AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ❖ we are the champions
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 4326
≡ date d'arrivée : 03/03/2013
≡ tes points : 150 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eleanor tomlinson.
≡ tes crédits : @wildworld (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : vingt-six ans.
≡ amoureusement : mariée, techniquement, même si elle ne semble plus en porter le nom.
≡ son emploi : auparavant, elle travaillait à la ménagerie magique, désormais, elle est une fugitive.
≡ statut de sang : c'est une sorcière de sang-pur, d'ces sang-pur qu'on estime traitres pour ne pas se croire au-dessus des autres.
≡ sa maison : elle était chez les gryffondor; elle n'a pourtant jamais cru en son courage.
≡ sa baguette : baguette en bois de cyprès, avec une plume de phénix pour cœur, elle est spécialisée en métamorphose, et mesure approximativement vingt-sept centimètres.
≡ son patronus : il prenait la forme d'un geai, mais désormais elle ne peut plus en produire. rien d'autre qu'un vague amas argenté.
≡ son amortencia : la potion a toujours eu la senteur du grand air, un parfum d'ébène au creux de ses cheveux et du vieux bois.
MessageSujet: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Mar 28 Oct - 22:42



wrong to love her, wrong to leave her
— BLODWYN BROWNSTEIN & EAMONN OSWALD-APPLEBY —
Say something, I'm giving up on you, I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you, say something, I'm giving up on you. And I am feeling so small, it was over my head I know nothing at all. And I will stumble and fall, I'm still learning to love. Just starting to crawl. And I will swallow my pride, you're the one that I love and I'm saying goodbye.

Les migraines avaient enfin cessé. Des jours durant, Blodwyn avait dû affronter l’éveil de son esprit, la fin de cette lobotomie qui lui avait complètement retourné l’esprit. Il avait fallu qu’elle soit complètement folle, désorientée pour s’asservir comme elle l’avait été à la famille Oswald-Appleby. Ses souvenirs d’antan étaient confus, brouillés d’une épaisse fumée : elle se souvenait, peu à peu ; d’avoir finalement décidé de quitter le pays, pour partir en France et protéger son bébé. Si seulement. Son quotidien aurait été bien différent, sa vie aurait eu une chance de tourner - peut-être. A quelques pas de là, alors qu’elle était encore assise, les genoux repliés contre elle, la jeune femme pouvait entre les gazouillements de son bébé. Il lui semblait que tout s’était passé trop vite, que les événements s’étaient enchaînés à une vitesse folle : à ses derniers souvenirs, elle avait été une femme enceinte de quatre mois, à l’aube d’une nouvelle vie. A l’aube de découvrir quel enfant elle aurait. C’était une fille, qu’elle avait serré dans ses bras pour quelques instants, avant de se retrouver complètement dépassée ; voilà où elle en était à présent. Repliée dans son coin, le regard dans le vide, ses oreilles n’écoutant qu’à peine les manifestations d’existence de l’enfant qu’elle avait tant chéri - à une autre époque. Avant que tout ne bascule. Pouvait-elle seulement se fier à ce qu’elle ressentait, ce qu’elle voyait autour d’elle, ou était-ce un énième tour de son esprit ? Qui croire, qui ne pas croire, qui détester ; Blodwyn ne savait plus, et ses pensées s’envolaient aussi vite qu’une brise délicate. Elle avait froid, elle était seule, et inlassablement ses songes s’accrochaient à ce qui lui semblait inatteignable désormais. Il semblait que rester auprès d’Elwood était un moyen de rester sauve ; mais Eamonn n’était pas là. Eamonn n’était plus là. Peut-être, que quelque part, c’était l’amour, l’attachement qui la faisait se raccrocher à cette idée, cette volonté d’acier.  Elle se persuadait que c’était une haine glaciale qui la faisait tant se focaliser sur son ancien fiancé : Eamonn qui l’avait vue, dans le manoir de ses parents, en train de jouer les elfes de maison. Eamonn qui avait laissé faire. Qui avait mis son bébé en danger, Blodwyn en danger. Eamonn qui... Eamonn qui avait laissé Blodwyn nettoyer ses draps après qu’il ait couché avec une autre femme.

Un marteau percutait inlassablement le crâne de la rousse, et elle dût à nouveau écraser la paume d’une de ses mains contre son front pour tenter de la calmer, retenant un gémissement de douleur. Quand est-ce que ça cesserait ? Alayne ; Alayne avait eu de beaux souvenirs à l’esprit, plus beau, quelque part, que ceux que Blodwyn conservait de sa seule et unique histoire d’amour - cette impression, d’avoir son coeur accroché à une enclume qui l’emportait vers les profondeurs d’un océan froid. Le bébé avait les cheveux noirs de son père ; c’était la première chose qu’elle avait remarquée en prenant son enfant dans ses bras - les petites touffes de cheveux qu’elle avait déjà sur le crâne et qui lui rappelaient tant Eamonn. Eamonn et le poignard qu’il avait fiché en plein dans son coeur. Deux heures durant, le bébé avait dormi, et Blodwyn était restée là, dans la pièce, recroquevillée dans son coin, à réfléchir. Elle n’avait même pas vu le temps passer ; et bientôt, la petite pleurerait de faim, et Elwood débarquerait dans la pièce pour savoir de quoi il en retournait. Elwood, toujours sur son dos, comme s’il était persuadé qu’elle était parfaitement instable : qu’y avait-il à blâmer dessus ? Blodwyn avait débarqué en assurant qu’elle s’appelait Alayne et qu’elle ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve ; pour finir par accoucher au milieu d’une de ses chambres. Et finalement passer une nuit infernale avant de recouvrer ses esprits. Que lui était-il arrivé ? La jeune femme ne s’octroyait que trop peu le droit à un quelconque sommeil ; il lui était donc bien impossible de plonger dans la profondeur de ses cauchemars pour savoir de quoi il en retournait. Sa décision était prise - croyait-elle en tout cas. Se redressant sur ses jambes encore faibles, Blodwyn attrapa la vulgaire baguette que la blonde - Ariane - lui avait confiée en l’amenant ici ; ce n’était pas la sienne, et la jeune femme n’avait pas manié cet objet depuis tellement longtemps qu’elle avait le sentiment d’être une imbécile. Qu’importe, face aux Oswald-Appleby, elle aurait tôt fait de savoir quoi faire. Blodwyn avait senti le soleil descendre vers l’horizon ; à présent, il faisait noir, et Elwood était sans doute occupé avec son fils - la parfaite distraction pour permettre à Blodwyn de partir. Il n’eut pas une seconde pour réagir, elle s’éloignait à pas feutrés de sa chambre, pour parvenir à quitter les murs de la librairie, et traverser les rues de Pré-Au-Lard. Parvenue aux abords du village, elle n’eut aucun mal à passer les frontières rebelles, et transplaner. Ça, elle se souvenait encore, de ce que ça faisait - elle l’avait fait, malgré les dangers pour le bébé, lorsqu’elle avait été Alayne. Les alentours du Manoir Oswald-Appleby lui parurent familières, quand bien même elle n’était venue ici que pour jouer les boniches chez ces beaux-parents qui l’avaient toujours détestée. Cachée derrière un amas de fleurs et de buissons, Blodwyn observa silencieusement et consciencieusement, les activités de la maison. Les lumières s’éteignirent peu à peu, et bientôt le silence régna : tous ces sangs-purs étaient tellement persuadés d’être les maîtres du monde, qu’ils ne se protégeaient plus vraiment. Elle allait bondir hors de sa cachette, mais une main ferme l’attrapa dans son mouvement, la forçant à rester cachée, au sol ; ni une ni deux, un grognement passa les lèvres de la rousse, et sa main partit pour empoigner une chevelure bouclée, connue. Noire comme le jais.

_________________

------------------------------------------
take my hand. take my whole life too - lay us down, we're in love. but i miss you more than i thought i would. and i'll use you as a warning sign that if you talk enough sense then you'll lose your mind. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me - talk some sense to me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Mer 29 Oct - 20:39

Dès qu’il en avait l’occasion, Eamonn s’était arrangé pour quitter le château de Poudlard le plus discrètement possible. Ils étaient nombreux là-dedans à vouloir le massacrer. En guise d’exemple sans doute, pour montrer à quel point la rébellion avait le dessus sur le gouvernement. Est-ce qu’ils l’avaient vraiment ? De son point de vu, le gouvernement était à présent tellement pourri que personne ne pouvait rien faire contre eux. Certes, ils avaient bien surpris les partisans de Voldemort et autres personnes appartenant au gratin des sang-purs lors du mariage, mais le gouvernement allait riposter et Eamonn préférait ne jamais voir ce qu’ils allaient faire. Il aurait pu laisser la rébellion l’assassiner, après tout qu’est-ce qu’il avait à prendre aujourd’hui ? Blodwyn, il l’avait perdue depuis longtemps. Il faisait confiance à Ariane quand elle lui assurait qu’elle était en sécurité, mais d’une façon ou d’une autre, elle ne se souvenait pas de lui, peut-être qu’elle ne se souviendrait jamais de lui. Même si elle se souvenait, il l’avait déjà perdue et elle le détesterait plus que jamais. Il avait perdu ses sœur, ses amis au beau milieu de cette guerre, alors dans le fond, pourquoi continuer à se battre ? Baisser les bras quand il s’agissait de sa propre vie était certainement plus dur que ça en avait l’air. S’il devait mourir, il préférait autant que ce soit en essayant de faire quelque chose et puisque la colère et la haine emplissait ses veines depuis un moment maintenant, il était grand temps qu’il retourne voir ses parents. Depuis la fin de la guerre, il leur avait obéi puisqu’ils lui avaient toujours fait comprendre qu’au moindre faux pas Blodwyn serait morte et enterrée, mais maintenant c’était fini, Ariane l’avait sortie de là, alors enfin, ça ne serait qu’entre lui et ses parents. Il avait beau être affaibli par les plusieurs semaines qu’il avait passé dans le coma, il n’avait pas l’intention de renoncer à cette envie de vengeance qui coulait à présent dans ses veines comme un poison. Meera-Louise lui avait rendu sa baguette et en un rien de temps, il avait réussi à quitté Poudard en toute discrétion, il l’avait fait tellement de fois étant plus jeune, que ce n’était pas franchement un problème pour lui. En un rien de temps, il avait quitté le château pour rejoindre Pré-Au-Lard. Il s’arrêta dans la boutique de farces et attrapes dans laquelle il travaillait, connaissant bien les lieux, il ne tarda pas attraper une bouteille de Whisky-pur-feu sous le comptoir et après en savoir avalé une large gorgée, il transplana jusqu’au manoir de ses parents.

L’arrivée lui tourna légèrement la tête, transplaner si peu de temps après s’être réveillé du coma était peut-être une mauvaise idée et s’il avait demandé son avis à Meera-Louise, elle le lui aurait surement déconseillé. Qu’importe, il laissa échapper un long soupire pour retrouver contenance puis, baguette en main, il commença à s’avancer vers l’immense bâtisse. Il remarqua cependant, une ombre dans les buissons et s’avançant peu à peu vers la silhouette il fini par reconnaitre Blodwyn. Par Merlin qu’est-ce qu’elle faisait là ? Lui qui avait misé sur son absence pour pouvoir s’en prendre à ses parents, c’était raté. Est-ce qu’elle avait eu la même idée que lui ? N’avait-elle pas mieux à faire que d’aller bêtement risquer sa vie ? Lui il n’avait rien de mieux à faire et il préférait presque mourir là qu’en plein Poudlard tués par les rebelles. Il attrapa le poignet de la jeune femme avant qu’elle n’ait le temps de sortir des buissons. Il remarqua son ventre qui avait considérablement diminué de volume, elle avait probablement accouché, mais là n’était pas la question, est-ce qu’il avait seulement le droit de poser la question ? « Qu’est-ce que tu fabriques ici ?! » Elle n’avait vraiment rien à faire là, il pouvait comprendre l’envie de vengeance, il était venu là pour ça lui aussi. Mais elle avait un bébé alors est-ce que ça valait vraiment la peine de venir jusqu’ici jouer les kamikaze ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ❖ we are the champions
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 4326
≡ date d'arrivée : 03/03/2013
≡ tes points : 150 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eleanor tomlinson.
≡ tes crédits : @wildworld (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : vingt-six ans.
≡ amoureusement : mariée, techniquement, même si elle ne semble plus en porter le nom.
≡ son emploi : auparavant, elle travaillait à la ménagerie magique, désormais, elle est une fugitive.
≡ statut de sang : c'est une sorcière de sang-pur, d'ces sang-pur qu'on estime traitres pour ne pas se croire au-dessus des autres.
≡ sa maison : elle était chez les gryffondor; elle n'a pourtant jamais cru en son courage.
≡ sa baguette : baguette en bois de cyprès, avec une plume de phénix pour cœur, elle est spécialisée en métamorphose, et mesure approximativement vingt-sept centimètres.
≡ son patronus : il prenait la forme d'un geai, mais désormais elle ne peut plus en produire. rien d'autre qu'un vague amas argenté.
≡ son amortencia : la potion a toujours eu la senteur du grand air, un parfum d'ébène au creux de ses cheveux et du vieux bois.
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Mer 29 Oct - 21:16



wrong to love her, wrong to leave her
— BLODWYN BROWNSTEIN & EAMONN OSWALD-APPLEBY —
Say something, I'm giving up on you, I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you, say something, I'm giving up on you. And I am feeling so small, it was over my head I know nothing at all. And I will stumble and fall, I'm still learning to love. Just starting to crawl. And I will swallow my pride, you're the one that I love and I'm saying goodbye.

La prise d’Eamonn avait été ferme et définitive autour de son poignet ; il avait beau ne pas être très grand, Blodwyn avait toujours été plus frêle - il pouvait toujours la soulever avec la force de ses bras et faire régner au fond d’elle le sentiment d’être en sécurité. Cette notion lui semblait bien loin désormais, tout comme les dernières embrassades qu’elle avait connues avec son fiancé ; ancien fiancé. Les Oswald-Appleby avaient réussi à lui mettre la main dessus, et n’avaient pas compté sur le fait qu’elle désire quitter son pays natal pour Paris - ils avaient fait elle ne savait quoi avec son esprit, pour la transformer en une espèce de tarée totalement aliénée à leur cause. Un jour ou l’autre, ils pourraient revenir - lui nuire à elle. Nuire à sa fille. Aux tréfonds de ses entrailles, il y avait une part de Blodwyn qui désirait défendre cet enfant, qui pouvait jurer par tous les saints du monde que c’était son objectif premier dans cette entreprise. Sans doute n’était-ce pas le cas ; sans doute voulait-elle surtout prouver aux Oswald-Appleby qu’elle n’était pas une fugitive avec une cible dans le dos, ni même leur bouc-émissaire à torturer pour tenir leur fils en laisse comme un petit chien. Eamonn avait brisé son coeur en l’écrasant avec des mots durs à jamais gravés dans sa mémoire et il était parti, sans même revenir lorsqu’il avait appris qu’il allait avoir un enfant. Et finalement, en la découvrant bonne à tout faire au sein de la demeure de ses parents, il n’avait rien fait non plus. Qu’ils tournent tous définitivement cette page - si Blodwyn n’avait aucunement droit au bonheur qu’elle avait pu avoir avec Eamonn, qu’ils lui fichent tous la paix.

Et quel meilleur moyen que de le leur faire comprendre directement ? Dans ses souvenirs, Eamonn lui avait toujours dit à quel point ses parents étaient puissants et dangereux ; Blodwyn ne voulait pas y croire, Blodwyn voulait oublier tout ça. Elle voulait simplement entrer dans cette grande maison et détruire l’existence de ces êtres tout comme ils avaient ruiné sa vie. Il fallait pourtant qu’Eamonn soit là, qu’Eamonn soit toujours là, et c’est sans autre forme de procès que Blodwyn retira son bras de sous la poigne du jeune homme, pour le dévisager d’un air furibond. « Quoi qu’est-ce que je fais là ?! Ça ne semblait pas te surprendre il y a quelques temps ! » Cracha-t-elle d’un air venimeux qui laissait clairement entendre que la niaise demoiselle qui avait remplacé Blodwyn avait bel et bien disparu ; Alayne avait été une imbécile, la parfaite petite idiote docile, tout ce qu’ils n’auraient jamais pu trouver en Blodwyn. « Tu es le chien de garde de tes parents, maintenant ? » Ironisa-t-elle dans un regard, qui souligna toute la silhouette d’Eamonn là, recroquevillés qu’ils étaient dans les buissons. Sans faire plus attention à lui, Blodwyn détourna le regard et son visage, comme si elle désirait ardemment qu’il disparaisse. « Je viens prêter une visite à tes parents. Tu sais, eux qui voulaient tant m’avoir chez eux qu’ils m’ont retourné le cerveau et m’ont transformée en bonne à tout faire. » Sans autre forme de cérémonie, elle se dressa sur ses jambes, pour s’élancer vers la grande demeure des Oswald-Appleby ; si c’était ce qu’il devait faire, qu’Eamonn prouve à ses parents qu’il était un bon petit soldat, et qu’il lui balance un sort dans le dos, ça ne ferait que prouver qu’il n’y avait plus rien d’autrefois en eux.

_________________

------------------------------------------
take my hand. take my whole life too - lay us down, we're in love. but i miss you more than i thought i would. and i'll use you as a warning sign that if you talk enough sense then you'll lose your mind. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me - talk some sense to me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Mar 4 Nov - 14:20

Eamonn était venu jusqu’à Peakshire dans le but de pouvoir enfin régler ses comptes sans que Blodwyn soit dans les parages. Elle était son point faible et ses parents l’avaient toujours parfaitement su. Il avait suffit qu’ils la menace pour qu’il revienne auprès des siens et s’ils avaient eu l’idée de la changer complètement pour en faire leur bonne à tout faire, c’était essentiellement pour qu’il comprenne qu’ils pouvaient l’éliminer en un rien de temps. Tant qu’elle était au manoir, il ne pouvait rien faire, ni pour l’aider elle, puisqu’Alayne n’était pas près encline à l’écouter, ni contre ses parents, puisqu’il le savait, Blodwyn aurait payé pour chacun de ses faux pas. Sans elle dans les parages, ça lui avait semblé le moment idéal pour venir régler tout ça. Mais non, il fallait croire que le destin en avait décidé autrement, il fallait qu’elle soit venue au même moment, elle aussi pour régler ses comptes avec ses parents. Mais c’était certainement plus risqué pour elle que pour lui. Elle ne passerait pas la porte du manoir alors que lui, ses parents seraient certainement heureux de le voir revenir de son plein grès jusqu’à ce fichu manoir. Blodwyn elle, elle n’était pour eux qu’un parasite bon à éliminer et puis, il aurait facilement pu mettre sa main à couper que la maison devait regorger de gardes après ce qui s’était passé au mariage.

Blodwyn n’avait certainement pas réfléchi à ça. Combien de personne se dresserait devant elle avant qu’elle ne puisse ne serait-ce qu’apercevoir l’ombre des parents Oswald-Appleby ? De trop nombreuses personnes sans aucun doute, mais elle n’avait certainement pas pensé à ça, sinon elle ne se serait pas lancée dans une mission kamikaze. Elle se dégagea bien vite de l’emprise qu’il avait eue sur elle. « Quoi qu’est-ce que je fais là ?! Ça ne semblait pas te surprendre il y a quelques temps ! » Il fronça légèrement les sourcils, au moins, elle se souvenait de qui elle était aujourd’hui, c’était déjà ça, un avantage pour elle sans doute. « Bien-sûr, j’étais un grand fan d’Alayne et elle m’aimait beaucoup elle aussi. » Il leva les yeux au ciel comme pour appuyer l’ironie de ses propos. Alayne le prenait pour l’alcoolique de la maison, alors elle ne l’aurait jamais écouté, s’il avait pu l’emmener ailleurs elle serait revenue parce qu’il semblait que dans ses yeux sa place était auprès des Oswald-Appleby. Il n’y avait qu’Ariane qui avait réussi à l’éloigner de cet enfer et elle l’avait fait parce qu’il le lui avait demandé. Il n’avait eu de cesse de protéger Blodwyn, même s’il ne s’y était pas toujours pris à la perfection, tout ce qu’il avait fait c’était pour la protéger et voilà qu’aujourd’hui elle venait jusqu’ici sans mesurer l’étendu du danger. « Tu es le chien de garde de tes parents, maintenant ? » Il leva une nouvelle fois les yeux au ciel, laissant échapper un simple soupire en guise de réponse. Question absurde à laquelle il n’avait pas envie de répondre. « Je viens prêter une visite à tes parents. Tu sais, eux qui voulaient tant m’avoir chez eux qu’ils m’ont retourné le cerveau et m’ont transformée en bonne à tout faire. » Oh oui il savait. Il n’était pas complètement stupide et il savait bien d’autres choses sur ces parents, certaines qu’elle savait comme le fait qu’ils l’aient enfermé pendant des mois et torturer et d’autres qu’elle ignorait parce que parler de ses parents n’avait jamais été son sujet de conversation préférée. Il ne tarda pas à la rejoindre, attrapant cette fois son bras d’une poigne plus forte pour l’arrêter. « Et qu’est-ce que tu crois que tu vas faire ? Je suis certain que tu as mieux à faire que de venir risquer bêtement ta vie ici. » Elle avait un bébé après tout, elle ferait mieux de s’occuper de lui et de le laisser gérer ça. « Après ce qu’il s’est passé au mariage tu crois qu’ils ont vraiment décidé de laisser leur manoir sans surveillance ? Le temps que tu te heurtes à ceux qui protègent maintenant le manoir, mes parents auront le temps de se barrer à l’autre bout du monde. » Et c’était sans parlé des sortilèges qu’ils avaient du mettre en place pour protéger cette fichue baraque. Ils étaient complètement cinglés c’était un fait, mais pas assez stupides pour rester sans défense après s’être faits attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ❖ we are the champions
≡ ton pseudo : MARY-W. +marie.
≡ hiboux envoyés : 4326
≡ date d'arrivée : 03/03/2013
≡ tes points : 150 points.
≡ ta disponibilité rp : 1/3 pris.
≡ ton avatar : eleanor tomlinson.
≡ tes crédits : @wildworld (avatar), tumblr (gifs).

≡ âge du perso : vingt-six ans.
≡ amoureusement : mariée, techniquement, même si elle ne semble plus en porter le nom.
≡ son emploi : auparavant, elle travaillait à la ménagerie magique, désormais, elle est une fugitive.
≡ statut de sang : c'est une sorcière de sang-pur, d'ces sang-pur qu'on estime traitres pour ne pas se croire au-dessus des autres.
≡ sa maison : elle était chez les gryffondor; elle n'a pourtant jamais cru en son courage.
≡ sa baguette : baguette en bois de cyprès, avec une plume de phénix pour cœur, elle est spécialisée en métamorphose, et mesure approximativement vingt-sept centimètres.
≡ son patronus : il prenait la forme d'un geai, mais désormais elle ne peut plus en produire. rien d'autre qu'un vague amas argenté.
≡ son amortencia : la potion a toujours eu la senteur du grand air, un parfum d'ébène au creux de ses cheveux et du vieux bois.
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Jeu 6 Nov - 4:58



wrong to love her, wrong to leave her
— BLODWYN BROWNSTEIN & EAMONN OSWALD-APPLEBY —
Say something, I'm giving up on you, I'll be the one, if you want me to. Anywhere I would've followed you, say something, I'm giving up on you. And I am feeling so small, it was over my head I know nothing at all. And I will stumble and fall, I'm still learning to love. Just starting to crawl. And I will swallow my pride, you're the one that I love and I'm saying goodbye.

A peine avait-elle fait quelques pas, que le sorcier la rattrapait déjà ; à croire qu’ils étaient tous les deux aussi tenaces l’un que l’autre. Ça n’avait pas permis de faire tenir leur couple pour autant - plus qu’un couple, un amour qui les avait poussés à se fiancer, en d’autres temps. Était née en Blodwyn l’assurance que ce qui avait guidé les décisions d’Eamonn jusque-là, avait été l’instinct pur et dur de la sauver - et elle le détestait pour cela. Pour avoir pensé devoir faire des choses pareilles afin de la protéger, pour rejeter sur elle tous les malheurs qui étaient arrivés sur eux, et qui avaient fini par les séparer. Regarder Eamonn lui était devenu insupportable, tant et si bien qu’en étant forcée à faire volte-face vers lui, elle baissa les yeux, les détourna comme concentrée par une parcelle inutile de paysage. Elle aussi, pouvait lever les yeux avec un air moqueur et dépité ; elle aussi, pouvait avoir des paroles pleines de sagesses - elle aurait pu, si seulement il l’avait laissée s’exprimer avant de prendre des décisions pour eux deux. Des décisions parfaitement stupides, arbitraires. Il l’avait trahie, et si elle devait le trahir ce soir, ce ne serait qu’un juste retour des choses. Tout autant que les paroles d’Eamonn auraient pu résonner comme raisonnable à l’esprit de la sorcière, elle était simplement incapable de les écouter, plissant les yeux dans une moue d’agacement certain, avant qu’elle ne se recule d’un pas, fusillant son ancien fiancé d’une oeillade électrique. « Je m’en fiche ! Eamonn, je m’en fiche de ce qu’ils peuvent me faire ! » Elle aurait voulu hurler à s’en déchirer les poumons, enfin libérer l’agacement qui la consumait - pourtant, elle n’avait fait que hausser la voix pour qu’il la ferme enfin, et arrête avec ses paroles soit disant pleines de sens. Eamonn n’était pas celui des deux qui réfléchissait, ni celui qui se sacrifiait pour la sauver. Non, qu’il ne croit certainement pas que les choses puissent se dérouler aussi facilement.

« Je suis presque sure que je peux frapper à cette porte en prétendant être la boniche idiote dont vous vous êtes tous amusés sans qu’ils ne voient rien venir ; je suis qu’une sang de bourbe après tout ! » Et ce n’était pourtant tellement pas les parents d’Eamonn qu’elle détestait, ni leur idéologie stupide ; elle avait toujours fait tout son possible pour se ficher complètement d’eux, faire sa vie sans y réfléchir. La guerre avait tout ramené, mais c’était bel et bien les décisions d’Eamonn qui lui crevaient le coeur. Être victimes de deux fous, persuadés d’être supérieurs à elle, ce n’était rien, comparé à être victime de tout l’attachement, tout l’amour qu’elle avait pu avoir pour Eamonn. Un jour. Jusqu’à se cramer les ailes. « Tu n’as tellement pas de leçon à me donner, Eamonn, tu es le maître des décisions faciles et égoïstes, alors tu sais quoi, tu devrais me laisser passer cette porte, d’une façon ou d’une autre ! » Peut-être bien qu’il finirait par réaliser qu’elle n’était pas complètement sans défense, elle non plus, et qu’elle aurait pu avoir, en d’autres jours, un instinct de survie assez fort pour pouvoir se défendre contre ces parents tortionnaires devant lesquels il avait toujours courbé l’échine ; elle recula d’un pas, et avant qu’Eamonn ait eu le temps d’ouvrir la bouche, elle relança. « Et ne t’avise jamais de me redire si oui ou non j’ai mieux à faire ! Je protège ma fille en faisant ça. » La mâchoire crispée, chaque muscle de son corps tendu par la rage, elle ne bougea pourtant pas, se retrouvant incapable de faire autre chose que fixer Eamonn avec toute la rancoeur qu’elle éprouvait pour lui. Il avait tout brisé.

_________________

------------------------------------------
take my hand. take my whole life too - lay us down, we're in love. but i miss you more than i thought i would. and i'll use you as a warning sign that if you talk enough sense then you'll lose your mind. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me - talk some sense to me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   Sam 15 Nov - 13:30

Eamonn s’était dépêché de rattraper la jeune femme. Les idées qui animaient Blodwyn, aussi légitimes puissent-elles êtres, étaient stupides. Imprudentes, certainement pas assez réfléchies. Elle allait se faire tuer en un rien de temps si elle ne faisait ne serait-ce qu’un pas à l’intérieur de ce manoir. Est-ce qu’elle voulait vraiment mourir comme ça ? De façon aussi stupide ? Elle ne réfléchissait pas, elle restait butée sur une idée qui avait germé au fond de ses pensées, qui était née d’une haine justifiée envers les Oswald-Appleby, mais est-ce qu’ils en valaient vraiment la peine ? Non, aux yeux d’Eamonn, il était certain que la vendetta de Blodwyn n’en valait pas la chandelle .Mourir pour eux, était complètement absurde, elle avait mieux à faire de sa vie. Lui c’était différent, il avait déjà tout perdu, alors qu’elle, ce n’était pas le cas. Il ne la laisserait pas rentrer dans le manoir, si elle voulait vraiment passer, ce serait en enjambant son cadavre. « Je m’en fiche ! Eamonn, je m’en fiche de ce qu’ils peuvent me faire ! » Sans doute qu’elle ferait mieux de s’en préoccuper davantage. Pourquoi est-ce qu’elle ne voulait pas entendre raison ? Elle était aveuglée par la haine et lui faire entendre raison semblait relever du miracle. « Pas moi ! » Il était peut-être celui qui l’avait abandonnée pour de stupides raisons et elle était celle qui y avait naïvement cru. Il l’avait déjà protégée cette fois là, de la colère de ses parents et même s’il ne s’y était pas bien pris, il avait voulu la protéger et c’était ce qu’il ferait encore ce soir, parce que jamais il n’avait été indifférent à ce que ses parents pouvaient lui faire. Pas même quand elle avait été Alayne.

« Je suis presque sure que je peux frapper à cette porte en prétendant être la boniche idiote dont vous vous êtes tous amusés sans qu’ils ne voient rien venir ; je suis qu’une sang de bourbe après tout ! » Lui il n’y croyait pas. Ses parents étaient cinglés, mais pas complètement stupide, elle avait disparu avant les conflits, avec Ariane qui à présent était recherchée pour trahison, si Blodwyn revenait, ils la tueraient sans chercher à comprendre le pourquoi du comment. « Si tu rentres dans ce manoir, ils vont te tuer. » Ou peut-être l’enfermer dans un cachot pour la torturer, qui sait ? C’était bien leur truc ça aussi. Il les connaissait bien, assez pour savoir que rentrer dans ce manoir n’était pas une bonne idée. « Tu n’as tellement pas de leçon à me donner, Eamonn, tu es le maître des décisions faciles et égoïstes, alors tu sais quoi, tu devrais me laisser passer cette porte, d’une façon ou d’une autre ! » Elle pouvait dire ce qu’elle voulait, il ne la laisserait pas passer ces maudites portes. Ils pouvaient rester là à en discuter pendant des heures, ça ne changerait rien. Si elle voulait parler de décisions faciles et égoïstes, elle pouvait peut-être commencer par s’interroger sur celle qui l’avait poussée à venir jusqu’ici. « Ce qui est stupide et égoïste pour l’instant c’est de vouloir entrer là-dedans en ignorant les risques que tu prends ! » Se faire tuer ici bêtement en ignorant ceux qui tenaient à elle, ceux qui avaient encore besoin d’elle, c’était stupide et égoïste, alors peut-être qu’ils étaient parfaits l’un pour l’autre jusque dans leur façon d’agir n’importe comment. « Et ne t’avise jamais de me redire si oui ou non j’ai mieux à faire ! Je protège ma fille en faisant ça. » Il serra légèrement les mâchoires, c’était une fille donc. La n’était pas la question, mais son esprit était incapable de ne pas s’arrêter là-dessus.  « La laisser finir orpheline, quel beau moyen de la protéger ! » C’était sa fille, elle avait bien souligné ça, le sortant automatiquement de l’équation, alors si elle mourrait là, pour une stupide vengeance, sa fille serait orpheline. Il avait connu mieux comme moyen de protéger quelqu’un. Faisant toujours face à la jeune femme il recula de quelques pas, se rapprochant légèrement du manoir. « Tu veux entrer là-dedans ? Tue-moi d’abord. » Tant qu’il serait bel et bien vivant, il ne la laisserait pas rentrer, si elle voulait vraiment risquer sa vie en tuant du Oswald-Appleby, qu’elle commence par lui, au moins, il ne serait pas là par la suite pour constater des erreurs qu’elle aura pu commettre.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow   

Revenir en haut Aller en bas
 

(eamonn, rp rapide), don't go where i can't follow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» escorteur rapide hoch
» Technique de dépotage à l'alcool : Facile, rapide et efficace
» Gateau à la noix de coco super méga rapide !
» noeud rapide ?
» Feuilletés apero très rapide et très simple mais extra!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: troisième saison :: sujet abandonnés
-
Sauter vers: