AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Old chilhood memories (Emily & Jared)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Old chilhood memories (Emily & Jared)   Jeu 22 Aoû - 21:18



Il y avait toujours eu quelque chose de pas normal chez Jared. Il n’était pas devenu un mangemort psychopathe du jour au lendemain. Au fond, il avait toujours été comme ça. Quand il a découvert l’existence du monde magique, qu’il a reçu cette lettre pour l’école de sorcellerie Poudlard; quelque chose est né en lui, quelque chose de bien sombre, quelque chose qu‘un gamin de son âge ne devait pas avoir en lui, même pour un sorcier. Il était fasciné par cette nouvelle chose qu’il découvrait. La magie. Rien de mal à ça. Tout jeune moldu qui se découvre des talents magiques y est fasciné. Ca n’avait rien de mal. Mais à Poudlard, quand le chapeaux magique l’avait envoyé à Serpentard, il avait su qu’il devrait se démarquer des autres sang-de-bourbe. Il n’avait pas eu accès à cet incroyable univers pour être un souffre-douleur, pour que les autres Serpentard s‘en prenne à lui. C’était inconcevable, pour lui. Il a commencé à fréquenter des sang-pur, à se faire respecter. Au final, plus personne ne savait s’il était de sang impur ou pur. Mais vu ses fréquentations, on concluait généralement qu’il était de sang pur. Il ne se gênait pas pour - avec ses amis - humilier les autres sang-de-bourbe. Il les trouvait tellement pathétique. Se laisse ridiculiser ainsi… Ce n’était que des abrutis. Il fallait se battre pour être un minimum respecté. Jared les avait toujours vu ainsi. Comme des êtres qu’il fallait traiter comme ce qu’ils étaient, des moins que rien. Il lui arrivait lui-même d’oublier la véritable nature de son sang. Et puis, le frère de Jared est arrivé à Poudlard. Jared avait peur que ça gâche toute sa parfaite existence de présumé sang-pur. Son frère était censé rester un moldu, dans ses plans, pas devenir comme lui. Il n’a pas non plus paniqué. Comme toujours, il avait su contrôler la situation. Il agissait comme si son frère n’était pas son frère, juste un sang-de-bourbe parmi tant d’autres. Il aurait bien aimé le garder à son côté. Mais son frère ne voulait pas. Il était fier d’être un sale sang-de-bourbe. C’Est-ce qu’il criait sur tous les toits. Puis quand Jared avait été transformé en loup-garous, ils s’étaient encore plus éloignés. Et la fin de l’histoire, bien peu de personnes la connaissent. Ceux qui pouvaient la connaitre avaient été tué par Jared. Son frère? Il ignorait ce qu’il était devenu. Il s’était permis de le supposer mort, sans doute tuer par un rafleur ou un autre mangemort. Rien ne lui permettait de le croire encore bien vivant. Donc la fin de l’histoire? Jared avait fini par tuer ses propres-parents. Et ce même jour, il était devenu mangemort. Il n’avait jamais eu de regrets. Il restait fier de son geste. Il lui avait sauvé de la vie misérable à laquelle il était destiné.

Jared était planté là. Dans la maison de ses parents. Ou plutôt l’ancienne. Ca ressemblait plus à grand-chose, plus à un tas de ruines désastreuses qu’une véritable maison. Plus personne ne vivait là. Il y avait eu tellement de rumeurs sur la mort des parents Thompson. Aucun médecin légiste n’avait jamais pu définir le raison de la mort. Pas facile de trouver qu’il s’agit d’un Avada Kedavra alors qu’on ne soupçonne pas l‘existence de la magie. Il y avait eu des tas et des tas de rumeurs. Les fils Thomspon avaient été beaucoup soupçonné. Ce n’était pas sans raison. Le grand et le petit frère avaient tous les deux disparus. Comme envolés. Tandis que d’autres les voyaient comme des meurtriers, d’autres les pensaient aux aussi morts. Il y avait toujours eu quelque chose d’étrange chez cette famille. Le frère aîné a commencé à faire peur à tout le monde avec son effrayant regard si froid. Et puis, étrangement, c’était à l’époque où on s’écartait des Thompson qu’une espèce de loup est apparu. Personne ne se doutait qu’il s’agissait en fait d’un loup-garou et que sous ses immenses crocs se cachaient Jared Thompson, le frère aîné Thompson. Il était encore plus effrayant que ce qu’il le paraissait. Jared fermait les yeux. Se remémorant encore et encore, le jour où il avait eu le bonheur de tuer ses parents. Oui, il avait été heureux de les tuer. Est-ce normal? Pas vraiment. Mais il a toujours été différent de sa famille. Et aujourd’hui, plus rien ne les unit. Il a tué ses propres parents sans le moindre remords. Et son propre frère est surement mort à l’heure qu’il est, bien qu’il n’en est aucune idée. Il était là à jouir en silence d’un si bon moment qu’il aurait pu se remémorer pendant de longues quand il se rendit compte qu’il n’était pas seul. A l’extérieur de la maison, une jeune femme l’observait. Non, mais c’était du voyeurisme, là! S’il peut plus repenser au plus bon moment de sa vie tout seul! Mais où va le monde?! Elle était plus jeune que Jared. Et son visage disait étrangement quelque chose au mangemort. Pourtant, il était certain qu’ils ne s’étaient pas rencontrés à Poudlard. Qui était-elle? Il pouvait soit rester là - à jouir - soit jouer un peu avec la jeune femme. Il n’hésita pas bien longtemps à s’approcher d’elle et à l’interpeller. Tout de façon, elle le regardait déjà. «  Eh, toi! Oui, toi! » Peut-être vivait-elle ici? C’était toujours possible. Si la maison des Thompson était complètement abandonnée, ce n’était pas le cas de toutes les maisonnées. Une ancienne voisine moldus? Dans ce cas-là, il allait bien s’amuser. « T’habites ici? C’est quoi ton nom? » Il se la joue pacifiste. Il ne sait pas si elle est sorcière ou non. Il ne voudrait pas tuer une honnête sang-pur. Il était quasiment certain qu’elle n’était pas allée à Poudlard. Mais il se trompait peut-être. Il ne sortait pas encore sa baguette. Oh! Il la sortirait! Il la menacerait. Il la ferait souffrir et la tuerait surement. Mais autant savoir à qui il s’en prend. Ca n'a pas tellement d'importance habituellement. Mais le fait d'être certain de la connaitre sans savoir exactement qui elle est lui donne la curiosité de connaitre son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Old chilhood memories (Emily & Jared)   Dim 13 Oct - 22:35

« T'es pas obligé de leur dire que je suis passée. » Dis-je d'une voix morose, tout en serrant mon frère, Christopher, dans mes bras avant de quitter cette demeure qui n'était plus la mienne et de m'engouffrer dans l'allée afin de rejoindre la route pour au plus vite m'en aller d'ici. Je m'étais bien gardée de lui parler de Slevin et de mes plans de recherche. De toute façon, j'avais l'impression que notre frère ne comptait plus tant que ça à ses yeux et quand bien même je lui aurais expliqué la situation, qu'aurait-il fait à part certainement haussé les épaules ? Sûrement rien. Visiblement, le temps n'arrangeait pas les choses. Être avec mes parents non plus. Maintenant que Christopher était le seul en qui ceux-ci pouvaient avoir une confiance absolue, ils ne devaient pas se priver pour lui bourrer le crane de leur facétie, lui dire à quel point nous étions néfastes Slevin et moi et à quel point lui, au contraire, était le fils prodigue. Cela se ressentait d'ailleurs, puisqu'il avait quelque peu changé avec moi. Il semblait plus distant et c'était comme s'il cherchait ses mots avant de parler. J'étais certaine qu'il me cachait quelque chose, mais je n'avais pas pris la peine de chercher quoi, me doutant au fond que cette chose devait être un semblant de mépris pour ma personne. Un semblant de mépris engendré par mes géniteurs parce que j'avais eu l'audace de les quitter sans me retourner. Parce que j'avais suivi les traces de Slevin. Parce que je n'avais pas suivi les leurs, tout simplement.

Je sortais de l'allée afin de rejoindre la route principale qui reliait les demeures de mon quartier les unes aux  autres. Tout était calme et je ne croyais pas mentir en disant qu'à ma venue comme à mon départ, je n'avais croisé personne. Peut-être une dame âgée en arrivant, mais j'aurais juré ne l'avoir jamais vu avant. Mon quartier n'avait jamais été des plus fréquentés, ainsi, il était toujours étonnant d'y voir des visages inconnus. Ou peut-être était-ce nous qui étions réfractaires à l'idée que de nouveaux habitants viennent piétiner nos rues ? Peut-être. Je ne m'étais jamais réellement posé la question, car en y réfléchissant mieux, je m'en fichais. Avais-je vraiment un jour aimé cet endroit ? Je ne saurais le dire. Ce qui était certain, c'est que j'étais heureuse de le quitter. Heureuse de pouvoir enfin prendre ma vie en main et sortir des griffes de mes géniteurs. Alors oui, peut-être que cet endroit ne m'inspirait au fond que de mauvaises choses. De mauvais souvenirs.

Il me fallut plusieurs minutes pour me rendre compte que j'avais stoppé ma marche. Fixant un point à l'horizon, un point qui en réalité n'existait pas et était juste un prétexte pour laisser mon subconscient me faire revivre toutes ces années de malheur. A présent, je me demandais comment j'avais fait pour supporter tout cela. Ou plutôt, comment j'avais fait pour ne pas exploser avant. J'aurais pourtant pu le faire en même temps que Slevin. J'aurais pu prendre sa défense. J'aurais dû prendre sa défense. Mais j'étais si jeune. Ma vie en ce temps-là n'étais pas aisée alors, si j'avais décidé de leur tenir tête, sûrement nos relations auraient été pire encore que tout ce que j'aurais pu imaginer. Sûrement m'auraient-ils traités comme mon frère, mais cela aurait-il été réellement pire ? Au moins, ils m'auraient portés quelconque attention. A moi et non à mes résultats scolaires. Avoir une fille modèle comme moi fut un bonheur pour eux. Le bonheur de pouvoir dire que leur progéniture intégrait les plus grandes écoles d'Angleterre, faisait les meilleures études. La fierté d'avoir une fille aussi bien élevée, aussi sage et sans histoire. Au final, je crois que j'étais comme un objet pour eux. Ce genre de babiole de luxe qu'on achète une fortune et qu'on se plaît à montrer au monde entier afin de prouver à quel point on est supérieur. Oui, c'était totalement ça. Un bonheur pour eux. Un malheur pour moi. J'avançais alors de quelques pas, comme pour essayer de sortir toutes ces idées noires de ma tête. Il fallait que j'arrête de penser à ma vie d'avant, car si je l'avais quittée, c'était bien pour ne plus avoir à subir cela. Mes parents arrivaient-ils encore à contrôler mon esprit à distance afin de m'envoyer de telles pensées ? Parfois, je pensais que oui, mais chaque fois, j'essayais désespérément de me concentrer sur autre chose, comme si j'étais en pleine séance d'hypnotisme et que mon âme se débattait pour reprendre le contrôle de mon corps. J'avais alors l'air d'un automate, comme présentement où mon regard ne semblait vouloir se décrocher de cette maison en ruine qui me faisait face. Peut-être que les gens pensaient que cela ma fascinait. Que j'étais écrivaine et que je cherchais l'inspiration, ou quelque chose de ce genre. Ou peut-être me prendraient-ils simplement pour une folle, ou pour une touriste perdue, incapable de retrouver son chemin. J'esquivais alors un regard de droite à gauche, mais il n'y avait personne à l'horizon. J'entrepris donc de reprendre ma marche afin de quitter cet endroit, mais je sursautais alors à l'entente d'une voix. Je cherchais d'où celle-ci provenait, mais il ne me fallut que peu de temps pour voir ce garçon s'approcher de moi. Ce garçon qui semblait venir de cette maison en ruine que je n'avais cessé de fixer sans la voir depuis tant de minutes. Etait-il là depuis longtemps ? J'espérais que non, mais je n'avais pas réellement eu le temps d'y réfléchir puisqu'il me faisait déjà face, me demandant si j'habitais ici et comment je m'appelais.
« Non, je n'habite pas ici. » Répondais-je avec la plus grande sincérité du monde. En effet, je ne considérais plus cet endroit comme mon foyer depuis bien longtemps et dire le contraire aurait été comme un retour en arrière. J'examinais alors brièvement les trais de celui qui me faisait face, son visage m'était comme familier, pourtant, je n'arrivais pas à y mettre un nom. Peut-être était-ce encore là un mirage offert par mon subconscient. Une impression de déjà-vu qui en réalité ne l'était pas. « Je m'appelle Emily. Et toi, tu es ? » Il paraissait aimable, c'est donc sans trop d'hésitation que je lui révélais ma véritable identité. Après tout, qu'est-ce que je risquais ? Je doutais que ce garçon connaisse mes parents, ni même mes frères. « Je suis désolé si je t'ai paru intrusive. En réalité, ce n'était pas mon objectif. J'étais dans mes pensées et je n'ai pas réellement fait attention à l'endroit où je regardais. A moins que ce ne soit pas pour ça que tu m'interpelles ? On se connaît, peut-être ? » Question idiote, certes. Car si je n'arrivais pas à me rappeler de lui, sûrement n'y arriverait-il pas non plus. Au fond, sûrement étions nous de parfaits inconnus l'un pour l'autre et étions là par le plus grand des hasards.
Revenir en haut Aller en bas
 

Old chilhood memories (Emily & Jared)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ma Poupée Emily les Noces funèbres
» [Shop] emily temple cute (jap)
» (F) EMILY BETT RICKARDS ≈ shot me down
» (f) emily bett rickards ⊱ celle qui ensorcelle mon coeur
» Bonjour à tous [présentation d'Emily]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: Deuxième saison :: Deuxième saison 2 :: sujets abandonnés
-
Sauter vers: