaliers. Avec tout ce passage. » souffle finalement James à voix basse en désignant les élèves qui passent près d’eux d’un signe de tête. Certains peuvent éventuellement faire partie de l’Elite. De vrais mouchards ceux-là. Auquel cas, cela leur causerait certainement plus de problèmes de parler près d’eux, que de se donner un coup d’épaule de temps à autres. Cette solution parait bien moins douloureuse que de se faire torturer à coups de doloris par les Carrow. Ou même pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Dim 3 Jan - 12:59

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
Pas besoin de lui faire du mal ? Encore heureux ! Mais on pouvait aussi blesser les gens par les paroles aussi. Parfois, les mots étaient même plus violents que les actes. Pour ça aussi, il pouvait prendre son père en exemple, celui-ci n'avait jamais levé la main sur lui, mais les paroles qu'il avait eues à son égard faisaient bien plus mal qu'un coup de poing dans le nez ou qu'un cognard pris de plein fouet dans l'épaule (chose qui lui était déjà arrivée donc il savait ce que ça faisait)… Enfin bref, même s'il ne penserait pas les mots qu'il pourrait potentiellement sortir, il aurait besoin de se laver la bouche après les avoir prononcés, il se sentirait sale et monstrueux. Dire que s'il n'avait jamais rencontré James avant l'école, s'il avait été chez serpentard, s'il ne s'était pas fait des amis sang-mêlé ou né-moldu, il serait peut-être devenu un connard de l'élite… Il aurait aimé le programme d'Ombrage, il aurait forcé Arabella à l'épouser et à être une gentille épouse bonne à lui faire des mômes au sang-pur à qui il enseignerait comme c'était bien d'être supérieur aux autres… Il suffisait qu'une chose change dans son passé pour totalement réécrire son histoire… Il avait lu un truc sur ça, c'était le principe de l'effet papillon, les toutes petites choses avaient parfois des répercutions énormes. Le simple fait d'être ami avec James avait eu pour répercussion le fait que Gwayne était devenu un gentil garçon. Bon, ce n'était peut-être pas la seule raison, mais s'en était une parmi tant d'autres et voilà qu'à présent, il allait devoir se comporter comme un abruti fini avec son ami… même si c'était pour de faux, c'était embarrassant. Il ajouta donc que c'était temporaire...Le temps de trouver mieux hein ? Pfff c'était chiant. Putain de guerre, putain de seigneur des ténèbres, putain de mangemorts.

James lui fit remarquer que des élèves étaient en train de passer. « Je ne te permets pas d'insulter ma future épouse espèce de sale impur, la prochaine fois on réglera ça en présence des Carrows ! » Lâcha-t-il agacé… alors qu'il n'en pensait pas un mot… mais c'était le plan de James, non ? Il ne savait pas s'il était crédible, mais s'était imaginé en train de se disputer avec Arabella… c'était facile de péter un câble en pensant à elle. Il rejoint finalement le groupe d'élèves composé de sang pur, l'une d'eux lui demanda ce qu'il se passait. Il prit un air hautain, du moins qui se voulait hautain. « Rien : on n'est plus ami lui et moi ; et il se permet de critiquer Arabella devant moi. J'ai réglé ça de façon diplomatique pour cette fois. Vous allez où ? » Fini-t-il en suivant le mouvement tout en changeant volontairement de sujet. Il avait envie de s'enterrer… mais il se contenta acquiescer aux paroles du type qui disait que c'était une bonne chose qu'il ne soit plus ami avec James. Après une minute de marche avec eux il s'arrêta d'un coup. « Mince, j'ai oublié mon livre de sortilège en classe ! Je vous rejoins après. » Lâcha-t-il en faisant demi tour et en pressant le pas. En fait, il avait vraiment oublié son livre, il ne se souvenait pas l'avoir avec lui quand il parlait avec James. Il espérait qu'il ne soit pas parti trop loin parce qu'il voulait quand même s'excuser. Il retrouva donc James. « Désolé… Elle est vraiment chiante ton idée, j'ai envie de me gifler. » Lança-t-il un peu boudeur. « En plus faut préparer les papiers en avance alors qu'on n'est pas forcement sûr de se croiser. » Il soupira doucement. Vraiment : putain de guerre. Oui, il était râleur pour le coup, mais il fallait se mettre à sa place, insulter un ami n'avait rien d'une situation amusante. « Au fait j'avais mon livre de sortilège tout à l'heure ? » Il regarda autour d'eux, il l'avait peut-être posé quelque part… mais visiblement, non. Il devait être dans la salle de classe.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Lun 4 Jan - 10:07

Discrètement, James désigne les élèves qui arrivent près d’eux et qui se mettent déjà à lancer quelques regards dans leur direction. Des sangs purs, évidemment. Gwayne doit les connaître, ils se connaissent tous entre eux. Et si James les a connus un jour, cette année, il peut dire qu’il ne les connait plus. Pour eux, il est devenu un être nuisible, duquel il vaut mieux éviter de s’approcher, un indésirable. Seul Adonis est resté lui-même en la présence de James. D’un simple signe de tête, le gryffondor incite son ami à faire ce qu’il lui a dit. Durant un instant, il a comme l’impression que Gwayne ne va rien faire, se comporter normalement parce qu’il refuse toujours l’idée du poursuiveur. Mais finalement, des paroles lâchées sur un ton dur, s’échappent de ses lèvres. « Je ne te permets pas d'insulter ma future épouse espèce de sale impur, la prochaine fois on réglera ça en présence des Carrows ! » Arabella. Bien sûr, il s’agit du sujet de discorde le plus crédible. James n’a jamais caché son aversion pour les sangs purs suprématistes ni le fait qu’il pense que la poufsouffle entre dans cette catégorie. Il a du mal à se retenir d’adresser un sourire fier à son ami. Il s’y prend vraiment bien, pour quelqu’un qui refusait de faire une telle chose, quelques minutes auparavant. Pour que personne ne voie son air heureux – qui doit lui donner un côté masochiste, qui plus est –, le gryffondor ne manque pas de baisser la tête. Au moins, cela doit lui donner un air soumis qui doit faire jubiler cette bande d’imbéciles. « Rien : on n'est plus ami lui et moi ; et il se permet de critiquer Arabella devant moi. J'ai réglé ça de façon diplo-. » A tout juste le temps d’entre James, de la part de Gwayne, avant que celui-ci ne soit trop loin pour qu’il puisse l’entendre. Il le regarde s’éloigner sans rien dire, durant quelques instants seulement. Après quoi, il s’empresse de tourner les talons. Mieux vaut ne pas s’attarder ici, en règle générale. Parce que les Carrow risquent de passer. Mais aussi parce que la bande de sans purs risquerait de se poser des questions s’il restait à les fixer ainsi pendant trop longtemps. Alors il rassemble ses affaires, les calent un peu mieux sous son bras. James se remet en route, zigzaguant entre les élèves venant de l’autre sens, pour se rendre jusqu’à la salle de divination. Il n’a vraiment pas envie de se rendre en cours. Malgré sa petite victoire, il se sent soudainement vidé de toute énergie. C’est un sentiment étrange que celui-là. Seulement, il ne peut pas simplement rejoindre la salle des gryffondor pour faire sa vie dans son coin, cela serait sans doute remarqué et qui sait quelle sanction lui tomberait alors dessus ? Le jeune homme ne rêve décidément pas de vivre une nouvelle heure de retenue en compagnie des Carrow. Et pourtant, il sait qu’il y en aura bien d’autre. Cela ne fait même pas cinq minutes qu’il a quitté son ami, lorsqu’il entend finalement sa voix s’élever de nouveau à côté de lui. Un peu surpris, James marque l’arrêt. « Désolé… Elle est vraiment chiante ton idée, j'ai envie de me gifler. » lui confie Gwayne sur un ton boudeur. James adopte aussitôt un air légèrement moqueur, tout simplement parce qu’il est lui et qu’il est dans son habitude de revêtir une telle expression de visage. « En plus faut préparer les papiers en avance alors qu'on n'est pas forcement sûr de se croiser. » soupire le serdaigle, doutant visiblement toujours du bien fondé de l’idée de son camarade de gryffondor. Décidément, le gardien de quidditch ne semble pas être au mieux de sa forme. Bien sûr, personne ne l’est vraiment en ces temps difficiles, mais il pourrait tout de même se montrer un peu plus léger en reparlant à un vieil ami. « Au fait j'avais mon livre de sortilège tout à l'heure ? » Le Chatterton fronce les sourcils, tentant de se rappeler s’il a vu le serdaigle avec son livre de sortilège. Mais il lui faut bien avouer qu’il n’a pas réellement fait attention à ce qu’il transportait avec lui. En même temps, il avait peut-être autre chose à faire. Comme s’occuper de la surprise procurée par le fait qu’un vieil ami auquel il n’a pas parlé depuis longtemps, revienne subitement lui parler. « Je ne t’ai vu lâcher aucun livre en tout cas. Alors si tu ne l’as pas avec toi… » D’un simple coup d’œil, James vérifie que son ami n’a pas son livre bien logé sous son bras. Mais non, il ne lui semble pas voir leur manuel de sortilèges. « Je ne pense pas que tu l’aies pris. Mais si tu veux, j’ai le mien, je peux te le prêter. » s’empresse de dire James en sortant son livre de sous son bras pour le tendre à son ami, soucieux que celui n’ait pas à remonter l’ensemble des étages du château pour accéder à la tour des serdaigle et ainsi récupérer son livre. Et puis, il perdrait du temps. Rien qu’avec l’énigme nécessitant d’être résolue pour entrer dans la salle commune de sa maison. James ne préférait pas imaginer le casse-tête que cela peut être. « Tu n’auras qu’à le donner à Adonis pour qu’il me le rende. Et puis, si tu veux, on pourra simplement s’écrire et lui demander de passer nos parchemins l’un à l’autre. Si ça ne l’embête pas, ce sera plus simple pour toi. » finit par dire le gryffondor, un sourire compatissant se dessinant sur son visage alors que, pour une fois, il laisse de côté ses idées farfelues. Pas besoin de compliquer leur vie plus qu’elle ne l’est déjà. Cela risque juste de s’avérer un peu plus embêtant pour le Kepingski, qui risque de ne pas apprécier de se retrouver à jouer les hiboux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Ven 22 Jan - 23:28

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
Mince, il n'avait pas son livre. Quel idiot. Voilà, c'était ce qu'il se passait quand ses pensées étaient trop parasitées par de mauvaises choses. Comment son père voulait-il qu'il réussisse ses ASPICs comme ça, hein ? Il avait clairement l'impression que son niveau allait baisser cette année… Et en bon serdaigle qu'il était cette idée lui déplaisait au plus haut point. Franchement, Lord Voldemort aurait pu attendre un ou deux ans avant de faire son grand come back ! Il aurait fini ses études et peut-être qu'il serait déjà parti loin de chez lui avec Devyn… Mais bon, la réalité ne pouvait pas être réinventée. Les choses étaient ce qu'elles étaient, il aurait beau s'imaginer tous les scénarios possibles, aucun ne remplacerait le scripte que suivait sa vie en ce moment… Bien-sûr, il était libre de s'enfuir, de rentrer chez lui pour affronter son père et sauver Devyn, ce serait fort héroïque de sa part, mais il n'avait rien d'un héros. Il n'était pas Harry Potter –ce type l'avait souvent horripilé par le passé, mais maintenant, il enviait son sens du devoir– et encore moins Feu Dumbledore. Il n'aurait jamais su tenir tête à son père, il le craignait trop, sans doute plus que le seigneur des ténèbres, mais ce qu'il craignait par-dessus tout c'était que celui tue son ex petit ami, il ne fallait pas se leurrer, il en était totalement capable. Il sortit de ses sombres pensées lorsque le brun lui tendit son livre. « Merci » souffla-t-il alors en récupérant le bouquin. Gwayne fronça cependant les sourcils alors que James évoqua le fait d'utiliser Adonis comme chouette. Il n'avait pas proposé ça avant hein ?!

« Tu mériterais que je te tape pour m'avoir fait parler comme un connard alors qu'on a Adonis qui peut nous servir de hiboux. Franchement, tu trouves des plans farfelus alors qu'il y a des solutions toutes simples ? » Lança-t-il faussement hautain. Il n'y avait pas pensé non plus et son idée à lui n'avait pas été franchement moins compliquée. Il faut croire que l'expression « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » prenait tout son sens avec eux deux. « Au pire je te laisserais un bout de parchemin dans ton bouquin. Et je le coincerais bien dans la reliure pour qu'il ne tombe pas en se contentant de secouer le livre comme ça tu devras chercher page par page. Ce sera ma vengeance. Mouaha ! » Il ajouta ça en plaisantant… ça faisait du bien d'être soi-même, même si ce n'était que pour une courte durée. Il avait envie de se souvenir comme c'était agréable de pouvoir plaisanter avec ses amis quel que soit le statut de leur sang ou leur milieu social… « Enfin, pour Adonis, on pourra toujours l'acheter avec des informations sur les filles qu'il espionne ou les potentielles sang-pures à marier, je suis sûr qu'il sera prêt à faire le pigeon voyageur pour ça. Ou alors avec impérium, ça nous fera même pratiquer notre court d'initiation aux forces du mal. » Il rit un peu en finissant sa phrase, de toute façon, il serait incapable d'utiliser un sortilège impardonnable. Son cousin et ses idées de mariage avec la parfaite sang-pure, c'était assez risible et paradoxal lorsqu'on savait que son meilleur ami était un sang-mêlé… Il avait beau avoir le sens du « devoir » en tant que sang-pur, il n'était pas comme ces connards de mangemorts… Peut-être que ces derniers devraient prendre exemple sur lui.


HJ : désolée pour l'attente é.è
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : croco (noémie).
≡ hiboux envoyés : 725
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 950 points.
≡ ta disponibilité rp : 4/4 pris.
≡ ton avatar : andrew garfield.
≡ tes crédits : nuit parisienne (avatar).

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : en couple avec hannah abbot, plus par besoin de réconfort que par amour véritable.
≡ statut de sang : sang-mêlé.
≡ sa maison : gryffondor.
≡ niveau d'études : septième année.
≡ sa baguette : bois de houx, ventricule de dragon, trente-et-un centimètres et vingt-deux millimètres.
≡ son patronus : une chouette.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Mar 26 Jan - 12:23

En voyant revenir Gwayne avec son air tout penaud, à la recherche de son livre de sortilèges, James ne peut que lui proposer de lui prêter le sien, qu’il a utilisé quelques heures auparavant et qu’il balade toujours sous son bras. Comme quoi, s’il s’est souvent maudit de ne pas prendre la peine de retourner jusqu’à son dortoir pour y déposer ses affaires de la matinée, cela peut en arranger d’autres que lui. Et ce, quand bien même il ne pensait pas pouvoir venir en aide au Yaxley un jour, tellement celui-ci se fait distant depuis le début de l’année. Mais jamais James ne rechignerait à l’idée d’aider un ami, aussi ne se fait-il pas prier pour lui venir en aide. « Tu mériterais que je te tape pour m'avoir fait parler comme un connard alors qu'on a Adonis qui peut nous servir de hiboux. Franchement, tu trouves des plans farfelus alors qu'il y a des solutions toutes simples ? » James hausse les épaules, peu sûr de quoi dire à Gwayne. Il a bien trop peur d’éclater de rire devant le cousin de son meilleur ami, alors que celui-ci use sur lui d’un semblant d’autorité qui semble bien peu crédible. A peine une parodie de ce qui pourrait être quelque chose d’effrayant venant de quelqu’un d’autre. Comme quoi, le Yaxley avait bien raison lorsqu’il avançait qu’il était peu crédible dans le rôle du méchant. Ses soupçons viennent d’être confirmés. « Au pire je te laisserais un bout de parchemin dans ton bouquin. Et je le coincerais bien dans la reliure pour qu'il ne tombe pas en se contentant de secouer le livre comme ça tu devras chercher page par page. Ce sera ma vengeance. Mouaha ! » Le gryffondor secoue la tête, encore une fois amusé par les paroles de son ami. C’est à croire que le serdaigle est devenu incapable de se contenir depuis qu’il a cherché à suivre la première idée de James. Et si cela le rend heureux de la sorte, James ne l’empêchera pas de réitérer l’expérience qui semble grandement lui convenir. « Enfin, pour Adonis, on pourra toujours l'acheter avec des informations sur les filles qu'il espionne ou les potentielles sang-pures à marier, je suis sûr qu'il sera prêt à faire le pigeon voyageur pour ça. Ou alors avec impérium, ça nous fera même pratiquer notre court d'initiation aux forces du mal. » James ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire en entendant les paroles de son ami. Bien sûr, rire de tout ce qui leur arrive peut faire un bien fou dans ces temps difficiles. Et ce n’est pas le Chatterton qui dira le contraire. Quelques fois, il s’amuse lui aussi à faire part de ce genre de blagues farfelues à son meilleur ami. Chose qu’il n’oserait jamais faire en compagnie des autres élèves membres de l’Armée de Dumbledore. Par là-bas, personne ne semble prêt à rire de tout ce qu’il se passe à Poudlard. Chose normale, lorsque l’on sait que la plupart des personnes résidants à plein temps dans la salle sur demande, ne peuvent plus prétendre vivre normalement dans les couloirs du château. « Franchement, si on met Adonis sous imperium un jour, je t’assure que je ne m’en servirais pas pour lui faire passer des morceaux de parchemin. » lui souffle James en riant allégrement, sans se retenir le moins du monde. Il ne tarde pourtant pas à se reprendre, soucieux de ne pas trop attirer l’attention sur eux. D’ailleurs, mieux vaudrait-il que tous deux s’empressent de gagner leurs cours respectifs, les minutes ne s’étant pas arrêter de s’égrener simplement parce qu’ils ont enfin trouvé une occasion de se remettre à parler. « Enfin, si jamais l’envie de rejouer le connard te prend, il vaut mieux pour toi que tu t’entraines sous la douche. Pour l’instant, ça peut passer, mais ton jeu d’acteur est à parfaire. » Esquissant un pas en arrière, James se recule pour observer son ami de la tête aux pieds, non sans avoir vérifié dans un premier temps que personne ne se trouve non loin, en train de les épier. Bien sûr, il ne veut pas mettre Gwayne en danger. Il s’en voudrait de le mettre dans l’embarras, se doutant que le Yaxley a quitté l’Armée de Dumbledore pour des raisons lui paraissant justifier. Et à partir de ce moment-là, cela ne regarde plus réellement le gryffondor. « Tu ferais bien de profiter de ton cours de sortilèges pour voir comment s’y prend un grand mangemort bien viril. Enfin, encore faut-il que tu arrives à l’heure, sans quoi il risque de s’énerver contre toi et je ne suis pas certain que ce soient les meilleures conditions pour observer tout ça. » dit James en caricaturant d’abord le mangemort, en faisant les cent pas d’un démarche fière, sur une marche de l’escalier. Après quoi il s’arrête, se montrant plus sérieux alors que son sourire s’éteint. Il est vrai qu’il va leur falloir se séparer pour continuer leurs vies respectives. Un moment que le jeune homme appréhende quelque peu à présent que l’idée s’est infiltrée dans son esprit. Après tout, il ne sait pas quand l’occasion se représentera de pouvoir parler de vive voix à Gwayne, sans avoir besoin de faire passer de stupides morceaux de parchemin pour communiquer un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : yumiko (morgane)
≡ hiboux envoyés : 443
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 1175 points.
≡ ta disponibilité rp : off, trop de rp en cours sous gwayne.
≡ ton avatar : Toby Regbo
≡ tes crédits : rose adagio et tumblr

≡ âge du perso : dix-sept ans.
≡ amoureusement : fiancé à Arabella malgré lui, amoureux de quelqu'un d'autre.
≡ son emploi : Gwayne est encore étudiant à Poudlard, il ne sait pas vraiment ce qu'il fera de sa vie.
≡ statut de sang : sang pur, il parait que ça fait de lui une personne d'un rang supérieur...
≡ sa maison : serdaigle, une maison qui était faite pour lui et son esprit intellectuel. Indubitablement, la meilleure maison, non ?
≡ niveau d'études : septième année. Il a passé ses BUSEs avec succés en cinquième année puisqu'il en a obtenu neuf sur neuf avec une majorité de O.
≡ sa baguette : elle est en bois de laurier, mesure vingt-huit centimètres et renferme en son cœur un crin de licorne. Elle est plutôt souple et efficace en sortilèges de protection.
≡ son patronus : c'est un fléreur qui apparaît au bout de sa baguette lorsqu'il prononce le sortilège.
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   Mer 27 Jan - 11:53

It's who we are
Doesn't matter if we've gone too far. Doesn't matter if it's all okay. Doesn't matter if it's not our day. Save us. What we are. Don't look clear. It's all uphill from here. Up in the attic, down in the cellar, lost in a static. Coming back for more. Oh, for more!
Le blond ne put s'empêcher de rire lorsque James affirma que s'ils mettaient Adonis sous imperium, il avait d'autres idées en tête de faire passer des petits mots… Dans un sens, ça ne l'étonnait pas, mais il n'aimerait pas être à la place d'Adonis si cela devait arriver. Heureusement, il y avait peu de chance pour que James ou lui-même inflige ça à son cousin… En tout cas, Gwayne se voyait mal lancer un sortilège impardonnable sur qui que ce soit et encore moins sur un proche. Quoi qu'il en soit, le brun critiqua son jeu d'acteur, le serdaigle ne put qu'approuver ses paroles d'un hochement de tête. Il était bien piètre comédien… Sûrement parce qu'il était du genre stressé ces derniers temps et un peu trop honnête pour savoir mentir… Il avait l'impression que lorsqu'il ne disait pas la vérité, c'était marqué en gros sur son front. De plus, ça ne faisait pas partie de son mode de vie, le mensonge, mais hélas, depuis l'ascension de Lord Voldemort, il devait mentir, pour le bien de Devyn, pour le bien de ses amis et pour son bien à lui, même si la dernière option n'était que superflu. Il était de ces gens qui pensaient d'abord aux autres avant de penser à soi-même. Une qualité qui lui faisait du mal en ce moment. Mais il aurait beau ressasser le passé autant qu'il le voulait, ça ne changerait rien. « Sous la douche, hein ? » Lâcha simplement le blond de façon ironique voire légèrement cynique… Il ne se voyait pas vraiment jouer au méchant sous la douche, on le prendrait pour un fou à travers les parois. Enfin bref, James était partie dans une imitation de Fleming (le prof, pas sa fiancée), Gwayne pouffa de rire avant de prendre un air sérieux. « Monsieur Chatterton, si vous continuez vos singeries, je vous enverrais réfléchir en colle dans la forêt interdite. » Il sourit finalement… dire que c'était monnaie courante ce genre de colle… Pour le moment, il n'avait pas trop eu à en subir, mais s'il continuait à sécher certains cours à hurler sur Arabella dans les couloirs, ça risquait de lui tomber sur la tronche.

Il soupira finalement. « J'imagine que tu as raison… Je hais Fleming, en plus, je suis dans son collimateur… je pense que c'est parce que je suis fiancé à sa nièce ou alors parce que mon père se tape la femme de sa sœur. » Il se pinça l'arrête du nez, entre les deux yeux, de façon blasée. C'était n'importe quoi tout ça, ce type n'était pas fait pour être prof et en plus, il avait une dent contre Gwayne… Quoi de plus stressant d'être sur la liste d'un psychopathe, hein ? « Mais j'ai déjà trop séché ce cours en allant à l'infirmerie… Je pense que je vais devoir y aller régulièrement maintenant… Je dois affronter mon destin. » Lâcha-t-il faussement dramatique avec son habituel mauvais jeu d'acteur. Son destin… il n'avait rien de joyeux pour le moment. L'année dernière, il avait des projets, du genre couper les ponts avec son père, faire un métier qui lui plaisait, pourquoi pas travailler au département des mystères au ministère, devenir joueur de quidditch ou devenir professeur de sortilège… Peut-être même voyager, tout simplement. Il aurait voulu rester avec Devyn, garder contact avec ses amis… Mais tout ça, ce n'était que du vent désormais. Le seul moyen pour que ce soit possible, c'était que l'Ordre détruise Voldemort et son armée. « Bon… c'était sympa de discuter… je veux dire, comme avant… en oubliant un peu le climat merdique actuel. » Il adressa un sourire sincère à James. Ouais, cette époque lui manquait, faire le con dans les couloirs sans rien risquer, au pire, des réprimandes de la part de Rogue ou de Rusard, mais rien de grave ou dangereux. « Je ferais passer ton livre à Adonis au plus tard ce soir dans la grande salle. » Parce qu'il n'était pas sûr le voir avant, normalement, il serait au repas du soir… Il n'y avait pas de raison qu'il n'y soit pas hein. Enfin bref, il commença à s'éloigner, un peu triste de quitter un ami pour aller voir l'un pires monstres qui avaient envahi l'école.


HJ : si t'as rien à répondre, je pense qu'on peut archiver, non ? ^^
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It's who we are [James & Gwayne]   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's who we are [James & Gwayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
HOGWARTS AND SURROUNDINGS
 :: Hogwarts :: the first floor
-
Sauter vers: