AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Mar 18 Juin - 16:48

Les journées d’Hanna avait bien changé depuis l’arrivée de Voldemort au pouvoir. Au début, Hanna se contentait - en tant que guérisseuse - de soigner les blessés qui étaient de plus en plus nombreux de l’hôpital pour maladies et blessures magiques, St-Mangouste, durant des journées entières. Elle avait commencé - par la suite - à se rendre dans des camps de réfugiés et ses compétences de guérisseuse lui permettait de soigner les sorciers et sorcières en fuite qui ne pouvaient pas se rendre à St-Mangouste, pour des besoins de survie, histoire de ne pas y être remarquer par des mangemorts et des rafleurs. Pour pouvoir apporter encore plus d’aide à ceux qui étaient poursuivis par les mangemorts et les rafleurs, Hanna rejoignit l’ordre du phénix, la résistance qui se battait contre Voldemort et ceux qui le soutenaient. Elle combattait des mangemorts et des rafleurs avec d’autres membres de l’ordre du phénix et permettait à des né-moldu - que l’on appelle aussi sang-de-bourbe - et des sorciers qui ont aidé ces sang-de-bourge - que l’on appelle aussi  les traitres-à-leur-sang - de voir une journée de plus passer, ce qui peut sembler assez miraculeux quand on savait la brutalité et le sadisme dont les partisans de Voldemort étaient capable de Voldemort contre leurs proies, ceux qui ne méritaient pas de vivre, selon le régime stricte établit par ceux qu’on disait être de sang-pur. Quand un sorcier entamait ses études en ayant comme objectif de devenir Guérisseur ou Médicomage, on le prévenait toujours en avance qu’il lui faudrait être capable de supporter certaines choses. Certains blessures n’étaient que dérisoires et semblaient sans importance, quotidienne aux yeux des guérisseurs et médicomages. Mais d’autres pouvaient être difficile, insupportable à regarder si l’on y était pas préparé, douloureuse pour les patients qui pouvaient pousser d’effroyable cris, et qui pouvaient avoir tellement subi que leur aspect physique pouvait en être totalement horrifiant. C’était pour toutes ces raisons que l’on devait bien réfléchir avant de décider de travailler à l’hôpital de St-Mangouste. Mais dans la situation politique actuelle, St-Mangouste était de plus en plus secoué. Les blessées étaient nombreux, plus que jamais. Certains avaient beau être des né-moldus et être vivement recherché par un groupe de mangemorts et de rafleurs, ils avaient suffisamment de courage pour se rendre à l’hôpital St-Mangouste lorsque leurs blessures étaient bien trop grave, et finiraient de tout de façon par les tuer. Mais ils étaient peu avenir. Être recherché et se rendre à St-Mangouste était une forme de suicide. Dans cette époque-ci, on ne pouvait plus faire confiance à personne, même à des guérisseurs et des médicomages, même pas à ceux qui étaient censés nous guérir et non nous dénoncer, mais le besoin de survie était plus fort que tout. Hanna passait de lit en lit. Certains blessés étaient la victime du besoin de ressentir le plaisir du sang des mangemorts et des rafleurs, et plus personne ne se soucierait d’eux. Hanna était à côté du lit d’un patient assez gravement blessé. Elle entendit quelqu’un avancer vers elle mais elle fit mine de ne rien entendre en continuant de guérir le jeune garçon, elle ne voulait pas s‘attarder. Elle sentit quelqu’un lui tapoter doucement l’épaule, avec une certaine lenteur. Hanna se retourna et vit une femme qui ne lui était en aucune façon inconnue puisqu’il s’agissait d’une autre guérisseuse, avec qui elle avait souvent l’occasion de travailler. « Qu’est-ce qu’il se passe? Quelque chose ne va pas? » Hanna posa ses deux mains sur les épaules de la jeune femme qui avaient le même âge que la jeune blonde. Elle tremblait légèrement et son visage avait changé de couleur, elle avait pâlit. Elle semblait vouloir reculer, et s’enfuir en courant mais Hanna ne la laissera pas faire. Il ne s’agissait pas d’une simple collègue de travail, elle était bien plus que ça aux yeux d’Hanna, une sorte de confidente, elles s’étaient toujours tout dit. Hanna lui avait parlé de chaque parcelle de sa famille et de ce qui se passait au niveau de son cœur, et de même dans le sens inverse. Hanna n’allait pas la laisser se tracasser avec cette histoire, quelque soit cette histoire. « Dis-moi! » Elle semblait vouloir prendre son courage à deux mains pour révéler ce qu’elle savait, ce qu’elle avait vu. Les anciens de la maison de Rowena Serdaigle n’étaient pas reconnus pour leur grand courage. Hanna avait toujours soutenu le fait qu’elle n’était qu’une érudite, pas une courageuse, même si certains pouvaient voir son adhésion à l’ordre du phénix comme une preuve de courage. Mais en cet instant, même si elle était un ancienne Serdaigle, Hanna demandait à son amie de faire preuve d’un petit peu de courage, juste un petit peu, juste une information qui ne valait surement rien, mais la tracassait énormément. « J’ai vu la fiancée…Enfin, l’ancienne fiancée de… » Elle rapprocha légèrement sa tête vers Hanna, lançant des regard à droite et à gauche, elle chuchota extrêmement bas, de sorte que personne d’autre qu’Hanna ne put entendre les derniers mots qu’elle prononça « de Salazar, cette Katherina. » Hanna lui avait tout dit sur elle, Salazar et Katherina. Elle lui avait raconté qu’elle avait été en couple avec Salazar, qu’il avait été fiancé à Katherina, qu’ensuite il était parti chez les mangemorts la laissant seule, qu’il s’était enfui des mangemorts et s‘était rendu à St-Mangouste dans l’unique objectif de retrouver la seule qu’il aimait, Hanna. La jeune blonde chercha Katherina des yeux, elle ne pouvait pas être loin. Et elle l’aperçut, avec ses long cheveux bruns et son regard que Hanna avait toujours trouvé hautain. « Katherina! » Hanna marcha rapidement vers la mangemorte. Elle aurait aimé qu’en s’avançant, le visage de Katherina ne soit pas le sien, celui d’une autre et qu’Hanna et son amie se soient trompés sur la personne. Mais elles ne s’étaient pas trompés. Hanna se retrouva bientôt juste en face de cette fille qu’elle avait tant détesté et continuait de détester. « Qu’est-ce que tu fais ici? » Elle n’avait rien à faire là, c’était un endroit où Hanna était souvent, où elle appréciait tant de personnes. Elle ne voulait pas que Katherinera détruise les instants de bonheur qu’elle avait pu avoir à St-Mangouste.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Jeu 20 Juin - 17:09



 
« Jealousy is a bad thing »


 
Katherina commençait sérieusement à éprouver de l’irritation. Voilà des mois qu’elle traquait son fiancé, sans grand résultat pour le moment. Elle était parvenue à trouver quelques pistes, sans que cela ne découse vers quelque chose de concret.  Etant donné qu’elle n’avait jamais été patiente dans sa vie, son agacement ne faisait que grandir chaque jour un peu plus. Bien que ce qui se découlerait de cette mission n’avait rien de bien joyeux, elle en avait plus qu’assez de la pression qui l’étouffait quotidiennement. Cette quête représentait son unique moyen de faire ses preuves aux yeux de ses compères. La seule. Du coup il ne fallait pas qu’elle rate cette occasion. Surtout qu’elle devait supporter les railleries de certains et cela lui tapait bien sur le système. Elle n’aimait pas cette sensation d’être reléguée au simple rang de pion, cette situation lui était très inconfortable. De ce fait elle se montrait déterminée à la quitter pour pouvoir siéger sur une place plus aisée. Il ne fallait pas se fier aux apparences ; cela ne l’enchantait guère. Illustrer la personne qui guiderait Salazar à une mort certaine n’avait rien d’enviable.  Malgré son antipathie à son égard, elle ne ressentait aucun plaisir à le voir mort. Au moins lui avait pris son courage à deux mains pour quitter les rangs des mages noirs et mener sa vie comme il l’entendait. Cependant, ce geste accompagnait des conséquences. L’une d’elles étant Katherina, chargée de le retrouver, coûte que coûte. Si elle ne le faisait pas, cela allait être elle qui se verrait encombrée de déshonneur. Pour l’instant elle n’avait aucune envie de se faire passer pour une incapable. Et donc, cherche par tous les moyens à mener sa tâche à bien. Son objectif aujourd’hui était de retrouver la trace de cette fille, Hanna. Ou la fille qu’elle n’avait pu voir en peinture ou en couleur. Tout chez elle l’exaspérait. Son comportement, son caractère,  sa manière d’être. Venir lui rendre visite ne lui donnait pas le sourire. Ceux qui le croyaient étaient soit fous soit inconscient. Droite, la démarche assurée, elle avançait en direction du lieu de travail de cette chère Miss Anderson.  Une paire de lunette de soleil empêchait quiconque de croiser son regard de glace. Fort heureusement, sinon, les personnes concernées risqueraient de voir leur moral tomber. Ce qui était amusant en sachant l’animosité entre les deux jeunes femmes, c’était en découvrant leur physique et leur caractère totalement opposés. Elles se trouvaient être totalement opposées l’une et l’autre. On pouvait les comparer à Artémis, déesse de la nuit, et Apollon, dieu du soleil. Sauf que cette situation illustrait le cas de deux femmes. Toutefois, hormis ce détail, cette comparaison s’avérait juste. Katherina : Peau légèrement halée, grande, froide, aux cheveux noirs comme la nuit, aux yeux de glace, et Hanna : Aux cheveux d’or, grande également, avec une peau de porcelaine, aux yeux clairs. Leur adhésion aux camps naturellement ennemis ne faisait que confirmer cette thèse. L’ironie du sort avait fait que les deux jeunes femmes s’étaient retrouvées sur le même terrain, en therme de rivalité. Ce terrain étant Salazar, leur « ami » commun. Kate n’avait jamais su digérer le fait qu’il ait pu préférer Hanna à elle. Peut-être parce qu’il aimait le côté cruche et niais des filles, va savoir. Sur ce critère, la jeune Harrington était persuadée de n’avoir aucune chance. Elle ne jouait pas dans ce genre de catégorie, contrairement à la jeune blonde.
 
Au moindre prétexte, elle ne manquait pas une occasion pour piquer son adversaire. Même si cette rencontre allait se dérouler en des termes froids et directs, elle savait à l’avance qu’elle ne pourrait résister à l’envie de lui servir quelques remarques bien choisies. De toute manière, elle trouvait toujours un moyen de l’humilier. Encore maintenant, elle avait veillé à s’habiller de façon chic et distinguée : jupe noire, talons aiguilles, haut classe, veste élégante. Des accessoires complétaient sa tenue vestimentaire, lui donnant un charme non négligeable. Katherina avait toujours fait en sorte de dénigrer les autres filles, elle ne comptait pas arrêter aujourd’hui. Elle jouait carte sur table, sans négliger ses points forts. Arrivée à l’accueil de l’hôpital, elle baissa ses lunettes le temps de demander où pouvait se trouver cette chère Hanna. Au bout de quelques arguments, elle parvint à recevoir ce droit. Elle remit ses lunettes en place et suivit la direction indiquée. Quand elle l’aperçut, de dos, elle la dénigra de son regard hautain avant de le tourner autre part. Elle l’insupportait déjà. Cela commençait bien. Avec des gestes soignés, dignes des plus grandes aristocrates, elle ôta ses lunettes et détailla la pièce dans laquelle elle se trouvait. Bon nombre de blessés comblaient l’effectif. D’ailleurs, la femme qui l’avait guidée jusqu’ici partit à la rencontre d’Hanna. Oh elles avaient l’air copines. Vu l’expression catastrophée de l’autre, elle savait qui elle était. L’ombre d’un sourire se dessina sur ses lèvres. Bien. Elle sentait cette crainte facilement, cela la satisfaisait. Enfin, la fameuse Hanna alla à sa rencontre : « Katherina ! Qu’est-ce que tu fais ici ? ». C’était tellement évident. Armée d’un sourire narquois, Kate répondit : « Oh, mais je suis venue te voir. Cela fait longtemps que l’on s’est pas vues, tu m’as tellement manqué ». Son regard gris comme la tempête détrompait cette idée de manque.  Ses yeux vagabondèrent dans la salle avant qu’elle ne rencontre ceux de la copine de la blonde qui les dévisageait curieusement. Le sourire de la mangemorte s’accentua et elle vrilla son attention sur son ancienne camarade « Et si on allait discuter dans un coin tranquille ? Il ne faudrait pas que l’on nous interrompe dans notre discussion ». Sur ce, elle se saisit du bras d’Hanna, comme si c’était une amie, et l’accompagna dans une pièce adjacente. Une fois à l’abri, elle lâcha son bras comme si elle risquait d’être brûlée. Aucune fausse image de joie ne cassait son visage. Elle la regardait de haut ouvertement « Bien, maintenant que nous sommes seules, je vais être aussi claire pour que tu comprennes. » Elle fit comme si elle était chez elle et prit place sur un siège, les jambes croisées et, d’un air nonchalant, elle enchaîna : « Tout va bien dans ta vie ? Depuis Poudlard, depuis mes fiançailles avec ton … « ami amélioré » ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Mar 25 Juin - 16:54

Elle avait ce petit sourire au coin des lèvres qui la rendait totalement détestable, aux yeux d’Hanna. Elle avait la tête de la fille désagréable qui passait son temps à faire des sarcasmes, et c’était ce qu’elle était. Hanna n’avait jamais vraiment remarqué son existence lorsqu’elles étaient à Poudlard. Comment aurait-elle pu connaitre Katherina? Elles n’avaient pas le même âge et n’avaient donc jamais partagé de cours en commun à Poudlard, et ne partageaient pas la même salle commune. Et Salazar ne lui avait jamais parlé de cette fille narcissique, pas avant qu’il soit fiancé à elle, du moins. Quand il lui avait appris ses fiançailles avec cette odieuse sorcière, Hanna était - il faut l’avouer - devenue jalouse. Beaucoup pourraient dire qu’elle n’avait aucune raison de l’être mais ils se trompaient. Certes, elle possédait l’amour de Salazar, contrairement à Katherina qui ne sera jamais aimée de lui, mais à cette époque là, plus rien ne les autorisait à être lié l’un à l’autre. Ils s’aimaient. Mais qu’est-ce que ça pouvait changer si Salazar était obligé de se marier avec une autre? Pas grand-chose. Aimer un homme marié de force n’était rien de très satisfaisant, ça aurait même été un cauchemar. Hanna s’était souvent demandé si cette Katherina aimait - rien qu’un minium - Salazar. Peut-être était-elle jalouse de ce qu’il y avait entre Salazar et Hanna? Hanna n’avait jamais entendu parler d’un amour que cette fille aurait ressenti pour Salazar. Hanna savait juste que cette fille pouvait être ce qui les séparerait. Elle craignait qu’un jour Salazar vienne la voir pour lui avouer qu’il était marié à Katherina. Il ne le lui avait jamais avoué. Au fils des années, il s’était débrouillé pour faire trainer les choses et pour que ce mariage n’ait jamais lieu. Mais il était tout de même parti, pour protéger Hanna, avait-il dit. Ca, ça lui avait fait mal. Alors qu’elle travaillait à St-Mangouste et se battait pour la survie des né-moldu, Salazar était en la présence de Katherina, sans doute marié à elle. Mais Salazar avait fini par revenir vers Hanna, laissant Katherina seule avec la mission de chercher son fiancé et de le tuer. Ils ne s’étaient pas mariés. D’une certaine manière, cette nouvelle avait apporté du soulagement à Hanna. Elle qui avait tant craint que Salazar soit devenu un tueur, qu’il prenne plaisir à tuer, qu’il ne soit plus le même sorcier. Mais il était toujours le même, toujours le bon sorcier qu’elle avait connu lorsqu’ils étaient ensemble. Jamais elle n’aurait du douter de lui. Voir - ou plutôt revoir - le visage de Katherina sur son lieu de travail donna à Hanna une sorte de boule au ventre, elle savait très bien ce que voulait Katherina, Salazar. Malgré tout ce qu’Hanna pouvait ressentir envers Katherina, elle restait convaincue que la mangemorte ne voulait pas connaitre la mort de Salazar. Non. A vrai dire, Hanna n’était pas du tout convaincue de ça. Elle voyait Katherina comme une sale mangemorte qui avait été la fiancée du petit ami d’Hanna mais qu’elle n’avait pas eu la chance d’avoir la moindre histoire avec Salazar - contrairement à Hanna - et que désormais celle-ci souhaitait se venger de la honte que lui avait fait subir Salazar en s’enfuyant. Donc, si, Hanna était convaincue que Katherina voulait la mort de Salazar. Mais qui était-elle pour penser ça? Elle ne la connaissait pas si bien que ça, après tout. Salazar avait assuré à Hanna que Katherina ne voulait pas sa mort. Alors Hanna décidait de le croire. Elle ne savait pas si elle le croyait parce qu’elle pensait que c’était la vérité ou que croire que Katherina était inoffensive pour eux était bien plus réconfortant pour elle. Sans doute la seconde proposition. Si Salazar se trompait, la situation ne serait pas vraiment chaotique. Dans ce cas, elle poserait juste à Hanna des questions, auxquelles celle-ci ne répondrait pas. Elle n’allait pas la tuer, sans avoir ce qu’elle voulait, peut-être la torturer si Salazar se trompait. « Oh, mais je suis venue te voir. Cela fait longtemps que l’on s’est pas vues, tu m’as tellement manqué » Il fallait voir avec quel narcissisme elle parlait. Ca en était tellement désagréable, irritable. Ce qui était certain, c’était qu’elle n’avait en rien manqué à Hanna, qui se serait bien contenté de ne plus jamais la voir. Mais Hanna pouvait conclure par la présence de Katherina que celle-ci souhaitait voir Hanna pour une raison qui ne devait en rien être plaisante pour la guérisseuse.  « Et si on allait discuter dans un coin tranquille ? Il ne faudrait pas que l’on nous interrompe dans notre discussion » Hanna ne voyait pas de problème à être interrompue, même si des guérisseurs ou médicomages apprenaient qu’Hanna cachait un ancien mangemort censé être fiancé à une mangemorte, elle ne voyait pas où était le problème. Lorsqu’elle sentit la main de Katherina saisir son bras, Hanna ressentit l’extrême désir de la pousser, de l’encastrer  dans un mur, de faire quoique ce soit qui pourrait l’éloigner d’elle. Katherina enleva précipita sa main du bras d’Hanna. Qu’est-ce qu’elle croyait? Hanna n’allait pas le contaminer. Quelle idiote! « Je ne t’ai pas obligé à me toucher! » ne put-elle s’empêcher de s’exclamer. Elle n’avait aucun plaisir d’avoir eu un contact physique avec une sorcière qui devait avoir les mains recouvertes du sang de ses victimes. Hanna était dérouté par Katherina, par tout ce qu’elle pouvait représenté. « Bien, maintenant que nous sommes seules, je vais être aussi claire pour que tu comprennes. » Qu’est-ce qu’elle fait? Elle se croit chez elle ou quoi? Et là voilà qui s’assoit comme si elle était chez elle! Ce n’est possible! Elle n’était pas au courant qu’il s’agissait d’un lieu où le nombre de blessés ne se pouvaient plus se compter. « C’est ça. Sois claire et fais vite! Au cas où, tu ne l’aurais pas remarqué, St-Mangouste est assez bondé. » Hanna lui lança un regard noir, c’était plus fort qu’elle. S’il y avait autant de blessés, c’était uniquement la faute des mangemorts, les amis de cette chère Katherina. D’une certaine manière, on pouvait être presque s’espérer heureux de voir que St-Mangouste n’était pas inhabité. Les blessés de St-mangouste étaient des morts en moins Hanna ne se réjouissait pas d’avoir une telle pensée. « Tout va bien dans ta vie ? Depuis Poudlard, depuis mes fiançailles avec ton … « ami amélioré » ? » Son ami amélioré? C’était la seul terme qu’elle avait trouvé pour définir Salazar. Hanna ne pensait pas qu’utiliser son nom dans une pièce où il n’y avait personne d’autres que les deux ennemies pouvait faire le moindre mal. En particulier, par le fait qu’Hanna était une guérisseuse respectée et que personne ne chercherait à la déranger. « Oui, tout va bien dans ma vie. » se contenta-t-elle de répondre en dévisageant la brune d’un regard assassin, agacée. « Je ne te trouve pas très claire. Dis-moi plutôt ce que tu veux à mon « ami amélioré », pour reprendre ton terme. Je n’ai pas de temps à perdre avec toi. » Contrairement à ce que Katherina avait dit, elle n’était en rien claire. Elle n’avait pas dit si elle voulait ou non la mort de Salazar, ou celle d’Hanna.

Spoiler:
 
[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Lun 8 Juil - 15:24



« Jalousy is a bad thing »

« Je ne t’ai pas obligé à me toucher! » S’exclama la blonde. Katherina arqua un sourcil. Mais c’était qu’elle était susceptible, la petite. L’ombre d’un sourire se dessina sur ses lèvres. Cette rivalité était réciproque. Hanna l’appréciait tout autant que Katherina elle l’appréciait. C’est-à-dire, pas du tout. Elles se détestaient et ce, depuis Poudlard. Cette rivalité ne cesserait de s’animer seulement lorsque la question de Salazar sera résolue. Hélas, c’était encore loin d’être terminé. A l’heure actuelle, la pression se resserrait de plus en plus. Pire, on lui avait attribué un « coéquipier » pour l’aider dans sa tâche. Jared. Le malaimé de la famille, si on puis dire. En temps normal, ils s’appréciaient. Seulement, elle savait que contrairement à elle, lui n’hésiterait pas une seconde à attraper Salazar et à le livrer à une mort certaine. C’était légitime, il ne le connaissait pas et se fichait de son sort. Mais ce n’était pas le cas de Katherina. De toute façon, de manière générale, Jared se comportait nettement plus comme ce qu’on attendait des fils mangemorts. Comme sa cousine Pandora, elle se doutait bien que celui-là ne manquerait d’aucun scrupule à prendre la vie de quelqu’un. Ce dont elle se montrait incapable. Bien sûr, souvent, la situation exigeait qu’elle fasse preuve d’impassibilité et … d’une certaine poigne de fer. Mais ces moments se présentaient comme rares, jusqu’à récemment. Elle avait l’impression que tout le monde l’étouffait, la surveillait, faisait attention au moindre de ses mouvements, attendant le moment adéquat pour sévir. La femme qui lui servait de mentor, Astrid, en faisait partie. Il lui arrivait de se demander pourquoi elle se retrouvait dans une pareille situation. Pourquoi avait-il fallu qu’elle se présente comme la seule membre de sa famille à posséder encore de « l’humanité » ? Dans le sens où ôter la vie lui était désagréable, qu’elle ne ressentait aucun plaisir à voir une tierce personne souffrir. Que son but, n’était pas d’assouvir sa puissance au reste du monde et de dominer les êtres considérés comme inférieurs. Pourquoi ne pouvait-elle pas être la réplique de Pandora ? Cruelle, sans pitié, une véritable Mangemorte, comme s’attendait sa famille. Pourquoi ? Pourquoi ? Cette question lui martelait l’esprit, un peu plus chaque jour. Et elle ne pouvait en parler à personne. Katherina se retrouvait seule, empêtrée dans une situation qu’elle n’avait jamais désiré. Qu’est-ce qu’elle rêvait de retourner entre les murs du château de Poudlard, retrouver sa petite bande, retrouver sa popularité d’antan, retrouver le seul homme qu’elle a aimé. Mais elle avait dû dire au revoir à tout ce beau monde. Pour endosser une vie… Qui la révulsait.

Elle voyait dans le regard d’Hanna qu’elle la voyait comme tous les autres. Cruelle, sans pitié, assoiffer de pouvoir et de domination. La jeune Harrington se plaisait à proclamer que cela lui était égal, ce qu’on pensait d’elle. Alors que ce n’était pas le cas. Depuis toujours elle s’attachait  à son image. De façon à se présenter comme parfaite, admirée, fascinante, crainte. Certains l’appréciaient, certains non, peu importe. Elle avait toujours eu le monde à ses pieds. Pourquoi devrait-elle accorder de l’importance à l’image que les autres avaient d’elle ? Elle n’en savait trop rien. Mais, intérieurement, cela la minait, qu’on la voit comme les autres membres de sa famille. Parce que, personne ne savait à quel point elle pouvait être unique. Seule. Katherina fit savoir à Hanna qu’elle allait se montrer claire et précise. « C’est ça. Sois claire et fais vite! Au cas où, tu ne l’aurais pas remarqué, St-Mangouste est assez bondé. » Le regard noir qu’elle reçut en réponse en disait long sur son bonheur de son arrivée. Ça tombait bien, Katherina n’était pas des plus heureuses de la revoir après tout ce temps.  Le pire, c’était qu’à travers ce regard, elle eut le sentiment que tout le malheur du monde se retrouvait sur ses épaules. Comme si on lui rattachait toutes les erreurs qu’ont commises ses semblables. Toute l’horreur qui se passait dans le monde magique. On le lui balançait ça en pleine figure, à chaque fois. Mais ils n’avaient aucune idée de ce que c’était. L’herbe n’était pas plus verte ailleurs. Elle aurait bien aimé les voir, ces gens, à sa place. Comment ils auraient réagi. « Tout va bien dans ta vie ? Depuis Poudlard, depuis mes fiançailles avec ton … « ami amélioré » ? » Voilà, c’était plus fort. Il fallait qu’elle se montre désagréable au possible. C’était involontaire : Cette Hanna lui crachait l’erreur qu’avait commise Katherina. A savoir, ne pas avoir rallié Salazar à son camp. La première fois qu’un homme lui résiste. Une première qu’elle avait du mal à encaisser. Quand elle voyait Hanna, elle revoyait son erreur. Et cela lui était très, très, désagréable. « Oui, tout va bien dans ma vie. » Répondit-elle, une nuance d’agacemetn se laissait entendre selon son timbre de voix « Je ne te trouve pas très claire. Dis-moi plutôt ce que tu veux à mon « ami amélioré », pour reprendre ton terme. Je n’ai pas de temps à perdre avec toi. ». Voilà, le moment fatidique. La logique voudrait qu’elle l’assome, la torture, fasse quelque chose pour lui soutirer tout ce dont elle était au courant. A ce moment, son masque n’avait plus lieu d’être. Le doute s’installait dans son esprit, se laissant facilement voir à travers son regard gris. Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Sinon, cela allait être elle qui prendrait les conséquences. Ne souhaitant pas montrer ce qu’elle éprouvait, elle fit de son mieux pour le masquer. Comme d’habitude. « ]b]Les autres veulent revoir Salazar. Ils ne souhaitent pas mettre un terme à son existence, ils veulent seulement le revoir. Sa famille veut le revoir. Ils ne comprennent pas son départ. Et veulent à tout prix le retrouver[/b] » Elle accentua bien le « à tout prix ». Elle lui servait tout un mensonge sur un plateau d’argent. Evidemment, pas besoin d’elle pour lui avouer, ou même le sous-entendre. C’était ce qu’on attendait d’elle. De faire passer le message. Et, si elle ne pouvait retrouver Salazar, elle connaissait quelqu’un qui le côtoyait. Et cette personne se trouvait devant elle. Katherina se rapprocha un peu plus d’Hanna, comme si elle s’apprêtait à lui délivrer quelque chose de la plus grande importance. Ce qui, en fait, était le cas. « Si ce n’est pas moi qui le retrouve, ce sera les autres mangemorts. Et crois-moi qu’ils ne manqueront pas d’imagination pour lui mettre la main dessus. Tu sais que je sais. Tu le vois. Dis-le-lui. Si tu ne veux pas me dire où il est, dis-lui ce que je t’ai dit. Sinon, cela prouvera que tout ce qu’il a fait était vain. Bientôt, les autres se douteront de ton existence et sauront comment faire pour retrouver Salazar. Tu es… le meilleur moyen pour le faire sortir de sa cachette. Et, dans ce cas-là, tu n’en sortiras pas indemne. Je pense que tu es suffisamment intelligente pour comprendre l’ampleur de ce que je te dis »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Ven 19 Juil - 14:27

Hanna n'avait pas toujours déteste Katherina. Elles n'avaient jamais été amies, elles ignoraient juste que l'autre existait. Peut-être Salazar lui avait-il déjà parlé d'elle ? Elle n'en avait aucun souvenir et elle n'était pas le genre de personne que le petit ami d'Hanna appréciait ou même fréquentait. Quand Salazar avait été fiancé à Katherina alors qu'il aimait et sortait avec Hanna, elles n'ont pas bien pu longtemps continuer à s'ignorer ainsi. Après tout, elles se faisaient obstacles dans leurs projets et, en particulier, pour ceux qu'elles souhaitaient pour Salazar. Katherina souhaitait comme beaucoup de mages noirs que Salazar soit un bon et digne mangemort de la famille Panderman et qu'il soit un bon fiancé, en l'épousant le moment venu. Hanna, elle, ne voulait rien de compliqué ou de tordu, ses désirs étaient ceux de beaucoup de personnes - moldus ou sorciers - et ceux de la romantique qu'elle était, elle voulait juste mener une vie belle et simple avec Salazar, rien de plus. Aucune des deux filles n'avaient obtenu ce qu'elles souhaitaient. Mais l'une des deux en étaient plus proche que sa rivale. Katherina, elle, était à la recherche de Salazar, pour le tuer, à ce qu'Hanna avait pu comprendre. Alors qu'Hanna était, tout le temps, avec Salazar, elle le lui permettait de se cacher et d'éviter de se faire tuer par ses anciens amis mangemorts. Mais Hanna était avec lui. Dans cette histoire, elle était la gagnante, et elle en avait conscience mais elle ne se mettrait pas à être triste pour Harrington ou à avoir de la pitié pour elle. Même si elle le souhaitait, elle en serait incapable. Elle la méprisait bien trop, et depuis trop longtemps. Elle la voyait comme une mangemorte, une personne mauvaise, la fiancée de son petit ami. A Poudlard, Hanna ne pouvait plus ignorer l'existence de Katherina. Elle avait l'impression de la voir à chaque coin de l'école, à chaque couloir. A l'époque, Hanna vivait comme un cauchemar. Mais quand elle a quitta Poudlard pour St-Mangouste et que Katherina n'avait pas du faire grand chose de plus original que de devenir mangemorte. Mais peu importe ce qu'elle faisait, Hanna se fichait bien de quelle façon elle s'occupait tant que la blonde ne pouvait plus avoir le malheur d'apercevoir la sale petite tête de la brune. Hanna ne l'avait pas vu pendant longtemps, très longtemps, et elle avait eu la faiblesse de croire qu'elle ne la verrait plus jamais. Pourtant, elle était là, juste en face d'Hanna, le motif de sa présence n'était autre que la fuite de Salazar. Hanna l'avait compris à l'instant même où elle la vit. Peu importe ce que Katherina  voulait d'elle, Hanna ne le lui donnerait pas, elle ne se soumettrait pas elle. Jamais. Sa venue était inutile, elle aurait du s'en douter. « Les autres veulent revoir Salazar. Ils ne souhaitent pas mettre un terme à son existence, ils veulent seulement le revoir. Sa famille veut le revoir. Ils ne comprennent pas son départ. Et veulent à tout prix le retrouver » Hanna ne croyait pas un seul mot de ce que disait Katherina. Elle ne pouvait pas croire ça, pas après la longue traque dont Salazar avait été et était toujours la victime. Elle était tout simplement incapable de la croire. Déjà parce qu’elle n’avait aucune confiance en elle et qu’elle redoutait de se faire manipuler par elle. Katherina avait toujours été une fine manipulatrice, aux yeux d’Hanna. Et ensuite Hanna connaissait la famille de Salazar. Ce n’était pas des enfants de cœur. Ils connaissaient leur fils, ils savaient qu’il n’avait jamais souhaité devenir un mangemort et pourtant, ils le lui avaient obligé à en devenir un. Hanna ne les voyait pas avoir le cœur plein de regrets et vouloir être en paix avec leur fils. La question qui rebondissait dans le cerveau d’Hanna était: est-ce que tout ce que Katherina disait était vrai ou n’était-ce qu’une mascarade? Hanna penchait plus vers la mascarade. Salazar n’avait jamais fait semblant d’aimer être un mangemort, il avait toujours été dégouté par le fait de donner la torture et la mort. « Je ne te crois pas. Je ne crois pas que Salazar manque à sa…famille. Ils n’ont jamais été capable d’accepter qu’il n’était pas comme eux. Et dès qu’il s’est enfui, ils l’ont traqué. » On ne pouvait pas dire que c’était le grand amour entre Salazar et sa famille. Ca ne l’avait jamais été. Mais la situation entre eux était devenu catastrophique, plus que jamais. La venue de Katherina à St-Mangouste en était la preuve, mais ce n’était pas la seule qu’Hanna avait eu. Et vu les propos deKatherina, elle devait l’ignorer.  « Si ce n’est pas moi qui le retrouve, ce sera les autres mangemorts. Et crois-moi qu’ils ne manqueront pas d’imagination pour lui mettre la main dessus. Tu sais que je sais. Tu le vois. Dis-le-lui. Si tu ne veux pas me dire où il est, dis-lui ce que je t’ai dit. Sinon, cela prouvera que tout ce qu’il a fait était vain. Bientôt, les autres se douteront de ton existence et sauront comment faire pour retrouver Salazar. Tu es… le meilleur moyen pour le faire sortir de sa cachette. Et, dans ce cas-là, tu n’en sortiras pas indemne. Je pense que tu es suffisamment intelligente pour comprendre l’ampleur de ce que je te dis » Hanna éclata d’un petit rire. La situation n’avait pourtant rien de drôle. Du moins, elle n’en avait pas l’air. Hanna n’avait pas peur de Katherina, pas le moins du monde. Ce qui était drôle, ce n’était pas la situation entre les deux sorcières. Ca, ça n’avait rien de drôle. Mais ce qui était à mourir de rire, c’était les mots que prononçaient Katherina, ce qu’elle disait, comme si Hanna devait être terrifié que les mangemorts puissent s‘intéresser à elle. « Je crois que tu as un train de retard, Katherina. Tu n’es pas la première de ton camp à vouloir me parler de tout l’amour que les Panderman peuvent avoir pour leur fils. J’ai eu droit à une petite conversation bien aimable avec un rafleur. » Katherina pensait faire peur à Hanna en lui annonçant que mangemorts et rafleurs s’intéresseraient à elle mais l‘un deux s‘étaient déjà approché d‘elle. Et d’ailleurs, les choses s’étaient beaucoup mieux pensé que ce qu’Hanna aurait pu le penser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Dim 4 Aoû - 17:01



« Jalousy is a bad thing »

Katherina trouvait cette fille... désespérante. Elle avait oublié à quel point elle pouvait se montrer chiante et énervante. Décidément, cela ne s'améliorait pas avec le temps. Hanna trouvait toujours quelque chose pour énerver Kate. A chaque fois. Ce n'était pas étonnant de savoir que Kate ne pouvait pas l'encadrer depuis Poudlard. Surtout qu'à l'époque, elle n'aimait pas considérer quelqu'un comme une potentielle rivale. Ce qu'était Hanna, en fait, par rapport à Panderman. Pas plus que maintenant d'ailleurs. Elle sentait que rien ne pourrait changer leur relation. Elle ne voyait pas comment elle pourrait un jour apprécier cette fille, qu'elle se plaisait à surnommer blondie. Cela lui allait bien. Très bien même. Kate l'avait toujours trouvé stupide, par moment. Ce qui n'était pas logique, en rapport avec les résultats qu'elle avait obtenu. Mais c'était comme ça qu'elle avait vu la jeune femme, pendant longtemps. Elle n'avait jamais vraiment compris pourquoi il avait préféré cette fille à elle. Hanna n'avait rien de plus que ce qu'elle avait déjà.

Mais maintenant, elle commençait comprendre. Katherina avait été un choix imposé par ses parents, quelque chose qu'il n'avait pas prémédité ni choisit. Hanna, c'était une autre histoire. Il était question de sentiment. Une notion qu'elle n'avait pas saisit, à cette période. De toute manière, elle n'avait pas été dans une position objective. A l'heure actuelle c'était différent. Elle parvenait à comprendre mieux les raisons qui l'avaient poussés dans ses bras, et à tourner le dos aux mangemorts. Beaucoup mieux maintenant qu'elle se retrouvait dans la même position que lui. Sauf qu'elle ne le ferait pour personne, mais pour elle. C'était différent.

Suite à sa tirade, blondie éclata de rire. Kate ne voyait pas du tout ce qui pouvait avoir de drôle là-dedans. Enfin, ce n'était pas étonnant, la connaissant. Elle ne croyait pas pouvoir être encore surprise par le comportement de cette fille. Grossière erreur. « Je crois que tu as un train de retard, Katherina. Tu n’es pas la première de ton camp à vouloir me parler de tout l’amour que les Panderman peuvent avoir pour leur fils. J’ai eu droit à une petite conversation bien aimable avec un rafleur. » lui apprit-elle. Tant mieux pour elle. Mais parce qu'elle avait eu l'occasion de parler avec l'un d'eux, elle se croyait intouchable, invincible ? Qu'est-ce qu'elle était pathétique. C'était incroyable. Katherina lui avait reconnu un semblant d'intelligence, pourtant. Mais elle se trompait, la jeune femme ne prenait pas conscience de la situation, comme si elle s'en fichait. Que cela ne pourrait pas l'atteindre. Ce qu'elle ne saisissait pas, c'était que les mangemorts ne rigolaient pas. S'ils voulaient obtenir des informations, ils le feraient, peu importe les moyens employés. A ce moment-là, Hanna rirait moins. Elle pourrait trouver la mort. C'était facile. La vie pouvait s'arrêter à chaque instant, encore plus en croisant la route d'un mangemort. « Tant mieux pour toi. Mais si tu crois que tu en as fini, tu te trompes. » Elle ne lui apprenait rien jusque là. « Ne crois pas que tu es intouchable, ce serait une erreur. La prochaine fois qu'on te rendra visite, ça ne sera pas par courtoisie. Je ne t'apprend rien. De toute manière, tu sembles savoir absolument tout. » Bonjour les sarcasmes. « Tu ne crains rien dans ce cas. Mais penses à Panderman, au lieu de penser qu'à toi-même. » enchaîna-t-elle. Oui, elle la trouvait égoïste. Sur ce, elle n'avait plus rien à lui dire. Katherina la contourna et sortit de la pièce. Sans un mot de plus pour blondie, elle quitta les lieux. Elle avait fait ce qu'elle avait à faire. La suite était entre les mains d'Hanna.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   Sam 24 Aoû - 18:55

Hanna ignorait quelle était vraiment la position de Katherina. Elle n'avait jamais vraiment su quels étaient ses sentiments pour Ian. Quand elle était une élève de l'école sorcellerie Poudlard, elle la voyait comme sa concurrente, sa plus grande rivale, celle qui finirait mariée au Ian de Hanna. A cette époque-là, Hanna était convaincue que Katherina était amoureuse de Ian et que ce n'était malheureusement pour la Serpentard pas un sentiment réciproque. Hanna la plaignait peut-être même un petit peu. Mais quoi qu'il en soit, elle voulait que Ian reste auprès d'elle. Ian avait assuré plus d'une fois à la blonde qu'il n'aimerait jamais avec Katherina' que la seule qu'il aimait et qu'il aimerait toujours, c'était elle, Hanna. Il fallait avouer que ce type de paroles la réconfortait. Elle avait sans cesse peur de perdre Ian. Mais au bout d'un moment, elle avait fini par le croire, par être convaincu que Ian ne la quitterait jamais pour Katherina. Elle l'aimait tellement. Pourtant, il l'a quitté. Il a dit la protéger en la quittant. C'est un moment où elle avait beaucoup souffert. Elle avait fini par avaler que son histoire d'amour avec Ian était indestructible et que personne n'aurait le pouvoir de les séparer. Mais il avait quitté Hanna pour les mangemorts. Pour Hanna, ça ne voulait pas exactement dire qu'il la quittait pour les mangemorts. Ça signifiait autre chose. Katherina était une mangemorte. En allant vers les mangemorts, il allait vers Katherina. C'était une chose horrible pour Hanna. Se dire que l'homme qu'elle aimait le plus au monde en aimait une autre. Se dire que finalement il avait choisi Katherina. Ça l'obligeait à tout remettre en question. Et si Ian ne l'avait jamais aimé ? Si tout ça n'avait été qu'un jeu? Elle ne voulait pas le croire. Elle ne savait plus quoi croire. Puis Ian était revenu. Hanna avait été plus que choqué quand elle l'a vu. Il était comme un revenant. Et il disait l'aimer. Plus de Katherina. Juste Hanna et lui. Elle l'aimait et il l'aimait. Il devait se cacher mais ils étaient ensemble. C'était déjà ça.

Se retrouver de nouveau devant Katherina remémorait à Hanna des souvenirs qu'elle préférait oublier. Elle ne savait pas exactement ce que Katherina voulait à Ian. Amour ou haine ? Sauver ou tuer? Elle ne savait pas si Katherina aimait toujours Ian - si elle l'avait aimé un jour - ou si elle le haïssait de s'être enfui des mangemorts et voulait le tuer. Hanna le cachait du mieux qu'elle le pouvait - et elle se débrouillait plutôt bien - mais elle avait un peu peur de la présence de Katherina. Elle savait que ce n'était qu'un début, qu'il y aurait d'autres mangemorts. Elle pouvait entendre les reproches de Katherina. Ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus. Elle avait peur pour Ian. Elle avait bien conscience que les autres mangemorts voulaient sa mort. C'était une idée qui l'effrayait. Certes, elle avait déjà vécu sans Ian. Mais à cette époque-là, elle savait qu'il était bien vivant. La mort de Ian l'anéantirait complètement. Elle serait incapable de vivre en le sachant...mort. Rien qui l'idée qu'il puisse ne plus faire parti de ce monde la faisait frissonner de terreur. « Tant mieux pour toi. Mais si tu crois que tu en as fini, tu te trompes. » Bien sur que non. Hanna  savait pertinemment que ce n'était pas terminé. Les mangemorts - entre autre la famille de Ian - ne lâcherait pas l'affaire facilement. Mais Hanna ne voulait pas montrer la peur qu'elle pouvait ressentir à Katherina. « Il ne me semble pas avoir dit que je pensais en avoir fini. Ce que je dis, c'est que tu n'es pas la première à me menacer, ou à me prévenir, comme tu veux. Je suis consciente plus que tu sembles le croire du danger que court Ian. » Hanna se demandait ce qui pourrait arrêter la chasse à l'homme qui était contre Ian. Elle devait trouver quelque chose pour arrêter les mangemorts. Elle savait que c'était mission quasi impossible. Mais l'idée que Ian puisse être tué lui était impossible à vivre. Elle ferait n'importe quoi pour que Ian ne soit plus traqué et puisse vivre libre et vivre sa vie comme il l'entend.  C'était ce qu'elle souhaitait pour lui. Peut-être pour elle aussi. « Ne crois pas que tu es intouchable, ce serait une erreur. La prochaine fois qu'on te rendra visite, ça ne sera pas par courtoisie. Je ne t'apprend rien. De toute manière, tu sembles savoir absolument tout. » Elle abusait. Hanna ne se croyait pas intouchable. Mais elle n'allait pas rester dans son coin, à trembler de peur sur les évènements à venir. Elle faisait partie de l'ordre et se battrait jusqu'à la fin pour que Harry Potter et ses deux meilleurs amis puissent détruite Voldemort, c'était son unique combat avant que Ian revienne elle. Maintenant, elle avait un autre combat. Elle faisait partie de l'ordre et se battrait jusqu'à la fin , pas seulement pour Harry Potter, mais aussi pour que Ian puisse vivre en sorcier libre. Elle fera tout son possible pour que ça arrive. Elle serait prête à mourir pour Ian. « Tu ne crains rien dans ce cas. Mais penses à Panderman, au lieu de penser qu'à toi-même. » C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Katherina n'avait pas à parler à Hanna comme ça. Elle ne la connaissait pas. Elle ne connaitrait jamais le sentiment qu'Hanna avait ressenti quand Ian était revenue vers elle, vivant et amoureux. Elle ne mettrait jamais quelque chose qui mettrait sa vie en péril pour un être qu'elle aime. Hanna cachait Ian chez elle et mettait - en même temps - sa vie en danger. Une chose que Katherina ne ferait jamais pour personne. « Tu penses vraiment que je ne pense qu'à moi-même? Il ne m'arrive jamais de fermer l'œil la nuit sans me demander si Ian tiendra une journée de plus. Tu crois sincèrement que je me fous qu'il vive ou meurt ? Je passe mes journées à me demander s'il va être tué. Tu ne comprends donc rien. Je ferais tout pour le sauver de vous, des mangemorts... » Hanna a peut-être un peu trop parlé. Ouvrir son coeur à Katherina n'était peut-être pas la meilleure chose à faire. La mangemorte pourrait s'en servir contre la guérisseuse. Il ne semblait pas à Hanna d'avoir dit quelque chose qui pourrait aider .mangemorts et rafleurs à trouver Ian. « Et toi, alors ? Pourquoi tu es venue ? Pour me menacer ? Ou peut-être pour  soulager ta petite conscience ? J'en sais rien. Je sais pas pourquoi tu es venue. Je ne comprends vraiment pas. » La présence de Katherina restait un grand mystère. C'était le genre de mystère qu'Hanna n'aimait pas, pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)   

Revenir en haut Aller en bas
 

It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» It is better to prevent than cure (Katherina & Hanna)
» Ze cure - the air doctor
» le cure-dent
» le cure-dent
» Oscillococcinum en cure
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRIOR INCANTATO :: 
MISCHIEF MANAGED
 :: Deuxième saison :: Deuxième saison 2 :: sujets abandonnés
-
Sauter vers: