AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 talk is cheap ≡ (ellaria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : murdock ≡ léa.
≡ hiboux envoyés : 284
≡ date d'arrivée : 22/12/2015
≡ tes points : 50 points.
≡ ta disponibilité rp : ≡ disponible (1/3).
≡ ton avatar : ≡ adam driver.
≡ tes crédits : ≡ avatar (astoria).

≡ âge du perso : ≡ trente-deux ans, les bancs de poudlard lui paraissent bien loin.
≡ amoureusement : ≡ récemment fiancé à une femme de son rang, tâchant d'oublier celle qu'il a laissé derrière.
≡ son emploi : ≡ tireur d'élite, un poste dont il a toujours rêvé mais qui lui semblait hors d'atteinte avant son séjour à azkaban.
≡ statut de sang : ≡ sang d'une pureté préservée, trop longtemps mise de côté. aujourd'hui il en est fier.
≡ sa maison : ≡ il a fièrement endossé le vert et argent des serpentard pendant sa scolarité.
≡ niveau d'études : ≡ thane a achevé sa scolarité il y a bien des années, l'intégralité de ses buses et aspics en poche.
≡ sa baguette : ≡ taillée dans du bois d'aubépine, la baguette du sorcier mesure trente-et-un centimètre et est particulièrement rigique. elle est prédisposée aux sortilèges offensifs.
≡ son patronus : ≡ thane n'a jamais réussi à produire un patronus digne de ce nom ; à poudlard, il réussissait seulement à faire échapper un mince filet lumineux.
≡ son amortencia : ≡ l'odeur des couloirs de poudlard et de la bièraubeurre. des souvenirs, de bons souvenirs, tellement lointain, effacés par les années de captivité.
MessageSujet: talk is cheap ≡ (ellaria)   Dim 27 Déc - 20:37


talk is cheap my darling
- Oh so, your weak rhyme You doubt I'll bother reading into it. I'll probably won't Left to my own devices But that's the difference in our opinions. Oh so, your weak rhyme You doubt I'll bother reading into it. I'll probably won't Left to my own devices But that's the difference in our opinions. Talk is cheap, my darling When you're feeling right at home. I wanna make you move with confidence, I wanna be with you alone. / ELLARIA MALEFOY & THANE OSWALD ★

Les rues de Londres étaient agitées. Autour de lui les gens s’animaient, vacant à leurs occupations de la journée avec un regard intrigué sur l’animal qui se frayait un chemin à travers leurs jambes. Thane avait choisi sa forme animagi pour évoluer jusqu’à chez sa belle, souhaitant relâcher un peu la pression qui était montée en lui depuis sa décision de venir lui rendre visite. Sous cette forme, il se sentait libre, il se sentait bien. Loin de ses soucis et ses tracas d’être humain. Le renard était un autre, plus paisible, capable de filer entre les pieds pressés avec une grâce que ne possédait pas le sorcier. Il remontait les allées chargées de la ville sorcière, se dirigeant vers l’appartement d’Ellaria. La journée prenait à peine fin, pourtant une nuit noire était déjà installée sur cette journée hivernale. Dès sa journée de travail terminée, Thane avait décidé de rendre visite à sa fiancé ; une première. Il l’avait vu de nombreuses fois en compagnie de ses parents, mais jamais il n’avait eu l’occasion de venir la voir toute seule. Jamais il n’avait eu le courage. Oswald n’était pas idiot, il savait que que leur union ne plaisait guerre à la belle. De ses oeillades boudeuses à son comportement renfermé, il avait vite compris que la belle n’avait pas été d’accord avec la décision de ses parents. Pourquoi le serait-elle ? Ce n’était certainement pas le rêve d’une jeune femme de son âge, d’épouser un sorcier dont elle ne savait rien, tout droit sorti d’Azkaban. Thane la comprenait, il voulait tout faire pour qu’un jour, comme lui, elle soit heureuse de cette union. Qui savait, peut-être que dans quelques années, avec du temps et du travail, les deux sorciers finiraient par s’aimer, d’amour avec un grand A. Peut-être qu’elle trouverait quelque chose à aimer chez le sorcier, et peut-être que lui trouverait à nouveau le moyen d’aimer. Dans un futur lointain, peut-être. Mais aujourd’hui, le mariage était bel et bien prévu pour les intérêts de deux familles. Oswald pourrait lui épouser une belle sang-pur avec qui construire sa lignée et sauver son nom, et Malefoy pouvait compter sur le prestige nouvellement acquis par le sorcier pour faire perdurer le succès de sa famille. Chacun y trouvait son compte. A par la belle Elleria. Alors Thane avait décidé de penser à sa belle, de briser l’épais mur de glace qu’elle avait dressé entre eux. Cela n’allait pas être facile, l’animagi, n’était même pas sur d’un jour arriver à le faire fondre ; mais il essaierait, encore et encore, jusqu’à à apprivoiser la belle. Qu’elle ne l’aime pas était une chose, mais à force de petites attentions, peut-être pourrait-elle le supporter, voir même l’apprécier.

Pour cette première rencontre en tête-à-tête, le sorcier avait cherché quelque chose à lui offrir, quelque chose pour marquer le coup. Il avait recherché un cadeau personnel, quelque chose qui montre qu’il était capable de faire attention à elle et à ce qu’elle aimait. Thane en avait mis du temps, à se décider. Eternel indécis, il avait hésité pour trouver le cadeau parfait, celui qui aiderait Ella à réaliser qu’il y avait quelque chose derrière sa façade froide et sans vie. Fut un temps, Thane était un homme attentionné ; il avait réussi à ramasser les miettes de son ancienne vie et reconstruire cette partie de lui. Azkaban lui avait aspiré toute capacité à aimer, finissant le travail que Jade avait commencé avant la prison en rompant avec lui. Mais s’il ne pouvait pas l’aimer à proprement dire, il pouvait toujours faire attention à elle, c’était la moindre des choses. Cela allait être son rôle, maintenant qu’il allait lui passer la bague au doigt. Alors durant les dernières visites, il l’avait observé, scrutant ce que la belle faisait dans son coin pendant qu’il discutait avec ses parents. Une fois, il l’avait surpris plongée dans un livre ; mais c’était un peu trop impersonnel, et Thane n’y connaissait pas grand chose aux livres, et ne savait pas non plus ce qu’elle préférait. Une autre fois, il l’avait vu griffonner sur des parchemins tachés, de jolies lettres dignes de calligraphie, loin de ses pattes de mouches à lui. La fois d’après, elle s’était encore perdue dans l’écriture, alors Thane n’avait pas hésité. Durant sa pose déjeuné, il était parti chercher la plus belle plume qu’il avait trouvé, ayant demandé à graver les nouvelles initiale de la belle sur la pointe. EO. Ellaria Oswald. Thane avait parcouru toutes les boutiques de Londres en quêtes de celle qui sortait de l’ordinaire, déboursant plus qu’il n’avait jamais déboursé sur quelque chose du genre. Il ignorait si le cadeau lui plairait, mais il l’espérait de tout coeur.

Finalement, le sorcier arriva au pied de l’immeuble de la belle, dans un beau quartier du Londres sorcier. Oswald retrouva forme humaine en quelques secondes seulement, passant une main sur son costume pour enlever les plis. Il plongea sa main dans sa poche pour s’assurer que le petit écrins était toujours là, puis il pénétra dans le bâtiment de la belle. Au fil où il gravit les marches, son coeur s’accéléra. Thane n’était pas quelqu’un de peureux, au contraire il avait toujours été un grand téméraire. Mais pour ces choses là, c’était autre chose. N’ayant jamais été très social, il avait toujours été anxieux quand il en venait à parler aux gens. Alors quand il s’agissait de sa fiancé, c’était encore pire. Thane craignait de ne pas savoir quoi dire, de se perdre dans les grands yeux de la blonde ou de ne pas savoir réagir au humeurs boudeuses d’Ellaria. Mais il devait tenter, il ne pourrait pas l’éviter toute sa vie. Le sorcier ne voulait pas que les choses soient comme ça une fois qu’ils seraient forcés d’habiter ensemble après le mariage. Arrivé devant sa porte, il se racla la gorge et remis une dernière fois ses vêtement en place. Puis il toqua quatre coups secs sur le bois vieillit de l’entée, attendant la réponse de la belle, se tenant droit comme un i. Les secondes filèrent et son coeur s’emporta. Peut-être n’était-elle pas là ? Ou pire, peut-être qu’elle était là, mais qu’elle rechignait à lui ouvrir ? Finalement, le brun fut délivré de son supplice lorsque la lourde porte de bois s’ouvrit devant lui, laissant apparaitre la magnifique blonde. Un sourire poli étira ses traits sanguins. « Bonsoir Ellaria. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBER ❖ mischief managed
≡ ton pseudo : ❊ hallows (marianne).
≡ hiboux envoyés : 554
≡ date d'arrivée : 23/12/2015
≡ tes points : 40 points.
≡ ta disponibilité rp : ❊ disponible 1/4 (thane, charlie, callidora).
≡ ton avatar : ❊ lily james.
≡ tes crédits : ❊ ganseys (avatar).

≡ âge du perso : ❊ vingt-cinq ans.
≡ amoureusement : ❊ fiancée à un inconnu, son coeur est ailleurs.
≡ son emploi : ❊ elle est employée au ministère, dans le département de régulation des créatures magiques.
≡ statut de sang : ❊ son sang est complètement pur.
≡ sa maison : ❊ contrairement à la plupart des membres de sa famille, elle était chez serdaigle.
≡ niveau d'études : ❊ elle a complété ses études avec brio voilà quelques années.
≡ sa baguette : ❊ 26 centimètre, bois de sorbier, crin de licorne, spécialisée en sortilèges de protection.
≡ son patronus : ❊ un petit lièvre blanc, bien qu'elle n'en ait pas produit depuis des années.
≡ son amortencia : ❊ l'odeur d'un feu qu'on vient d'éteindre, d'un vieux parchemin, et un léger parfum floral.
MessageSujet: Re: talk is cheap ≡ (ellaria)   Dim 3 Jan - 2:28

selfish, taking what i want and call it mine, i'm helpless, clinging to a little bit of spine, they rush me, telling me i'm running out of time, they shush me, walking me across a fragile line

talk is cheap
≡ ≡ ≡
Ellaria aurait aimé qu’il se mette à neiger. Une neige douce et silencieuse, tombant dans les rues de Londres, tapissant de blanc ces bâtiments et ces trottoirs familiers. Elle aurait aimé qu’il se mette à neiger, afin qu’il ne fasse plus ce froid frigorifiant, ce froid cruel et invisible. Elle aurait aimé qu’il se mette à neiger, afin qu’elle puisse s’installer à sa fenêtre et la regarder tomber. Ça lui aurait fait quelque chose à faire. Une distraction. N’importe quoi pour la distraire, pour s’empêcher de penser. Car peu importe à quoi elle pensait, ça la ramenait inévitablement aux mêmes choses, encore et encore, et la vérité c’était qu’elle était fatiguée. Elle était fatiguée de faire ces cauchemars agités, elle était fatiguée de dépenser toute son énergie sur quelque chose qu’elle ne pouvait pas changer, elle était fatiguée de devoir être une personne qu’elle n’était pas, elle était fatiguée de regretter ce qu’elle n’avait pas fait. Si seulement elle pouvait rester dans son appartement, loin des gens et de l’univers, loin des regards et des obligations, loin du sentiment d’étouffement qu’elle ressentait, loin de la douleur d’être loin d’elle. Mais elle ne pouvait pas fuir sa vie, cette vie qui était la sienne même si elle ne l’avait pas décidée. Il y avait trop en jeu. Elle avait beaucoup de difficulté à se concentrer sur son travail ces derniers temps. Elle aimait vraiment ce qu’elle faisait, mais son esprit était tellement saturé par les récents événements qu’elle avait beaucoup de peine à faire de la place au reste. Souvent, elle se surprenait en train de fixer un dossier, le regard hagard, tandis que les minutes filaient sur l’horloge. Ellaria détestait être comme ça, un fantôme, une ombre. Ce n’était pas dans sa nature. Elle aimait sourire, et elle aimait partir à l’aventure. Elle n’aimait pas être silencieuse et maussade, boudeuse et solitaire. Elle détestait être seule. Vraiment. Mais elle ne voulait voir personne non plus – qui pourrait-elle voir, sinon Callidora? Sa meilleure amie était la seule personne qui la comprenait vraiment, mais elle ne pouvait pas débarquer chez elle à tous les soirs pour passer du temps avec elle. Non, Ellaria était seule, et elle devait l’accepter. Elle s’était elle-même placée dans cette situation, après tout – oh, comment sa vie aurait été différente si elle avait accepté de partir avec Charlie ! Elle y pensait beaucoup, ces derniers temps, à cette fameuse décision qu’elle avait prise. Où serait-elle aujourd’hui ? Certainement pas là où elle était maintenant, dans son petit appartement de Londres, à regarder le ciel et à espérer voir la neige, pensant et rêvant à une petite fille qui ne lui appartenait plus. Serait-elle heureuse ? Plus heureuse qu’elle l’était en ce moment, sans nul doute.

Ellaria agita sa baguette pour raviver le feu qui avait commencé à faiblir. Elle tourna les yeux vers le bol de soupe qu’elle était en train de manger. Elle fixa le bouillon, manquant soudainement d’appétit. Qu’est-ce que c’était que cette vie? Comment en était-elle arrivée là ? Petite, elle s’imaginait exploratrice du monde, découvrant ses merveilles et ses splendeurs. Elle s’imaginait écrivaine, passionnée et passionnante, main dans la main avec un beau jeune homme, un amoureux du monde, comme elle… La petite Ellaria serait bien décue si elle apprenait que sa vie ne ressemblerait pas du tout à cela. Elle aimait peut-être son boulot, mais elle n’avait jamais quitté l’Angleterre, et l’homme qui lui tenait la main était loin d’être un prince charmant. Il était plutôt un inconnu, et un criminel. Ellaria déposa sa cuillère quand le visage de Thane apparut dans ses pensées. Pourquoi s’était-elle encore laissé faire ? Pourquoi avait-elle encore accepté que son père prenne le contrôle de sa vie à ce point ? Elle était fiancée à un homme qu’elle n’aimait pas, qu’elle n’aimait pas du tout. Elle ne le connaissait pas et elle n’avait aucune envie de le connaître. Après tout, ce mariage était loin d’être quelque chose qu’elle désirait – il avait été arrangé, et on lui avait jeté au visage. Ellaria ne savait pas comment elle ferait pour être heureuse à nouveau un jour, pas  la bague au doigt. Elle serait pour toujours attachée à un homme qui était tout comme son père, amoureux de la magie noire et fervant serveur du Seigneur des Ténèbres. Elle serait pour toujours forcée de jouer un rôle, celui de l’épouse obéissante, alors qu’elle était tout sauf cela. Son père lui avait demandé de faire un effort, de sourire, d’être gentille avec Thane. C’est un homme bien, qu’il avait dit. Oui, un homm bien tout droit sorti d’Azkaban. Pourquoi ferait-elle un effort pour un homme pour qui elle n’était sans doute rien d’autre qu’un bon parti, rien d’autre que du sang pur, rien d’autre que le bon choix à faire pour assurer sa lignée ? Elle en était certaine, Thane n’en avait rien à faire d’elle, et elle ne ferait aucun effort pour lui. Tout simplement. Elle avait raté sa chance, elle avait perdu sa fille, mais elle se donnerait au moins cela. Elle se donnerait au moins le choix de rester aussi libre qu’elle le pouvait. Elle ne le laisserait pas la changer, elle ne le laisserait pas la soumettre. Elle ferait ce qui était demandé d’elle – point final. Qu’il ne s’attende pas à un sourire de reconnaissance de sa part quand il lui passerait pour de bon la bague au doigt.

Ellaria vida son bol de soupe dans l’évier et agita sa baguette pour allumer la bouilloire pour se préparer un bon thé – et se dirigea vers le salon avec la bonne intention de continuer son livre quand elle entendit quatres coups à la porte. Secs et nets, ils étaient loin d’être ceux de sa meilleure amie, qui était la seule qui venait la visiter sans prévenir parfois. Fronçant des sourcils, Ellaria se dirigea vers la porte, passant une main sur ses habits et dans ses longs cheveux blonds pour s’assurer qu’elle était le moindrement présentable – elle était tout de même une Malefoy. Elle ouvrit la porte sans plus attendre, et son souffle s’étrangla dans sa gorge quand elle aperçut qui était de l’autre côté du seuil. Droit, sérieux, ses cheveux sombres encadrant son visage pâle, se tenait Thane. “Bonsoir Ellaria” dit-il avec un sourire. Mais ce n’était pas un sourire de tendresse, ou un sourire moqueur – il était courtois, tout simplement. Ellaria le fixa pendant une longue seconde, décontenancée, puis se reprit, et lui rendit un sourire semblable. “Bonsoir Mr. Oswald” répondit-elle. Elle avait encore beaucoup de difficulté à l’appeller Thane – ça lui semblait tellement familier pour un homme dont elle ne connaissait rien. Elle n’avait pas très envie de le laisser entrer dans son appartement – après tout, elle n’avait rien à lui dire. Absolument rien. Mais une partie d’elle était tout de même curieuse de savoir ce qu’il venait faire chez elle, et pourquoi il venait de manière aussi imprévue. “Que puis-je faire pour vous?” demanda-t’elle donc, demeurant toujours accoudée sur sa porte. Peut-être que tout serait réglé rapidement, et qu’il partirait, et qu’elle pourrait retourner à sa mélancolie. Elle entendit au loin le son de la bouilloire qui avait terminé de chauffer et l’annonce d’un bon thé chaud et réconfortant lui donnait de plus en plus envie de lui claquer la porte au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

talk is cheap ≡ (ellaria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» talk is cheap ≡ (ellaria)
» 3 ràl en B2M:conseils tons rouge/bordeaux // dupe talk that talk
» L'art de se sentir cheap/hypocrite
» Magne Talk
» Vania Chaïma ♣ All I want is talk
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
LONDON BRIDGE IS FALLING DOWN
 :: london city
-
Sauter vers: