AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione   Dim 20 Oct - 11:41



HERMIONE drago



Toujours cette pluie, ce temps capricieux qui sévissait depuis de nombreux jours sur la ville de Pré-au-Lard et qui pouvait faire déprimer beaucoup de monde. C'est dans cette ville très connue dans le monde magique, que Drago, le jeune héritier de la famille Malefoy s'était installé. Il vivait dans un très bel appartement et moderne, qui lui suffisait amplement. Ce matin-là le réveil sonna plusieurs fois avant que le jeune sorcier se décide enfin à se lever. Comme toujours, il avait passé une très mauvaise nuit et n'avait pas arrêté d'enchaîner les cauchemars, il commençait à en avoir marre de tout cela. Cependant, il ne pouvait pas baisser les bras, il avait vu ce qu'il était vraiment et avait beaucoup changé et ne ressemblait en rien au Drago méprisant et hautain que tout le monde connaissait. Il était également beaucoup moins sûr de lui et s'en voulait d'avoir lâchement fuit le champ de bataille, il n'arrivait que très difficilement à se regarder dans un miroir, c'est dire. Bien entendu, il faisait tout ce qui était dans son pouvoir, pour essayer d'apprendre à vivre d'une autre façon et de montrer ce qu'il était vraiment au fond de lui, depuis toutes ces années, mais qu'il cachait à cause de son culte qu'il vouait pour le seigneur des ténèbres et cette envie de montrer qu'il était meilleur que tout le monde. A présent, il ne parlait pas vraiment avec les inconnus, pas parce qu'il ne voulait pas, mais parce qu'il n'avait plus confiance en lui et se définissait au final comme un lâche. Cependant, il avait réussi à se faire des amis et à obtenir un travail de serveur au pub, qui servait également d'auberge, surnommé les trois-balais. Pour la première fois de sa vie, il avait des amis qui le soutenait vraiment dans tout ce qu'il faisait et cela changeait vraiment de ce qu'il avait vécu dans le passé. Il avait beaucoup de chance de les avoir été en avait confiance, même s'il avait du mal à leur dire, il le pensait très sincèrement. En sortant de son lit, il resta quelques secondes devant la fenêtre, contemplant cette pluie qui tombait très fortement sur les pavés, le regard vide. N'oubliant pas qu'il devait travailler, il décida de descendre les escaliers et de se rendre dans la cuisine pour déjeuner un peu. Tout en avalant son petit-déjeuner, il lisait le journal, pour s'informer de tout ce qu'il se passait au sein du monde magique et précisément du ministère. Au bout de longues minutes à lire entièrement le journal, il décida de se rendre dans la salle de bain, pour pouvoir prendre une bonne douche. En sortant, il monta à nouveau les escaliers et avait l'intention de s'habiller, il n'allait quand même pas arriver au travail, avec une simple serviette autour de sa taille, ce serait étrange, encore plus venant de la part du jeune Malefoy. Il enfila sans plus attendre un pull noir qui lui collait à la peau, ainsi qu'un jean délavé et des chaussures basses, avant de redescendre et de mettre sa veste en cuir, pour ne tout simplement pas finir trempé, avant d'arriver sur son lieu de travail. Heureusement, il n'allait prendre son poste que pour quelques heures et il avait pour une fois la soirée de libre, il pourrait donc se détendre un peu et surtout souffler. Même si le jeune homme semblait bien, il souffrait toujours et il devait se battre chaque jour pour ne pas flancher, regrettant encore et toujours ce qu'il avait dû faire pour le seigneur des ténèbres. Avant de sortir, il vérifia une dernière fois qu'il n'avait rien oublié et ferma la porte, enfin prêt à affronter ce temps capricieux.

Tout en marchant sur les pavés mouillés, le jeune Malefoy regardait autour de lui, tout en faisant attention à ne pas glisser, car le sol brillait au passage de la pluie et cela devenait dangereux. Il n'avait aucune envie de se blesser ou autre, ce qui était tout à fait normal après tout. Continuant de marcher sur le trottoir cette fois-ci, il se plongea dans ces pensées très rapidement, pensant une nouvelle fois à ce qu'il avait osé faire lors de la bataille de Poudlard. Fuir, un mot qu'il connaissait bien, puisque c'était exactement ce qu'il avait osé faire durant l'affrontement féroce entre professeurs et ordre du phénix et mangemorts. Il avait tout simplement opté pour la situation de facilité et à présent, il commençait à comprendre qu'il n'avait fait que fuir la plupart du temps et il s'en voulait énormément. Personne ne pouvait comprendre ce qu'il avait enduré par le passé, tout ce qu'il avait dû faire pour le seigneur des ténèbres, tuer des personnes entre autres, cela pesait vraiment pour Drago et il en souffrait à un point inimaginable. Sans vraiment se rendre compte, il venait de passer devant son lieu de travail, mais heureusement, il sortit de ces pensées à ce moment-là. Très surpris d'être déjà arrivé, il se mit à soupirer essayant de profiter de sa journée et de parler un peu avec les habitués. Il poussa donc la porte du pub et salua ces collègues, ainsi que toutes les personnes présentes dans la salle, d'une façon très cordiale, ce qui changeait complètement de l'ancien Drago. Sans plus attendre, il prit son poste et se mit à servir les premiers clients, avant de discuter avec certaines personne, toujours en restant agréable, mais distant à la fois, ne voulant pas être trop curieux ou ce genre de choses, après tout, il avait beaucoup changé et il devait apprendre à nouveau à avoir minimum confiance en lui. Bien évidemment, cela promettait d'être long et difficile, mais il avait beaucoup de soutien et cela le poussait à faire des efforts colossaux, chaque jour, pour ne pas sombrer. Les heures défilèrent très rapidement, lorsque le patron décida de reprendre la relève et de laisser comme promis la soirée libre au jeune Malefoy, vu le très bon travail qu'il effectuait depuis qu'il travaillait ici. Tout en remerciant son patron, il sortit du pub, qui servait également d'auberge, par la porte principale et décida, sans vraiment réfléchir de se rendre à la tête de sanglier. Bien sûr, c'était en quelque sorte le concurrent direct des trois-balais, mais c'était un endroit bien plus calme et le jeune Malefoy aimait se rendre là-bas en soirée, pour être un peu tranquille et oublier tous ces soucis, en plus de cela son patron le savait, mais ne voyait aucun inconvénient à ce que son serveur aille dans un autre établissement, même si c'était au final un concurrent direct.

Tout en traversant plusieurs allées, il tomba directement sur l'entrée du pub, qui faisait comme son lieu de travail, aussi auberge, mais il était connu pour être moins fréquenté et plus dangereux. Cependant, cela n'effrayait guère Drago, qui commençait à bien connaitre les habitués, même si ce n'était pas son lieu de travail. En entrant dans la grande salle, le pub était désert, mais il était encore tôt et la soirée ne faisait que commencer pour être tout à fait honnête. Alors qu'il prit place sur un tabouret devant le bar, il attendait d'être servi, tout en voyant la porte s'ouvrir. C'est à ce moment-là que le serveur lui donna sa commande et qu'il ne faisait donc plus attention à l'entrée imminente d'une personne. Sans avoir que derrière lui, une jeune femme qu'il connaissait très bien s'apprêtait à faire son entrée, mais bien trop occuper à discuter avec le barman et à boire sa bière, il ne l'avait pas remarqué. Cependant, ce n'était plus qu'une question de secondes, avant que Drago ne s'aperçoive que celle qu'il aimait traiter de noms affreux par le passé, était dans la même salle que lui. Les retrouvailles risquent d'être pour le moins pimentées, car même si Drago avait changé, la personne en question n'était pas censée le savoir, en tout cas pour le moment.

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Drago S. Malefoy le Lun 21 Oct - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione   Dim 20 Oct - 15:57



start again, a million miles away.
— HERMIONE GRANGER & DRAGO MALEFOY —

I hurt myself today, to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting try to kill it all away. But I remember everything. What have I become, my sweetest friend. Everyone I know goes away in the end. And you could have it all, my empire of dirt. I will let you down, I will make you hurt. I wear this crown of thorns upon my liars chair. Full of broken thoughts, I cannot repair. Beneath the stains of time, the feelings disappear. You are someone else, I am still right here.
hurt ~ johnny cash.

Revenir en Angleterre lui paraissait être une étrange sensation. C’était, après tout, dans cette partie-là du monde qu’elle avait vu les jours : ses parents eux-mêmes étaient nés ici, elle avait grandi dans une petite ville campagnarde de la banlieue de Londres, tranquillement comme une petite fille normale, jusqu’à ce que l’arrivée du Professeur McGonagall dans sa vie ne bouleverse tout. A présent, les Granger étaient des parias dans leur propre pays : depuis un an déjà, Hermione n’avait de cesse de penser à ses parents, qu’elle avait envoyés en Australie, et dont elle avait effacé la mémoire – parce que cela valait mieux pour eux. Ils allaient bien, elle en était sûre : là-bas, ils étaient en sécurité, heureux, l’esprit désencombré du poids que leur provoquait la sorcellerie de leur fille. Debout entre deux mondes auxquels elle n’appartenait plus vraiment, Hermione aurait pu être dépassée, elle aurait pu se laisser happer par le néant de ses incertitudes, mais elle continuait cependant de se battre. Si Dumbledore avait cru en Harry, si Harry avait cru en Dumbledore et si chacun d’eux deux avaient voué sa vie à résister contre les oppressions menées par Voldemort, elle en ferait de même : c’était le serment silencieux par lequel elle s’était liée à Harry Potter aussitôt qu’elle avait décidé de devenir son amie. Forcément, ce choix n’avait pas été sans conséquence, et ne l’aurait jamais été : elle avait beau avoir été une née-moldue lorsqu’elle l’avait rencontrée, elle en savait déjà plus sur lui que lui-même, petit gamin aux habits trop grands, inconscient de la valeur du sang qui coulait dans ses veines. Peut-être, en effet, avait-elle plus de raisons de se battre que Ron, que lui avait plus de légitimité pour avoir tout abandonné : sa famille avait déjà beaucoup trop perdu, et Hermione se retrouvait sans cesse déchirée entre l’affection qu’elle portait pour les Weasley, tout ce qu’ils avaient fait pour elle ou pour Harry, et également pour la tristesse, la rancœur qu’éveillait sa solitude toujours plus grande. Avec Ron, les choses auraient été sans doute plus faciles à supporter, tout comme ensemble, tous les trois, ils avaient rendu la tâche de Harry plus facile à accomplir. Malgré des tentatives vaines pour se raisonner, Hermione ne pouvait s’empêcher, en un coin de son cœur meurtri, que Ron l’avait abandonnée, qu’il avait toujours eu ça en lui, puisque ce n’était pas la première fois qu’il se détournait d’eux. Au moins, cette fois n’était-ce pas par orgueil, plutôt pour tenter d’aider sa famille à se reconstruire, mais la jeune sorcière avait voulu croire que pendant la bataille de Poudlard, entre eux, quelque chose avait pu changer. Comme elle avait pu le croire bien des fois auparavant, lorsqu’ils avaient été à Poudlard, à échanger des paroles, des moments qui s’avéraient n’avoir plus aucune valeur à présent. Ron et Hermione étaient sans doute destinés à ça, à s’être cherchés longuement, pour se trouver en de fugaces instants d’espoir pur et dur, séparés à jamais par la dure réalité retombant sur leurs épaules. Harry mort, tous les espoirs reposaient sur eux deux – sur elle seule à présent, parce qu’il semblait finalement que Ron avait décidé de se détourner de la tâche qui lui incombait.

Elle savait qu’en restant muette à ce point, si elle venait à mourir, personne ne connaîtrait les sombres secrets de Lord Voldemort, ceux qu’Harry avait passé tant de temps à leur transmettre, à R on et elle. Tôt ou tard, Hermione allait devoir livrer l’héritage de son ami à quelqu’un, afin de pouvoir continuer sa lutte l’esprit plus léger : elle n’avait cependant pas trouvé qui que ce soit de confiance, qui que ce soit qu’elle puisse imaginer assez juste et volontaire pour savoir ce qu’il fallait faire. Il y avait Neville, sans doute, mais elle n’avait pas eu la possibilité de le retrouver depuis la mort de Harry – Luna également, et, loin de l’Angleterre, il avait semblé plus facile à la jeune femme de les oublier, de ne pas s’interroger sur leur sort à eux. A présent qu’elle foulait les pavés de Pré-Au-Lard, arpentant ces rues qu’elle connaissait si bien pour les avoir parcourues maintes fois, parfois seule, parfois avec Harry. Parfois avec Ron et Harry, tous les trois, ensemble – elle se demandait plus encore ce qu’ils étaient devenus. Au moins osait-elle encore qu’ils soient tous en vie, que Neville ait pu retrouver sa grand-mère, que Luna ait pu rejoindre son père – peut-être même qu’ils aient eu autant d’intelligence que Ron pour tout abandonner. Plus le temps avançait pour Hermione, plus elle se retrouvait seule avec Harry – Harry qui n’était plus vraiment là, mais qui la hantait, l’habitait en de multiples souvenirs revenant en sa mémoire : le Vif d’Or, la cape d’invisibilité, tant d’éléments qu’Hermione avait conservés et qui n’avaient de cesse de lui rappeler ses obligations. Elle ne pourrait pas, jamais, pas avant que Voldemort ait poussé son dernier soupir, passer à autre chose. Même si c’était pour penser à sa famille, même entre les embrassades tendres de ses parents, elle ne pourrait s’empêcher de penser qu’elle aurait alors abandonné son meilleur ami et tous les espoirs qu’il avait placés en elle. Ici, elle revenait dans ces lieux au combien connus de son esprit, sans la cape, sans Harry, sans un quelconque plan en tête : il pleuvait si fort sur les rues de Pré-Au-Lard, que l’utilisation de la cape aurait été impossible, elle se serait plus aisément faite remarquer qu’en errant, tête baissée, capuche sur la tête pour éviter d’être trempée jusqu’aux os. Alors qu’à d’autres années à cette époque, Hermione aurait juré que Pré-Au-Lard était un petit village actif et guilleret, quel que soit le temps dehors, aujourd’hui, la morosité l’englobait, empoisonnait son cœur déjà dévoré par les afflictions. Comment pourrait-elle revenir ici, si elle abandonnait tout ? Comment pourrait-elle regarder ces gens, ici, désespérés et désemparés, en se disant qu’elle avait fait tout ce qu’elle pouvait ? Tout ce qu’elle pourrait s’achèverait le jour de sa mort, sans aucun doute, et c’était cette fierté, cette loyauté qu’elle vouait à Harry qui détestait tant Ron pour ses choix. Plus elle y réfléchissait, plus il lui semblait logique de revenir ici, et pourquoi pas même, de trouver un moyen d’accéder à Poudlard. Pour cela, ses pieds la guidaient instinctivement vers cette destination qu’elle n’avait que trop rarement empruntée, et qui la mènerait, elle l’espérait, à la seule personne qui pouvait encore, ici, la raccrocher à son passé. Abelforth Dumbledore n’aurait jamais lâché l’affaire – l’espérait-elle en tout cas, tandis qu’elle arrivait à hauteur de la Tête de Sanglier. C’était une ironie à nulle pareille, n’est-ce pas – d’être passé si souvent devant ce pub, de l’avoir dévisagé avec dédain, d’y avoir organisé les premières réunions de l’Armée de Dumbledore, sans même avoir remarqué que le frère de celui-ci en était le gérant. Sans attendre, sans vouloir risquer de se faire repérer, Hermione poussa la porte de l’établissement, l’odeur âcre de poussière lui arrivant tout de suite aux narines : le silence régnait au sein du pub suffit presque à lui assurer que celui-ci n’avait pas changé de propriétaire, et n’avait pas subitement revêtu un renom qu’il n’avait pas eu autrefois. D’instinct, les yeux sombres de la sorcière cherchèrent la silhouette presque familière d’Abelforth – elle le vit, il la remarqua également, la toisant de cet œil bleu avant de disparaître à l’arrière du pub.

Alors que la porte se refermait derrière la née-moldue, elle porta son attention sur l’étage au-dessus, dont on devinait les quelques traces en un escalier à l’arrière du magasin : le passage vers Poudlard était-il toujours là, derrière le portrait d’Ariana ? Ou avait-il été trouvé et rebouché par les Mangemorts ? Si tel était le cas, sans doute qu’Abelforth aurait été très vite délogé des lieux. Peut-être trouverait-elle là, le moyen de retourner à Poudlard, et de retrouver ce qu’Harry avait laissé derrière lui. Au combien elle n’avait pas voulu y croire à une autre époque, beaucoup plus simple où elle pouvait se contenter de croire aux faits pendant que son ami fantasmait sur des Reliques inexistantes, l’évidence se dessinait de plus en plus à l’esprit de la sorcière. Harry avait eu la Pierre de Résurrection entre les mains, elle en était sure à présent – c’était l’héritage que Dumbledore lui avait laissé. Pour quoi ? A quelles fins ? Elle n’en savait rien, la Pierre ne pouvait pas ramener quelqu’un à la vie, c’était autre chose qui avait fait survivre Harry, mais sur le corps de son meilleur ami, elle n’avait pas trouvé la moindre trace de Pierre. Harry l’avait laissé ici, à Poudlard, cet endroit qu’il affectionnait tant, quelque part où elle devait la retrouver, si elle escomptait un jour, elle aussi, retrouver son ami. Tant de zones d’ombre se profilaient encore dans les théories qu’Hermione érigeait pour expliquer bien des circonstances survenues dans la nuit de la bataille de Poudlard, elle tentait de tout éclairer, tout comprendre, mais la tâche s’annonçait bien ardue, dans sa solitude glaciale. Enfin, elle quitta ses songes, accélérant l’allure dans l’espoir de suivre Abelforth à l’arrière du pub, mais sa marche à peine commencée, elle fut interrompue bien brusquement. Enfin elle remarqua que le silence de la Tête de Sanglier n’était pas due à l’absence totale de monde dans ce bar : une chevelure blonde, éclair perçant l’ambiance morne du pub, attira son attention. Instinctivement, elle fit un pas de côté, dégainant sa baguette aussi vite qu’elle avait appris à agir, à force d’être traquée par des Mangemorts tous plus fous ou sournois que les autres, à force d’être une fugitive sur les terres même où elle avait vu le jour. Depuis qu’elle avait transplané ici, tous ses sens avaient été aiguisés à l’éveil le plus total, malgré la fatigue qui l’assaillait, ainsi, il n’était pas surprenant qu’elle ait été beaucoup plus vive que Malefoy pour agir la première. Le tenant en joue, elle n’avait cependant lancé aucun sortilège, le jaugeant d’un regard indécis – beaucoup de choses avaient lié Malefoy au trio pendant la bataille de Poudlard. Ils lui avaient sauvé la vie, et selon le code de sorcellerie de n’importe quel sorcier avec un tant soit peu d’honneur – même Pettigrow – il le leur devait bien. A elle au moins, puisqu’elle était la seule à porter le souvenir de Harry avec elle. Mais Drago Malefoy était un être dénué de tout honneur, un sorcier qui, dans les pires moments de la bataille, avait choisi son camp, avait participé à la mort d’Albus Dumbledore. « Qu’est-ce que tu fiches ici ? » Entre ses mâchoires serrées, elle avait cependant réussi à prononcer ces mots ; ses yeux se plissèrent, alors qu’elle se retenait de le presser avec une autre question. Il ne pouvait pas savoir qu’elle viendrait ici, tout simplement parce qu’elle-même n’avait pas prévu de venir ici, alors pourquoi pouvait-il bien être là ?! Depuis la fin de la guerre, la situation des Malefoy avait dû bien changer, mais Lucius avait déjà su s’attirer les faveurs et le pardon de Voldemort, et Merlin seul savait ce qu’ils avaient été prêts à faire pour acheter leur liberté dans le nouveau régime du Seigneur des Ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione   Dim 20 Oct - 21:02



HERMIONE drago



La soirée débutait pour le jeune héritier de la famille Malefoy, qui venait de rentrer dans le pub, la tête de sanglier. Un endroit que le jeune sorcier appréciait beaucoup, parce qu'il était calme, c'était certain, mais aussi parce qu'il pouvait décompressé et ne plus penser à toute cette souffrance qu'il contenait au fond de lui. Bien évidemment, ce n'était que quelques heures de répits, mais il fallait bien avouer que c'était déjà une bonne chose pour lui, pour pouvoir trouver la force de se battre. Il essayait donc de passer outre ces problèmes, le temps d'une soirée et se libérer un peu de tout le fardeau qu'il portait depuis sa fuite, lors de la bataille de Poudlard. Fuir, c'est forcément mal vu de tout le monde et Drago comprenait que beaucoup de personnes le prenne comme un simple fuyard, un faible qui n'assume pas ces responsabilités. Bien que dans le passé, dire une chose comme celle-ci sur son compte, aurait été vraiment dangereux, voir suicidaire, à présent, il se prenait lui-même comme un faible, une honte pour sa famille. La preuve ? Il n'avait pas pu entrer au ministère et n'avait trouvé qu'un simple travail de serveur pour pouvoir vivre tout simplement, en dehors de tout ce qu'il avait vécu auparavant. Seulement, il avait fait la connaissance de plusieurs personnes qui avaient tout de suite été là pour lui et essayaient de lui faire oublier ces actes passé, tout simplement pour pouvoir apprendre de nouveau à vivre. Malheureusement, chaque jour était une bataille pour lui, pour ne pas craquer, il n'arrivait plus à dormir et s'en voulait tellement de tout le mal qu'il avait fait, pour un homme qui ne le considérait que comme un pion et rien d'autre. Servir le seigneur des ténèbres n'était pas du tout une bonne chose, mais il s'en était rendu compte bien trop tard et avait commit des actes affreux pour lui, c'est pour cela qu'il n'arrivait plus à se regarder dans un miroir et qu'il pensait être une honte. Sa confiance qu'il avait en lui était inexistante depuis cette prise de conscience et n'était plus le gamin méprisant qu'il était, lors des ces nombreuses années au sein de Poudlard. Le regard vide, il ne faisait plus vraiment attention à ce que disait le barman, avant de sortir de ces pensées et de s'excuser auprès de la personne, vu qu'il n'avait pas vraiment écouté ce qu'il disait. Avec de la chance, l'homme n'était absolument pas vexé ou quoi que ce soit de ce genre et c'était tout ce qui importait pour Drago. En effet, il avait assez de soucis comme cela et ne voulait pas se voir des problèmes rajoutés par-dessus ceux qu'il avait déjà.

Alors qu'il n'était dans le bar que depuis quelques minutes et vu que le barman était occupé à nettoyer son bar, il regardait autour de lui, pour voir si d'autres clients allaient rentrer dans le pub, mais il n'y avait personne pour l'instant. Cependant, quelques instants plus tard, alors qu'il buvait tranquillement sa bière et qu'il ne faisait absolument rien de mal, une voix froide et menaçante se fît entendre. Il aurait pu reconnaitre cette voix parmi tant d'autres, mais cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait plus entendue. Très surpris quand même d'entendre cette voix si familière, il se tourna un petit peu, regardant la jeune femme dans les yeux, qui n'était autre qu'Hermione Granger. Une fille qu'il n'avait pas arrêté d'insulter pendant ces premières années et qu'il essayait d'ignorer par la suite. Il lui avait fait beaucoup de mal, mais il devait quand même beaucoup à cette jeune femme ainsi qu'à ces deux autres compères. En réfléchissant, la voir ici en temps normal ne le surprenait pas, mais suite à la bataille de Poudlard, beaucoup de choses avaient changées et elle devait être recherché par le ministère, c'était presque certain pour le jeune Malefoy. Il la regardait toujours droit dans les yeux, sans avoir le même regard de mépris et froid qu'auparavant, il avait changé, mais alors qu'il allait dire quoi que ce soit, il remarqua qu'Hermione pointait sa baguette en sa direction. Il la laissa faire, tout en la regardant, avant de mettre doucement sa main pour prendre sa baguette, sans faire de gestes brusques et la posa sur le sol. Il utilisa son pied pour l'amener directement vers sa jeune interlocutrice et prit enfin la parole, tout en restant vigilant. Ce qu'il venait de faire, il le faisait parce qu'il avait changé et qu'il ne voulait pas se battre en duel avec Hermione. Tout en restant sur son tabouret, il fixait la jeune femme, avec le regard d'un homme qui n'avait pas confiance en lui, ce qui était très différent de l'ancien Drago et c'était certain que la jeune femme allait le remarquer aussitôt. Sans plus attendre, il prit la parole, tout en restant vigilant, elle n'avait pas l'air d'être contente de le voir ici et c'était totalement compréhensible, vu tout ce que le jeune Malefoy avait fait, elle n'allait pas être heureuse de le voir.

« Bonsoir Hermione, je ne veux pas te faire de mal et comme tu vois, je t'ai envoyé ma baguette, cela veut bien dire que je n'ai pas du tout envie de me battre, non ? »

Rien que d'appeler la jeune femme par son prénom, c'était une nouveauté et cela semblait surprendre la jeune femme. En effet, jamais de sa vie, le jeune Malefoy n'avait parlé à Hermione en énonçant son prénom, mais toujours avec des surnoms affreux et très blessants. Comme il avait changé, il ne voulait plus la rabaisser et ne voulait pas non plus se battre contre elle. Rien qu'en la regardant, on voyait bien qu'elle était surprise des paroles du jeune sorcier qui n'avait aucune froideur et mépris, c'était tout simplement parce que le jeune Malefoy ne voulait plus être comme avant et qu'il se montrait réellement, comme il aurait dû être depuis sa plus tendre enfance. Il savait tout le mal qu'il avait fait à la jeune femme et à ces amis et s'en voulait énormément, mais il ne voulait pas s'excuser, il avait surement trop honte et souffrait beaucoup de cette situation. Il regardait toujours en direction de la jeune femme, ne voulant pas reprendre sa baguette pour le moment, on ne savait jamais et elle pourrait considérer cela comme une menace et attaquer le jeune sorcier. Cependant, il n'avait pas vraiment répondu à la question d'Hermione et n'avait fait que la contourner, c'est pourquoi, il reprit une nouvelle fois la parole, n'ayant pas l'intention de lui mentir.

« Pour répondre à ta question, je suis serveur au trois-balais et je viens souvent le soir dans ce pub, pour pouvoir décompresser un peu et oublier les choses qui font mal, rien de plus. »

Il restait toujours assit sur le tabouret, buvant une nouvelle gorgée de sa bière, avant de regarder Hermione qui semblait vraiment surprise. En tous les cas, Drago espérait vraiment qu'elle baisse sa baguette, car il n'était pas vraiment rassuré pour être très franc, il connaissait Hermione et savait que quand elle avait quelque chose en tête, elle faisait tout pour accomplir cette chose, cette envie. C'est donc un peu anxieux qu'il regardait de temps en temps la baguette que tenait toujours sa jeune interlocutrice dans sa main.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remorse is a wound that does not heal, a punishment that never ends. ★ feat hermione

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Loving can heal, loving can mend your soul - Milan
» (M/LIBRE) LUKE EVANS ☆ one day this will heal again.
» (M/LIBRE) IAN BOHEN ☆ one day this will heal again.
» (M/LIBRE) IAN BOHEN ☆ one day this will heal again.
» {mary grace hawthorne} loving can heal, loving can mend your soul
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: troisième saison :: sujet abandonnés
-
Sauter vers: