AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)   Mer 7 Aoû - 12:52

Le monde des moldus et des sorciers n'étaient pas aussi différent que certains le pensaient. Les élèves allaient à l'école même si à Poudlard, il y avait une dose de magie en plus. Les adultes exerçaient leur travail sauf que dans le monde des sorciers, il y avait une dose de magie en plus. Mais dans la triste situation actuelle, les deux mondes ne se ressemblaient plus. Certains élèves sorciers devaient s'enfuir de leur école afin de ne pas être tué entre le cour de botanique et de potion. Certains adultes sorciers devaient quitter leur emploi afin de ne pas se faire tuer par les mangemorts. Une bonne partie des sorciers devaient fuir, vivre constamment cachés, comme des criminels. Ils étaient traqué, pour des raisons qui semblaient bien idiote à Hanna alors qu'elle paraissait si censé à certains sorciers. Le père d'Hanna - comme son père avant lui - était un cracmol. Les cracmols n'étaient pas appréciés dans le monde magique, autant par les mangemorts que par l'ordre. Mais malgré ces liens familiaux, elle n'intéressait pas encore les mangemorts. Hanna était un cas un peu particulier. Elle était membre de l'ordre du phénix. Elle était très discrète sur ses activités pour l'ordre. Peu de personnes ignoraient qu'elle en faisait partie. C'était sans doute pour ça qu'elle vivait encore en liberté, qu'elle n'avait pas besoin de quitter son emploi de guérisseuse pour la fuite. Mais elle se doutait bien que ça ne pourrait plus durer encore très longtemps. Au retour de Voldemort, elle a été obligé de rester sur ses gardes. Maison le retour d'une autre personne risquait de mettre sa vie sérieusement en danger. Avec le retour de Ian, elle risquait d'être obligée de fuir, elle risquait d'être traquée. Pourtant, elle n'était pas si mécontente de son retour. Elle était amoureuse. Tout simplement. Même si ça risquait de la tuer.

Hanna n'aimait pas ça. Être tombé sur un rafleur à pré-au-lard n'était en rien une bonne chose. La baguette du rafleur qu'elle avait eu contre la poitrine - et le rafleur avait eu, en retour, celle d'Hanna sur sa poitrine, à lui - ainsi que ce qu'il le lui avait donné ne présageaient rien de bon. I, y avait de fortes chances pour qu'elle ait de nouveau la visite de rafleurs ou de mangemorts. Les Panderman - en particulier les parents de Ian - ne cacheraient pas leur présence bien longtemps. Et si Hanna pouvait éviter de voir une troupe de mangemorts débarquaient à Saint Mangouste, c'était toujours mieux. Les mangemorts commençaient à s'intéresser à elle, à se dire qu'il n'y avait pas de meilleur moyen d'atteindre Ian que par Hanna. Pour l'instant, il n était pas trop venu à la rencontre d'Hanna. Il n'y avait eu que ce rafleur, d'aujourd'hui, qui lui avait donné un petit objet - tel était la mission que ses supérieurs mangemorts le lui avaient donné. Il ne l'avait pas vraiment menacé de la torturer et de la tuer. Ça s'était en général bien passé. Mais le pire était à venir. Bientôt les partisans de Voldemort viendront frapper à la porte de l'hôpital des sorciers. Hanna préférait ne pas trop y penser mais elle ne pouvait pas non plus ignorer la menace qui planait au dessus de sa tête. L'ignorer ne la ferait pas disparaitre. Hanna préférait ne pas trop s'attarder à pré-au-lard. Il pouvait y avoir quelques rafleurs et elle préférait ne pas faire une autre charmante rencontre - qui saurait qui elle est -. Une lui avait humblement suffit Elle transplana jusqu'à la forêt de Dean, tout près d'un camp de réfugiés. Elle marcha pendant moins de deux minutes, pour enfin apercevoir le camp pour les réfugiés. C'est pas vrai! Qu'est-ce qu'il était venu faire là? Ian. Il était juste devant le camp. Il avait l'air d'attendre quelqu'un. On pourrait penser - sans trop de difficultés - qu'il s'agit d'Hanna. Hanna avait un très mauvais pressentiment, très mauvais. C'était sans doute idiot. Être en la présence d'un rafleur et ensuite apercevoir Ian près d'un camp de réfugiés ne lui plaisaient pas. Ça faisait deux choses qui ne devraient pas avoir lieu. Quoi qu'il en soit, le rafleur avait été là et Ian était là. Ça faisait trop de choses imprévues, au goût d'Hanna. Elle s'approcha à grands pas de Ian en lui lançant quelques éclairs du regard. « Qu'est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas être là. C'est trop dangereux ! » Ça l'enervait. Elle croyait qu'il n'y avait que les Gryffondors qui agissaient comme des têtes brûlées, pas les Serpentards. La forêt de Dean était un bon terrain de chasse pour les mangemorts puisqu'ils savaient qu'il y avait un camp de réfugiés - même s'ils ne savaient pas exactement où il était -. Hanna tenait toujours contre elle le petit objet que le rafleur le lui avait donné. « C'est une lettre. Pour toi. De tes parents. » Elle lui tendit la lettre blanche avec un cachet rouge. Le rafleur lui avait dit de donner la lettre à Ian, alors elle le lui donna. Ça ne pouvait pas faire beaucoup de mal. Hanna sourit gentiment à Ian. « Je suis sûre qu'ils t'aiment. » C'était ses parents. Ils étaient des assassins, des mangemorts mais aussi ses parents. Hanna se demandait tout de même ce qu'il y avait dans cette lettre. Elle avait hésité à l'ouvrir. Elle ignorait quel était le message que les parents de Ian voulait lui transmettre. Des menaces ? De l'amour parentale ? Elle n'en savait que trop rien. Mais il y avait tout de même une bonne chose à cette lettre. On ne la lui avait pas donné directement. On avait envoyé un rafleur la donner à Hanna, pour qu'elle-même le lui remette cette mystérieuse lettre. Ça ne pouvait signifier qu'une chose. Ils étaient passée par Hanna pour qu'il ait cette lettre car ils ignoraient où leur fils se trouvait. C'était une bonne - même excellente - chose pour Ian et Hanna. Les mangemorts ne trouveraient jamais Ian. Du moins, c'est ce qu'Hanna se permettait de penser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)   Sam 10 Aoû - 12:32

Ian s’étira de tout son long dans ce lit froid s’étonnant de ne pas y trouver Hanna. Elle avait du partir bien tôt pour ne déjà plus être là. Il se releva sur les coudes, l’air fatigué. Encore une fois il avait passé une bonne partie de la nuit à cauchemarder. Les visages des gens terrifiés qu’il avait torturé ne cessaient de le hanter et chaque nuits revenaient hurler dans son sommeil. Il s’enroula rapidement dans le drap immaculé avant de rejoindre la salle de bain où il se fit couler une douche bien chaude. La situation lui échappait, de toutes parts. Le fait que Hanna soit déjà partie travailler en était une preuve. Les blessés arrivaient par flots à St Mangouste et bien que selon Hanna cela faisait des morts en moins, Ian ne pouvait s’empêcher de penser à ces horreurs sans nom perpétuées à travers l’Angleterre. Il sortit de la douche enfilant des vêtements simples et sombres avant de se coiffer rapidement devant la glace. Ses cheveux devenaient longs, il allait devoir demander à Hanna de les lui couper.

Ian avait un mal de tête assez conséquent, toutes ces idées qui se mélangeaient dans sa tête le faisaient tourner en bourrique. Il en avait assez de cette situation, de devoir se cacher, de savoir sa petite amie dehors alors que des mangemors pouvaient en avoir après elle le rendait tout simplement malade. En s’enfuyant, il avait tout d’abord eu en tête ses diverses idéologies, qui toutes le mettaient en opposition avec celles de son groupe. Puis en second lieu, il s’était décidé à retrouver Hanna, après un an sans l’avoir vu, elle était la personne qu’il voulait le plus revoir au monde. Alors, il ne réfléchissait plus, son seul but étant de passer du temps avec elle. Il n’avait pas réfléchi aux conséquences de son acte, au fait que lui-même étant en danger, il ne faisait qu’offrir la mort à celle qu’il aimait. En tant que fille de cracmol, si jamais ses ennemis venaient à le retrouver, il savait pertinemment qu’ils ne se gêneraient pas pour l’éliminer aussi. Et – cela donnaient des frissons de terreur au jeune homme – si jamais ils mettaient la main sur elle avant lui, ne se gêneraient pas pour la torturer. Et ces idées rendaient Ian fou. Avec rage il avala ses œufs brouillés et son jus d’orange. Il s’était décidé. Aujourd’hui, il retrouverait Hanna à l’un de ses points de travail, soit le camp de réfugiés de la forêt de Dean. Il était prêt à encourir tous les risques et même celui de recevoir la foudre d’Hanna pour vérifier qu’elle ne risquait rien à aller travailler à l’extérieur de la sorte. Il enfila sa cape bien chaude avant de transplaner.

La forêt était dense et propice aux cachettes. Ian ne savait pas précisément où se situait le camp de réfugiés, mais s’il en croyait les indications de sa petite amie, il ne devait pas être loin. Il décida alors de faire confiance à son ouïe et son instinct. En marchant, il réfléchit au fait que son arrivée au milieu de fuyards pourrait causer une véritable panique. Après tout sa réputation, tout comme celle de sa famille n’était pas à refaire et beaucoup de gens le savaient mangemort, contre très peu qui le savaient en fuite. Il allait devoir faire cela tout en finesse. En arrivant prêt du camp, il fut surpris de voir à quel point cela paraissait vivant. Mais dès que deux trois regards eurent captés le sien, l’ambiance devint lourde. En signe de paix, il leva les mains, délivrant toute crainte de sortilèges. Mais il savait que ce ne serait pas suffisant. « Je viens voir Hanna. Je ne vous veux aucun mal. » Bien entendu, il ne pouvait leur en vouloir de prendre des précautions, de tout de même avoir peur. Se faire retrouver par des mangemorts causerait leur perte à tous. Celui qui semblait diriger le camp vint à sa rencontre demandant à ce qu’il garde les bras en l’air si ce qu’il disait était bien vrai. Ian obtempéra et après une discussion plutôt amicale, l’homme lui permit d’attendre devant le camp, restant tout de même méfiant. Ian se sentait comme un gosse qui attend son cadeau le jour de noël. Mais lorsqu’il vit la jolie blonde pointer le bout de son nez avec un air renfrogné, il savait qu’elle le disputerait. «Qu'est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas être là. C'est trop dangereux ! »  Bien entendu. Il lui attrapa la main, tout de même heureux de la savoir en bonne santé. « Je suis venu m’assurer que tu allais bien. » Puis elle lui tendit une lettre qui provenait apparement de ses parents. Il fit une grimace. « D’où tu tires ça toi ? » Il n’avait pas envie de l’ouvrir là, maintenant. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait ça en sa possession, pourquoi est-ce qu’ils s’acharnaient à utiliser la méthode douce quand ils mouraient d’envie de le torturer pour avoir souillé leur nom. Il haussa les épaules. Bien sûr que non qu’ils ne l’aimaient pas. « Le verbe aimer ne fait pas parti de leur vocabulaire crois moi. » Il rangea la lettre dans sa cape, il la lirait plus tard, voire jamais. « Je suis heureux de savoir que tu vas bien, je me faisais un sang d’encre, toi toute seule alors qu’un mangemort pourrait te retrouver d’un moment à l’autre… » Il en frissonna de dégout. Il espérait simplement que Hanna ne lui en voulait pas trop d’avoir voulu jouer les intrépides. Mais après tout, il ne risquait rien ici. N’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)   Mar 13 Aoû - 12:32

hiding or running ◊ hanna, ian & astrid.
Les traitres. Il n’y avait rien de plus agaçant que les traitres. S’engager dans une cause pour la laisser tomber à la première occasion. Aux yeux d’Astrid, c’était stupide. C’était comme avoir une idée en tête puis, du jour au lendemain son opposée. Elle ne comprenait pas qu’on puisse adhérer à la cause des mangemorts puis les fuir quelques temps après. C’était à peine si elle comprenait qu’on puisse ne pas adhérer à la cause des mangemorts de toute façon. Elle aurait pu comprendre si, dans ses jeunes années, alors que la première guerre avait fait rage, elle n’avait pas décidé de suivre les idéaux d’un homme qu’elle admirait à l’époque mais qu’elle voudrait voir mort aujourd’hui. On lui avait dit que ce n’était pas une bonne fréquentation, elle avait dit qu’elle s’était laissée influencer bêtement, à sa façon, à la fin de la première guerre, elle avait aussi trahit les mangemorts, elle avait pris la fuite pour ne pas se retrouver à Azkaban, parce que c’était le risque qui planait au dessus de sa tête et qu’elle refusait catégoriquement d’aller gâcher sa vie à Azkaban, même pour ses idéaux. Le cas Panderman était différent. D’un geste las elle rapprocha le dossier qu’on lui avait confié pour l’ouvrir à nouveau. Il avait fait parti des mangemorts et il avait fuit alors qu’ils étaient encore là, à la tête du ministère de la magie, à la tête de Poudlard à la tête du monde de la magie. ce n’était pas Azkaban qu’il fuyait lui, au contraire il se précipitait dedans comme un imbécile. Il avait eu des privilèges et tant que sang-pur et mangemort. Il avait été protégé par son statut, il était libre. Il avait pourtant choisi de tout plaqué pour fuir à travers les bois et les pleines du pays. Merlin seul savait pourquoi. Feuilletant les pages du dossier la sorcière soupira. Pourquoi ? C’était la question à laquelle le dossier n’apportait pas de réponse. Ce n’était que quelques feuilles officielles venant tout droit du ministère de la magie, il n’y avait dedans aucun rapport complet qui puisse répondre à cette question. Elle ne voyait pas ce qui pouvait pousser une personne censée à renoncer au pouvoir, à l’honneur et à la gloire pour aller vivre comme un misérable au beau milieu des bois. Si c’était pour le paysage, le côté vivifiant de l’aventure, ça ne valait pas le coup ; si c’était pour une autre personne, c’était stupide. Soyons en danger à deux, c’est tellement plus amusant. Et puis quoi après ? On se sacrifie l’un pour l’autre, inéluctablement ça fini mal ; séparés, emprisonnés, tués, tout pouvait arriver. N’y a-t-il pas dans cette guerre de meilleur moyen de protéger un proche que de s’en éloigner ? C’était un piège à con ; ils pensaient tous pouvoir protéger leur petit ami, frère, parents, cousin ou n’importe quoi d’autre mais au final, ça donnait à leur condition une difficulté supplémentaire. C’est toujours plus simple de protéger une seule personne, à savoir soit même que deux ou plus encore. Ça paraissait logique aux yeux d’Astrid. Elle avait volontiers laissé son ex-petit-ami pourrir gentiment à Azkaban pendant des années pour être libre. Elle n’avait jamais eu aucun remord, si ce n’est le regret qu’on l’ait laissé en vie plutôt que de lui infliger le baiser du détraqueur. Elle était libre, c’était tout ce qui avait compté à ses yeux. C’était égoïste, elle ne le nierait pas, mais elle n’avait de toute façon, jamais été une femme particulièrement généreuse. C’était ça le secret de la survie, arrêter de se perdre en niaiserie et lâcher les autres pour se battre seul. Autant qu’il puisse y avoir de raison à cette stupide trahison, aux yeux de la sorcière, elles resteraient toutes plus stupides les unes que les autres.

Suite à un nouveau soupire, elle se leva de son fauteuil. Elle adressa un dernier regard au dossier avant de quitter son bureau. Ce à quoi il n’avait certainement pas pensé avant de prendre la fuite, ce serait au boulot supplémentaire qu’il collerait dans les pattes de ses chers anciens collègues. En l’occurrence elle, puisqu’on lui avait demandé d’essayer de remettre la main sur le sorcier. Comme si elle n’avait que ça à faire, courir après les traitres. Elle verrait du paysage au moins, disons que c’était le seul avantage de la mission à laquelle elle devait se coller. Au moins, ça allait la changer un peu de Poudlard, de ses vieilles briques et de ses étudiants tous plus stupides les uns que les autres. Un jour viendrait où elle en laisserait vraiment tomber un depuis le sommet de la tour d’astronomie, juste pour prouver aux autres qu’elle avait définitivement arrêté de plaisanter avec ça. Les Carrow ne s’étaient pas gênés eux, pour tuer l’un des élèves, elle ne voyait pas pourquoi ils seraient d’avantage privilégier qu’elle. Elle avait rapidement quitté le château afin de se rendre dans la petite ville de Pré-Au-lard. Il n’y avait que depuis les rues de la ville de sorciers qu’elle pouvait transplaner. C’était impossible au château. Heureusement, il y avait déjà trop d’élèves qui arrivaient à se faire la malle sans transplaner, qu’est-ce que ce serait s’ils pouvaient s’enfuir en transplanant. Dans un bruit de craquement, la sorcière quitta la ville de Pré-Au-Lard pour arriver dans la forêt de Dean. Elle avait un secteur à vérifier. Le sorcier qu’elle recherchait avait été vu récemment dans une zone précise de la forêt de Dean ; un endroit peu stratégique pour se cacher vu les évènements récents qui avaient marqués la dite forêt. Membres de l’ordre et mangemorts continuaient d’y trainer. Malheureusement pour lui, ce n’était pas par l’ordre du phénix qu’il avait été repéré. Au fond, est-ce que ça aurait changé grand-chose ? Les mangemorts savaient que le sorcier les avait trahis, mais est-ce que l’ordre était au courant de ça ? De toute évidence, les informations entre l’ordre du phénix et les mangemorts ne circulaient pas vraiment. C’était la guerre, il n’y avait pas à discuter avec l’ennemie. Le Panderman était probablement encore vu comme un mangemort au sein de l’ordre. C’était une réputation qui collait à la peau, surtout dans les familles comme la famille Panderman. Il n’était apparemment pas né dans la bonne famille ce pauvre homme. Elle n’allait cependant pas se mettre à le plaindre, elle avait mieux à faire de sa journée. Elle avait probablement même mieux à faire que de crapahuter dans les bois à la recherche d’un imbécile. Elle aurait dû envoyer les rafleurs faire le sale boulot à sa place. Elle était sûr que rajouter ne serait-ce que cinq gallions au prix de départ pour la capture d’un traitre les auraient fait se bouger les fesses de façon efficace. Les rafleurs étaient aveuglés par l’argent. Ils avaient raison finalement. Ils avaient trouvé un bon moyen de s’enrichir en prenant part à cette guerre et le choix de leur camp leur évitait bien des problèmes. Un choix judicieux en somme. Bien plus que celui de fuir comme un abrutit au milieu des bois alors qu’on aurait pu s’éviter le calvaire. Baguette en main elle avançait à travers les bois quand elle entendit des voix pas franchement loin d’elle. Niveau discrétion, il y avait des choses à revoir. Elle se dirigea vers les personnes concernées et bien vite elle le reconnue le Panderman dont elle avait eu le dossier dans les mains quelques minutes plus tôt. Il était là, avec une blonde, au milieu des bois. Littéralement au milieu des bois. Drôle d’endroit pour s’arrêter et discuter, c’était presque comme s’ils s’étaient arrêtés devant quelque chose en particulier mais que ce quelque chose aurait été parfaitement invisible. Elle garderait l’idée pour elle, c’était une chose sur laquelle elle pourrait se pencher, plus tard. Tout le monde savait qu’il y avait un camp dans la forêt de Dean et chaque indice, aussi petit soit-il, méritait bien d’être vérifié. « Des tourtereaux, comme c’est adorable. Je pourrais presque être touchée. » De sa main droite, elle pointait toujours sa baguette vers les deux personnes face à elle, alors qu’elle porta sa main gauche à son cœur d’un air faussement attendri par cette vision. Il s’agissait en fait de la vision la plus pathétique qu’elle avait eu depuis un moment déjà. Forcément qu’il était parti pour une femme. C’était un homme après tout et ils étaient bien souvent réputés pour ne pas réfléchir avec la bonne partie de leur anatomie. Voilà qui pourrait bien causer sa perte. Ou celle de sa blonde. Ce serait plus amusant au fond, de la tuer elle et de le laisser pleurer sur son cadavre. Là, peut-être que ce serait vraiment attendrissant, ou juste tout aussi pathétique. « Ian Panderman, je présume. Pas très doué pour se plaquer apparemment. La moindre des choses quand on s’enfuit, c’est de le faire correctement. » Les lèvres pincées, elle agita lentement la tête de droite à gauche d’un air dépité. Il fallait bien l’admettre, ce type n’était pas doué. Elle l’avait retrouvé bien vite. En comparaison de ça, il y avait trois adolescents, recherchés activement par les mangemorts et les rafleurs, qui eux restaient introuvables, ils étaient apparemment plus malins que le Panderman, une bien triste nouvelle pour lui ; c’était peu glorieux d’être moins malin que des gamins de dix-sept piges n’ayant même pas fini leur scolarité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)   Dim 18 Aoû - 22:36

La vie d'Hanna avait pris un drôle de tournant avec le retour de Ian. Il lui arrivait de savoir si c'était bien ou mal qu'il soit avec elle. Elle l'aimait. C'était une évidence. Et elle avait eu le coeur brisé quand il était parti pour les mangemorts. Il n'y avait pas un jour qui passait pendant lequel elle ne l'aimait pas et ne le haïssait pas de l'avoir laissé tomber d'une telle manière. Elle avait beaucoup souffert. Tous ceux qui faisaient partis de l'entourage d'Hanna l,'avaient vu même s'ils avaient ignoré ce qui l'avait fait tant souffrir. Ian était désormais présent. Et elle ne souffrait. Elle vivait son amour plus ou moins comme elle l'avait rêvé. Dans ses rêves, les mangemorts ne voulaient pas le tuer. Elle savait qu'un jour ce serait son tour, qu'un jour on la pourchasserait. Elle évitait de trop y penser. Elle faisait partie de l'ordre du phénix et était guérisseuse, elle ne voulait pas vivre leur désarroi et être la victime de tant d'horribles sortilèges. Sa vie sans Ian était assez paisible. Les mangemorts n'étaient pas intéressés par elle. Certes, elle était une fille de cracmols - pas de sorciers dans sa famille depuis plusieurs générations - mais ça ne leur suffisait peut-être pas à la tuer. Qui sait? Elle faisait partie de l'ordre du phénix mais était suffisamment discrète pour que les mangemorts ne sachent pas qu'elle faisait partie de la rebellion. Aux yeux des mangemorts, à cette époque, elle n'était qu'une petite guérisseuse sans importance donc le sang était mêlé. Elle n'avait aucune valeur pour eux, à cette époque. Mais, maintenant, sa situation risquait de changer. Elle se sentait incapable de l'accepter. Elle avait pu vivre libre et voulait le rester. Avec Ian, ils avaient décidé qu'il devait rester chez Hanna pour sa propre sécurité et celle d'Hanna. La jeune guérisseuse espérait qu'il comprenait. Ca pouvait avoir l'air égoïste mais ça ne l'était pas, pas vraiment. Elle avait autant peur pour lui que pour elle-même. Et sa rencontre avec la rafleur lui laissait penser que les choses risquaient de s'empirer rapidement. Mais apparemment, Ian ne comprenait pas...

Hanna ne comprenait pas pourquoi Ian était venu. Ca lui échappait complètement. Il mettait leur vie en danger, à tous les deux. Si on le voyait dehors, il risquait de mourir. Et si on voyait Hanna avec Ian, elle risquait de mourir. Tout ça pourquoi? « Je suis venu m’assurer que tu allais bien. » Venu s'assurer qu'elle allait bien... Ouais, elle allait bien. Ca l'énervait juste que l'amour de sa vie ne comprenne pas qu'en mettant le nez dehors, il mettait sa vie en grand danger. Dans sa toute naïveté, Hanna avait supposé qu'il était venu pour quelque chose d'un peu plus important que savoir comment elle allait. Venait-il vraiment pour elle? Ou pour lui? Elle avait vécu un long moment éloignée de lui, l'imaginant en train de torturer et de tuer de pauvres innocents, et peut-être déjà mort pusiqu'il ne donnait jamais de nouvelles de lui. Mais malgré tout, elle a su rester forte, prouvé qu'elle pouvait survivre sans lui, même si c'était dur. Il n'aurait pas du venir. C'est tellement dangereux. La forêt de Dean doit être le terrain de chasse favori des mangemorts. Il ne lui reste plus qu'à prier pour que personne du camp ennemi ne tombe que eux. Hanna lui donna la lettre que ses parents tenaient tant qu'il ait.  « D’où tu tires ça toi ? » Hanna ne tenait pas à entrer dans le récit de sa rencontre avec le rafleur. Pas avec Ian. Il n'avait pas besoin d'entendre qu'un rafleur l'avait mencé en lui pointant une baguette sur la poitrine. Ian n'avait pas besoin d'entendre ça. Sa fuite devait déjà être difficile à vivre. Il n'a pas besoin que sa petite amie est pistée par l'ennemi.  « Ca n'a aucune importance, Ian. Il fallait juste que tu l'ais et tu l'as. » Elle se sentait un peu gênée. Cette rencontre n'avait pas vraiment été très agréable et elle ne voulait pas en parler à Ian. Elle ne pouvait pas lui infliger ce récit. Elle avait fait ce que le rafleur lui avait demandé de faire. C'était l'essentiel. Elle n'avait pas lu lettre. Elle était adressée à Ian, même si elle avait un peu peur de ce qui avait à l'intérieur. C'était à Ian de décider s'il voulait la lire ou pas.  « Le verbe aimer ne fait pas parti de leur vocabulaire crois moi. » Hanna veut bien croire que ses parents n'ont pas toujours montré leur amour pour Ian. Mais ayant vécue avec son père et de ses deux frères cracmols, entourée de beaucoup d'amour, elle a du mal à croire que des parents ne puissent pas aimer leur fils. Ils ne voulaient juste pas le montrer à Ian. C'est ce qu'Hanna voulait croire. Mais elle n'insista pas. « Je suis heureux de savoir que tu vas bien, je me faisais un sang d’encre, toi toute seule alors qu’un mangemort pourrait te retrouver d’un moment à l’autre… » Il se faisait un sang d'encre? C'est mignon. Bizarre mais mignon. Celui qui est en fuite, c'est lui, pas elle. Si quelqu'un est censé se faire un sang d'encre, c'est elle. Et non le contraire. Après, peut-être qu'elle ne voie pas les choses du bon côté. Mais elle ne se sent franchement pas un côté. « Tu te faisais vraiment un sang d'encre. pour moi? C'est gentil. Mais si l'un de nous deux est en danger, je crois que c'est toi, pas moi. » Elle lui sourit. Enfin, on pourrait dire. Elle aime bien tous ces petits moments où il est avec elle. Être avec la personne que l'on aime est un cadeau inestimable dans ces durs moments de guerres.  « Des tourtereaux, comme c’est adorable. Je pourrais presque être touchée. » Merde. Ca sent le mangemort à plein nez. Je me retourne vers la mangemorte qui a parlé. J'imagine qu'elle est censé être impressionnante, mais pas du tout, en fait. Hanna n'est pas une mangemorte. Et ce n'est pas la première mangemorte qu'elle va combattre, même si les raisons du combat qui risque de venir ne seront pas les mêmes qu'habituellement.    « Ouh! J'ai eu la peur de ma vie! » Okay, c'est peut-être pas la meilleure idée du monde de jouer la carte de l'ironie. Mais Hanna connait bien les mangemorts. Il faut plutôt faire le malin - quand on peut se le permettre, et elle peut se le permettre - que se montrer à eux comme tétaniser. Si on se montrait tétaniser, ça leur donnait trop de plaisir.  « Ian Panderman, je présume. Pas très doué pour se plaquer apparemment. La moindre des choses quand on s’enfuit, c’est de le faire correctement. » Elle avait pas tort. Ian était pas le roi de la super cachette. Heureusement qu'elle l'aimait, sinon, elle ne se gênerait pas de le lui dire qu'il est un peu idiot. Hanna se tourne vers Ian.  « J'aime pas être d'accord avec ces tueurs mais elle a raison. Moi, je t'avais dit de te cacher. Voilà ce qui se passe quand on m'écoute pas » C'était pas trop le moment de se la jouer scène de ménages. Mais bon, c'était la vérité. Elle avait planqué Ian chez elle et s'il n'était pas parti, ils ne seraient pas dans cette situation. Il fallait se sortir de là. Elle se regarde de nouveau la mangemorte.  « Bon, c'est quoi le plan? Vous avez l'intention de nous tuer tous les deux, je suppose... Pourquoi pas? Vous pouvez toujours essayé, après tout. » C'était pas normal. Hanna ne se sentait pas du tout en danger. Pourtant quand elle combattait une mangemorte, elle était plus serieuse que ça d'habitude. C'était louche de comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hiding or running (Ian & Astrid & Hanna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» le maquillage d'Hanna Marin dans Pretty Little Liars
» Running box
» Hanna MK
» History of The RMT 1815-1997
» It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: Deuxième saison :: sujets abandonnés
-
Sauter vers: